De Compiègne au Bourget

Dimanche 22 Septembre

Compiègne - Laon


(N° 30233)


Promenade de la Couloire

02000 LAON

Latitude : (Nord) 49.56298°

Longitude : (Est) 3.62932°

Tarif : Gratuit


Services : 


Poubelles

Boulangerie dans la rue commerçante près de la cathédrale (environ 400 m du parking)

Parking au pied des remparts, illuminé la nuit, magnifique vue.

A deux pas du vieux Laon et de ses nombreux monuments historiques.

Autres informations :

6 emplacements bien délimités au sol

Prévoir des cales car il y a une légère pente. 


Lieux et monuments

 

Laon est classée ville d'art et d'histoire. C'est pleinement justifié au regard du nombre de bâtiments et de sites remarquables de la commune, notamment sur la Montagne de Laon. Elle est surnommée La montagne couronnée.

On compte, en 2008, 68 édifices classés au registre des Monuments historiques.

On peut signaler parmi les monuments les plus remarquables :

La cathédrale Notre-Dame, de style gothique, domine la colline, la ville et ses remparts. D'une longueur de 110 mètres, elle servit de modèle à la cathédrale Notre-Dame de Chartres et à celle de Paris. Elle a été édifiée entre 1150 et 1180, c'est l'une des premières cathédrales gothiques, mais le chœur, trop petit dès 1200, est reconstruit au début du xiiie siècle.

Elle comprend notamment :quatre tours, campaniles ou clochers dont Villard de Honnecourt a dit qu'elles étaient les « plus belles du monde » ;une tour-lanterne ;animaux sculptés grandeur nature : bœufs installés sur les étages des tours.La cathédrale en 2012. Autel et vitraux de la cathédrale.

Le palais épiscopal est situé immédiatement au nord de la cathédrale. Classé monument historique dès 1850, il constitue aujourd'hui le tribunal de grande instance de la ville. La grande salle de l'évêché (aujourd'hui salle de la cour d'assises) a des chapiteaux décorés remarquables, et comprend trois tourelles côté remparts et une galerie d'arcades côté cour. Deux chapelles superposées datent de la deuxième moitié du xiie siècle

L'hôtel-Dieu date de la seconde moitié du xiie siècle.

La chapelle des Templiers date également du xiie siècle (en 1145, une bulle du pape Innocent II accorda aux disciples du Temple le droit de bâtir leurs propres chapelles).

De manière inhabituelle, elle a une nef octogonale et un clocher « peigne ». Elle est située dans l'enceinte du musée municipal de Laon, le musée d'art et d'archéologie.

Abbaye Saint-Vincent de Laon

Abbaye Saint-Jean de Laon

Abbaye Saint-Martin de Laon

L'église abbatiale Saint-Martin, de l'ordre des Prémontrés, édifiée à la même époque que la cathédrale. Sa façade date environ de 1270. L'abbaye, fondée en 1124, vit son logis abbatial de 1620 transformé en hôtel-Dieu après la Révolution

L'église Saint-Martin-au-Parvis.

La chapelle des Templiers.

Temple protestant, rue de l'Arquebuse, construit en 1887.

L'église Saint-Pierre-ès-Liens d'Ardon.

Les remparts de Laon avec ses portes et tours.

Le couvent des Dames de la Congrégation-Notre-Dame.

L'église de Vaux-sous-Laon.

L'église Saint-Pierre-au-Marché de Laon.

L'église de Leuilly.

Le prieuré du Val-des-Écoliers.

L'église Notre-Dame-la-Profonde

L'ancienne église Saint-Corneille-et-Saint-Cyprien.

L'église Saint-Rémy-au-Velours.

La chapelle de l'Hôpital général de Laon.

L'hôtel de Ville, construit en 1836-1838 sur l'emplacement de l'ancienne tour dite de Louis d'Outremer.

L'église Saint-Martin.

La porte de Soissons.

La tour Penchée.

La porte d'Ardon.

L'ancien Palais épiscopal

Cimetière militaire allemand de Bousson.

Cimetière militaire allemand du Champ de manœuvre.


