Le Bassin d'Arcachon

Gujan Mestras

(N° 27092)

 

Route des Lacs

Aire des 3 Coccinelles

33470 GUJAN MESTRAS

Latitude : (Nord) 44.6184°  Longitude : (Ouest) -1.09852° 

Tarif : 2021

Forfait Service Et Plein D'eau : 4.00 €

Forfait Emplacement Service Et Plein D'eau Et Electricite : 14.00 € à 18.00 €

Taxe De Sejour Par Personne : 0.40 €

Type de borne : sanistation

Services :

Boulangerie Ou Depot - Restaurant - Alimentation

Lave Linge - Seche Linge

Randonnee - Pistes Cyclables

Supermarche - Transport En Commun

Electricité : 6 ampères, 24h, 76 prises

Wifi gratuit : oui

Plein d'eau : >200 l

Autres informations :

Ouvert A l'année

76 emplacements

Durée maxi: 7 jour(s) ou plus

Moyen de paiement : CarteBancaire

Tel: +33 5 56 54 48 81

Tel: +33 6 88 99 65 72

site internet


Port de Gujan Mestras

Bassin malin : lors de votre découverte des ports, ne manquez pas Gujan-Mestras, la ville aux sept ports et la capitale ostréicole du Bassin d’Arcachon.

Pour tout connaître de l’histoire de l’huître, partez visiter la Maison de l’huître sur le port de Larros.

Devenu un incontournable à Gujan-Mestras, vous comprendrez les techniques d’élevage et le travail de l’ostréiculture à travers les siècles.

Ce musée de l’huître est ouvert toute l’année.


Arcachon

Arcachon les pieds dans l’eau

Arcachon se découvre toute l’année et se divise même en 4 saisons ! Venez découvrir le contraste entre sa Ville d’Été, ses magnifiques jetées et son centre-ville animé ; et la Ville d’Hiver avec ses merveilleuses villas typiques du XIXe siècle.

La Ville d’Automne vous amènera au port et au quartier des pêcheurs de l’Aiguillon, tandis que la Ville de Printemps vous fait découvrir la Source des Abatilles, la Plage Pereire et le quartier vibrant du Moulleau.

Bienvenue à Arcachon !

Se balader sur le long des jetées

La jetée d’Eyrac, la jetée Thiers, la jetée de la Chapelle ou celle du Moulleau, ces lieux bien connus des locaux sont emblématiques d’Arcachon.

Enfourchez le vélo le temps d’une journée pour les découvrir, et n’oubliez pas l’appareil photo, car les paysages sont uniques depuis chacune des jetées d’Arcachon.

Balades et flâneries dans la Ville d’Hiver

La Ville d’Hiver est un petit coin paisible d’Arcachon. Au départ du Parc Mauresque, on y retrouve les plus belles maisons de la ville dans un labyrinthe agréable de ruelles sinueuses. Prenez quelques heures pour vous y perdre, c’est de cette manière que vous tomberez sur les villas les plus charmantes ! N’hésitez pas à prendre le plan de la Ville d’Hiver à l’Office de Tourisme.

Ici se cache la « Tour Eiffel » d’Arcachon. L’observatoire Sainte-Cécile offre une vue panoramique sur la ville !

Flâner dans le quartier des pêcheurs, l’Aiguillon

Le quartier de l’Aiguillon est notre coin secret à Arcachon. Avec ses cabanes colorées encore utilisées, vous ne pourrez pas manquer ce lieu photogénique plein de charme.

En vous baladant, faites une pause bien méritée dans la seule cabane à huîtres du quartier : la Cabane de l’Aiguillon !

Vous partez visiter Arcachon et son bassin ? 

Visiter Arcachon, c’est faire l’expérience de l’authenticité d’une station balnéaire qui a su rester simple. Située sur la côte atlantique, protégée par le bassin du même nom, elle offre un lieu de villégiature parfait pour une escapade d’un week-end comme pour des vacances. Les plaisirs de bouche associés aux nombreuses activités en font un paradis secret que les habitués aimeraient garder pour eux.

Entre randonnées, plages de sables fin et sites d’exception, voici les meilleures

Lieux et monuments

Les 4 saisons d'Arcachon

Si Arcachon est parfois appelée « la ville aux 4 saisons », c’est parce que la commune est composée de 4 quartiers différents : la Ville d’Hiver, la Ville de Printemps, la Ville d’Été et la Ville d’Automne. Située sur les hauteurs d’Arcachon,

La ville d'Hiver

la Ville d’Hiver est sans aucun doute la plus touristique. Réputée pour être le quartier huppé de la ville, elle abrite de magnifiques villas du XIXᵉ siècle qui mélangent les styles mauresque, colonial, néo-classique et néo-gothique. Parmi les plus connus, ne manquez pas de découvrir la Villa Toledo, la Villa Teresa, la Villa Brémontier ou encore la Villa Trocadéro, de véritables bijoux architecturaux représentatifs de la Belle Époque.

