De Cadix à Valence


J 22 - J 23

Séville à Cadix

121 km - 1 h 21


El Punto de Santa Maria

(N° 22558)
Paseo Maritimo de la Puntilla / Paseo del Poeta José Luis Tejada
11500 EL PUERTO DE SANTA MARIA (Andalucia)

Latitude : (Nord) 36.585829°  Longitude : (Ouest) -6.235707°
Tarif : Non connu


Grand parking à coté de la plage et à l'entrée du port.
Accessible hors saison sans doute beaucoup moins aux beaux jours

Télécharger
Quoi voir à Cadix
CADIX.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Plages de sable fin, promenades ensoleillées, théâtre romain, châteaux médiévaux, édifices civils et religieux font d’un séjour à Cadix et de sa visite une expérience stupéfiante, aussi bien artistiquement, qu’historiquement et culturellement en général. C’est en effet l’une des plus anciennes villes d’Espagne, au patrimoine le plus riche. Voici donc les monuments les plus notables et les plus représentatifs de Cadix, qui devraient être vu si vous avez la chance de visiter la « plus vieille cité d’Europe ».


Cathédrale de Cadix

Commencée en 1722 dans un style baroque très épuré, elle ne fut achevée qu'en 1838. La façade est un jeu de surfaces concaves et convexes flanquées de deux tours surmontées de petits temples, ressemblant à deux observatoires astronomiques. 1844 marqua l'achèvement du grand cul-de-four couvrant le transept ; depuis, le dôme, par certains jours de brume, semble flotter au-dessus de la ville. L'intérieur, présentant un plan en croix latine et déambulatoire, surprend par sa taille et sa luminosité.

Parc Genovés

Désigné autrefois sous le nom de paseo del Perejil, ce beau parc est, de nos jours, le poumon de la ville, un endroit calme, propice à d'agréables promenades. En face, l'ancienne caserne de Charles III est maintenant le siège de l'université.

Plage de la Caleta

Ancien port naturel de la ville, c'est aujourd'hui la plage du quartier ancien. À l'une de ses extrémités, sur une petite île reliée au littoral par un bras de terre, se trouve le château de San Sebastián (18e s.), toujours à usage militaire. D'après la légende, ce site aurait accueilli le temple de Cronos. Au beau milieu de la plage fut construit le Balneario de la Palma, établissement de bains récemment restauré.

Casa de la Contaduría (Musée de la Cathédrale)

Cet ensemble de quatre édifices admirablement restaurés et arborant un patio mudéjar (16e s.) abrite le musée de la cathédrale, qui expose des objets, vêtements et divers documents liturgiques, dont une lettre signée de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus. Remarquez plus particulièrement un ostensoir en argent doré réalisé par Enrique Arfe dit Custodia des Cogollo et l'ostensoir du Million (18e s.), comportant, dit-on, près d'un million de pierres précieuses.

Oratoire de la Santa Cueva

Cette petite chapelle, véritable joyau de l'art néoclassique, présente une décoration exubérante. De forme elliptique, elle est couverte d'une coupole à lunettes portée par des colonnes ioniques. Vous pourrez y admirer les trois magnifiques peintures (1795) de Goya qui ont été restaurées récemment.

Tour Tavira

Aux 17e et 18e s., les commerçants de Cadix firent ériger plus de 160 tours pour surveiller l'arrivée de leurs bateaux, mais aussi comme symboles de prospérité et de prestige. La situation de cette tour, dans la partie haute de la ville, en a fait en 1778 la tour de guet officielle, moyennant un système complexe de pavillons. On y a aménagé en 1995 la première chambre obscure d'Espagne, où un ingénieux dispositif de miroirs et de lentilles dispense des vues de la ville.

Eglise de Santa Cruz

Erigée à la fin du 16e s. sur le site de la première (13e s.), les Gaditans la désignent comme l'ancienne cathédrale. La sobriété extérieure de l'ensemble n'est égayée que par quelques éléments de céramique vernissée. Les trois vaisseaux, de belles proportions, sont séparés par de robustes colonnes de style toscan. Vous la verrez sur la petite place Fray Félix qui est le centre religieux de la ville depuis des siècles et où vous remarquerez, au n° 1, la maison baroque d'Estopiñán.

Place de Mina

C'est au 19e s. que furent créées plusieurs places sur les terrains dont furent expropriés des ordres religieux. Construite en 1838 dans le jardin du couvent St-François, l'une de ces premières places fut la place de Mina. Aujourd'hui, c'est l'une des plus charmantes de Cadix avec sa végétation exubérante qui lui confère son air colonial. Aux nos 11 et 16, où vous remarquerez des maisons illustrant parfaitement le style isabélin.