Lundi 23 Septembre

Laon - Charleville Mézière


(N° 1400)


Rue des Pâquis

08000 CHARLEVILLE MEZIÈRES

Latitude : (Nord) 49.77907°

Longitude : (Est) 4.72002°

 

Tarif : 2015

Eau et 55 mn d'électricité : 2

€ Paiement avec pièces de 2 €

Électricité à demander au camping en période d'ouverture d'avril à octobre : 5 €

Type de borne : RACLET

Services : 


Port de Plaisance - Piscine

Autres informations :

Ouvert toute l'année

8 emplacements

Site internet

 

Tel Office du Tourisme : +33 324 556 990


Patrimoine civil et religieux

 

La place Ducale, située au centre de la ville de Charleville, a été créée en 1606 par Clément II Métezeau sur ordre du duc Charles Ier de Mantoue.

Tous les bâtiments de cette place sont symétriques, les toits détruits pendant la guerre par des bombardements ont été reconstruits ou sont en reconstruction pour retrouver une symétrie quasi parfaite.

L'actuelle préfecture des Ardennes (ancien palais des Tournelles, érigé par la famille Gonzague) occupe les bâtiments de l'École royale du génie de Mézières qui forma presque tous les ingénieurs militaires sous l'Ancien Régime.

Le Vieux moulin dont la construction a été décidée en 1626 par le duc Charles de Gonzague. Il a été édifié par le maçon Claude Briau sur les plans de l'architecte Claude II Métezeau. Il a été mis en service en 1627. L'élévation monumentale, exceptionnelle pour un moulin, était due à la volonté de faire de sa façade le pendant de la porte de France. Son élévation importante a été nécessitée par la différence de niveaux entre la place Ducale et la Meuse. En effet l'architecte a voulu que les deux bâtiments se répondent pour un visiteur depuis la place Ducale. À l'origine deux roues hydrauliques étaient placées dans le coursier pour entraîner les meules. Le moulin a brûlé en 1754. Il est vendu comme bien national à la Révolution. Le reprofilage de la Meuse en 1876 a entraîné l'arrêt du moulin en 1887. Il a été transformé en un musée municipal consacré à Arthur Rimbaud par l'architecte Petitfils, en 1969..

Hôtel de Ville - Mézières est violemment bombardée le 10 et 11 novembre 1918. La ville est rasée à 50 %. Après la Grande guerre, la municipalité décide de dégager un îlot pour aménager une place sur laquelle serait construit le nouvel hôtel de ville.

La place de l'hôtel de ville (quartier de Mézières) de style néo-gothique (1933) composé de deux corps de bâtiment se faisant face et séparés par une large place, l'un constituant l'hôtel de ville proprement dit et l'autre constituant des habitations pour l'harmonie de l'ensemble. La construction du nouvel hôtel de ville est décidée le 28 décembre 1923. Le projet retenu le 25 février 1925 est celui des architectes Marie-Eugène Chifflot (1872-1956), second Grand prix de Rome d'architecture en 1902, et R. Colle qui avaient auparavant réalisé le nouvel Immeuble communal. Le projet adopte un style néo-gothique avec beffroi, tourelles et pinacles. Le 9 octobre 1927, André Tardieu, ministre des Travaux publics, est à Mézières pour inaugurer le monument aux morts, le pont de la Victoire et poser la première pierre de l'hôtel de ville. La construction est achevée en 1930. Le 16 juillet 1933, le président de la République, Albert Lebrun, est à Mézières où il inaugure l'Hôtel de ville, l'Hôpital et le groupe scolaire Manchester. Il y est reçu par le préfet Scamaroni, le maire et président des anciens combattants et le lord-maire de Manchester, cité britannique marraine de guerre de Mézières

Usine La Macérienne : une ancienne usine (plan des ateliers (Eiffel), au cœur de la ville, en bas des remparts de Mézières et à proximité de la Meuse. Inscrite aux monuments historiques.

