Projet mi Juin - mi Juillet

La route de la lavande

Alès - Carpentras

98 km

1 h 32


Carpentras

(N° 26505)

2803, route de Caromb

D 13

Domaine les Dominicains

84200 CARPENTRAS

Latitude : (Nord) 44.0843°  Longitude : (Est) 5.09082° 

Tarif : Gratuit

Services : eau

Produits de la ferme

Vin, huile d'olive, confitures

Autres informations :

Tel travail : +33(0)490 404 693

Tel portable : +33(0)671 598 669

domainelesdominicains@yahoo.fr

Réseau Bienvenue à la Ferme


D.4  – D.177.

Carpentras est située au coeur du Vaucluse, au pied du Mont Ventoux. Terre papale de 1229 à 1791, elle offre au regard du visiteur ses façades ocres pimpantes, ses ruelles fraîches, ses fontaines... C'est un lieu de villégiature privilégié pour qui veut savourer l'art de vivre comtadin !

Au coeur de la riche plaine agricole, Carpentras offre un terroir de qualité attesté par un marché hebdomadaire qui remonte à l'origine de la ville. La région toute entière est dévouée à la gastronomie et aux primeurs.

Les maraîchers cultivent la fraise, le melon... Le vignoble produit les vins AOC Côtes du Ventoux, et la truffe est mise à l'honneur lors du célèbre marché de la truffe de Carpentras qui a lieu tous les vendredis de fin novembre à début mars. Ne quittez pas la ville sans avoir goûté les spécialités sucrées: le berlingot et le fruit confit, préparés dans la pure tradition artisanale.

Carpentras, ville d'art et d'histoire

La ville doit l'essentiel de son originalité à son appartenance au Saint Siège, du 13ème au 18ème siècle. Son architecture s'inspire des modèles italiens et la présence des Juifs, protégés par les Papes, marque sa culture.

le circuit découverte piétonnier baptisé berlingot, en référence à la spécialité sucrée de la ville, jalonné de 21 lutrins en lave émaillée et vous permettra de découvrir le patrimoine de la ville.

  • la Synagogue la plus vieille de France (1367), toujours en activité, est un lieu empreint d'émotion qui témoigne de la civilisation judéo provençale passée et présente.
  • l'Hôtel-Dieu et sa pharmacopée du 18ème siècle conservée en l'état. Un grand chantier lui permettra d'accueillir bientôt le fonds de la bibliothèque Inguimbertine. Sa collection riche de 76000 volumes d’imprimés anciens et plus de 3000 manuscrits lui confère une renommée internationale.
  • l'ancien Palais Episcopal, devenu palais de justice.
  • l'Arc Romain, la Porte d'Orange, dernier vestige des remparts du 14ème siècle,
  • la Cathédrale Saint Siffrein, de style gothique méridional,
  • le passage Boyer recouvert d'une immense verrière, et ses boutiques.

Carpentras, terre de saveurs

le marché de Carpentras: classé marché d'exception pour son ambiance et la qualité de ses produits, le marché provençal envahit la ville le vendredi matin avec ses 350 forains, dans un kaléidoscope de couleurs, de senteurs florales et fruitées. De fin novembre à début mars, découvrez l'univers feutré du marché aux truffes qui sert de référence à toute la région.

la confiserie du Mont Ventoux : vous apprendrez tout sur la fabrication artisanale du berlingot, petit tétraèdre strié de blanc, aux multiples saveurs.


Carpentras - Vaison la Romaine

64 km

1 h 23


Carpentras

Entrechaux

Parking

44.217602 - 5.138070


D13 –  D5.

Surgissant d'une mer de vignes, son piton rocheux et escarpé, haut de 365 métres, se détache du ciel coiffé d'un vieux château féodal. A ses pieds, les maisons son éparpillées sur la plus hospitalière plaine plus bas. Arrivant par la route, à l'entrée du village un oratoire vous attend comme un portier. En effet, Entrechaux constitue la parfaite petite carte postale de la Provence.

