St Jean d'Angély -  Fontenay le comte

88 km

1 h 30


85 - Abbaye de Maillezais

Rue Agrippa d'Aubigné

Parking de l'Abbaye Saint Pierre

 

Latitude : (Nord) 46.37421° 

Longitude : (Ouest) -0.74649° 

 

Tarif : Gratuit

Le stationnement est toléré la nuit pour les camping-cars, uniquement sur la partie gauche du parking

Autres informations :

Grand parking stabilisé

Tél : +33 251 872 301


Abbaye millénaire

Bienvenue à Maillezais, une abbaye millénaire ancrée au cœur du Marais Poitevin.

Vers l'an mil, l'île de Maillezais accueille ses premiers défricheurs : les moines de Saint Benoît.

 

À la suite d'un événement tragique intervenu lors d'une chasse, sur son île perdue au milieu de l'ancien golfe des Pictons, la Duchesse Emma d'Aquitaine décide d'y fonder un monastère.

Bientôt la nouvelle abbaye de Maillezais, grâce aux nombreuses donations des Ducs d'Aquitaine, occupe une place majeure en Poitou. Elle en devient même leur panthéon: Guillaume VI et Eudes y sont inhumés, tout comme leur père Guillaume le Grand, mort à Maillezais en 1030.

Mais cette richesse suscite très vite la jalousie des seigneurs voisins qui, par convoitise, incendient et pillent l'abbaye Saint-Pierre. L'histoire la plus connue est celle du seigneur Geoffroy II de Lusignan, dit la Grand'Dent, dont la légende raconte qu'il serait l'un des fils de Mélusine, mais surtout l'un des seigneurs les plus tyranniques de son temps...

D'une terre gorgée d'eau, les moines vont faire une citadelle spirituelle, culturelle et économique au rayonnement international.

Au début du XIIIe siècle, les abbayes de Maillezais, Nieul-sur-l'Autise, Saint-Michel-en-l'Herm, l'Absie et Saint-Maixent s'unissent pour aménager ce vaste territoire qui devient le Marais Poitevin.

 

En 1317, le Pape Jean XXII décide de scinder le diocèse de Poitiers en trois : Maillezais et Luçon se voient érigées en évêchés.

L'abbatiale de Maillezais est élevée au rang de cathédrale, l'abbaye est agrandie et devient un foyer de la vie intellectuelle à la Renaissance. C'est d'ailleurs à cette époque que l'évêque Geoffroy d'Estissac accueille un certain François Rabelais, qui s'instruit à l'abbaye durant cinq années avant de devenir le célèbre écrivain que l'on connaît.

À partir des Guerres de Religion, l'abbaye de Maillezais vit de nouveau dans la tourmente.

Transformée en forteresse de défense au XVIIe siècle, l'abbaye Saint-Pierre est alors gouvernée par les protestants, dont le fameux chef militaire Agrippa d'Aubigné. Mais les assauts répétés des forces catholiques causent très vite sa ruine, l'abbaye de Maillezais est abandonnée.

À la suite de la Révolution française, les murs encore debout sont vendus pour servir de carrière de pierres. Classée Monument Historique en 1923, l'abbaye Saint-Pierre de Maillezais est sauvée de sa destruction totale. Mais ce n'est qu'en 1996 qu'elle est rachetée par le Conseil Départemental de la Vendée, qui la restaure et en assure depuis l'animation.  

L'abbaye de Maillezais est aujourd'hui un vrai bijou d'architecture : périodes romane, gothique ou renaissance, elle a toujours fait figure de modèle. Ses ruines majestueuses se dressent encore, témoins silencieux d'une grande histoire : l'Histoire de France.