La basilique Notre-Dame d'Espérance, place de la Basilique Monument historique depuis 1910, est de style gothique flamboyant et Renaissance. Commencée en 1499, Charles IX, roi de France, y épousa Élisabeth d'Autricheen 1570. La basilique abrite de nombreux objets intéressants : la statue de la Vierge noire, les orgues, les vitraux de René Dürrbach et les inscriptions de toutes les époques laissées sur le mur à droite du grand porche43. Dégradée par le temps, elle fait l'objet depuis peu d'une campagne de restauration.L'église Saint-Lié de Mohon, place Mohon remarquable pour ses boiseries du Moyen Âge et par son style architectural.

L'église Saint-Rémi, rue de L'Église est de style néo-roman. Elle constitue en volume la deuxième église de la ville. Construite en 1860, elle est située à deux pas de la place Ducale et de la place Jacques-Felix ancienne place de l'Agriculture construite sous la direction de l'architecte Jean François Racine, architecte diocésain, qui mourut avant son achèvement.

L'église Sainte-Jeanne-d'Arc due à l'architecte Pierre Chirol, rue Albert Poulain à La Houillère.La chapelle Saint-Maxime Le Theux, rue Ambroise Croizat

L'église du Sacré-Cœur, rue Dubois Crancé.L'église Saint-Martin à Étion, place D'Étion.

L'église Saint-Rémi à Bel-Air, rue de Nouzonville.

L'église Saint-Pierre à Montcy Saint-Pierre, rue Jules Ferry.Église Saint-Jean-Bosco, rue de Warcq (Manchester)Le temple protestant avenue Charles-de-Gaulle.Chapelle du centre de santé et de rééducation fonctionnelle, rue de Savigny Pré (Manchester )

Chapelle de l'hôpital, avenue de Manchester.Chapelle du lycée Chanzy, rue Delvincourt

.Ancienne collégiale Saint-Pierre de Mézières.

La place Jacques-Félix,

ancienne place de l'Agriculture. C'est en ce lieu qu'Arthur Rimbaud étudia dans le collège du Saint-Sépulcre où se trouve aujourd'hui la bibliothèque municipale transformée en 2008 en médiathèque. Une statue honore cet élève un peu particulier devant l'entrée du collège portant son nom à deux pas de là.

À son époque, un dôme dominait l'ensemble du collège, mais victime d'un effondrement au début du xxe siècle, il ne fut jamais reconstruit.


Mardi 24 Septembre

Charleville Mézière - Sedan


(N° 2350)

 

CAMPING CAR PARK

Boulevard Fabert

08200 SEDAN

 

Latitude : (Nord) 49.69866°

Longitude : (Est) 4.93849°

Tarif : 2019Stationnement, services, électricité : 9,20 à 11,60 €

Parking 5h + services : 5 €

Taxe de séjour : 0,44 €

Automate de paiement

Services : 



Autres informations :

Ouvert toute l'année

20 emplacements

20 prises électrique 6 A

Tél : +33 1 83 646 921


Le Dijonval

L’ancienne manufacture royale de draps du Dijonval est conçue à partir de 1646 selon un vaste projet d’ensemble de palais usine, par Nicolas Cadeau. Le somptueux bâtiment central date de 1755 et les ailes en retour de 1778. Un super campanile surmonte la manufacture. Toute la richesse du décor se concentre sur les fenêtres et le jeu de courbes et contre courbes des agrafes.

Aujourd’hui, ce somptueux bâtiment s’est reconverti en logements de standing.

Le jardin botanique

Dessiné en 1880 par René Richer, architecte paysagiste de la ville, le jardin botanique est d’inspiration Art nouveau. Une statue de Paul et Virginie, œuvre du sculpteur Visseau, a orné le bassin du jardin jusque 1905 avant d’être détruite par un cyclone. Des maçonneries arborescentes réalisées par le cimentier Eugène Bourdet ornent le petit kiosque, le parapet du pont et le transformateur.

Place Alsace-Lorraine

En 1875, la suppression du bastion Bourbon permet la création de la place Alsace-Lorraine, nouveau centre ville. Au centre de la place se situe le monument aux morts de 1870, œuvre du sculpteur ardennais Aristide Croisy.