Presque trop beau pour être vrai, Entrechaux est aussi un véritable mini-musée d'architecture romane. Son château datant du Xe et XIe siècles est en réalité constitué de deux châteaux. Le premier, le Petit Château fut bâti vers 900 par les évêques de Vaison-la-Romaine et comprend la chapelle fortifiée de St Quentin. Ne voulant pas être en reste, le seigneur du village sous la tutelle des comtes de Toulouse fit construire le Grand Château plus bas avec un donjon de 20 mètres de haut, l'église St Laurent et de puissants remparts. Abandonnés, le château et le vieux village furent  pillés pendant la Révolution et ses pierres servirent à la reconstruction des maisons de l'actuelle commune.

Avec des travaux de restauration en cours, le château est aujourd'hui propriété privée mais reste ouvert à la visite pendant l'été. Le site vous offre de belles vues sur la village et les alentours jusqu'aux châteaux de Crestet et de Beaumont-du-Ventoux.

Un circuit vous mène aux trois chapelles romanes d'Entrechaux :

  • Notre-Dame-de-Nazareth,
  • Saint-Laurent 
  • Saint-André, l'une plus remarquable que l'autre.

Au nord-est d’Entrechaux, la chapelle Notre-Dame-de-Nazareth du XIIe siècle est un bel exemple de l'art roman provençal construite avec des pierres d'un ancien temple dédié à Diane et inspiré de l'Antiquité

En contrebas, la chapelle Saint-André, à l’est d’Entrechaux, est le plus ancien édifice religieux de la commune. Elle a subi des remaniements au cours des siècles mais a su garder son abside du IXe siècle

La chapelle Saint-Laurent à l’ouest d’Entrechaux fut édifiée à la fin du XIe siècle.

Paisible petit village, Entrechaux vit principalement de ses cultures, asperges, fruits, olives et surtout de ses vignes, dont le vignoble est producteur de Côtes du Ventoux (AOC). Entrechaux s'anime chaque année pendant la fête des vendanges au mois de septembre.

Mollans sur Ouvèze

D5.

Mollans est un village du sud de la Drôme, à la limite extrême du Dauphiné dont il dépendait depuis 1317. Porte d’entrée de la baronnie des Mévouillon, il constituait une place forte avancée protégeant Le Buis et son arrière pays. Un temps chef-lieu de canton à la Révolution, il s’étend sur 1900 ha. La montagne de Bluye qui le domine à plus de 1000 m, constitue un véritable réservoir d’eau pour la commune.

Plus d'histoire

L’occupation humaine est présente en de nombreux lieux : on citera en particulier les quartiers de Perpaitairi et ses hypogées (2500 ans av. J .-C., un site de référence pour le Chalcolithique), le Châtelard et son habitat de hauteur de l’âge du fer, Saint-Pierre en bordure du Toulourenc qui a livré un mercure ailé en bronze conservé au musée de Vaison, marqueur d’une villa gallo-romaine et enfin les deux prieurés, Saint-Pierre et Saint-Michel, qui depuis le Xe siècle témoignent de l’implantation monastique.

Le village quant à lui, s’est formé au début du XIe siècle, sur un rocher qui verrouille la vallée de l’Ouvèze. Au XIIIe siècle, il s’est entouré de remparts dont subsistent quelques vestiges et une porte dite le Portalet. Le donjon qui domine le village a été maintes fois transformé, en dernier lieu dans les années 1970. C’est le plus gros donjon des Baronnies. Longtemps confiné à l’intérieur de ses murailles protectrices, Mollans s’est étendu hors les murs au début du XIXe siècle avec l’explosion démographique.

Mollans est devenu Mollans-sur-Ouvèze en 1936.

Incontournables

Le château. À l’origine c’était un donjon rectangulaire. Ses parties les plus anciennes, au nord, remontent au milieu du XIIIe siècle. Il comporte plusieurs grandes salles, dont une décorée de près de 15 m de long. Propriété privée, il ne se visite pas.

