De Cordoue à Séville


Mercredi 4 Avril

Cordoba - Almodovar del Rio

Medina Azahara

Madinat al-Zahra (en arabe : مدينة الزهراء‎‎ Madinat az-Zahra, littéralement « ville brillante ») est le vestige d’une vaste ville palatiale créée par le calife des Omeyyades de Cordoue, Abd-ar-Rahman III al-Nasir (912-961). Construite à partir de 936. La ville est alors la capitale d’al-Andalus, car le coeur de l’administration et du gouvernement est situé dans ses murs. 

 

La ville est construite principalement pour des raisons politico-idéologiques, car la dignité du calife exige l'établissement d'une nouvelle ville comme symbole de son pouvoir. À cette fin, la ville comprend d'importantes constructions, entre autres des mosquées, des salles de réception, des bureaux administratifs et gouvernementaux mais aussi des casernes, des bains et des aqueducs. À la suite d’une invasion de Berbères en 1010, celle-ci est complètement détruite et abandonnée.

 

En 2009, un musée a été construit à côté du site qui comprend une partie souterraine permettant de maintenir les vues sur le paysage depuis les ruines.

Almodovar del  Rio


 

Un château en excellent état, rénové en grande partie en bref, un château médiéval absolument superbe. Il y a peu de mobiliers ou de salles à visiter mais la visite des différentes tours (toutes différentes) et des remparts offre des vues incroyables sur la région avoisinante et vaut à elle seule l'arrêt au Castillo de Almodovar.


Nous n’avons pu accéder au château d’Almodovar del Rio le parking au bas de celui-ci était occupé par l’installation d’une fête.

 

Nous nous sommes contentés de le voir de loin.

Nous avons quittés les collines remplis d’oliviers pour en trouver d’autres couvertes de citronniers et ce au bord d'une magnifique retenue d'eau

Nous avons contourné  ce lac de retenue pour aller jusqu’au bout du monde pour y trouver un camping super isolé avec une vue magnifique sur le château d’Almodovar del Rio

Camping La Brena

Almodovar del Rio

tél 957 338 333

N 37.83899 W 5.06265

Adulte :                          5,45 €

Camping Car   : 8,15 €

Electricité :              4,59 €



Jeudi 5 - Vendredi 6 - Samedi 7 - Dimanche 8 Avril

Séville


(N° 27828)
Avenida de las Razas et de la Calle Paez de Rivera
41012 SEVILLA LAS RAZAS

Latitude : (Nord) 37.36357° Longitude : (Ouest) -5.98889°

Tarif : 2016
Forfait : 10 €
Eau et électricité : 5 €
Pendant la féria : 20 € /24 h

Services :

 

Supermarché
Pain
Poulets rôtis

Bruyante à côté de l'Avenue

!!!Vidange des eaux noires !!!!
!!!Vidange des eaux noires !!!!

Télécharger
Quoi voir à Séville
SÉVILLE.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB

Séville est une ville éminemment imprégnée par la religion, comme en témoignent le nombre très élevé de lieux de culte. Parmi les plus célèbres :



Quatrième ville du pays, elle accueille une population de 690 566 habitants 1 en janvier 2013. Située au centre d'une riche région agricole, traversée par le  Guadalquivir  et connectée à un important réseau de communication, la cité est le coeur économique, politique et culturel de l’Andalousie, et constitue l’une des plus importantes villes du pays mais aussi de l'Europe du Sud.

C’est également une ville au passé prestigieux, dotée d'un patrimoine artistique d’une immense richesse, ce qui en fait une des destinations touristiques les plus prisées d’Europe et l'auréole d’un certain prestige. Ses monuments, les nombreux artistes qui y sont nés ou y ont oeuvré, son histoire glorieuse, ses fêtes traditionnelles, mais aussi son climat, ont contribué à sa renommée.

 

C’est une ville déroutante où ce mélange l’ancien et le nouveau – L’ancien dont beaucoup de bâtiments sont le témoignage des différentes expositions coloniales ou universelles et le moderne comme cette magnifique « Métropol parasol »

Macarena - Parlement d'Andalousie

Macarena - Muraille

Le district de Macarena, populairement appelé La Macarena, est un des onze districts administratifs de la ville andalouse de Séville, en  Espagne.

Il est situé au centre-nord de la ville. Il est limité au sud-ouest par la rue Resolana, la rue Muñoz León et la ronda de Capuchinos qui le séparent du district Casco Antiguo, au sud-est par la route de Carmona qui le sépare du district de San Pablo-Santa Justa, à l'est et au nord par la route Alcalde Manuel del Valle, la rue Chumbera, la route de Brenes, la rue Huerta de la Fontanilla et l'avenue Juventudes Musicales qui le séparent du district Nord et à l'ouest par le canal Alphonse-XIII et le district de Triana2.

On y trouve entre autres le Parlement d'Andalousie, qui siège dans l'ancien Hôpital de las Cinco Llagas, l'hôpital universitaire Virgen de la Macarena et la Torre de los Perdigones (littéralement, la Tour des Plombs).

Macarena - la porte

Macarena - Basilique

Le  retable  de l'autel  est de style néo-baroque. Il est réalisé en 1949 par les  huchiers  Juan Pérez Calvo et Rafael Fernández del Toro. Ses décors sculptés sont du gaditan  Luis Ortega Bru et les dorures d'Antonio Sánchez. L'ensemble a une hauteur de  12 m et se divise en deux corps et un attique qui abrite des allégories des trois vertus théologales. La décoration du  camarín (petite chapelle située derrière l'autel) est exécutée par López Morelló. Le retable héberge la Vierge de la Macarena, une icône anonyme de la fin du  xvii e  siècle ou du début du  xviii e  siècle.