Place Nassau

La place Nassau doit son nom au bastion qui en occupait l'espace jusqu'à la fin du 19ème siècle. Sur la place fut érigé le monument aux morts, 667 Sedanais victimes de la Grande Guerre, de la Deuxième Guerre Mondiale et des guerres d’indépendance de l’Indochine et de l’Algérie.

Torcy-Cités

Quartier créé en 1950 pour accueillir de l’habitat collectif et à loyer modéré, Torcy-Cités a été totalement repensé avec le Programme de Rénovation Urbaine engagé sur le quartier depuis 2006. Un habitat à taille humaine, des espaces urbains requalifiés, une maison de quartier à l’architecture design… ont remplacé les grandes barres d’immeubles, l’environnement bétonné…

Esplanade du lac

Le Quartier du Lac, également concerné par le Programme de Rénovation Urbaine, accueille une grande majorité des équipements sportifs et de loisirs : centre aquatique, baignade du lac, stade d’athlétisme, boulodrome, tennis… ainsi que des écoles, une crèche ou un lycée.

Le marché de Sedan

Tous les mercredis et samedis matin, c’est l'effervescence à Sedan car c’est jour de marché. Véritable institution, qui existait déjà du temps de la Principauté il y a cinq siècles, on vient de tout le département, on traverse même la frontière pour venir au marché de Sedan.

Le marché se compose d’un marché couvert, place Crussy, où sont réunis tous les métiers de bouche : charcutier, boucher, crémier, poissonnier, traiteur, primeur... C’est l'occasion également de profiter des produits locaux avec les incontournables maraîchers du Fond de Givonne, descendus directement des hauteurs de Sedan pour vous proposer les fruits et légumes de saison.

Après avoir bien rempli son panier de course, on peut se faire plaisir grâce aux multiples produits que vous proposent les camelots du marché plein-air installés de la place Crussy à la place Alsace-Lorraine.

Tous les mercredis et samedis matin Place Crussy et place Alsace-Lorraine

Marché couvert (été comme hiver) ouvert de 7h30 à 12h30

Marché plein-air

Horaires d’hiver (du 1er octobre au 31 mars) de 8h30 à 12h30

Horaires d’été (du 1er avril au 30 septembre) de 8h30 à 13h00.


Mercredi 25 Septembre

Sedan - Verdun


(N° 7613)

 

50 rue du Fort de Vaux

55100 VERDUN

 

Latitude : (Nord) 49.16028°

Longitude : (Est) 5.39917°

Tarif : Gratuit

Autres informations : 

Parking privé des Dragées Braquier

Bien pour passer une nuit tranquille avec possibilité d'achat au magasin d'usine


Cathédrale Notre - Dame

Premier établissement religieux dédié à la Vierge Marie, la cathédrale de Verdun est une des plus anciennes d'Europe.

Marquée par la guerre et les troubles dus à la situation géographique de l'Evêché de Verdun, la cathédrale de Verdun est le symbole d'une cité qui ne cesse de se relever de ses ruines. De ce fait, elle rassemble tous les styles architecturaux, du style roman rhénan au baroque :piliers du Xème s., crypte du XIIeme s., chapelles du XIVe - XVIe s.,

cloitre du XVIe s., décor baroque du XVIIIe s. Un incendie frappe la toiture de la cathédrale le 2 avril 1755, nécessitant une restauration de l'édifice. L'évêque de Nicolai et le chanoine Chaligny de Plaine, féru d'histoire de l'art, font pénétrer le style baroque dans la décoration intérieure de la cathédrale. Le baldaquin à la croisée du transept et du chœur Est fut installé à cette occasion.

La cathédrale porte dans ses pierres les traces des bombardements de la Première Guerre mondiale. Ne manquez pas la

visite de la crypte, véritable bijou roman et hommage aux soldats de 1916 (piliers ouest de la crypte).

Centre Mondial de la Paix des Libertés et des Droits de l'Homme

est situé dans le prestigieux palais épiscopal de Verdun, dont Saint-Simon qualifiait, dans ses mémoires, de plus splendide

palais épiscopal qu’il y ait en France.

