De Noyant d'Allier

 

à

 

Beaujeu


9 Novembre

Noyant d'Allier

(N° 18954)

Route de Châtillon D18

03210 NOYANT D'ALLIER 

 

Latitude : (Nord) 46.47858° Longitude : (Est) 3.12512° 

Services : 2 €

Type de borne : RACLET

Services : 

Autres informations : 

Belle vue sur le bocage

A visiter : le musée de la Mine et la Pagode Atypique dans cette région

Restaurants français et asiatique 


Le château

Le musée de la mine

NOYANT-D’ALLIER, VILLAGE ASIATIQUE

Au coeur de l'Allier, un village typiquement bourbonnais n’en reste pas moins surprenant. Découvrez Noyant-d'Allier et son étonnant bourg asiatique !

Dans les années 1950, la mine de charbon de Noyant-d‘Allier ferme et la cité est de plus en plus désertée par ses ouvriers. A des kilomètres de là, les accords de Genève sont signés en 1954. Les troupes françaises d’Indochine doivent se replier et naissent alors les deux Viêt-Nam qui souhaitent à présent voir partir les anciens colons.

Pour faire revivre sa communauté et accomplir un geste de solidarité, la municipalité crée un centre d’accueil pour recevoir les familles franco-vietnamiennes, les enfants de français mariés à des indochinoises qui n’ont jamais vu la France. Vont donc arriver des centaines de rapatriés qui s’installeront ensuite dans les corons, anciens habitats des miniers et s'habitueront jour après jour aux habitudes françaises. 

Les habitants de Noyant-d'Allier  se sont bien adaptés à la venue de cette nouvelle population. Si bien que le village abrite aujourd’hui un riche patrimoine asiatique. Le restaurant et boutique « Le Petit d’Asie » propose des spécialités asiatiques et un traiteur indochinois prépare également des repas à emporter.

L’ancien quartier des mineurs s’est transformé en la Cité de la Brosse. Ce « bourg vietnamien » abrite le lieu de culte des bouddhistes, une pagode érigée en 1983 par la communauté religieuse asiatique pour y pratiquer sa religion. Les plus curieux peuvent découvrir l'intérieur du temple grâce aux bénévoles de la communauté, mais à condition de déposer ses chaussures à l’entrée, comme la tradition l’oblige.

Tout autour du temple, de multiples statues décorent le parc. La plus impressionnante : un gigantesque Bouddha doré, de plusieurs mètres de haut, semblable à celles d'Asie. Pour le plaisir des yeux et de l'odorat, les lieux sont aussi parés de jardins où les locaux viennent pour se ressourcer et méditer : lotus, orchidées et pivoines ornent ce magnifique parc où les visiteurs constatent la formidable preuve d'acceptation mutuelle et de solidarité des habitants de Noyant-d‘Allier et d’Asie.

Meillers

Eglise Romane Saint Julien du XIIeme siècle

Cette église a été édifiée entre 1180 et 1248. elle était située sur la châtellenie de Bourbon et dépendait de l'évéché de Bourges. Elle a été placée sous le vocable de Saint Julien et  dépendait du prieuré de bénédictines de l'abbaye de Saint-Menoux.

 

C'est un édifice roman dont l'abside est en hémicycle, le choeur de deux travées et la nef de trois travées. Les bas côtés furent édifiés lors d'une seconde campagne à l'époque romane. Les deux chapelles accolées à la façade sud ont été rajoutées au XIXème siecle, et la chapelle nord au XVème.

Le portail de l'église est célèbre pour la décoration des chapiteaux qui couronnent les colonnes de part et d'autre de l'entrée. Ils sont ornés d'animeaux musiciens : un lion jouant de la vielle et un âne jouant de la harpe, inspirés par le fabuliste antique Phèdre.

Le tympan du portail présente en son centre un Christ bénissant, entouré d'une mandorle soutenue par deux anges et abrité d'un dais en forme d'arc de mitre recouvert d'imbrications. De chaque côté, sous les arcades en plein cintre, sont sculptés cinq apôtres. Il manque Judas et Thomas, les deux plus importants dans la tradition ésotérique du christianisme à mon sens (celui que Jésus aimait et son frère jumeau). Ce tympan me fait penser à celui de l'église de Thuret. Ces deux églises présentent de fortes similitudes à mon sens.