 

Le district a donné son nom à la  Porte  et à la  Basilique de la Macarena (qui se trouvent dans le district Casco Antigo, à la frontière des deux districts). L'origine exacte du nom  Macarena  n'est pas claire. Il est possible qu'il vienne du terme arabe  Macarea ou du nom  Bab–al-Makrin  sous lequel était connu l'Arc de la Macarena du temps de la domination musulmane. Il se pourrait également qu'il provienne de  Macarius (le nom d'un patricien romain qui aurait possédé de grandes propriétés dans la région), du nom d'une infante maure qui vécut dans le quartier ou de celui de  Macaria, une fille d'Hercule

Macarena - le quartier

Metropol parasol

La deuxième moitié du xxe siècle est dominée par deux projets d'aménagement urbain majeurs. Le premier d'entre eux est l'édification à partir des années 1960 de grandes cités, dont l'objet est d'absorber l'accroissement de la population (Las 3000 viviendas, Los Remedios, les Polígonos…). Le deuxième projet voit le jour avec la tenue de l'Exposition universelle de 1992, qui amène les autorités locales et nationales à engager la construction de nouvelles infrastructures de transport et de nouveaux quartiers, le réaménagement des quais, la restauration et la réhabilitation d'un grand nombre de zones et de monuments du cœur historique de la ville, sans compter la création du site propre de l'Exposition. Les quais du canal Alphonse-XIII sont depuis lors devenus une longue promenade fleurie, qui a rendu son fleuve à la ville

Iglésia San Lorenzo ?

Mercado del Barranco

Le quartier Juif


Samedi 7 Avril

Alcazar - La Giralda - Cathedrale 11:30

L'Alcazar

La Cathedrale

Le tombeau de Christophe Colomb

La Giralda et vues sur la ville

La place d'Espagne

(Plaza de España en castillan) est une des places les plus spectaculaires de Séville

Elle est conçue pour l'Exposition ibéro-américaine de 1929 par l'architecte local Aníbal González (architecte responsable de l'événement). Ce dernier en initie la construction en 1914. González ayant présenté sa démission en 1926, la construction est reprise par Pedro Sánchez Núñez sous les ordres de Vicente Traver, remplaçant González au poste d'architecte responsable. Mille hommes ont participé à sa construction qui s'est terminée en  1928. C'est la construction la plus coûteuse de l'exposition

Torre del Oro

(Torre del Oro en espagnol) est une tour d'observation militaire de la ville andalouse de Séville (Espagne). Elle fut construite au début du  xiiie  siècle, durant la domination  almohade, afin de contrôler l'accès à la ville depuis le  Guadalquivir. Elle faisait partie des fortifications érigées autour du centre historique de la ville et de l'Alcazar par les Almoravides  et les Almohades entre les  xie  et  xiiie  siècle.

A travers la ville

Pour l'Exposition universelle de 1992, afin notamment d'améliorer l'image de la ville, la darse est partiellement rouverte et ses quais deviennent un lieu de promenade privilégié des Sévillans. À cette occasion, six nouveaux ponts voient le jour, dont le style architectural parfois avant-gardiste contribue à donner une image moderne à la ville.


Dimanche 8 Avril

Corrida dans la plus ancienne arêne d'Espagne - 18:30

Ces arènes, les plus anciennes d’Espagne après celles de Ronda, sont classées en première catégorie 64. Construites à partir du xviiie  siècle, elles sont la propriété de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, une corporation nobiliaire, composée de descendants de la noblesse andalouse, et fondée par Charles II, en 1670, à partir d’anciennes confréries chevaleresques médiévales. Son rôle était de former à la cavalerie de guerre les officiers de l’armée espagnole, et d’habiliter ces derniers à intégrer les rangs. Ses activités originelles sont clairement liées à l’équitation.

Elle se consacre aujourd’hui à diverses actions de bienfaisance, de mécénat artistique et culturel, ainsi qu’à la promotion de la pratique équestre et de la tauromachie. En ce sens, elle soutient l’école de tauromachie de la ville. Elle est placée sous le haut patronage du roi, Hermano Mayor, depuis le règne de Philippe V, qui lui accorda plusieurs privilèges



Dimanche 8 Avril

Corrida aux arênes de Séville 18 h 30

Tauromachie

 Séville est un des hauts lieux de la tauromachie espagnole. Berceau de nombreux toreros et capitale d’une des plus fameuses régions d’élevage de toros braves, elle est un des plus éminents foyers de l’afición en Espagne. Se produire à la Maestranza est le rêve de tout matador, et les triomphes en ces lieux sont gages d’un avenir prometteur.

Les arènes 

Ces arènes, les plus anciennes d’Espagne après celles de Ronda, sont classées en première catégorie64. Construites à partir du XVIIIe siècle, elles sont la propriété de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla, une corporation nobiliaire, composée de descendants de la noblesse andalouse, et fondée par Charles II, en 1670, à partir d’anciennes confréries chevaleresques médiévales. Son rôle était de former à la cavalerie de guerre les officiers de l’armée espagnole, et d’habiliter ces derniers à intégrer les rangs. Ses activités originelles sont clairement liées à l’équitation.

Elle se consacre aujourd’hui à diverses actions de bienfaisance, de mécénat artistique et culturel, ainsi qu’à la promotion de la pratique équestre et de la tauromachie. En ce sens, elle soutient l’école de tauromachie de la ville. Elle est placée sous le haut patronage du roi, Hermano Mayor, depuis le règne de Philippe V, qui lui accorda plusieurs privilèges