Lors de votre promenade dans la Ville d’Hiver, ne manquez pas le magnifique parc Mauresque où se trouvait le Casino éponyme, ainsi que l’Observatoire Sainte-Cécile, accessible par la passerelle Saint-Paul, structure métallique réalisée en collaboration avec Gustave Eiffel, qui vous permettra de découvrir un magnifique panorama sur le bassin d’Arcachon.

Si vous vous demandez que faire à Arcachon, ne ratez surtout pas la Ville d’Hiver. Ce quartier perché sur les hauteurs est emblématique de l’histoire de la commune. Vous déambulerez entre des villas du XIXe siècle à l’architecture spectaculaire, parfois même extravagante. Environ 300 demeures peuplent ainsi la colline.

Ne manquez pas les villas Brémontier, Toledo, Alexandre Dumas, Bayard ou Athena, chacune présentant un style bien particulier. Le parc Mauresque constitue une invitation à la détente, et s’avère être un lieu charmant pour un pique-nique. Montez ensuite au sommet de l’observatoire Sainte-Cécile. Vous pourrez admirer un beau panorama sur la Ville d’Hiver et le bassin en contrebas.

Partez sur les hauteurs d’Arcachon à la découverte de la Ville d’Hiver

Loin de l’effervescence des plages, perdez-vous dans les ruelles du quartier à la recherche des plus belles villas du XIXe siècle et promenez-vous dans le Parc Mauresque jusqu’à l’observatoire Sainte-Cécile.

C’est à pied que l’on découvre le mieux la Ville d’Hiver d’Arcachon !

Flâner dans les allées…

Parmi les 300 villas, ne manquez pas la Villa Teresa, Toledo, Brémontier, Trocadero, Alexandre Dumas, Bayard et Athena, connues comme étant les plus extravagantes du quartier !

 

Vous longez la plage par le boulevard Marcel Gounouilhou.

 

Empruntez la 2e rue à gauche; à l’angle, se trouve l’ancien Grand Hôtel aujourd’hui transformé en appartements de standing. Cet ensemble impressionnant fut construit en 1866 à la même époque que la Ville d’Hiver que vous allez découvrir. Ses constructeurs sont en effet les Frères Péreire, propriétaires de la Compagnie des chemins de fer du Midi.

 

En continuant sur cet axe commerçant, rue du Maréchal de Lattre de Tassigny, vous arrivez au pied de l’ascenseur mis en service en 1948 qui permet d’accéder au Parc Mauresque (place du 8 mai 1945). Mais en bon randonneur qui se respecte, vous montez par le chemin qui serpente sur la butte et entrez dans ce parc de 8 ha, lieu de détente et de promenade au coeur de la ville. Sur votre gauche, la maquette du Casino Mauresque détruit par un incendie en 1977, et face à vous, une pinasse, bateau emblématique du Bassin. Ces grandes barques étaient utilisées aussi bien pour la pêche que pour l’ostréiculture. Elles sont aujourd’hui pour la plupart reconverties en bateaux de plaisance.

 

En sortant par le portail à droite, allez tout droit et empruntez le passage de l’Observatoire, puis la passerelle Saint Paul pour accéder au belvédère ; édifiée sur la dune Sainte Cécile, cette tour de 25m constitue un observatoire privilégié pour profiter d’un panorama à 360° sur la ville et le bassin.

 

En descendant, vous prenez à gauche et suivez le balisage le long de l’allée Brémontier qui vous amène jusqu’à la place du même nom. Au centre, trône le buste de Nicolas Brémontier, éminent ingénieur qui, à la fin du 18e siècle, expérimenta avec succès la fixation des dunes par la plantation de pins maritimes et fut ainsi à l’origine de la forêt des Landes de Gascogne. Mais avant de saluer ce célèbre personnage, attardez-vous devant les flamboyantes villas nichées dans la verdure qui témoignent de l’extravagance et de l’opulence des premiers résidents de la Ville d’Hiver. De la place Brémontier, suivez le balisage pour atteindre la place du Professeur Fleming, autrefois Place des Palmiers et son charmant kiosque qui fut jadis le cadre de concerts dominicaux. Vous y verrez aussi l’ancienne église anglicane Saint Thomas, aujourd’hui temple protestant, construite à l’initiative de la forte « colonie » britannique installée à Arcachon dès la fin du 19e siècle.

 

Prenez à gauche l’allée Bouillaud et ses nombreuses villas de caractère , puis en continuité l’allée Turenne.

 

Là, deux possibilités s’offrent à vous :- soit retraverser le Parc Mauresque, mais attention aux horaires d’ouverture (en hiver 8h/19h30 et l’été 7h/22h)- soit poursuivre tout droit jusqu’à l’escalier Turenne que vous descendez pour prendre sur la gauche l’avenue Regnault.

 

Pour terminer cette belle promenade, rejoignez la place du 8 mai 1945 et reprenez le circuit en sens inverse jusqu’à la jetée Thiers. De là, si vous le souhaitez, vous pourrez prendre le bateau pour rejoindre la Presqu’île du Cap Ferret d’où un petit train touristique vous permettra de rejoindre les plages océanes.