L’église Saint-Marcel. L'église est un des rares édifices religieux dont la construction a commencé à la veille de la Révolution et s’est poursuivie jusqu’à sa bénédiction en 1792. Période perturbée s’il en est : il fallut attendre le début du XIXe siècle et le Concordat pour voir l’achèvement de l’édifice. Le plus remarquable est la décoration de la quasi-totalité de la nef en trompe l’œil, réalisée entre 1828 et 1843, par un peintre italien, Antonio Molinari, émigré Piémontait. On notera, du même peintre, deux grandes toiles, copies d’anciens représentant la scène d’après Léonard de Vinci, et l’Ordination copie d’une œuvre de Nicolas Poussin. Les peintures murales sont classées MH. Tout aussi remarquable, également classé MH, est le maître autel en marbre polychrome. Œuvre de sculpteurs avignonais, les frères Mazetti, il provient de l’ancienne collégiale des chanoines de Villeneuve-les-Avignon, ce qui explique sa richesse. Et enfin un retable en bois de tilleul, représentant Saint-Michel terrassant le dragon.

 La chapelle du Pont, sous le titre de Notre-Dame de Compassion. Cette minuscule chapelle semi-circulaire, bâtie en encorbellement sur le lit de l’Ouvèze, marque l’entrée du village, au sortir du pont, face à la tour médiévale qui supporte le beffroi (1720). Construite en 1851, elle a succédé à un oratoire, puis à une première chapelle (1729). Son architecture unique dans la région se caractérise par un cul de lampe en pierre locale et un contrepoids, invisible sous la chaussée. Elle est inscrite à l’ISMH depuis 1977.

La fontaine au dauphin et le lavoir semi-circulaire forment l’ensemble emblématique de Mollans. Cette première fontaine publique a été construite en 1713-1714. Elle a donc tout juste 300 ans ! De plan centré dont le fût est surmonté d’une vasque à écailles, elle est surmontée d’un dauphin qui rappelle l’appartenance du village au Dauphiné. L’un des quatre mascarons, représentant une tête avec des oreilles d’âne, fait référence à la figure mythologique du roi Midas, certainement une allégorie pour rappeler que, dans notre région au climat méditerranéen, l’eau est plus précieuse que l’or. Le lavoir, à l’élégante forme semi-circulaire à sept arches, est plus tardif (1863). L’ensemble est inscrit à l’ISMH depuis 1926.

Le réseau des fontaines. Outre la fontaine au dauphin, Mollans compte un dizaine de fontaines réparties dans tous les quartiers (1877). Les plus remarquables sont la fontaine républicaine de la place Banche de Cour – surmontée d’un buste de Marianne (1885) et l’ensemble fontaine-lavoir sous la voûte de l’église. Celui-ci, du fait de sa position élevée au cœur du village, était alimenté par une canalisation unique en terre cuite depuis sa source au pied de la montagne de Bluye. D’autres fontaines plus modestes sont à découvrir en suivant le sentier balisé des fontaines.

Le vieux pont. L’arche de ce pont est plus ancienne qu’il n’y parait. On en trouve mention en 1442. Postérieur de quelques décennies à l’ouvrage roman de référence dans la région, le pont de Nyons, il a été modifié à de nombreuses reprises : d’abord à la fin du XVIIIe siècle, lorsque la tour et le pont levis qui le commandaient ont été démolis, puis en 1851 lorsque il a été élargi et la pente de ses accès adoucie.

Buis les Baronnies

Parking

44.277053 - 5.277139

44.273328 - 5.274568


D546 – D. 108 D.108A – D546.

Buis-les-Baronnies est un village de la Drôme Provençale, situé en région Rhône-Alpes dans le Parc Naturel Régional des Baronnies Provençales.

La rivière de l'Ouvèze coule sur les bords de la rive droite et en point de mire le Mont Ventoux.