Eglise de Santa María

L'église (17e s.) de l'ancien couvent Santa María a donné son nom à tout le quartier. Sa façade, de style maniériste, présentant de nettes réminiscences de Juan de Herrera, est l'oeuvre d'Alonso de Vandelvira, fils du célèbre architecte Renaissance Andrès de Vandelvira. Elle est surmontée d'un clocher couronné d'une flèche (18e s.), ornée d'azulejos. À l'intérieur, remarquez le dynamisme du retable baroque, et les carreaux de Delft décorant le soubassement de la chapelle du Nazaréen.

J 24


Cadix à Gibraltar

147 km - 2 h 6 (par la côte)


(N° 24808)
Anevida Principe de Asturias
Parking de la marina
11300 LA LINEA DE LA CONCEPTION (Andalucia)

 (Nord) 36.15691°   (Ouest) -5.35531° 

Tarif : 2015
Stationnement 24 H : 12 €
Vidanges : 3 €

Services :

20 emplacements numérotés sur pavés, face à la marina, sécurisés

Le rocher de Gibraltar est un monolithe calcaire situé à Gibraltar, sur la côte méridionale de la péninsule Ibérique. Il atteint une hauteur de 426 mètres au-dessus du niveau de la mer. Dans l'Antiquité, il était considéré comme l'une des deux Colonnes d'Hercule, l'autre étant le djebel Musa, sur la côte africaine. Le Rocher est une possession de la Couronne britannique. Il fut cédé par l'Espagne à la Grande-Bretagne par les traités d'Utrecht, à la fin de la guerre de Succession d'Espagne.

 


J 25 - J 26

Gibraltar à Ronda

113 km - 1 h 45


(N° 4480)
Carretera Ronda-Algeciras, Km1.5
Camping El Sur ***
29400 RONDA (Andalucia)
(Nord) 36.72111°   (Ouest) -5.17138° 

Tarif : 2015
Emplacement : 5,50 €
C-C : 9 à 13,30 €
Personne + 10 ans : 4,95 €
Enfant - 10 ans : 4,40 €
Electricité : 4,60 à 5,30 €
Wifi : 3 €
Lave-linge ou sèche-linge : 7 €
Services :

Piscine
Restaurant
Aire de jeux
124 emplacements
Tel : +34 952 87 59 39
info@campingelsur.com
http://www.elsur.com/entrada.php
Télécharger
Quoi voir à Ronda
RONDA.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