L'observatoire Sainte-Cécile

Grimper au sommet de l’observatoire Sainte-Cécile

Pour vous y rendre, il vous faudra traverser la passerelle Saint-Paul ! Et pour admirer l’un des plus beaux panoramas sur la Ville d’Hiver et le Bassin, montez les marches du belvédère. C’est en le découvrant de plus près que vous trouverez certaines similitudes avec un monument bien connu de tous. Il faut l’avouer, Gustave Eiffel a participé à ce projet

Télécharger
CDT33-tfinal-Boucle-de-la-Ville-d-Hiver.
Document Adobe Acrobat 994.7 KB

est un belvédère métallique de 25 m de hauteur construit en 1863 par Paul Régnauld, assisté de Gustave Eiffel, qui surplombe la ville et offre un point de vue sur le bassin.


Faire une pause au Parc Mauresque

Depuis la place du 8 mai, empruntez l’ascenseur du Parc Mauresque qui relie la Ville d’Eté à la Ville d’Hiver. A la sortie, engagez-vous sur le balcon pour admirer la vue sur le Bassin. Une fois en haut et loin de l’agitation, profitez d’une pause fraîcheur dans les allées ombragées du parc. Aire de jeux pour enfants, kiosque et bancs, le parc Mauresque est une incitation à la détente !

Le magnifique parc Mauresque avec ses arbres centenaires, ses jolis points d’eau et son kiosque romantique. Cet espace vert se caractérise par un riche patrimoine botanique puisqu’il possède, depuis 1992, un arboretum abritant des plantes rares et exotiques ainsi qu’une jolie roseraie où les visiteurs peuvent découvrir pas moins de 600 rosiers ! Une balade dans cet écrin de verdure est une véritable invitation au calme et à la détente que nous vous conseillons vivement pendant votre séjour. Si vous avez des enfants, eux aussi pourront profiter des joies de la nature et surtout, s’amuser dans l’aire de jeux du parc.

Pour la petite histoire, c’est au sein du parc Mauresque que se trouvait autrefois le casino éponyme jusqu’à sa destruction lors d’un violent incendie en 1977. D’une architecture remarquable, vous pourrez en découvrir une maquette à la sortie de l’ascenseur du parc reliant la Ville d’Hiver à la Ville d’Été.

Accès libre.

Le parc Mauresque est ouvert de 8h à 19h30 en hiver et de 7h à 22h en été.

La passerelle Saint Paul

Gustave Eiffel a fait son apprentissage dans le Sud-Ouest

notamment à Arcachon où il a conçu avec Paul Regnault

 

La passerelle, oeuvre de Paul Régnauld, a été construite à 15 mètres au dessus de l'Allée Emile Péreire (Allée Pasteur) et achevée en 1863. Elle permet de monter à l'Observatoire. Son tablier est long de 32 mètres. Elle relie ce qu'on appelait autrefois les collines Saint-Paul et Sainte-Cécile.

 

Les ingénieurs faisaient leurs calculs à la main et les édifices tenaient.

La Pinasse (Parc Mauresque)

Evoquer le Bassin d'Arcachon, c'est associer à l'architecture balnéaire les forêts des Landes, la mer, ses produits et les bateaux.

Trop nombreux sont encore ceux qui s'étonnent d'apprendre que des bateaux, ces « monuments qui flottent » peuvent aussi être classés monuments historiques.

La villa Teresa ou hôtel Semiramis

dans la Ville d'Hiver fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 18 mars 1980 ;

repris à un spéculateur, cet hôtel acheté en ruine a été rénové par Arlette et Denis Baures.


La villa Toledo

Construite en 1864, la Villa Toledo était à l'origine un manège d'équitation construite pour le compte de la Compagnie du Midi. Elle fut ensuite modifiée en 1877 - 1878, pour en faire un édifice habitable. Certains éléments ont été modifiés, cependant on peut aujourd'hui encore apercevoir la véranda d'origine ainsi que les magnifiques bois découpés sous toit

La villa Brémontier

qui ferme la perspective de l'allée Faust, est l'une des premières villas de la Compagnie des Chemins de Fer du Midi.

Construite en 1863, sur les plans de l'architecte Paul Regnault par les entrepreneurs Salesses et Le Thieur, elle est avec son grand parc et ses bâtiments annexes, écurie et remise, le plus prestigieux « chalet de location », qui accueillit des personnes de haut rang comme Alexis de Rymsky-Korsakoff, maréchal de noblesse, en 1894.

Comme les premières constructions de la Ville d'Hiver, elle réinterprète le type « chalet suisse », en vogue à l'époque, avec son plan rectangulaire et son architecture compacte et fonctionnelle.

Les matériaux employés sont les mêmes que ceux des ouvrages de la Compagnie de Chemins de fer : des moellons assemblés avec des joints apparents, de couleur rouge, des parpaings taillés en carrière.