La légende affirme qu'Hannibal, le chef de guerre carthaginois, s'arrêta en ce lieu et fit boire ses éléphants à la fontaine du Buis.

Le nom de "Baronnies" date du Moyen-âge et provient de la réunion des baronnies locales de Mévouillon et de Montauban, dont le Buis fut la capitale. Les Baronnies furent rattachées au Dauphiné, lui même incorporé au Royaume de France en 1349.

Pendant la Révolution, la population rétive au nouveau pouvoir renvoya la curé constitutionnel. Le Buis perdit alors définitivement son statut de capitale administrative au profit de Nyons.

L'économie de Buis les Baronnies est concentrée autour de deux activités, agricole et touristique.

La commune est favorisée par sa situation géographique, implantée au cœur de prairies, d'oliveraies, de champs de lavande, de vergers, à  l'abri des grands vents de la Vallée du Rhône, les montagnes qui l'entourent la protègent. Toutes ces conditions réunis favorisent un climat et la croissance d'une flore méditerranéenne.

La spécialité du village est le tilleul depuis le milieu du XIXe siècle, chaque année une fête célèbre cette précieuse plante. De nombreux négociants et producteurs développèrent leurs activités autour du tilleuls ainsi que d'autres plantes médicinales et herbes aromatiques comme la sarriette, la sauge, le thym et la lavande.

Des petites industries et des marques renommées virent le jour comme « La Maison des Plantes de Buis » où depuis deux siècles, ils excellent dans une production locale et une gamme de produits de haute qualité : des huiles essentielles, des produits cosmétiques, alimentaires et une herboristerie.

Buis-les-Baronnies est doté d'un charme pittoresque, son patrimoine historique riche en témoigne avec un habitat rural et provençal.

La visite est incontournable, de nombreux édifices à découvrir comme

  • la Place du marché aux arcades du XIVe siècle,
  • le couvent des Dominicains,
  • le vieux pont roman sur l'Ouvèze,
  • le moulin à l'huile 
  • le jardin des senteurs.

Vaison la Romaine

D.928 – D.54.

(N° 4773)

Avenue André Coudray

Parking du Colombier

84110 VAISON LA ROMAINE

Latitude : (Nord) 44.24648°  Longitude : (Est) 5.07412° 

Tarif : 2019

Stationnement, services : 7 à 8,50 €

Services :

Eau coupée en hiver

Autres informations :

Ouvert toute l'année

30 emplacements stabilisés et empierrés



Vaison la Romaine - Nyons

81 km

1 h 43


Vaison la Romaine

Le Poët-Sigillat

Parking

44.381302 - 5.193430


 D. 568.

Le village est adossé à la Montagne de Buisseron, qui culmine au col d'Ambonne, à 1 269 mètres d'altitude, et le nord de la commune longe la crête de la Montagne du Poët.

Le sud de la commune est traversé par le Ravin du Clos, affluent de l'Ennuye.

Description

Ancien Castrum fortifié, le village «perché» du Poët Sigillat est l’un des 4 « Poët » de la Drôme dont la toponymie latine veut dire podium : promontoire. Autrefois entouré de remparts, dont certains sont encore bien visibles aujourd’hui, le village offre de splendides point de vues sur la vallée de l’Ennuyé. L’église paroissiale Saint-Martin, ouverte aux visiteurs, abrite un très bel autel classé.

Petite anecdote : la chapelle Saint-Bernard, historiquement un beffroi, est désormais privée mais sa cloche, elle, appartient toujours aux habitants du village.

La Combe  – Col de Soubeyrand

  • La Combe (26) – D.94 –
  • Col de Soubeyrand – D.162 D.568A

Le col de Soubeyrand est un col situé à une altitude de 987 m dans la Drôme. Il permet de relier par la route la haute vallée de l'Eygues à la vallée de l'Ennuye. Il se situe dans les Baronnies, à l'est de la montagne de Charamelet sur la commune de Bellecombe-Tarendol.