OUVERTURE

Du 1er au 31 mars et du 1er octobre au 11 novembre

De 10h à 12h30 et de 14h à 18h, fermé le mardi 

Du 1er avril au 31 mai et du 1er au 30 septembre 

De 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h, tous les jours

Du 1er au 30 juin

De 10h à 12h30 et de 14h à 19h (du lundi au samedi)

De 10h à 19h (le dimanche)


85 - Nieul-sur-l'Autise

Aire CC

4 Rue du Moulins

N 46°25'20.27''

W -0°40'54.78''

Coordonnées GPS : 46°25'21" N / OO°40'49" O

 

Une abbaye royale

Bienvenue à l'abbaye royale de Nieul-sur-l'Autise, à la rencontre du passé.

Trésor caché à la lisière du Marais Poitevin, l'abbaye de Nieul-sur-l'Autise illumine depuis mille ans les yeux et le cœur du promeneur.

En 1069, Airaud, fils probable du seigneur de Talmont fonde l’abbaye de Nieul. Sept années plus tard, le duc d’Aquitaine confirme cette fondation dans la maison de Airaud Gassedenier à Vouvant.

Les dons des ducs affluent. L’abbaye Saint Vincent croise bientôt la route de la grande Histoire.

Confiée à des chanoines de Saint-Augustin, elle accueille en 1141 la belle Aliénor d'Aquitaine, Reine de France puis d'Angleterre, muse des troubadours et grand-mère de l'Europe. Grâce à elle, l'abbaye se voit accorder le statut d'abbaye royale et connaît alors une période de grande prospérité.

S'unissant aux abbayes de Maillezais, Saint-Michel-en-l'Herm, Saint-Maixent et l'Absie, les moines de Nieul-sur-l'Autise entreprennent une vaste campagne d'aménagement du Marais Poitevin.

Dès le XVIe siècle, l'abbaye Saint Vincent vit ses heures les plus sombres.

Les Guerres de Religion causent très vite sa ruine. Le chœur, le réfectoire, la salle capitulaire et les cuisines sont massivement détruits. Les moines quittent les lieux, malgré les efforts de réhabilitation entrepris sous l'impulsion de l'abbé Pierre Brisson dans la première moitié du XVIIe siècle.

L'abbaye est peu à peu délaissée, la vie monastique y disparaît, si bien qu'à la suite de la Révolution française, terres et bâtiments sont vendus comme Biens Nationaux.

Subjugué par sa beauté, Prosper Mérimée classe l'abbaye Monument Historique en 1862. Nieul-sur-l'Autise trouve alors un second souffle.

En 1968, le Conseil Départemental de la Vendée rachète l'abbaye puis lance un grand projet de restauration et de mise en valeur de ce patrimoine historique et culturel. Le Département en assure depuis l'animation.

L'abbaye Saint Vincent de Nieul-sur-l'Autise reste à ce jour l'un des plus précieux témoins du patrimoine religieux bas-poitevin. Venez découvrir un véritable chef d'oeuvre de l'art roman français, qui présente l'un des rares ensembles monastiques complets.

Abbatiale, cloître et bâtiments conventuels vous ouvrent leurs portes.

 


85 - Fontenay le comte

Avenue du Général De Gaulle, D948bis

 

Latitude : (Nord) 46.462° 

Longitude : (Ouest) -0.80495° 

 

Tarif : 2020

Emplacement : 8.50 €

Eau : 2.00 € à 4.00 €
Services :

 

Electricité : 10 ampères, 12 prises

Autres informations :

Nom de l'aire : FONTENAY LE COMTE

Ouvert A l'année

22 emplacements

Tel: +33 2 51 53 41 41

SITE INTERNET

 

22 emplacements goudronnés, larges et délimités


Perle architecturale de la Vendée, la ville affiche de remarquables façades du 16e siècle, témoins de l'âge d'or de la Renaissance

La ville de Fontenay-le-Comte est couronnée du label prestigieux « Ville et Pays d’Art et d’Histoire ». Elle figure parmi « Les Plus Beaux Détours de France ». Berceau de l’Humanisme, François 1er l’avait surnommée « Fontaine jaillissante des beaux esprits ».