La villa Trocadero

La villa Trocadéro, autrefois dénommé Graciosa, a été construite en 1863 - 1864 sur le modèle du chalet suisse.

C'est l'un des premiers chalets locatifs de la Compagnie du Midi, dont les plans ont été signés par P. Régnault et les travaux exécutés par l'entreprise Theze.

Cette maison au plan rectangulaire et construite en hauteur comprenait à l'origine salon, salle à manger, cuisine, 4 chambres de maître et 2 domestiques.

Vers 1900, la villa a été complètement transformée : sa toiture a été « habillée » en demi-coupe avec une lucarne-pignon à fenêtre débordante.

Furent ajoutés un balcon périphérique avec balustrade ouvragée arrondie aux angles, une véranda, éléments qui évoquent les maisons coloniales des Indes.

L'escalier en bois latéral a été remplacé par un escalier de pierre à balustrade, ornement de la façade.

La villa Trocadéro

Trocadéro témoigne de l'engouement pour le décor en bois découpé qui faisait travailler 8 usines dans le département au siècle dernier.

La villa Alexandre Dumas

Cette villa, sans doute l'une des plus belles de la Ville d'Hiver fut construite en 1895 par l'architecte J. de Miramont et l'entrepreneur P. Blavy. Daniel Iffla, son propriétaire, célèbre banquier, philanthrope et mécène, la nommera de son propre surnom Osiris.

Plus tard, vers 1907, elle fut rebaptisée, Alexandre Dumas.

Très originale, la villa réunit des éléments composites de style hispanique et un belvédère comparable à celui des villas rustiques italiennes.

Cet élément architectural, rivalisant avec le donjon de la villa Coulaine domine le paysage environnant et offre une remarquable vue sur le Bassin d'Arcachon.

Alexandre Dumas illustre à merveille la remise de la couleur au goût du jour : celle-ci souligne les bandeaux d'arcatures des baies et les travées composées d'une alternance de briques rouges et vernissées bleu, jaune et vert.

Cette floraison décorative est colorée également par des boutons de fleurs en terre cuite moulée.

Dans les niches de la façade se trouvaient des bustes qui témoignaient du goût prononcé d'Iffla Osiris pour la statuaire.

Le buste qui surmonte l'entrée, par exemple, est une réplique d'une des figures du « Départ des Volontaires » de l'Arc de Triomphe, Oeuvre du sculpteur S.Rude.

Le jardin aux essences variées met en valeur la villa.

La clôture constituée de grilles ornementées en fer forgé posées sur un mur-bahut et deux magnifiques portails en ferronnerie séparent la villa de l'espace public tout en dévoilant l'architecture du jardin.

Récemment ce remarquable édifice a été restauré par ses propriétaires dans l'esprit qui a prévalu lors de sa construction à la fin du siècle dernier.

La villa Bayard

La villa Athena,

La villa Sigurd

« Nadine » à l'origine, la villa a ses premiers plans dressés par l'ingénieur en chef de la Compagnie du Midi : Paul Régnault.

Trois ans plus tard, elle est appelée « Shakespeare » et sur le plan de d'Ormieres de 1889, elle devient « Velasquez ».

Vers 1895, elle est totalement transformée, reconstruite même, par l'architecte Marcel Ormieres; c'est à cette époque que la tour dans laquelle se loge le grand escalier et où domine un belvédère est édifiée.

Son nom actuel « Sigurd » remonte aux alentours de 1903. Sur une carte postale de l'époque un pin se dresse à l'emplacement du cèdre actuel.

La Villa Sigurd

Comme certaines villas de la Ville d'Hiver aux noms évocateurs d'oeuvres littéraires ou musicales, celle-ci tire son nom d'un opéra en 4 actes et 7 tableaux (poème de Camille du Locle et Alfred Blan, musique d'Ernest Reyer), représenté à l'opéra de Paris le 12 juin 1985.

L'Opéra « Sigurd » a été joué à guichets fermés pendant des années), après avoir été d'abord joué au théâtre de la Monnaie de Bruxelles le 7 janvier 1884.

Les auteurs ont emprunté leur sujet à la légende scandinave de l'« Edda », Sigurd était un héros mythique des peuples germaniques et scandinaves, l'un des principaux personnages des traditions de l'« Edda » de la « Volkungs Saga » et des « Niebelungen ».

La villa Graigcrostan

En 1880, Laird Mac Gregor, un aristocrate écossais, habitué de la station qu'il fréquente pour des raisons de santé, possède déjà les villas Glenstrae et Hermosa (Soleil Levant), quand il décide d'acheter une dune sur laquelle il projette de faire construire une villa.

Ce personnage excentrique, quand il était à Arcachon, faisait quotidiennement une promenade en voiture à cheval.

Couvert de plusieurs plaids au départ, il les retirait l'un après l'autre en des lieux précis où l'attendait un valet chargé de ramener la couverture à sa villa.

