De la Roche sur Yon  à Brantôme

12 Mars

La Vendée

La retenue d'Aspremont

3 jours de soleil…il était temps qu’il repleuve et bien voilà c’est fait découverte de la Roche sur Yon sous la pluie pourtant en voiture  ma guide et amie camping cariste  «Yannick» m’a fait découvrir sa ville…bien tristounet un dimanche déjà qu’en temps normal ça manque d’animations mais avec la flotte j’avoue que ce n’est pas là que j’aimerais finir mes vieux jours !!!!

 

Ville nouvelle créée en 1804 par Napoléon, La Roche-sur-Yon se situe au centre du département de la Vendée. Le premier désenclavement routier permet alors de relier le chef-lieu aux principales villes du département à la fin de l'Empire. En 1866, le désenclavement ferroviaire est entrepris

La Roche sur Yon

Télécharger
LA ROCHE SUR YON.pdf
Document Adobe Acrobat 1.0 MB

(N° 2540)
Chemin des Amoureux
85000 LA ROCHE SUR YON


Latitude : (Nord) 46.66818°
Longitude : (Ouest) -1.41837°

Tarif : Gratuit

Services :

500 mètres du centre ville, place Napoléon

12 emplacements goudronnés, éclairés, ombragés.
Stationnement limité 36 h
Tél: +33 (0) 251 474 630
http://www.ot-roche-sur-yon.fr


Eglise Saint Louis

Construite de 1817 à 1829 et consacrée sous le vocable de Saint-Louis en 1830, l'église Saint-Louis est le plus vaste édifice religieux de la Vendée. Cet édifice construit sous le modèle des basiliques antiques présente une architecture extérieure néo-classique qui est mise en valeur par son retrait de la place Napoléon.

 

L'intérieur de l'église, largement inspiré de l'église Saint-Philippe-du-Roule de Paris, présente une architecture néo-classique avec un péristyle de colonnes cannelées à chapiteaux corinthiens supportant une voûte en berceau peinte en trompe-l'oeil.

Place Napoléon

Une des plus vastes esplanades publiques de France, la place Napoléon a pour éléments importants:

En 2012 commencent les travaux de la place Napoléon, de la rue Clemenceau et de la place de la Vendée qui étaient restés pratiquement inchangés depuis les années 1980. Ainsi la proposition du cabinet d'architectes Alexandre Chemetoff et Associés est retenue par la mairie. Les travaux devraient s'achever courant 2014 et aboutiront à un lieu laissant un large espace à la

végétation et à l'eau. De plus, des animaux mécaniques réalisés par François Delarozière seront installés dans les bassins d'eau de la place et le public pourra interagir avec eux en permanence et gratuitement.

Eglise du Sacré Coeur


13  Mars

Le Château de la Roche Courbon

N 45.835422 - E - 0.7811450

Télécharger
LE CHATEAU DE LA ROCHE COURBON.pdf
Document Adobe Acrobat 373.3 KB

Le Château

Le parc à la française sur piloti

Les dépendances

Le domaine

Saintes

Télécharger
SAINTES.pdf
Document Adobe Acrobat 824.1 KB

(N° 21974)
Avenue de Saintonge / Chemin de la Prairie
17100 SAINTES


Latitude : (Nord) 45.74046°  Longitude : (Ouest) -0.62711° 
Tarif : 2015
Stationnement, services : 5 €
Services gratuits

Services :
Poubelles
A 10 mn à pied du centre ville

Ouvert toute l'année
12 grands emplacements matérialisés sur parking goudronné
Stationnement limité 7 jours
Face au parc des expositions et supermarché Leclerc

Cathédrale Saint Pierre

La cathédrale Saint-Pierre

Selon la tradition, la cathédrale Saint-Pierre a été élevée sur l'emplacement d'un ancien édifice chrétien du VIe siècle, oeuvre de l'évêque saint Pallais.

L'édifice actuel est le résultat de nombreuses campagnes de construction et de restauration qui se s'échelonnent du XIIe au XVIIIe siècle. Il est en grande partie reconstruit à partir du milieu du XVe siècle et très peu d'éléments anciens sont  conservés.

L'Abbaye-aux-Dames

la cité musicale

Le Festival de Saintes, le Jeune Orchestre atlantique, le programme d'éducation artistique et le site historique de l'abbaye en sont les piliers et la source de  rayonnement.

Elle fut le premier monastère de femmes en Saintonge. Ces femmes de  pouvoir étaient moniales, portaient la crosse et frappaient la monnaie. Le  rayonnement de l'Abbaye était immense.

Eglise Saint Pallais

L'Arc de Germanicus

L'arc de Germanicus marquait l'entrée principale de la ville romaine en avant du pont qui traversait la Charente. Ses deux arches correspondaient aux

deux sens de circulation de l'époque. Dédié à l'empereur Tibère à Drusus et à Germanicus, il a été construit par un noble santon du nom de Caius Julius Rufus vers 18-19 ap. J.-C.