 

Découvrir le cœur de ville

Les demeures Renaissance

Au 16e siècle, Fontenay-le-Comte vit une époque florissante avec la construction des plus beaux édifices de la ville. Elle compte un grand nombre de demeures et d’hôtels particuliers Renaissance : la Maison Billaud, l’hôtel de la Sénéchaussée, l’hôtel Grimouard, ou encore la maison Beaux-Esprits …

Autour de la place Belliard, vous serez émerveillés par les maisons à arcades qui rappellent la splendeur de la ville à l’époque de François 1er.

La fontaine des Quatre Tias

La magnifique fontaine des Quatre Tias est devenue l’emblème de la ville.

Surmontée d’un fronton triangulaire et d’un arc en anse de panier, la fontaine est accessible en descendant quelques marches. L’eau s’écoule par quatre tuyaux, caractéristique insolite qui a donné son nom au bassin.

 Fontenay, source jaillissante des beaux esprits

 François 1er

Déambuler dans le vieux Fontenay

Un parcours découverte illustré par 42 panneaux d’interprétation du patrimoine est aménagé dans le cœur historique de Fontenay.

Du quartier des Illustres au Faubourg des Loges, le vieux Fontenay vous dévoilera des joyaux d’architecture datant du moyen-âge.

En déambulant à travers les ruelles médiévales, ne manquez pas la maison à pan de bois de la rue des Loges. Cette maison à colombages est sans nul doute la plus ancienne de Fontenay-le-Comte.

 

Vous remarquerez des noms de rues liés aux corporations qui s’y trouvaient autrefois : la rue des Drapiers, la rue des Tanneurs, la rue des Orfèvres…

 

L'Étrange balade Fontenay sur les pas des Fontenautes

Nouveauté 2020 : Un parcours sonore et imaginaire !

Les visiteurs, petits ou grands, découvrent Fontenay-le-Comte, munis d’un casque audio. Ils sont accompagnés d’un curieux petit personnage, sorte d’ami invisible et imaginaire, qui va les guider au fur et à mesure de leurs pérégrinations.

Par une écoute géolocalisée dans les rues de Fontenay, cette balade est une invitation à s’aventurer dans cette interzone parallèle et secrète, intensément habitée par les personnages réels ou fictifs qui ont arpenté la ville avant nous.

Partez à la rencontre de Tanagrau, le géant de l’Hôtel de la Pérate, de la Dormeuse de Chaix, des Ondines qui peuplent la Rivière Vendée, d’un petit mulot qui idolâtre le Général Belliard ou encore de deux coqs qui s’invectivent à longueur de siècles au dessus de nos têtes... !

Le musée

Installé dans l'ancien presbytère de Notre-Dame, le musée de Fontenay est doté d'une riche collection de verreries gallo-romaines, probablement l'une des plus riches de France. Au 1er étage, sont rassemblées les collections ethnologiques avec mobilier vendéen, costumes et coiffes. Une galerie des Beaux-Arts expose des peintures d'artistes vendéens des 19ème et 20ème siècles.

Le parc Baron

Situé sur les vestiges de l’ancien château-fort, le parc Baron domine la ville de Fontenay-le-Comte. C’est un lieu de promenade très agréable, arboré de tilleuls et de cèdres. On y trouve aussi un jardin médiéval. Il offre un cadre idéal pour pique-niquer en famille par une belle journée ensoleillée.

Le donjon des cimes

Sur le site du parc Baron, vous trouverez le Parcabout, un espace de loisirs permettant de courir et sauter entre les arbres. Enfants et adultes évoluent sur des filets fixés à plusieurs mètres de haut. Une alternative au traditionnel accrobranche nécessitant ni harnais ni systèmes d’attache. 

Le château de Terre Neuve

Construit à la fin du 16e siècle pour le poète Nicolas Rapin, le château de Terre-Neuve est un joyau de la Renaissance française.