Rémuzat

Parking

44.414799,5.356840


D.94 – D.162.

Rémuzat c'est toute la Provence, avec un soupçon alpin. Plus discret, moins connu que d'autres contrées, sa beauté en reste plus authentique, plus sauvage. Prenez le temps de vous poser dans ce village de la Drôme provençale aux maisons de pierres et aux tuiles d'argile. Les places y sont chaleureuses... Levez les yeux quelques instants pour admirer le spectacle que les vautours nous offrent au quotidien. Ces oiseaux qui vous invitent à les rejoindre sur les sommets en empruntant les sentiers de randonnées.

Autour du village (447 m d'altitude), les Préalpes du Sud, dont les sommets culminent à plus de 1000 m, se découpent sur un ciel dont la luminosité est incomparable.

Le rocher du Caire, barre rocheuse unique par sa forme, veille sur le village et l'abrite du vent.

Sahune

Parking

44.413799 - 5.267210


D.94

au cœur des Baronnies Provençales, SAHUNE

BIENVENUE À SAHUNE, EN SUD-DRÔME

 

Bienvenue à Sahune, charmant petit village de près de 350 habitants, situé au cœur du Parc naturel régional des Baronnies provençales.

Au creux de la vallée de l’Eygues, il est entouré de moyennes montagnes qui le protègent des caprices de la météo et lui confère un climat doux, proche de celui de sa plus célèbre voisine, Nyons. Il est dominé à l’Est par le célèbre rocher de Bramard, fameuse montagne à tête de sphinx, qui semble veiller sur les Sahunais depuis la nuit des temps.

Les vestiges de l’ancien village, rénovés par une association, viennent également témoigner de la riche histoire sahunaise.

Les Pilles

Parking

44.381302 - 5.193430


D.94. - D.18.

Le Village de "LES PILLES" est un site inscrit aux Bâtiments de France situé à 6km en amont de Nyons.

Description

Il se divise en deux rives. Sur la rive droite, le vieux village, où s’articule de part et d’autre de l’unique rue des maisons dont les façades et les portes datent, pour les plus anciennes, du XVIIe s. Au bout de la rue, l’Eglise récente de 1870, de style roman, affiche de magnifiques vitraux.

En traversant l’Eygues sur le pont de pierre, on se trouve sur la rive gauche et l’on remarque que les maisons de la rive droite surplombent toutes la rivière du haut de leurs balcons et de leurs terrasses au soleil. Une fois de l’autre côté du pont, on découvre au-dessus de nos têtes les ruines du château (XIVe s).

A voir :

- Le rocher enchaîné : trois grosses chaînes forgées très anciennes fixent un énorme rocher au-dessus des maisons alignées en surplomb du torrent montagnard.

- Le marché des producteurs : le lundi soir de mai à novembre

Nyons

(N° 894)


Accès/adresse :

Promenade de la Digue

26110 NYONS

Latitude : (Nord) 44.35815° Longitude : (Est) 5.13858° 

Tarif : 2020

Stationnement, services : 10 €

Services seuls pour camping-cars de passage : 3 €

Paiement par carte bancaire

Type de borne : FLOT BLEU

Services :

Borne fermée en période de gel

A 300 mètres du centre ville

Autres informations :

Ouvert toute l'année

20 emplacements ombragés et limités à 48h

https://www.dromeprovencale.fr/camping/aire-camping-cars-de-nyons/


« La seule différence entre Nyons et le Paradis, c’est qu’à Nyons, on est bien vivant » disait René Barjavel.

Enfant du pays, il a grandi sur ces terres entourées d’oliviers au pied des Baronnies Provençales. Nyons, classé parmi « Les Plus Beaux Détours de France », est surnommée « le petit Nice » de par son microclimat aux airs méditerranéens.