Conçu en 1724 par Robert de Cotte, premier architecte de Louis XV, la rotule d’accès, la cour d’honneur, les jardins, les

salles d’apparat en font aujourd'hui un des joyaux de l’art classique français.

Depuis 30 ans, c'est un pôle mémoriel d'excellence (14-18 et franco-allemand), un lieu d'exposition, un espace de

rencontres et d'échanges (conférences, concerts, manifestations littéraires…) et un acteur du tourisme d'affaires avec ses salles de réception de 20 à 300 places.

Le Centre Mondial de la Paix propose chaque année plusieurs nouvelles expositions temporaires avec 3 parcours de visites au choix :

3 parcours de visite sont proposés (de 1h à 2h30 de visite) :

- Parcours groupé (Histoire européenne + Libertés, droits de l’Homme – conflits contemporains).

Tarifs : Adulte = 9 € / Enfant (6/18 ans) =

4 € / Tarif réduit groupe = 8 € (mini. 20 pers.)

 

- Parcours Histoire européenne.

Tarifs : Adulte = 7 € / Enfant (6/18 ans) =

3,50 € / Tarif réduit groupe = 5,50 € (mini. 20 pers.)

 

- Parcours Libertés, droits de l’Homme –

conflits contemporains.

Tarifs : Adulte = 5 € / Enfant (6/18 ans) =

2,50 € / Tarif réduit groupe = 3,80 € (mini. 10 pers.)

 

Ouverture :

Ouvert tous les jours du 8/01/2019 au

20/12/2019.

Horaires : de 10h à 12h30 et de 14h à 18h

(de 10h à 18h en saison touristique)

Fermé du 21/12/2019 au 05/01/2020.

Citadelle souterraine

Construite en 1624, Vauban choisit de la renforcer et de la relier au système défensif qu’il vient de créer tout autour

de la ville de Verdun. Sous les ordres de l'ingénieur militaire Séré de Rivières, directeur du service du génie au Ministère de la Guerre, 19 forts sont construits autour de Verdun. En complément, de 1886 à 1893, on creuse sous la citadelle 4 km de galeries pouvant accueillir hommes et matériels en cas de conflit.

C’est en 1916, durant la Bataille de Verdun, qu’elle va jouer un rôle prépondérant : elle devient pour le commandement une base logistique d’une importance vitale pour le déroulement de la bataille.

Près de 10 000 hommes vivent en permanence dans ses entrailles travaillent à tous les services d’une armée en campagne : central téléphonique, entrepôt de nourritures et de munitions, cuisines, hôpital, boulangerie avec une production de 28 000 rations par jour et même un théâtre.

La citadelle va être le théâtre de deux événements émouvants :

le 13 septembre 1916, Verdun reçoit la Légion d'Honneur, la Croix de Guerre et six autres décorations des puissances

alliées et devient la ville la plus décorée de France.

Le 10 novembre 1920, deux ans après la signature de l'Armistice à Rethondes, sous la direction d’André Maginot, ministre des anciens combattants et grand blessé, le soldat Auguste Thin du 132e R.I. doit effectuer un choix crucial. Devant lui, huit cercueils ornés du drapeau tricolore contenant chacun le corps d’un soldat français inconnu trouvé sur l’un des huit grands champs de bataille de la guerre.

Avec un simple bouquet, il doit désigner celui qui sera inhumé sous l’Arc de Triomphe à Paris en mémoire de tous ses

frères tombés au combat. Lentement, Auguste Thin fait le tour des cercueils. La tâche est lourde. Puis, humblement, après avoir additionné les chiffres de son régiment, il dépose son bouquet sur le sixième. Le Soldat Inconnu est né.

Aujourd'hui, vous pouvez visiter une partie de ses galeries souterraines en "wagonnet". Tout au long d’un parcours reconstitution, des scènes réalistes vous feront découvrir la vie quotidienne des soldats dans ces galeries pendant la Bataille de Verdun. En fin de visite, vous assisterez à la reconstitution de la cérémonie du choix du soldat inconnu.