Le grand salon est orné d’éléments de décor du château de Chambord tels que les soleils dorés à l’or fin qui proviennent de la chambre de Louis XIV. Une cheminée Renaissance affiche un symbole de la formule magique alchimique au centre de son imposant manteau. Le château se distingue également par ses plafonds à caissons de pierres sculptées, caractéristique de l’architecture Renaissance.


Fontenay le comte -  St Philibert  Grand lieu

166 km

2 h 46


85 - Vouvant

Rue du Château Neuf D31

Aire municipale

 

Latitude : (Nord) 46.57434° 

Longitude : (Ouest) -0.77491° 

 

Tarif : 2020

Stationnement, services : 5 €

Ticket à prendre à la boulangerie

Type de borne : Artisanale

Services :

 

Un des plus beaux Village de France

Autres informations :

20 emplacements


Succombez au charme de cette "Petite Cité de Caractère"

À deux pas de la forêt de Mervent-Vouvant, découvrez un village médiéval niché dans le méandre d’une rivière. Baladez-vous dans les ruelles étroites de Vouvant et longez les remparts jusqu’au pied de la Tour Mélusine.

L’œuvre de la fée Mélusine

On raconte que Vouvant, cité moyenâgeuse entourée de remparts, a été créée par la fée Mélusine d’une gorgée d’eau et d’autant de pierres que pouvait en contenir son tablier…

De ses talents de magicienne et du génie des hommes, sont alors sortis l’église romane Sainte-Marie, au portail ciselé, l’ensemble des ruelles fleuries qui descendent vers la rivière Mère, les placettes charmantes et la tour Mélusine, vestige du château féodal des Lusignan.

Les charmes jetés ainsi par la fée serpente, agissent jusqu’à Foussais-Payré, petit bourg de style Renaissance typique situé au cœur d’une séduisante campagne bocagère.

La Tour Mélusine

La tour Mélusine est l’unique vestige du château des Lusignan, datant du 13e siècle. Le donjon surprend par sa forme circulaire, plutôt rare pour l’époque. Empruntez l’escalier en colimaçon menant au sommet de la tour pour admirer le panorama sur les alentours. Du haut de ses 45 mètres, la vue sur la forêt de Mervent-Vouvant et la cité médiévale est magnifique !

Vous pourrez récupérer auprès du Bureau d'Information Touristique (en saison) le précieux sésame (clé d'accès) pour monter en haut de la Tour Mélusine.

L'Antre des Fontenautes

Découvrez l'étrange comportement du carnet vivant et la muséographie sur la fée Mélusine !

Accessible gratuitement depuis le 2 juillet 2020, l'Antre des Fontenautes, située au 2e étage du Bureau d'Information Touristique, vous entraîne au cœur de l'Histoire et des légendes...

LE CARNET "VIVANT" - nouveauté 2020

"Phénomène très étrange…Un doctorant en archéologie, missionné par l’Office de Tourisme pour inventorier les personnages historiques ou imaginaires qui avaient peuplé le Pays de Fontenay-Vendée au fil de l’Histoire, fut frappé par la foudre, alors qu’il arpentait la forêt de Mervent.

Par bonheur, il en sortit indemne, mais un curieux fait se produisit : le carnet qu’il tenait en main semblait animé d’une vie propre, et les personnages qu’il y avait répertoriés s’en étaient échappés

Le carnet vivant est maintenant exposé dans l'Antre des Fontenautes, venez découvrir les personnages encore bloqués à l'intérieur.

MUSÉOGRAPHIE MÉLUSINE

Levez le voile sur les mystères qui entourent la légende de la Fée Mélusine... Cette espace muséographique, composé de multiples scénettes, a été conçu par Fabrice Bienvenue, un Vouvantais passionné L'Antre des Fontenautes est accessible durant les horaires d'ouverture du Bureau d'Information Touristique.

Entrée gratuite Durée moyenne de visite : 15 minutes

Vouvant, village de peintre

Est-ce la fée Mélusine, telle une muse, qui attire les artistes au village de Vouvant ?

Où sont-ils inspirés par l’atmosphère bucolique qui enveloppe les remparts de la cité ? Sans nul doute, ils ont élu domicile à Vouvant !