La Villa Graigcrostan

La Villa Graigcrostan, construite sur les plans d'un architecte londonien, est de style composite comme beaucoup de villas construites à la fin du XIX ème siècle.

Elle a emprunté au style néo-palladien ses élégantes colonnes sur deux niveaux et ses balcons à balustrades.

Ses galeries lui donnent un « air colonial », son belvédère en planches peintes, un « air italien » et sa toiture bordée de lambrequins à l'origine la rattache aux « chalets suisses » et s'adapte parfaitement au climat atlantique.

Balcons à balustrades

En 1882, selon les goûts de son propriétaire, la villa était peinte de couleurs orange et pistache.

Le décor intérieur qui venait de Londres est en partie conservé, cheminée figurant les douze mois de l'année, lambris et vitraux colorés aux armes des Mac Gregor dans le vestibule d'entrée.

Belvédère et Balustrades

Le portail d'entrée du parc vient également d'Angleterre.

A la mort de Laird Mac Gregor en 1892, la villa qui passe de propriétaire en propriétaire est parfois même louée pour la saison d'été.

Pendant la deuxième guerre et jusqu'à la pose de la première pierre du lycée climatique en 1947, elle abrite les lycéens locaux ou réfugiés avant d'être transformée quelques temps plus tard en aérium et garderie.

Aujourd'hui restaurée, toute blanche, ses différents étages ont été divisés en appartements privés.

l’ancienne église anglicane Saint Thomas

Inaugurée en 1878 par l'archevêque de Londres, l'église anglicane Saint-Thomas fut construite à l'initiative du Pasteur Radcliff représentant la forte « colonie » britanique.

Cette église en 1977, est devenue temple protestant.

Elle se situe à proximité de la Place des Palmiers (aujourd'hui Place Fle-ming).

Le monument aux morts

d'Arcachon d'inspiration pacifiste, dominé par une Victoire, présente des sculptures de pleureuses, d'un résinier d'une ostréicultrice du bassin et des inscriptions pacifistes dont PAX - LABOR (Paix - Travail).

Le cimetière de la ville

est créé en 1859, sur une terrain de 1,15 ha. Il est agrandi en 1883, en 1962 puis en 1984, portant sa surface à 8 ha. Il accueille environ 6000 concessions. Parmi les 20 à 25 000 défunts, on compte plusieurs personnalités comme l'homme d'affaires Jean-Hubert Debrousse, le compositeur Charles Tournemire, le peintre Simon Segal, l'acteur Roland Armontel, l'entrepreneur Louis Gaume, le dessinateur René Giffey, le prince Auguste de Broglie, l'entrepreneur Guy Couach et plusieurs anciens maires de la ville comme Alphonse Lamarque, Marcel Gounouilhou et Lucien de Gracia. Il comporte également plusieurs monuments : un monument en hommage à Marie Bartette, le monument des péris en mer, l'ossuaire des Anglais d’Arcachon, le cimetière militaire, le monument de la guerre de 1870 et la Lanterne des morts et Héros mourant.

La Ville d'Eté

est le quartier le plus ancien d’Arcachon et correspond à l’actuel centre-ville.

Situé sur le front de mer, il est également l’endroit le plus fréquenté et animé d'Arcachon. On y trouve d’ailleurs de nombreux hôtels, bars, restaurants et commerces ainsi qu’un marché et l’hôtel de ville.

Donnant sur l’océan, vous découvrirez également, au cœur de la Ville d’Été, le somptueux Château Deganne. Construit en 1853, ce monument de style néo-renaissance abrite le casino d’Arcachon ainsi que le palais des Congrès de la ville.

Mais la Ville d’Été réunit surtout les principales jetées d’Arcachon comme la jetée Thiers ou la jetée d’Eyrac, points de départ en bateau vers les principaux sites touristiques du bassin.

Ne manquez pas de passer par la plage lors de votre découverte de la Ville d’Été, qu’importe la saison, c’est toujours l’occasion de respirer un bon bol d’air marin et de se détendre.

Les soirées estivales sont particulièrement animées le long du front de mer dans la Ville d’Été et le quartier est notamment un lieu de sortie privilégié de nombreux Bordelais.

Château Deganne

Il est construit en bordure de plage en 1853 par Adalbert Deganne, futur maire de la ville. De style néo-Renaissance, il est conçu sur le modèle du château de Boursault (1843-1848), en Champagne, là où réside son amour de jeunesse, qu'il n'avait pas pu épouser en raison de leurs différences de conditions sociales.

Désormais riche et puissant, Adalbert Deganne souhaite offrir le château à l'empereur Napoléon III lors de sa visite à Arcachon en 1859, qui aurait refusé en raison des coûts d'entretien. Adalbert Deganne n'y vit pas, préférant résider à proximité, villa Saint-Georges.

Il y reçoit cependant des invités, organisant aussi de somptueuses réceptions : en l'honneur d'Adolphe Thiers en 1875, du maréchal de Mac Mahon, président de la République, en 1877. Il rassemble aussi dans ses salons une importante collection de tableaux, acquis principalement aux Salons de Paris et de Bordeaux.