Bourbon L'Archambault

Forteresse médiévale des Ducs de Bourbon L'Archambault

 

Remonter au 13ème siècle à la forteresse médiévale des ducs de Bourbon-l'Archambault, rien de plus facile ! Il suffit de franchir la poterne des trois tours nord du château-fort de Bourbon pour, en compagnie d'un animateur en costume d'époque, retrouver les usages de nos sires de Bourbon et de leur cour. La visite dépaysante et truculente dure un peu plus d'une heure, et vous permet de pénétrer dans les multiples salles des trois tours, pour tout savoir des armoiries, de la calligraphie, de l'herboristerie, de l'alchimie, des soins du corps et de la vie dans la chambre de la dame, sans oublier le très beau panorama sur le bocage et sur la ville d'eaux que l'on découvre aux créneaux de la forteresse. En 2013, l'association ouvre également à la visite, à partir d'avril, d'une part la "Maison des Chanoines (classée MH du XVe siècle), d'autre part la Tour Qui Qu'en Grogne (XIVe siècle). Deux évocations complémentaires de la visite des trois tours, qui enchanteront petits et grands.

Moulins

(N° 11547)

Route de Clermont-Ferrand D2009

Chemin de Halage 

03000 MOULINS 

Latitude : (Nord) 46.55826° - Longitude : (Est) 3.32446° 

Tarif : 2017

Stationnement jour : 0,10 € /h 

Nuitée : 1,20 € 

Électricité 4 à 12 h : 2 à 6 € 

Services : 2 € 

Un distributeur de jetons est mis à disposition, paiement uniquement par carte bancaire

2 bornes, une pour les jetons, l'autre pour les services

Type de borne : FLOT BLEU

Services : 

Restaurant à proximité

Autres informations : 

Ouvert toute l'année

90 emplacements ombragés

http://www.ville-moulins.fr



Samedi 10 - Dimanche 11 Novembre

Paray le Monial

(N° 6756)

Boulevard du Dauphin Louis

71600 PARAY LE MONIAL

 

Latitude : (Nord) 46.4483°  Longitude : (Est) 4.12015° 

Tarif : 2018

Stationnement gratuit

110 litres d'eau et 45 minutes d'électricité : 5 €/jeton

Jetons à l'Office du Tourisme

25 avenue Jean Paul II 

Type de borne : URBAFLUX

Services : 

Tous commerces à proximité

Autres informations : 

6 emplacements

Tél Office du Tourisme : +33(0)385 811 092

Au bout du terre-plein central, prendre à droite, la borne est dans le coin droit en entrant 


Journée de merde..il a plut toute la journée mais elle fut compensée par un dîner sublime dans un resto de Paray le Monial que je vous conseille : Au fil de l'eau spécialités escargots et cuisses de grenouilles....

Avec une vue sublime sur la basilique que je visiterais demain (rien que pour vous...)

Mes premières impressions...Je n'ai rarement vu de ville aussi béni oui oui....

Visiter et découvrir Paray-le-Monial

Paray-le-Monial est situé dans un espace naturel préservé, au sud de la Bourgogne et au coeur du Charolais-Brionnais. 

Culture avec la basilique, chef d'oeuvre de l'art roman bourguignon.

Nature avec le canal du Centre idéal pour la découverte à vélo ou en bateau.

 

Basilique du Sacré-Coeur

Chef d'oeuvre de l'art roman bourguignon

Ce joyau de l’art roman est le modèle le mieux conservé de l’architecture clunisienne en Bourgogne. L’église a été édifiée au 12e siècle par Hugues de Semur, le plus important des abbés de Cluny. Cet ancien prieuré intact dans son élévation donne une image de la splendeur de l’abbaye de Cluny. À une Époque où la grande abbatiale a quasiment disparue, Paray III emploie les motifs et l’architecture utilisés par un ordre au sommet de sa puissance. 

Le Cloître

 Coeur de ville

 

Un patrimoine unique

Les rues pavées du centre historique rappellent le passé médiéval de la ville. Elles vous invitent à flâner de l'Hôtel de Ville, orné d'une façade à l'italienne

, au musée du Hiéron, monument incontournable de la cité, en passant par les maisons à colombage ou la Tour Saint-Nicolas.

Dans les rues piétonnières les boutiques du centre ville vous invitent au  shopping. 

Hôtel de Ville, Maison Jayet

Chef d'oeuvre de la Renaissance

L’hôtel de ville est installé depuis 1862 dans ce bel hôtel particulier. Le marchand Pierre Jayet fit construire, entre 1525 et 1528, la façade plaquée sur des structures plus anciennes. Son style célébrant la mémoire du propriétaire appartient à la première Renaissance celle des châteaux de la Loire. Son éclat était sans doute rehaussé par des polychromies.

 Les jardins au gré des saisons

Paray-le-Monial possède un cadre de vie exceptionnel, notamment grâce aux nombreux jardins qui jalonnent ...

Musée du Hiéron

et son exceptionnel Trésor National Chaumet

Derrière une façade monumentale d'aspect classique, le musée du Hiéron cache une étonnante ...

