Mercredi 17 Mars

L'Ile de Ré


On m’avait dit que l’Ile de Ré n’aimait pas les camping car c’est rien de le dire et là en ce moment on est hors saison il est sur que je n’y mettrais jamais pieds de Juin a Septembre….

Pont De Ré

Le pont de l'île de Ré  été ouvert à la circulation le 19 mai 1988.

Le pont relie l'île de Ré au continent par une courbe de 2 926,5 mètres de longueur culminant à 42 mètres au-dessus de la mer.

Il est le deuxième plus long pont de France derrière le pont de Saint-Nazaire.

Le pont a nécessité pour sa construction 50 000 m3 de béton, 6 000 tonnes d'acier et 796 voussoirs pesant de 80 à 130 tonnes.

17 - Saint Clément des Baleines

Cette aire municipale a révisé ses tarifs....car l'an dernier 24 € la nuit....au bilan ils ont eu deux camping cars dans la saison...La municipalité est revenu a un tarif plus raisonnable 8 € les  8 heures et 0.50 € l'heure supplémentaire...

La plage de Saint Clément des Baleines

Le phare des Baleines

Le phare des Baleines est situé à la pointe ouest de l'île de Ré, sur la commune de Saint-Clément-des-Baleines. Le phare doit son nom au fait qu'un nombre relativement élevé de baleines venaient s'échouer à cet endroit de l'île de Ré par le passé. Il succède au vieux phare des Baleines construit par Vauban.

Le vieux phare des Baleines a été classé au titre des monuments historiques par arrêté du 22 juin 1904. L'ensemble des bâtiments du phare des Baleines et son parc avec le mur d'enceinte ont été inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 15 avril 2011. Le phare des Baleines et le bâtiment des machines construits au xixe siècle ainsi que le phare des Baleineaux sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 23 octobre 2012

Le phare a été construit, à partir de 1849 sur des plans de l'architecte Léonce Reynaud, pour remplacer l'ancien phare de 29 mètres construit en 1682 sur les directives de Vauban et qui subsiste encore aujourd'hui au nord du phare. La mise en service eut lieu en 1854. Le phare est haut de 57 mètres et l'accès au sommet se fait par un escalier hélicoïdal de 257 marches.

Il est doublé au large (nord-ouest) sur un banc rocheux, le « Haut Banc du Nord », par un petit phare, le phare des Baleineaux.

Le grand phare de 1854 est toujours en activité et son feu a une portée de 50 kilomètres environ

Jeudi 18 Mars

Ars en Ré

Je ne penses pas que j'aurais réussi a me garer sur la place du marché en saison !!!! En fait si on regarde bien confinement ou pas tout est fermé !


Lieu de villégiature pour les amoureux du calme et de la nature, le village est classé parmi les « Plus Beaux villages de France » pour le charme incontestable de ses petites maisons blanches aux volets verts, ses venelles pavées fleuries de roses trémières.

Ars est chargé d’histoire, l’église de style roman et gothique en est le cœur. Sa construction remonte au VIIème siècle. Le beffroi est surmonté d’un clocher noir et blanc, culminant à 40 m, il sert toujours d’amer et guide les bateaux vers l’entrée de la baie du fier et le chenal d’accès au port. La baie, magnifique plan d’eau, de 800 hectares est appréciée par les amoureux de la mer. 

La ville et le port

L'église

Les Portes en Ré

Tout au bout de l'ile de ré, au Nord, le village le plus éloigné du continent, longtemps le village le plus pauvre de l'ile : Les Portes.

Joli petit village calme l'hiver, il s'anime l'été autour de sa petite place de la Liberté.

Quelques restaurants, terrasses et commerces, lui donnent un charme extraordinaire, avec de jolies maisons nichées au fond de charmantes venelles fleuries. Un marché plein de saveurs et de couleurs se tient tous les jours d'été autour de la place, c'est le rendez vous des résidents permanents , non permanents, et des touristes.

Les Portes en Ré, c'est aussi un village protégé, dans un environnement protégé, avec la Maison du Fier, située à l'entrée de la réserve ornithologique de Lilleau des Niges.

La plage

La Patache, plage, mouillage ostréicole, incontournable pour les plaisanciers en escale à l'île de Ré.

Plage et chapelle de la Redoute

A l’Est des Portes en Ré, on trouve la plage de la Redoute (ou plage de la Chapelle) face à la mer du Pertuis Breton. Bordée par de belles dunes, la baignade est seulement possible à marée haute (la mer se retire loin). L’environnement est très agréable et le sable très fin.

A noter qu’en bordure de plage, on trouve une chapelle construite sur les dunes.

La Chapelle de La Redoute ou Notre Dame des marins les Portes en Ré . Avant d être Chapelle, elle eu une très longue histoire. Pour l'organisation défensive de la ville de Rochefort Vauban construit une redoute sur l emplacement d un fort pour protéger des ennemis surtout anglais du banc du bûcheron au gros jonc. bâtiment de 38 mètres de côté en pierre entouré d un fossé.

Saint Martin de Ré

Rue du Rempart

17410 SAINT MARTIN DE RÉ (Île de Ré)

 

Latitude : (Nord) 46.19926° 

Longitude : (Ouest) -1.36536° 

 

Tarif : 2019

Stationnement, services : 10 € - hors saison 5 €

Eau : 2 €

Paiement par monnayeur

Type de borne : RACLET

Services :

 

Autres informations :

Ouvert toute l'année

17 emplacements limités à 3 jours


Capitale historique de l’Île de Ré, Saint-Martin-de-Ré est un village au charme maritime incomparable et un site de visite incontournable.  