Distillerie Bleu Provence

Monument industriel · Rhône-Alpes

DESCRIPTION

La distillerie Bleu Provence perpétue depuis 1939 la tradition de la distillation des lavandes et des plantes aromatiques.

Toute l'équipe de la Distillerie vous attend sur le site de production avec son espace de découverte, sa boutique où vous découvrirez sa gamme lavande et sa Pause Bleu Thé où vous dégusterez la fameuse glace à la lavande. Dans la boutique, découvrez toutes nos huiles essentielles 100% naturelles et notre gamme de produits bien-être 100% "Made in Provence". Pour les vacances de printemps et d'automne, profitez aussi de notre atelier savon le mercredi matin de 10h à 12h (6 à 12 ans), sur réservation. Visites guidées de la Distillerie en Juillet et Août du lundi au samedi à 11h et 15h30. Entreprise certifiée Qualité Tourisme - Connexion Wifi gratuite.

Heures d'ouverture

Toute l'année, tous les jours de 9h30 à 19h. Fermetures exceptionnelles les 1er janvier et 25 décembre. D'avril à Septembre: tous les jours de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h30. En juillet et août: tous les jours de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h. D'Octobre à mars : tous les jours de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h.

Prix:

Adulte : à partir de 5,50 € Enfant : à partir de 4 € (enfants 8-18 ans et étudiants, gratuit -8 ans)

Distillerie Bleu Provence

58, promenade de la Digue, 

26110 Nyons

Téléphone 04 75 26 10 42

E-mail info@distillerie-bleu-provence.com


Nyons - Grignan

72 km

1 h 35


Nyons

Valréas

Parking

44.387100 - 4.992500


Lavande, lavandin

La lavande est cultivée sur plus de 500 ha dans l'Enclave des Papes. Elle est en fleur de mi-juin à mi-juillet. Tout au long des balades, elle parfume et colore le paysage de son bleu-violet si particulier.

Le lavandin sert dans la production de cosmétiques, déodorants, lessives et savons alors que la lavande est utilisée dans la fabrication des parfums et la production d'huiles essentielles destinées notamment à l'aromathérapie.

Les fleurs sont également butinées par les abeilles et entrent dans le processus de fabrication du miel.

Richerenches

Parking

44.356400 - 4.915290


D.181 – D.481.

Le trésor de l'enclave des Papes

Richerenches est un village vauclusien situé dans l'enclave des papes, c'est l'une des quatre communes du Vaucluse enclavée dans la Drôme, plus précisément entre le Comtat Venaissin et la Drôme provençale.

Ce charmant village a la particularité d'être entouré de quatre rivières qui lui apportent une fraicheur des plus plaisantes en été. 

 

C'est sur ces terres en 1136, que fut érigée la Commanderie des Templiers. La commanderie de Richerenches était puissante et entreprit de nombreux travaux dont la construire d'une ferme templière, une chapelle et fit assécher les marais.

C'était également le premier haras de France. Ses terres riches furent très vite exploitées par les propriétaires terriens, qui développèrent la culture et le pâturage, principales activités de la commanderie.  

Le village connut le pillage par des brigands, la destruction par les guerres de religions puis l'abandon. Le temps de la reconstruction arriva en 1502 grâce à quelques familles.

 

Les vieilles pierres vivent et respirent à Richerenches, tous les premiers dimanches du mois de Mai, le village célèbre et met à l'honneur la fête des fleurs. Richerenches pare alors ses plus belles pierres de couleurs et de senteurs.

Monsegur sur Lauzon

Parking

44.359122 - 4.860069


D.481 – D.571.