Retrouvez l'histoire du choix du Soldat Inconnu

Température intérieure : 7°

Il est préférable de réserver à l'avance votre visite par mail

citadelle@tourisme-verdun.com, téléphone au 03 29 84 84 42 ou en ligne.

Usine des Dragées Braquier

L'usine de Dragées Braquier fabrique la spécialité de Verdun depuis 1783. La Dragée est née à Verdun en 1220.

Située dans l'usine du Coulmier depuis 1871, la Maison Braquier perpétue la fabrication artisanale de la Dragée mais

propose aussi d'autres confiseries uniques telles que la Dragée Géante (qui change de couleur), l'Obus Braquier, les enrobés en chocolats, autres fruits secs, et bonbons cuits au sirop.

Stationnement nocturne permis aux camping-caristes et reconnu par France passion.

Visites audioguidées (français, anglais, allemand) pour individuels : du lundi au dimanche de 9h à 11h et de 14h à 18h.

Visites guidées pour les groupes (+ 20 personnes) :

- du lundi au jeudi : 9h30, 10h30 et 14h30

- le vendredi : 14h30, visite virtuelle

- le week-end et jours fériés : 10h et

15h, visite virtuelle.

Réservation visites groupes :

ets.braquier@wanadoo.fr

Petit circuit de 1h à la découverte des 20 plus beaux monuments

1. Monuments aux morts et aux enfants de Verdun

2. Porte Chaussée

3. Défense de Rhodin

4. Porte St-Paul

5. Palais de justice

6. Chapelle St-nicolas

7. monument à la Victoire

8. Musée de la Princerie

9. Porte Châtel

10. Palais épiscopal

11. Cathédrale Notre-Dame

12. Escaliers des Gros degrés

13. théâtre municipal

14. Citadelle Souterraine

15. Carrefour des Maréchaux

16. Pont-écluse St-Amand

17. Hôtel de Ville

18. place Chevert

19. Mess des Officiers

20. Tour des Plaids


Jeudi 26 Septembre

Verdun



Vendredi 27 Septembre

Verdun - Reims


(N° 28600)

 

4 rue de Tinqueux - Terrain de Séjour du Bois d'Amour

51100 REIMS

 

Latitude : (Nord) 49.24921°

Longitude : (Est) 4.01203°

 

Tarif : 2019

Forfait C-C, 2 personnes, services, électricité : 12 €

Type de borne : EURO-RELAIS

Services : 


Douche

Sanitaires chauffés

Poubelles sélectives

Arrêt de bus à proximité et à 5 minutes du tram, arrêt Comédie

Prévenir du lundi au vendredi de 8h à 17h pour obtenir le code de la barrière

Autres informations : Emplacements gravillonnés

Tél : +33 3 36 04 05 85


La cathédrale Notre-Dame de Reims

est l’une des réalisations majeures de l’art gothique en Europe. Inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, cette cathédrale du XIIIe siècle présente des traits qui la rendent unique, notamment par son unité de style, sa luminosité et sa statuaire. En effet, Notre-Dame surpasse les autres églises par la richesse de cette dernière.

La Cathédrale du sacre des rois de France est un chef-d'oeuvre de l'art gothique édifié à partir de 1211. Fortement endommagée pendant la première guerre mondiale, la Cathédrale comporte également une prouesse architecturale du XXe siècle : une charpente en béton armé élaborée par l'achitectre Henri Deneux, ainsi qu'un riche ensemble de vitraux contemporains dessinés par Marc Chagall (1974), Imi Knoebel (2011 et 2015)...

Son histoire et son architecture remarquables lui ont valu d'être inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 1991.

Un peu d'Histoire...

Reims, Cité des Sacres

Au total, 33 souverains furent sacrés à Reims. La cérémonie, longue de 5 heures, se poursuivait par le banquet du sacre au Palais du Tau et par un pélerinage auprès du corps de l'évèque Remi. A la fin du Ve siècle, Remi, évêque de Reims, baptise Clovis, roi des Francs scellant ainsi l'alliance entre l'Église et la monarchie franque.

En 816, Louis le Pieu choisit de revenir sur les pas de Clovis et décide de se faire sacrer à Reims.