Organisé autour de son port et protégé par ses remparts fortifiés, c’est un lieu de villégiature et de promenade incontournable pour les locaux et tous les visiteurs sur l’Île de Ré.

Ici, ruelles et venelles recèlent de nombreux trésors du patrimoine rétais : la Maison à colombage de la Vinaterie (XVIème siècle), l’Hôtel de Clerjotte de style Renaissance ou encore la Citadelle qui vit passer les prisonniers en partance pour le bagne.

Un centre-ville animé aux demeures chargées d’histoire, des terrasses pour discuter, un port où pêcheurs et plaisanciers se côtoient dans la bonne humeur.

L’histoire de Saint-Martin-de-Ré

Capitale historique, économique et administrative de l’Île de Ré, Saint martin semble constituer un village au Xème siècle, contenant le port comme noyau urbain peuplé dès le Moyen Âge d’artisans, de commerçants et de négociants qui exportent du vin, du sel et importent des céréales et du bois.

L’importance commerciale et stratégique de Saint-Martin-de-Ré place le village au centre de convoitises diverses. Un premier siège de 3 mois en 1627 par le duc de Buckingham mène Vauban à ériger entre 1681 et 1685 les fortifications et la citadelle tout en aménageant le port et le front de mer. La ville sera attaquée de nouveau par une flotte anglo-hollandaise en 1696 détruisant de nombreuses maisons et endommageant l’église.

Suit une période de prospérité au XVIIIème siècle ou furent construites de belles demeures bourgeoises, dans des rues sinueuses et étroites, à l’abri du vent.

De 1874 à 1938, Saint-Martin devient le lieu de rassemblement des bagnards avant leur acheminement vers la Nouvelle-Calédonie et surtout la Guyane.

La ville, le port.

La Citadelle

La Prison et la Citadelle de Saint-Martin-de-Ré

En s’approchant de Saint-Martin, les silhouettes de la citadelle et de la prison se dessinent au loin. La citadelle de Saint-Martin-de-Ré est un ouvrage militaire édifié à la fin du XVIIème siècle afin de protéger l'Île de Ré. Elle est l'un des principaux monuments historiques de la ville de Saint-Martin-de-Ré, aujourd’hui un établissement pénitentiaire. Avec 485 places pour des détenus, c’est la plus importante maison centrale de France. Elle ne se visite évidemment pas.

L'église Saint Martin

de Saint-Martin-de-Ré dresse encore ses ruines gothiques au cœur de la ville. Ravagée à plusieurs reprises par les conflits, elle fut finalement reconstruite plus modestement aux xviie siècle et xviiie siècle, en réutilisant ce qui subsistait de l'édifice gothique.

Les origines de la ville et de l'église sont mal connues, bien que le fait que les deux aient été détruites par les Normands soit assez probable.

On sait cependant avec certitude qu'au xie siècle, la paroisse est donnée au chapitre du Puy-en-Velay par le comte de Poitou, Guillaume Aigret. Les chanoines conserveront la paroisse jusqu'au xvie siècle. Il ne reste cependant aucun vestige de l'édifice roman du xie siècle.

L'aspect tourmenté et complexe de l'édifice actuel, dominé par les ruines gothiques du transept, témoigne de son histoire mouvementée. Les parties les plus anciennes datent du xve siècle : il s'agit des murs des deux croisillons du transept, encore en élévation, dotés d'un chemin de ronde et dotés de leurs portails à la statuaire mutilée. Subsistent également de l'édifice médiéval les chapelles de l'actuel chœur (qui était en fait la nef de l'édifice) et celles du bas-côté sud. On peut également voir une fenêtre de style flamboyant et aujourd'hui obstruée sur le mur gouttereau nord.

L'édifice de 1628 était lui aussi voûté d'ogives et suivait l'orientation de l'église médiévale. Cependant il fut fortement ébranlé par l'effondrement du clocher en 1774, et il ne semble en rester que les colonnes écrêtées et les parties hautes des bas-côtés et de la nef. L'orientation du chœur fut modifiée après l'effondrement de 1774, et un nouveau clocher fut construit à l'emplacement du sanctuaire médiéval. L'église fut alors charpentée.

Après l'incendie de 1964, les couvertures de l'édifice (charpente et toit) durent être reconstruits.

Le clocher formé par une tour carrée est aujourd'hui visitable et renferme trois imposantes cloches : Marie Thérèse (la plus grosse qui sonne en ré3) ; Charles Catherine (la moyenne qui sonne en mi3) ; Marie Pierre Michel Samuel Augustine (la petite qui sonne en fa#3).


Vendredi 19 Mars

Abbaye Des Châteliers

Ruines restaurées de la nef et des murs d'une abbaye cistercienne de style gothique établie au XIIe siècle.

L'abbaye a eu une histoire plutôt mouvementée, et une fin comparable à bon nombre d'autres établissements religieux dans la région. Elle aurait été fondée dans les années 1150 par un groupe de moines cisterciens accompagnés de leur abbé, après accord du seigneur local, Elbe de Mauléon.

Fin 1166, Isaac, abbé de l'Étoile à Archigny, près de Châtellerault, ayant pris parti pour l'archevêque Thomas Becket, doit s'y réfugier pendant sept mois2. Les bâtiments sont établis sur le site actuel, à proximité d'une place forte qui sera ensuite démolie. Le monastère va alors peu à peu prendre son essor et gouverner la majeure partie des terres de l'île.

Les ruines actuelles ne datent cependant que du xive siècle. En effet, l'abbaye est détruite une première fois en 1294 par la flotte anglaise, puis reconstruite.