Tour Saint-Nicolas

Ancienne église, aujourd’hui lieu d’exposition

Cet édifice a connu diverses fonctions au fil du temps. Ancienne église paroissiale consacrée en 1535, son architecture s’enrichit d’un clocher massif vers 1549. La tourelle perchée en encorbellement sur le pignon porte le millésime de 1658.

Le culte fut supprimé à la Révolution, puisque l’église des moines (actuelle Basilique) devint alors l’église paroissiale. Depuis, l’église fut utilisée comme prison, corps de garde ou maison commune. Elle abrite aujourd’hui des expositions.

 Cité Mosaïque

De la céramique à la mosaïque contemporaine

Paray-le-Monial est l'un des rares lieux consacrés à la mosaïque. Issu de l'héritage du savoir-faire de Paul Charnoz, depuis 2011 Paray-le-Monial possède le titre de "Cité Mosaïque" grâce aux nombreuses activités proposées autour de cet art.En 1998, il y a 20 ans, à l'initiative du musée  Charnoz, s'y tenait la première exposition de mosaïque contemporaine, qui rencontra un succès populaire immédiat.20 ans plus tard le bilan est impressionnant : la mosaïque s'est enracinée dans la ville, avec chaque année la tenue d'expositions de haut niveau, de stages de formation, d'ateliers... et avec, depuis 2013, une Maison de la  Mosaïque, centre d'art contemporain ouvert tous les  jours

Les chapelles

Plus de 1 000 ans d'histoire

Haut lieu de pèlerinage, la  Cité du Sacré-Coeur  abrite, dans ses chapelles, les reliques de sainte Marguerite-Marie Alacoque et de saint Claude La Colombière.

 

 

Chapelle La Colombière

D’inspiration byzantine, la chapelle toute simple à l’extérieur s’enrichit à l’intérieur de mosaïques, de vitraux, de chapiteaux sculptés et peints ainsi que de sculptures offrant un décor foisonnant. En 2012, la chapelle a été inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques.

Chapelle Notre-Dame

La plus ancienne église de la ville

Perchée sur la colline des Grainetières, cette ancienne église existait dès le IXème siècle et pourrait même avoir une origine pré-romane. Cette probable origine du Haut Moyen–âge explique sa situation excentrée par rapport au bourg et la présence du cimetière autour..

 Chapelle Saint-Roch

Chapelle des soeurs hospitalière déplacée

Petite chapelle du XVIIe siècle, elle fut déplacée et reconstruite au XIXeme siècle. Elle se situe en face du Musée de Carrelage Céramique d’Art Paul Charnoz et est régulièrement utilisée comme lieu d’exposition pendant la saison estivale. En dehors de ces périodes, la chapelle reste fermée.

La Chapelle de la Visitation

Lieu des apparitions du Christ

Cette chapelle conserve les reliques de Marguerite-Marie Alacoque, jeune soeur visitandines qui reçut les apparitions du Christ au 17e siècle. Depuis cette date des centaines de milliers de pèlerins viennent chaque année s’y recueillir.

La Chapelle de Romay

Sanctuaire mariale et oratoire médiéval

La partie la plus ancienne de cette chapelle date du XIIe siècle. La première chapelle servit de petit oratoire près de la carrière de pierre lors de la construction de la Basilique. Au XIXe siècle, elle est utilisée comme chapelle à répit, dont témoignent les nombreux ex-voto. Près de la chapelle, on trouve la fontaine réputée miraculeuse pour les maladies des yeux.


Lundi 12 Novembre

Anzy le Duc

Bien que de dimensions modestes, la priorale d’Anzy-le-Duc est parmi les plus merveilleuses églises romanes de la Bourgogne. L’édifice d’un calcaire qui semble doré, dont le haut clocher octogonal domine le petit village et le paysage paisible du Brionnais, est l’une des haltes majeures sur la route des églises romanes de cette région très intéressante. L’église était celle d’un prieuré bénédictin dont les origines remontent au 9e siècle, dépendant de l’abbaye Saint-Martin-d’Autun. Anzy ne tomba jamais sous la coupe de Cluny, mais les relations et influences sont indéniables, et les ressemblances avec le monastère clunisien de Charlieu sont évidentes. La priorale, construite en plusieurs étapes à partir du 11e siècle, est exceptionnelle par son architecture très originale ainsi que par ses sculptures d’une grande abondance. 