Histoire et Patrimoine

Montségur sur Lauzon est une petite commune de 1 317 habitants. Située en Drôme Provençale, elle jouit d’un climat très agréable. Dotée d’un patrimoine remarquable, vous pourrez admirer monuments et sites qui ont conservé leur originalité. Vous ne manquerez pas de visiter le vieux village où, du haut des remparts de l'ancienne citadelle, vous profiterez d'une vue panoramique d’exception sur la Drôme provençale, le château de Grignan, le Mont Ventoux, les Dentelles de Montmirail,... Grâce à la table d’orientation vous pourrez identifier de nombreux points de vue. Lors de vos promenades, circuits ou randonnées, vous découvrirez de magnifiques églises et chapelles romanes, petits bijoux d'architecture, des sites historiques comme le Pont du Martinet ou le bassin des Druides.

Le vieux village

Le château de Montségur sur Lauzon date du Moyen-âge et a été bâti au Xème siècle au sommet d'un coteau rocheux de 185 mètres d'altitude. Il est totalement à découvert et isolé dans un secteur de plusieurs kilomètres à la ronde ce qui donnait aux villageois de l'époque une impression de sécurité. D'ailleurs toutes les maisons du village sont accolées à la muraille d'enceinte ce qui apportait une certaine quiétude, d'où le nom initial du village "Mont-Sûr" et en provençal " Mount-Segur " devenant au fil du temps : Montségur.

Le Belvédère : une vue à 360° !

L’un des plus beaux belvédère de la Drôme Provençale, avec une vue à 360°, où l’on peut notamment admirer le Mont Ventoux, les Dentelles de Montmirail, la Lance, les plaines environnantes ainsi que les nombreux châteaux et citadelles comme Grignan, Chamaret, Suze la Rousse et Baume de Transit.

Clansayes

Parking

44.371899 - 4.808400


D.571 – D.133

Village de la Drôme Provençale, dominé par une imposante tour (depuis laquelle on peut observer la vallée du Rhône et son village voisin la Garde Adhémar) coiffée d'une vierge, à ses pieds se blottissent l'église Saint Michel et le village. Village construit en amphithéâtre sculpté par l'érosion et les vents. Ses paysages diversifiés sont d'une grande richesse : plaine fertile, vallons encaissés verdoyants, falaises abruptes, collines boisée, plateaux et garrigues provençales.

 

A voir, à visiter : 

  • La tour des Templiers : haute de 20 mètres, bâtie sur la crête du rocher.
  • L’église Saint-Michel (XIe).
  • Vestiges d'enceinte (XIVe).
  • Le donjon avec mâchicoulis (IMH) : octogonal à la base, et carré en haut, surmonté d'une statue de la Vierge 1853 de 7 m de haut.
  • Le château Romanin (XIXe). La chapelle Notre-Dame-de-Toronne d'origine templière. Chemin de croix (12 oratoires).

Saint Paul les trois Châteaux

Parking

44.347095 - 4.771064

44.351007 - 4.779487


D.158 – D.572.

La principale économie de Saint-Paul-Trois-Chateaux est liée au site nucléaire du Tricastin, la majeur partie des habitants travaillent pour le site.

 

La commune bénéficie d'une situation géographique et d'un environnement privilégiés.

 

Entre plaine, collines, Rhône, vignes et lavandes, le terroir se développe dans un climat méditerranéen.

Les étés sont chauds avec de fortes sécheresses, les hivers quand à eux sont assez froid en raison du fort mistral.

La saison des pluies apparaît au printemps et en automne.

La nature est riche et variée, entourée de vignes, lavandes, truffes et oliviers, la commune a été durant longtemps peuplée par des agriculteurs.

Aujourd'hui ce patrimoine est toujours activement développé. On le retrouve dans la gastronomie qui est à l'honneur à travers la production des AOC Grignan-les-adhémar et de la Truffe du Tricastin.

Saint-Paul-Trois Châteaux possède un riche patrimoine culturel, son histoire remonte au Néolithique.

Aux alentours du Ie siècle, un peuple Gaulois appelait les Tricastins couvrait plus de 42 hectares de ce territoire.

Au cours du moyen age, la ville est ceinturée d'un rempart défensif dotée de trois portes fortifiées.

Après les guerres religieuses, à partir du XVIIIe siècle des hôtels particuliers sont édifiés.