Le circuit des ateliers d'artistes réserve au visiteur la découverte d’une quinzaine d’ateliers et galeries d’art dans le cœur même du village de Vouvant.

Peintures et sculptures contemporaines sont présentées dans la Nef Théodelin, qui est devenue un lieu d’exposition exceptionnel à l’intérieur de l’église de Vouvant. Cette dernière accueille notamment le salon Mélusin’art, organisé chaque année au mois d’avril par l’association « Vouvant, village de peintres ».

Un orgue à Vouvant

« Un orgue à Vouvant en 2020 » c’est le grand projet lancé à Vouvant pour l’année de son millénaire, la construction d’un orgue pour son église classée Monument Historique. Cet instrument de plus de 1000 tuyaux en cours de construction contribuera à l’animation du sud-vendée grâce à un Festival d’orgue d’été, des résidences de classes d’orgue, et de diverses autres animations.

Ce projet a pour originalité d’être principalement financé par des donateurs et des mécènes ayant à coeur d’enrichir le patrimoine Vouvantais.

Flâner dans les jardins de Vouvant

Couronnée du label Les Plus Beaux Villages de France, la cité médiévale de Vouvant vous séduira également pour ses jardins et son itinéraire de promenade le long de la rivière La Mère.

Le jardin des sens vous surprendra avec ses quinze carrés contenant des plantes médicinales, aromatiques et tinctoriales entourées d’arbres fruitiers. Lieu expérimental pour favoriser la biodiversité, on y trouve une mare, des hôtels à insectes, nichoirs, ruches et espaces « sauvages ».

Une halte au jardin du prieuré, adossé à l’église romane vous fera découvrir un exemple de jardin monastique avec son carré potager et ses herbes médicinales. Le jardin public est un lieu de promenade privilégié. Il surplombe les remparts  et la Poterne offrant ainsi une vue imprenable sur la rivière.

Pour une plus longue balade autour de Vouvant et le long de la rivière, laissez-vous tenter par une traversée amusante avec le bac à chaîne qui relie les deux rives de la Mère. Une boucle de promenade est désormais possible pour les randonneurs à pied ou à vélo en empruntant ce petit bateau plat. Oh hisse !


85 - Tiffauges

Château de Tiffauges

Une position stratégique

Le château de Tiffauges est le plus grand site médiéval de la région, doté d'un riche passé aux confins des marches séparant le royaume de France de la Bretagne.

Une occupation du site qui remonte à l'époque gallo-romaine

Occupé depuis l'époque gallo-romaine par une tribu de Teiphales enrôlée dans la légion romaine, le site du Château de Tiffauges a été modelé au fil des siècles par trois familles de bâtisseurs : 

Les Vicomtes de Thouars érigent le donjon en pierre et l'ensemble des remparts du XIIe au XVe siècles, 

Gilles de Rais (1404 - 1440) construit l'espace résidentiel logis-cuisine et renforce le donjon avec les douves et le châtelet d'entrée, 

Louis de Vendôme élève des tours d'artillerie sur le côté Nord-Ouest du site au XVIe siècle. 

Le renouveau du château

Détruit en partie durant les Guerres de Religion puis lors de la reconstruction de la ville de Tiffauges suite aux guerres de Vendée, le château sort de l'oubli au XXe siècle grâce à l'investissement de la commune et du Conseil Départemental de la Vendée.

La valorisation du site débute dans les années 1990. En 2002, date du rachat du site par le Conseil Départemental de la Vendée, le château s'enrichit de moyens de mise en valeur importants et toujours novateurs. Son conservatoire de machines de guerre en est le meilleur exemple tout comme les animations et les spectacles qui y sont proposés. Le château de Gilles de Rais constitue un exemple de médiation culturelle avec plus d'un million de visiteurs accueillis depuis 1990. 