À la mort d'Adalbert Deganne, sans descendant, le château est au cœur des discussions autour de son testament. Finalement vendu en 1903, il est converti en casino.

Réquisitionné pendant la Seconde Guerre mondiale, il est transformé en caserne et fortement dégradé.

Restauré après la guerre, il redevient un lieu de jeux et de spectacles, et voit passer de nombreuses célébrités venues se produire à Arcachon.

Depuis l'incendie du casino Mauresque en 1977, le château Deganne est le seul casino d'Arcachon

Le Grand-Hôtel d'Arcachon

inauguré en 1866 sur les plans de Paul Régnauld et Eugène Ormières, au croisement de l'actuel boulevard de la Plage et de la rue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, il s'agit d'un hôtel de luxe de 150 chambres. Il dispose d'installations de standing (hall de 10 mètres de haut, jardin d'hiver face à la mer, tennis, vaste terrasse) et, au fur et à mesure d'un équipement moderne (électricité, ascenseurs). Sissi et la reine déchue de Madagascar Ranavalona III comptèrent parmi ses clientes. Détruit par un incendie en 1906, il est reconstruit et inauguré en 1910, sans pourtant retrouver sa splendeur passée. Contrairement à l'ancien bâtiment, le dernier étage est organisé en loggias et la salle à manger donnant sur la mer est prolongée par la terrasse. Il est transformé en hôpital complémentaire durant la Première Guerre mondiale, réquisitionné par les services de santé de l'armée française durant la Seconde, en 1939, puis occupé par les Allemands. L'hôtel reprend son activité après la guerre puis ferme en 1955, avant d'être divisé en appartements. On parle désormais de la « résidence Carnot »

L'Eglise Sainte-Jeanne d'Arc

Parce que la Ville d'Arcachon comptait les trois paroisses précédentes qui ont l'inconvénient d'être toutes situées hors du centre, il fallait un lieu de culte au coeur de la ville et notamment plus proche de la gare.

C'est l'Abbé Lavaud qui fit édifier la façade actuelle de l'église Sainte-Jeanne d'Arc tandis que le Cardinal Richaud (1954) y logea une cloche bénite.

 

les jetées du Bassin d’Arcachon

Très appréciées des locaux et des vacanciers, les jetées du Bassin d’Arcachon ont la côte !

Été comme hiver, partez à leur découverte le temps d’une promenade pour respirer l’air iodé du Bassin.

Prenez le temps de flâner sur les jetées


La jetée Thiers 

est construite en 1903 à la place d'un belvédère érigé en 1880. Elle porte le nom du président de la République Adolphe Thiers. Des fêtes nautiques s'y déroulent, notamment celle du 15 août. En août 1944, elle est détruite par les Allemands puis reconstruite en 1946. De nouveau détruite en 2003, elle est inaugurée en 2004. Elle est le point de départ des navettes qui permettent de traverser le bassin.

La jetée d’Eyrac

Située dans le centre-ville, la jetée d'Eyrac est la plus vieille jetée d'Arcachon. Sur la petite place Peynaud, juste aux abords de la jetée, le manège de chevaux en bois tourne aux rythmes des rires des enfants.

La Ville d’Automne

Les quartiers de Saint-Ferdinand et de l’Aiguillon représente l’actuelle Ville d’Automne, c’est ici que l’on retrouve le port de plaisance d’Arcachon. En 1950, le quartier connaît une importante croissance économique principalement liée à la pêche et aux chantiers navals. Aujourd’hui, le port de la Ville d’Automne est dédié à la plaisance et est classé « station voile » depuis 1986. Un endroit à ne pas rater si vous aimez les activités nautiques et si vous souhaitez découvrir le quartier des pêcheurs d’Arcachon.

La criée

Il faudra vous lever à l’aube au moins un jour si vous allez visiter Arcachon. Il existe en effet un événement à ne pas manquer : la criée ! Vous serez plongé au cœur de la tradition piscicole, depuis le retour des bateaux au petit jour jusqu’à la dégustation.

 

Suivez le parcours du poisson qui sera débarqué, pesé, calibré puis vendu.

 

Observez les professionnels qui scrutent les caisses à la recherche de la meilleure qualité. Puis laissez-vous transporter par l’ambiance électrique qui règne dans la salle des enchères. Merlu, bar, sole ou turbot défilent sous vos yeux selon une mécanique bien orchestrée. Une astuce : suivez les acheteurs jusqu’au restaurant pour déguster des poissons on ne peut plus frais !

Le château Deganne datant de 1853 abrite le casino de la plage.

Le Musée aquarium d'Arcachon, créé en 1865 par la Société Scientifique d'Arcachon57, qui doit être inclus d'ici 2016 dans le pôle océanographique Aquitain.

Arcachon possède plus d’une dizaine d'œuvres du sculpteur Claude Bouscau, dont l'Héraclès du parc Mauresque et la Croix Péris en mer.