Parmi les autres sacres marquants, ceux de Charles VII conduit par Jeanne d'Arc en 1429

(célébré chaque année par la ville à l'occasion des Fêtes Johanniques) et de Charles X, dernier roi sacré en 1825.

La reconstruction

Durant la première guerre mondiale, Reims, située sur la ligne de front, subit les bombardements allemands. Le 19 septembre 1914, la cathédrale brûle. Vingt années sont nécessaires à Henri Deneux , architecte des monuments historiques, et son équipe pour remettre en état l'édifice. En 1938, l'inauguration a lieu en présence de personnalités du monde entier.

La réconciliation Franco-Allemande

En 1962, une nouvelle page de l'Histoire s'écrit avec le général de Gaulle et le chancelier Adenauer qui entérinent la réconciliation de leurs pays devant la cathérale.

La basilique et l'ancienne abbaye Saint-Remi

Après la cathédrale, qu'elle égale presque en taille, la basilique Saint-Remi est l'église la plus célèbre de Reims.

La basilique Saint-Rémi Cette basilique romano-gothique est l'une des plus remarquables réalisations de l'art roman dans le Nord de la France. Longue de 126 m, elle impressionne par sa profondeur et le sentiment d'intimité qu'elle procure.

Elle a été construite au XIe siècle pour abriter la sainte ampoule ainsi que les reliques de Saint-Remi, l'évêque qui baptisa Clovis en 498. Son tombeau (1847) occupe le centre du chœur.

La sobre nef romane et le chœur gothique (fin du XIIe siècle) à quatre étages constituent un ensemble impressionnant de légèreté et d'harmonie. La façade fut construite en même temps que le chœur.

Visite libre. Consultez les heures d'ouverture sur le site de l'Office du tourisme.

Le Musée-Abbaye Saint-Remi

Installé dans les bâtiments des XVIIe et XVIIIesiècles de l'ancienne abbaye royale Saint-Remi, ce musée conserve d'importantes collections relatives à l'histoire rémoise de la Préhistoire à la Renaissance.

Le musée s'articule autour de quatre sections :

l'histoire de l'abbaye, avec la visite des bâtiments qui s'organisent autour d'un cloître de 1709 la Reims gallo-romaine qui, sous le nom de Durocortorum, fut la capitale de la province impériale de Belgique et lieu de résidence du gouverneur romain

l'archéologie régionale, où sont exposées des collections allant de la préhistoire au XVIe siècle

l'histoire militaire, qui rappelle le lien étroit entre Reims et le passé guerrier de la France, de la guerre des Gaules jusqu'à la Guerre de 1870.

Voir les heures d'ouverture et tarifs sur le site des musées de Reims.

Le palais du Tau

Découvrez l'histoire de l'ancien palais de l'archevêque de Reims et le lieu de séjour des rois de France.

La résidence des archevêques de Reims jouxte la cathédrale depuis le XIIe siècle, mais il n'a revêtu l'aspect classique qu'il a actuellement qu'après les transformations opérées à la fin du XVIIe siècle par Jules Hardouin-Mansart et Robert de Cotte.

Le Palais du Tau abrite aujourd'hui le Musée de l’œuvre de Notre-Dame. Le trésor de la cathédrale et une partie de la statuaire d'origine de l'église y sont exposés.

Les pièces les plus remarquables du trésor royal sont le talisman de Charlemagne (IXe siècle) et le calice de saint Remi (XIIe siècle). Le reliquaire de la sainte ampoule renfermerait l'huile d'origine céleste dont était oint le nouveau roi lors de la cérémonie de son sacre.

La butte Saint-Nicaise et les anciens remparts

A côté du domaine Pommery, ce parc très arboré est situé sur l'emplacement des anciens remparts démolis à la fin du XIXème siècle. Vous pouvez d'ailleurs en découvrir deux vestiges : une tour et une poterne.

 

La parc

de la butte Saint-Nicaise est le seul endroit de Reims où l'on trouve des traces des remparts médiévaux, détruits au XIXe siècle mais dont subsistent la tour du puits et la poterne classés Monuments Historiques.