Attirant les archéologues de toute l’Europe depuis le XIXème siècle, le site a fait l’objet, dans les années 2000-2010, de campagne de fouilles préventives au niveau de la porte Bailleresse et la chapelle.

En 2018, les archéologues se sont concentrés sur les fouilles de la digue médiévale située au nord de la forteresse.

Ouverture

AVRIL - MAI :

Semaine : de 10h à 12h30 et de 14h à 18h

Weekend et jours fériés : de 14h à 19h 


85 - Saint Sulpice le Verdon

Château de la Chabotterie

 

Latitude : (Nord) 46.87942° 

Longitude : (Ouest) -1.40786° 

 

Tarif : Gratuit

Services :

Autres informations :

Tél : +33 251 428 100


Le logis bas-poitevin, château et métairie

Des origines à la Renaissance

 

Haut-lieu de la guerre de Vendée, puisqu'il fut le cadre de l’arrestation du général vendéen Charette le 23 mars 1796, le Logis de la Chabotterie présente la forme type d’un logis bas-poitevin. Cette synthèse du château, demeure seigneuriale, et de la métairie, domaine agricole, se répand dans le paysage vendéen entre le XVe et le XVIIIe siècle. 

L’origine de la construction remonte au milieu du XVe siècle. Autour de la cour d’honneur sont alors étroitement imbriqués dépendances agricoles, logements des domestiques et maison noble. 

Entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle, d’importants travaux sont entrepris. Un haut pavillon d’angle à quatre niveaux flanque désormais le logis Renaissance. Il est desservi par une tour carrée fortifiée datée de 1611 et qui présente un écu aux armes de la famille Bourbon-Chabot. 

À la fin du XIXe siècle, on lui adosse une chapelle néo-Renaissance sur sa face nord et, côté jardin, une tour remplace l’ancienne tourelle des latrines. 


44 - St Philibert de Grand Lieu

1 avenue de Nantes

Camping Les Rives de Grand Lieu

 

Latitude : (Nord) 47.04204° 

Longitude : (Ouest) -1.64141° 

 

Tarif : 2017

C-C : 9 à 10 €

Électricité : 3 €

Type de borne : Artisanale

Services :

Autres informations :

 

16 emplacements

Tél +33(0)240 788 879

SITE INTERNET

 


Patrimoine naturel

Le lac de Grand-Lieu

D'une superficie moyenne de 62,92 km2, le lac de Grand-Lieu appartient en quasi-totalité à la commune.

La majeure partie du lac est recouverte d'herbiers flottants. Les zones inondables sont composées de roselières, de forêts reposant sur de la vase, de prairies marécageuses. Le lac est habité par plusieurs centaines d'espèces animales, dont environ 250 espèces d'oiseaux et une cinquantaine de mammifères parmi lesquelles la loutre et le vison d'Europe. Le grand capricorne et le lucane cerf-volant (Lucanus cervus) sont des invertébrés également présents sur le site. Situé sur une des grandes voies de migration de la façade atlantique, le lac de Grand-Lieu accueille 270 espèces d’oiseaux, ce qui le place au second rang en France en termes de richesse ornithologique, après la Camargue24. Le lac accueille d'ailleurs la plus grande colonie au monde de hérons et c’est le seul espace européen avec le delta du Danube à accueillir les neuf espèces de hérons existantes. De ce fait, le lac est labellisé « zone humide d’intérêt mondial » au titre de la convention de Ramsar.

En 1980, le lac devient propriété de l’État et passe en zone naturelle protégée. C’est le fameux parfumeur Jean-Pierre Guerlain qui fut son dernier propriétaire et qui légua ce joyau vert du pays nantais à l’État. Pour préserver l'écosystème du lac, seuls sept pêcheurs professionnels, cooptés au sein d’une coopérative séculaire, sont autorisés à se rendre sur le lac de Grand-Lieu toute l’année pour poser filets et verveux et ramener des poissons prisés comme le sandre ou l’anguille. Ce n’est qu’au 15 août, lors de la fête des pêcheurs, que les visiteurs privilégiés peuvent se promener en barque sur le lac. Mais le lac peut se découvrir aussi tout au long de l’année d’autres manières : la randonnée, les musées (musée des oiseaux, musée du lac, etc.), la pêche.