L'économie de la ville se développe avec la construction du site nucléaire dans les années 1950.

 

La ville offre de beaux édifices comme

  • la cathédrale Notre Dame du XIIe véritable joyau de l'art roman classé monument historique depuis 1841,
  • les hôtels particuliers,
  • les collections archéologiques telle que la grande mosaïque de Saint-Paul,
  • les ruines des remparts

Lors de votre visite, au fil des ruelles, vous découvrirez l'admirable blancheur des pierres, des façades, des bâtiments de la ville.

Issue des Carrières Sainte-Juste fermées au début du XXe siècle, elles peuvent être visitées aujourd'hui;

A voir absolument la Maison de la Truffe et du Tricastin ainsi que le Musée d'Archéologie Tricastine.

La Garde-Adhémar

Parking

44.394199 - 4.753660


D.472 – D.133 – D.541 – D.203

Roussas

Parking

44.429477 - 4.801201


D.203 – D.56.

Niché autour d'un piton rocheux, Roussas porte les traces d'un passé qui remonte à l'antiquité. Il reste les ruines du donjon et le château. Un beau circuit botanique permet de découvrir les plantations de roses nouvelles et de plantes méditerranéennes.

De l’ancien village défensif, perché sur son piton rocheux, il reste les ruines d’un château du 12e siècle et quelques édifices religieux.

Tout près, se tient une grande église, le sanctuaire Saint-Joseph, construit à la fin du 19e siècle sur l’emplacement d’un ancien lieu de dévotion à Saint-Joseph. À noter, qu’à l’intérieur, on peut admirer un rarissime orgue pneumatique, récemment restauré.

Ce même endroit bénéficie d'une vue superbe sur le château du 12e siècle et sa Chapelle Saint-Germain, posés eux aussi un peu plus loin au-dessus du village qui s’étale en contrebas avec sa belle église.

Reauville

Parking

44.446423 - 4.841415


D.56 – D.541.

Le nom du village de Réauville apparaît dans les textes au XIIIe siècle seulement mais son terroir relevait déjà des « Terres Adjacentes de Provence », et il est probable que l’ancien domaine de Cersas (Sarson) fut baptisé Réauville en 1280, lorsque l’Abbaye d’Aiguebelle fut placée sous la protection du Comte de Provence, Charles d’Anjou, frère de Saint-Louis.

Le village a conservé quelques vestiges du bourg castral primitif et de nombreux décors architecturaux associés aux formes nouvelles des XVIe et XVIIIe siècles.

L’Église Sainte-Marie-Madeleine est très remaniée. Elle se distingue par un décor de peintures murales « dans des cartouches de différentes formes; des silhouettes de villes antiques, à contre-jour et en perspective composent ce curieux décor profane, réalisé en 1871 par deux moines de l’Abbaye d’Aiguebelle ».

Pour répondre aux normes d’hygiène, il sera construit, ou restauré, cinq bornes – fontaines et lavoir au cours du XXème siècle. Ils sont disséminés un peu partout dans le village.

En 2013, une fresque représentant une scène de la vie quotidienne est peinte sur les murs du lavoir couvert. Nous vous invitons à admirer le masque en pierre à tête de lion de la fontaine qui se trouve juste à côté.

Albert Séverin Roche, qui fut proclamé le Premier Soldat de France par le Maréchal Foch le 27 novembre 1918 à Strasbourg, est né à Réauville le 5 mars 1895. On peut y voir sa maison natale. De même pour Louis Portalier qui fut capitaine d’Empire.

La Balade royale, circuit pédestre d’environ 3 km ,sans difficultés particulières, vous permettra de découvrir le patrimoine environnemental de Réauville. Il a été mis en place par l’O.N.F. et vous mènera à la Sablière, la Glacière, le rocher de la Vierge et son belvédère, … Des panneaux explicatifs tout au long du circuit vous aideront à en percer les mystères !

Grignan