Il se

trouve au coeur du site patrimonial remarquable de Saint-Nicaise.

Il est planté de diverses essences d'arbres (épicéas, érables, paulownias...) et les buttes sont couvertes d'une végétation spontanée.

 

Découvrez également…

La satue de Paul Landowski

Commandée en 1907, l'oeuvre est installée dans les jardins du Carrousel du Louvre avant d'être déposée par l'État à Reims en 1933.

L'idée de l'artiste : "représenter un homme visionnaire, accroupi au milieu du plan de la ville future qu'il crée, il a relevé la tête et rêve" (Paul Landowski, Journal)

La cité-jardin du Chemin-VertUne terre de mécénat social

Le Foyer Rémois est fondé en 1912 à l'initiative du patronat sensible à la question sociale et à l'amélioration des conditions de vie de la population ouvrière, dans le but de construire des logements réservés aux familles nombreuses. La cité-jardin du Chemin-Vert présente un concept unique de de "laboratoire de natalité" tandis que la maison commune regroupe les services d'intérêt général. Aujourd'hui l'établissement, géré par le ville de Reims, accueille des pratiques artistiques amateurs, encadrées par des artistes professionnels

Les crayères des maisons de champagne

Installées au coeur de la colline Saint-Nicaise, découvrez les crayères des grandes maisons de champagne, classées au patrimoine mondial de l'Unesco.

En juillet 2015, la colline Saint-Nicaise a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Ce site fait partie d'une des trois ensembles retenus pour le bien Coteaux, Maisons et Caves de Champagne dans la catégorie paysages culturels évolutifs vivant.

En savoir +

Un peu d'histoire…

C'est le succès du Champagne, couplé à une besoin d'espace de plus en plus important qui incitent certains négociants à s'installer sur le site Saint-Nicaise, situé à 2 km de Reims et culminant à 135 mètres. Son sous-sol se compose d'une craie très blanche, très pure, appelée la "craie de Reims", exploitée via des crayères souterraines pour différents usages (construction, chaux, activités textiles...). Très vite, les négociants voient dans ces crayères un lieu idéal pour l'élaboration et la conservation du champagne. Elles sont réaménagées en caves et forment aujourd'hui de véritables "cathédrales" souterraines.

En surface, en connexion avec les crayères, se développent des "châteaux" industriels. Six maisons de champagne se situent sur la colline : Ruinart, Martel, Veuve Clicquot Ponsardin, Taittinger, Charles Heidsieck (aujourd'hui déménagée allée du Vignoble) et Vranken-Pommery.

Le parc de Champagne

situé sur la colline Saint-Nicaise fait partie de l'ensemble Coteaux, Maisons et Caves de Champagne inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

Un peu d'histoire…

Le marquis de Polignac, petit-fils de la veuve Pommery, confie en 1907 au paysagiste rémois Edouard Redont, la création d'un parc arboré de 22 hectares pour ses employé. En octobre 1910, le parc Pommery ouvre ses portes.

En 1913, Georges Hébert, fondateur de la méthode naturelle, y installe le premier collège d'athlètes français afin de préparer les sportifs français aux jeux olympiques de 1916. Le parc accueille des manifestations de grande ampleur jusqu'à sa destruction pendant la première guerre mondiale.

Après sa restauration, il garde sa vocation d'espace sportif et de loisirs.

Rebaptisé parc de Champagne en 2004, la ville de Reims en reprend la gestion. Le dessin d'origine a été conservé ainsi que quelques bâtiments anciens et un patrimoine arboré conséquent.

Le parc de Champagne aujourd'hui

Les équipements disponibles

 

2 terrains de basket en accès libre

1 espace jeux pour les enfants de 2 à 8 ans

1 espace jeux pour les enfants de 2 à 12 ans

1 aire d'accrobranche pour les enfants jusque 12 ans

1 aire de fitness

2 tables de ping-pong

des bornes fontaines sur tout le pourtour de l'allée principale. 


Samedi 28 Septembre

Reims



Dimanche 29 Septembre

Reims - Le Bourget