De nombreuses légendes et histoires entourent le lac de mystères : ainsi Herbauges, ville riche et prospère y serait engloutie. Au ive siècle, saint Martin de Vertou qui visitait les abords du lac s’arrête à Herbauges, ville « demeurée attachée aux superstitions païennes ». Refusant le prosélytisme du moine, les habitants le passèrent à tabac. Alors « la colère divine allait se déverser sur la coupable Herbauges ». Toute la ville y aurait été submergée par les eaux, ne laissant la vie sauve qu’au moine et à un couple de « bons samaritains » qui lui avait pansé ses blessures. Mais la femme, qui aurait désobéi à l’injonction divine de s’enfuir sans se retourner, se serait changée en statue de pierre. D'aucuns affirment avoir des preuves de cette tragédie : dans le marais de Pont-Saint-Martin, on peut encore voir une roche qui ne serait que « l’image défigurée » de la femme statufiée. De plus, le curieux qui tendrait l’oreille la nuit de Noël pourrait, dit-on, entendre les cloches de la cité coupable, tinter du fond de leurs abîmes. Certains historiens pensent que la légende est née au moment de terribles tempêtes qui ont dû provoquer la submersion des « villages sur pilotis dont on a [...] retrouvé dans le lac des pieux mêlés aux débris des forêts disparues ».

Patrimoine religieux

Abbatiale de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.

L'abbatiale carolingienne du ixe siècle : nef carolingienne, crypte Saint-Philibert où se trouve un sarcophage mérovingien en marbre, contenant des reliques du Saint, le reste de ses reliques se trouvant dans la crypte de l'église de Noirmoutier-en-l'Île, et surtout à Tournus. Jardin médiéval

La communauté Saint-François et sa chapelle qui vont, à courts termes, détruits et remplacés par Bouygues Immobilier

  • L'église de Saint-Philbert
  • La cure en friche
  • La chapelle Lamoricière
  • La chapelle des Jamonières
  • La croix du nouveau cimetière
  • La chapelle de Lottrye, de style néogothique du xixe siècle

Patrimoine civil

  • La mairie.
  • Le château des Jamonières.
  • Le château des Brétaudières.
  • Le château de Monceau.
  • Le manoir de Lottrye : sur la route de Saint-Colomban, construit au xvie siècle, modifie au xviie, et agrandi au xviiie, avec construction d'une chapelle. Détruit en grande partie à la Révolution, reconstruit, et prolongé d'une aile dans le style clissonnais par M. Bertin, maire de Clisson sous le Premier Empire, acheté en 1937 par Joseph Ecomard de Sainte-Pazanne, qui l'agrandit, puis vendu par sa petite fille Hélène Courtois à la philosophe Mme Françoise Barbaras en 1992.
  • Château de Lamoricière, maison de famille du général.
  • Château de la Picotière.
  • Château de La Noue.
  • Château de Port Bossinot.
  • Manoir de l'Holnais, propriété de la famille Reliquet.
  • La ferme de Saint-Rémi.
  • Les caves du Rocher.
  • L'école de garçons.
  • Les ponts sur la Boulogne :
  • Le pont d'amont,
  • Le pont de fer en aval.
  • L'inscription de Réguyon.
  • La statue du général Lamoricière.
  • Le cinéma sainte-Jeanne-d'Arc.
  • Les moulins.

St Philibert  de Grand lieu St Hilaire de Chaleons

21 km

0 h 20


44 - St Hilaire de Chaléons

 

Et pourquoi St Hilaire de Chaléons...????

C'est privé !!!!

 

Sympa de voir l'évolution de mon petit fils Sacha...

 

Et ce serait bien que je fasse connaissance avec ma petite fille Loïs ....un peu avant son mariage quand même !!!!