La Ville de Printemps

correspond aux quartiers de Pereire et des Abatilles, elle est un quartier verdoyant et agréable où il fait bon se balader.

À l’extrémité de la jetée de la chapelle, vous découvrirez la Croix des Marins qui assurait la protection divine de ces derniers avant qu’ils ne prennent le large. C’est dans ce quartier que se trouve également la basilique Notre-Dame d’Arcachon. Construite entre 1519 et 1859, celle que l’on surnomme la Chapelle des Marins, est une église catholique de style néo-gothique.

Les amoureux de la nature prendront un petit moment pour se rendre du côté du Parc Péreire et profiter du cadre authentique et boisé des lieux.

La Ville de Printemps abrite également la source Sainte-Anne des Abatilles. Il s’agit d’une eau riche en calcium et garantie sans nitrate dont les vertus sont scientifiquement prouvées.

La basilique Notre-Dame

Coeur spirituel de la ville, l'Eglise Notre-Dame, bâtie entre 1858 et 1861, englobe la Chapelle des Marins construite en 1722 sur le site où Thomas Illyricus avait édifié son petit sanctuaire.

Visiter Arcachon, c’est tout d’abord s’intéresser à l’histoire de la ville. En 1522, le moine Thomas Illyricus prie sur la plage pour le salut de deux navires en mauvaise posture. Il trouve alors une statuette de la Vierge Marie. Il décide d’élever une chapelle en bois pour la protéger, qui deviendra la basilique Notre-Dame en 1560.

Aujourd’hui, la fête d’Arcachon a lieu le 25 mars, jour de la Sainte-Marie. Choisissez de visiter Arcachon ce jour-là, pour assister à une procession depuis la messe jusqu’à la Croix des marins. Vous verrez tous les habitants tenir une rose jaune à la main, en hommage aux marins péris en mer.

La chapelle des Marins

est une chapelle catholique dont les murs sont couverts d'ex-votos, dons des marins sauvés des eaux.


La Croix des marins

Situé dans le quartier de la Chapelle, au coeur de la ville de printemps, la Croix des Marins est l’inspiration d’un premier monument érigé en 1722. A cette époque une croix peinte en rouge sert de repère pour les marins.

L’actuelle croix des marins est élevée en 1902. A cette époque la jetée de la Chapelle évolue et adopte une structure plus solide. la Croix sera ensuite endommagée à plusieurs reprises mais à chaque fois reconstruite à l’identique. Détruite par erreur, elle est remplacée à l’identique en 1980.

La Croix se situe dans l’alignement de la jetée de la Chapelle et de l’église Notre-Dame.

La tradition veut qu’un chalutier qui quittait le port saluait la croix de trois coups de sirène (ou de corne de brume) pour bénéficier de la protection de la vierge Marie. A leur retour il venait la remercier.

Le Parc Pereire

et les Abatilles forment un quartier résidentiel au cœur de la pinède. Construite au milieu d’un parc arboré, la Ville de Printemps d'Arcachon a su préserver espaces verts et douceur de vivre. Les maisons de style côtoient les sites naturels ; ici, urbanisme rime avec environnement. Le plus bel exemple en est le Parc Pereire, propice aux promenades et à la détente. La pinède s’étend jusqu’au bord du Bassin d’Arcachon pour former la plage Pereire : une étendue de sable fin bordée d’une longue promenade piétonne et d’un jardin maritime verdoyant, idéale pour les amateurs de bains d’ombre et les fervents des bains de soleil.

La source Sainte Anne des Abatilles

découverte en 1923, est la source d'eau minérale la plus profonde de France, puisée à 472 m. Le kiosque de la source est ouvert au public en juillet et août les matins de 10h à 12h30. A cette occasion, une personne de l'entreprise vous accueille et vous explique le fonctionnement et l'histoire de la source et vous propose une dégustation d'eau sortant directement du gisement. Cette eau, qui est alors tiède et légèrement souffrée, est encore de nos jours utilisée pour des cures. L'eau de la source Sainte Anne est aussi commercialisée sous l'appellation "Eau des Abatilles".


Le banc d'Arguin

Lorsque l’on vient visiter Arcachon, il est possible de s’offrir une excursion exceptionnelle aux couleurs des Caraïbes. Le banc d’Arguin est une langue de sable blanc entourée d’eau translucide, dont la forme change au gré des vents. À marée basse, ce territoire aux allures d’île déserte mesure près de 4 kilomètres de long.

De nombreuses excursions à la journée sont ainsi proposées vers ce petit coin de paradis. Vous pourrez vous baigner dans les eaux claires, bronzer ou observer les oiseaux. En effet, le site classé Réserve naturelle accueille de nombreuses espèces migratrices. Tentez d’apercevoir la Sterne Caugek ou l’Huitrier-Pie, qui viennent nidifier pendant les mois de printemps et d’été.


Et si vous partiez la journée sur Arguin au milieu du Bassin d’Arcachon…

Cap sur la Réserve Naturelle Nationale du Banc d’Arguin, un des joyaux naturels du Bassin d’Arcachon ! Serviettes de plage et pique-nique sous le bras, on part pour une journée complète sur ce banc de sable.