 

C'est un monument sobre décoré de pilastres cannelés et de chapiteaux composites avec un entablement portant des inscriptions. Il a subi quelques transformations à l'époque médiévale et était promis à la démolition en 1843

Basilique Sainte Eutrope

Le quartier de Saintes où se dresse l'imposante basilique Saint Eutrope est un  peu excentrée du centre ville, sur la rive gauche, mais les dimensions de la ville font que l'on y accède facilement à pied.

L'origine de cette basilique remonte à la fin duXI° siècle : sa construction fut décidée à partir de 1081 après que l'on ait retrouvé en cet endroit les reliques de Saint Eutrope, premier évêque de Saintes et grand évangélisateur de la Saintonge au 1er siècle de notre ère.

Crypte de l'église Sainte Eutrope

La basilique funéraire - également appelée église basse ou crypte - est la partie la plus ancienne de l'édifice. Réalisée à partir de 1081 par le premier atelier ayant œuvré à la construction de l'église, elle comprend deux croisillons à absidioles orientées, un triple vaisseau comprenant quatre travées droites couvertes dans leur partie centrale d'une voûte d'arêtes surbaissée supportée par de puissants tores, ainsi qu'une abside intégrant un déambulatoire et une série de trois chapelles rayonnantes voûtées en cul-de-four. Des baies en plein cintre assurent un éclairage régulier du sanctuaire.

Quatre paires de piles massives, aux socles circulaires ou cruciformes, marquent la limite entre le vaisseau principal et les bas-côtés. Les sculptures des chapiteaux, ornés principalement de motifs végétaux et d'entrelacs d'inspiration antique, constituent l'un des ensembles remarquables du sanctuaire.

Les dimensions de l'église basse en font l'une des plus vastes cryptes romanes d'Europe : sa longueur totale est ainsi de 35 mètres de long pour une hauteur sous voûte de 5 mètres.

A travers la ville

Logis du gouverneur

Etabli sur un éperon rocheux dominant l'ancien quartier épiscopal, la « colline du Capitole », il est l'unique vestige de la citadelle construite au xviie siècle par le gouverneur Louis de Pernes. Une aile latérale, édifiée au xixe siècle, accueille l'église Saint-Louis.

Le logis du gouverneur est établi sur un site occupé depuis la plus haute Antiquité, probable emplacement de l'ancien forum romain, puis du château des comtes de Saintonge. Ce dernier est converti en une forteresse à l'époque médiévale, laquelle est tenue par les ducs d'Aquitaine, vassaux du roi d'Angleterre, puis par les représentants du roi de France à l'issue de la guerre de Cent Ans. Peu urbanisée, la colline accueille cependant à cette époque pas moins de trois édifices religieux : la chapelle Notre-Dame, desservant le château, la chapelle Saint-Frion et l'église Saint-Agnant, campée sur le bord méridional du plateau, en surplomb du faubourg Berthonnière.

l'Amphithéatre


14 Mars

Saint Simon

N 45.397476 - E -0.4481859

Télécharger
Saint SIMON.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

Abbaye de Bassac

Brantôme

Télécharger
BRANTOME.pdf
Document Adobe Acrobat 680.0 KB

Au coeur de la verdoyante et fraîche vallée de la Dronne on découvre Brantôme.

Le bourg est entouré par la rivière qui forme une ile, et au pied de la falaise, trônent les bâtiments de l'abbaye

(N° 273)
Chemin du Vert Galant
24310 BRANTÔME


Latitude : (Nord) 45.36046°  Longitude : (Est) 0.64848°  

Tarif : 2016
Stationnement : 6,05 €
Paiement à l'entrée
Services : 2 €

Services :
Poubelles tri sélectif
Laverie automatique à 200 m
Golf miniature
Boulodrome
Aire de jeux enfants

Ouvert toute l'année
Stationnement limité 48 h
Tél Office du Tourisme : +33(0)553 058 052
http://www.brantomeenperigord.fr/

L'Abbaye

L'église abbatiale a été classée « monument historique » dès 1840, le pavillon dit du « Corps de garde » (ou « pavillon Renaissance ») et la tour ronde dépendant de l'ancienne abbaye l'ont été par arrêté du 2 mars 1891, le pont coudé et trois reposoirs datant de la Renaissance, situés dans l'ancienne abbaye le furent par arrêté du 13 janvier 1912, le cloître du xive siècle, les salles du rez-de-chaussée donnant sur le cloître, les façades et toitures, charpentes et escalier intérieur du bâtiment monastique du xviie siècle ne furent classés qu'en 1957 (arrêté du 19 février 1957).

Les grottes de l'Abbaye

Le site troglodytique de l'abbaye de Brantôme : un parcours qui témoigne des traces d'occupations des premiers moines bénédictins à partir du VIII° siècles. Habitations, pigeonniers, fontaine Saint Sicaire, grotte sculptée dite "grotte du Jugement Dernier" où l'on retrouve deux bas reliefs dont un très énigmatique.

La Dronne

A travers la ville de Brantôme