La crypte

Le prieuré


Semur en Brionnais

(N° 20688)

 

Accès D989 / La Fay 

Parking de la Montée de la Cray

71119 SEMUR EN BRIONNAIS

Latitude : (Nord) 46.26621°  Longitude : (Est) 4.0906° 

Tarif : Gratuit 

Type de borne : Autre

Services : 

Autres informations : 

Stationnement autorisé 1 nuit

Un des plus beaux Villages de France 

Tel mairie :+33(0)385 250 294

http://www.semur-en-brionnais-vp.fr/


Le village de Semur-en-Brionnais est la capitale historique du Brionnais, une belle région de la Bourgogne du sud où fleurit l’art roman comme nulle part ailleurs. Le vieux bourg, classé comme l’un des plus beaux villages de France, occupe une butte dominée par les ruines imposantes de l’ancien Château-fort, où naquit Hugues en 1024, le grand abbé de Cluny. Le joyau du village, encore entouré par les fortifications médiévales, est la collégiale Saint-Hilaire, l’une des plus importantes églises romanes du département de la Saône-et-Loire. L’édifice, construit en deux étapes au cours du 12e siècle, est remarquable par son architecture originale ainsi que par ses décorations abondantes. La plus ancienne est la partie orientale, des années 1125-1130, se composant d’un transept sous une belle coupole-lanterne, d’une travée de chœur avec pilastres décorés, d’une abside à arcatures et de deux absidioles. L’ensemble du chevet est très harmonieux avec ses trois pignons surélevés de croisillons et du chœur, et son beau clocher octogonal surmontant la croisée, dont l’étage supérieur avec ses colonnettes et archivoltes est postérieur de plusieurs décennies. La haute nef de l’église a été construite dans la deuxième moitié du 12e siècle dans un style tardif directement inspiré par la grande abbatiale de Cluny. Les quatre travées sont élevées sur trois étages : un élégant triforium à six arcatures sur colonnettes sépare les grandes arcades de profil brisé et les fenêtres hautes éclairent directement l’espace. Les autres éléments directement influencés par Cluny sont les pilastres cannelés des piliers cruciformes, le profil brisé des arcs et surtout la magnifique tribune en encorbellement dans le mur ouest. La voûte en berceau qui couvre la nef, du 19e siècle, remplace le berceau brisé qui fut incendié au 16e siècle. La sculpture de la collégiale est intéressante sans être géniale. Les nombreux chapiteaux de l’église sont modestement décorés de feuillages. Les trois beaux portails de la nef illustrent la décoration abondante de la fin de l’époque romane, qu'on connaît de Charlieu. Le portail nord est richement décoré de motifs végétaux tandis que le portail sud montre un tympan avec une simple croix potencée. C'est surtout le grand portail de la façade ouest qui est intéressant, en représentant l’un des derniers souffles de la sculpture romane en Bourgogne. Le tympan montre l’un des derniers Christ en majesté romans, d’une facture parfois contestée, un peu lourde, tandis que le linteau original montre la légende de l'évêque saint Hilaire au concile de Séleucie. A côté de l’église on trouve encore les bâtiments canoniaux dont la maison du chapitre, où on peut voir une vitrine sur l’art roman en Brionnais.

Château St Hugues

Château de Drée

Au commencement…

Ce château a été édifié à partir des années 1650 par François de Bonne de Créquy, 3ème Duc de Lesdiguières et Gouverneur du Dauphiné, à l’emplacement de la maison forte de La Bazolle. Il fut ensuite vendu à Etienne Comte de Drée en 1748, qui initia la décoration intérieure « à la manière de Versailles ».

Le renouveau

En 1995, le propriétaire actuel, M. Ghislain PROUVOST, racheta la demeure et entreprit de lourdes restaurations pour conserver ce patrimoine exceptionnel. Drée ayant été vidé de son mobilier, les pièces furent réaménagées dans le goût du XVIIIème siècle. Les restaurations furent complétées par la création d’un parc à la française de 10 hectares, par le paysagiste Moncorgé, redonnant à cette demeure princière son lustre d’antan.

Cluny

(N° 29017)

 

Chemin Georges Malère
71250 CLUNY


Latitude : (Nord) 46.43434° - Longitude : (Est) 4.66582° 

Tarif : 2018
Stationnement, électricité : 10 €

Services :
 

Passerelle pour traverser le canal et se retrouver sur l'autre parking

Autres informations :
6 emplacements 

Cluny point négatif et ça commence bien...l'aire de CC 10 € juste pour stationner...certes avec l'électricité en même temps que l'éclairage public...en plus c'est facile pour payer il faut téléphoner à la police municipale qui se déplace pour faire régler les 10 €....Ras le bol je ne coucherais pas là ce soir....

Petit tour dans la ville

CONNAÎTRE L'ABBAYE DE CLUNY du moins ce qui en reste.....

Indépendante et puissante. Guillaume le Pieux fonde l'abbaye en 910, directement placée sous la protection de Rome. Son abbé jouit d'un rôle de médiateur entre les pouvoirs politiques et le pape. Cluny est la maison mère de 1400 dépendances.

Vendue comme bien national en 1798, l'abbaye est démantelée, et son église, presque détruite.


Mardi 13 Novembre

Beaujeu

Commentaires: 0

Accueil