Au pied de la Dune du Pilat et face à la Pointe du Cap Ferret, le Banc d’Arguin change continuellement de forme au gré des vents et des courants marins. Arguin accueille une multitude d’oiseaux qui font des bébés dans le sable, merci de ne pas entrer dans « la zone de protection intégrale » et de ramener vos déchets avec vous.

Embarquer sur un bateau

Vous n’aurez pas le choix, pour y aller, il faudra prendre le bateau ! A bord d’une pinasse, d’un chaland, d’une navette maritime ou d’un bateau-taxi, traversez le Bassin jusqu’au Banc d’Arguin.

Partez depuis la Presqu’île de Lège-Cap Ferret pour une balade d’une vingtaine de minutes ou depuis le port ou la jetée Thiers d’Arcachon pour environ 1h de mer. 

Un lieu protégé pour les oiseaux

En plus d’être magnifique et sauvage, le Banc d’Arguin est aussi une zone de repos protégée pour beaucoup d’oiseaux migrateurs. Si vous y allez au printemps et en été, vous pourrez apercevoir la Sterne Caugek, petites mouettes à la tête de couleur noire ou encore l’huîtrier-pie. Le Banc d’Arguin est surveillé par les gardes de la SEPANSO : le bivouac et les chiens ne sont pas autorisés.

Une eau cristalline

Non, non, vous n’êtes pas au milieu des Caraïbes ! Et pourtant, on s’y croirait… Une fois amarré, la grande Dune du Pilat fait face au Banc d’Arguin et nous rappelle combien ce lieu est exceptionnel. Pendant que les enfants ramassent des coquillages et que d’autres font la sieste, vous pourrez vous baigner dans les eaux transparentes et observer les parapentistes qui survolent la Dune du Pilat.


Le Moulleau

Comme une sorte de village dans la ville, le Moulleau est un quartier d’Arcachon où vous devez aller vous balader au moins une fois lors de votre visite. C’est dans ce quartier que vous découvrirez notamment l’église Notre-Dame des Passes, une église de style byzantin construite en 1864. Elle possède la particularité d’abriter une des 3 « Vierges de l’Avent » qui existent en France, une statue représentant la Vierge Marie enceinte de Jésus.

Mais le Moulleau, c’est aussi un quartier avec une superbe jetée depuis laquelle vous découvrirez de jolis points de vue sur le Cap Ferret et la Dune du Pilat, des commerces élégants et des petits cafés branchés,

l’endroit idéal pour se balader !

Enfin, les amateurs de farniente seront ravis d’apprendre que le Moulleau possède également ses propres plages de sable fin permettant de prendre le soleil ou de piquer une tête, tout en restant à proximité immédiate des principaux commerces et restaurants.

Notre Dame des Passes

La magnifique église Notre Dames des Passes trône fièrement sur les hauteurs du quartier du Moulleau.

Ce véritable symbole de l’Histoire Arcachonnaise fascine. On vous en dit un peu plus …

Premièrement il s’agit avant tout d’une église Catholique comme vous vous en doutiez. Vous pourrez la visiter en vous rendant à Arcachon, superbe station balnéaire de Gironde, plus particulièrement dans le quartier prisé du Moulleau. Elle dépend par conséquent de l’archidiocèse de Bordeaux.

Edifice religieux dédié aux marins affrontant au péril de leurs vies les dangereuses passes d’entrée dans le Bassin d’Arcachon.

Notre-Dame-des-Passes est un lieu de recueil pour « la vierge de l’avent », elle serait une des rares représentation de la Vierge enceinte.

L'église est dédiée aux marins qui devaient affronter les passes d'entrée dans le bassin d'Arcachon. Notre-Dame-des-Passes accueille la « Vierge de l'Avent », qui représente l'une de la trentaine de statues de la Vierge enceinte.

Elle fût édifiée en 1863 comme chapelle d'un couvent de dominicains par l'architecte bordelais Louis Garros. Cette grande chapelle est construite dans un style grec orthodoxe en souvenir des églises Byzantines que les pères avaient connues au cours de leurs missions.

En 1928, la chapelle fait l’objet de travaux d’agrandissement et devint une véritable église paroissiale.

Aujourd’hui cette magnifique église surplombe de très chic quartier du Moulleau et anime les mariages les plus huppés du coin.

La liste d’attente pour pouvoir y célébrer le plus beau jour de votre vie amoureuse est de 3 ans ! De quoi être sûr de votre coup…

La jetée du Moulleau,

Centré autour de la jetée dans le centre du village, on y trouve bien sûr de longues plages de sable de chaque côté de la jetée qui sont la principale attraction pour les visiteurs.

Depuis la jetée elle-même vous avez un point de vue sympa donnant sur plusieurs endroits tels que le Bassin d'Arcachon à Cap Ferret, et au sud le long de la côte à la remarquable Dune du Pyla.