  • Au nord du Guadalevín :
    • Les arènes de Ronda sont les plus anciennes de toute l'Andalousie (1785)8.
    • L'église Nuestro Padre de Jesus (église du Père Jésus)
    • La Fuente de los Ochos Caños (Fontaine des Huit Jets)
  • Les trois ponts qui franchissent le Guadalevín, d'ouest en est :
    • Le Pont Neuf (Puente Nuevo) est une des attractions de la ville, avec son précipice impressionnant qui sépare la vieille ville de la partie plus récente. Le pont est une œuvre de 98 mètres de hauteur, construite en pierres et composée de trois arches.
    • Le Puente de San Miguel (pont Saint Michel) est le plus petit des trois ponts. Il n'a qu'une seule arche de 12 m de haut. Il est d'origine musulmane, mais sous sa forme actuelle il date de 1961
    • le Vieux Pont ou Pont Arabe a également une seule arche, de 31 m de haut et, comme le pont Saint-Michel, il a été détruit plusieurs fois par des crues et date de 1961 dans son état actuel.
  • Au sud du Guadalevín, dans le quartier de la Ciudad :
    • La Plaza de la Duquesa de Parcent (place de la duchesse de Parcent), appelée jadis Place de la vieille ville, était le centre de la ville à l'époque musulmane. Avant la construction des arènes, c'est ici que se déroulaient les courses de taureaux.
    • La Iglesia Santa María la Mayor (église Sainte Marie Majeure), construite à l'emplacement de l'ancienne grande mosquée, dont ne subsiste que le mihrab.
    • La petite maison de la Tour, accolée à la tour de Santa María, est un petit édifice isolé de style mudéjar.
    • Le Convento Santa Isabel de los Angeles (Couvent Sainte Isabelle des Anges).
    • L'Ayuntamiento (Hôtel de ville)
    • Le Palacio de Mondragón (Palais de Mondragon) abrite le Musée archéologique municipal.
    • La Casa de San Juan Bosco (maison de Saint Jean Bosco), date du début du XXe siècle. Elle fut léguée à la congrégation des Salésiens par une famille locale. Son jardin offre une belle vue sur le Pont Neuf.
    • Le Convento Santo Domingo.
    • La Iglesia de San Sebastián, qui date du XIVe siècle, et où se trouve le seul minaret subsistant à Ronda. Il doit son nom à la chapelle dédiée à Saint-Sébastien qui fut construite à l'emplacement de la mosquée. Il se compose de trois étages : une partie inférieure en pierre de taille dotée d'une porte en fer à cheval, un premier étage en briques et une partie supérieure construite après la conquête chrétienne et servant de clocher.
    • La Casa del Rey Moro (Maison du Roi maure) n'est pas maure malgré son nom : elle date du XVIIIe siècle. Elle doit son nom à un panneau en céramiques sur la façade, représentant un roi musulman. Ses jardins andalous ont été conçus par le célèbre paysagiste français Jean Claude Nicolas Forestier. Aménagés en terrasse, ces jardins qui surplombent le Tajo offrent une belle vue sur les montagnes environnantes. Depuis les jardins on accède à la Mine. Datant du XIVe siècle, cette structure, que la tradition attribue au roi musulman Abomelik, est constituée d'un escalier creusé dans le roc et descendant de quelque 200 marches jusqu'au lit du Guadalevín au milieu de la gorge du Tajo. En descendant l'escalier on accède à différentes salles voûtées. La Mine permettait d'approvisionner la ville en eau.
    • Les murailles de la Xijara, à l'est de la vieille ville, ont été construites au XIe siècle, à l'époque de la taifa de Ronda. Elles ont fait l'objet d'importantes restaurations. La porte de la Xijara est composée de trois arcs, deux en plein cintre et un en fer à cheval.
    • La porte de Philippe V est une des principales portes de la vieille ville. Après l'écroulement d'un premier «pont neuf»,en 1741, cet accès à la vieille ville redevint fort fréquenté jusqu'à l'achèvement du Pont Neuf actuel en 1793. À l'emplacement d'une vielle porte musulmane, on construisit la porte de Philippe V, du nom du premier souverain Bourbon d'Espagne.
    • Les Baños Árabes (bains arabes) (fin du XIIIe siècle ou début du XIVe siècle) comptent parmi les mieux conservés d'Espagne. Ils comportent trois salles voûtées percées d'ouvertures en forme d'étoile.
    • Le Palacio del Marqués de Salvatierra (palais du Marquis de Salvatierra) possède une intéressante façade Renaissance. Le portail, surmonté d'un balcon, est encadré par deux paires de colonnes corinthiennes. Au-dessus de ce balcon, un fronton orné des armoiries des Salvatierra est soutenu de chaque côté par une paire d'atlantes d'inspiration coloniale, représentant des couples d'indiens nus.
    • La Casa del Gigante (Maison du géant) est un ancien palais musulman qui possède un beau patio décoré d'arabesques du XIVe siècle.
    • La chapelle de la Virgen de la Cabeza taillée dans la roche au tournant du Xe siècle et offrant une vue imprenable sur toute la région.

 


J 27

Ronda à Malaga

102 km - 1 h 36


(N° 24511)
Carretera de Cadiz km 241
Carrefour Planet Los Patios
Parking du centre commercial
29001 MALAGA (Andalucia)

Latitude : (Nord) 36.687° Longitude : (Ouest) -4.46047°

Tarif : 2016
Stationnement gratuit
Eau : 1 à 2 €

Services :

Télécharger
MÁLAGA.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB


J 28

Malaga - Nerja

57 km - 0 h 49


(N° 22649)
Accès par la Calle Puente Viejo
29780 NERJA (Andalousie)


Latitude : (Nord) 36.749972°  

Longitude : (Ouest) -3.880228° 
Tarif : Non conu

Parking en terre très proche du centre ville de Nerja.
Idéal pour visiter la ville et son célèbre balcon de l'Europe.
Télécharger
NERJA.pdf
Document Adobe Acrobat 786.4 KB

  • Le balcon de l’Europe baptisé par Alfonso XII en 1885 lors d'une visite de cette ville après un tremblement de terre désastreux. Il fut baptisé ainsi car on dirait que l’Europe se termine ici, et que l’Afrique commence. En effet, cette veranda offre une vue imprenable sur la mer.
  • Cueva de Nerja (Grottes de Nerja) se trouve près du village de Maro. Les grottes comprennent deux parties distinctes dont seulement une (un tiers des grottes) est ouverte au public. Près de 5km de galeries pratiquement horizontales sont connues à ce jour représentant un volume de 350 000m³. On y retrouve des stalactites, stalagmites, des colonnes et des peintures rupestres datant de 42 000 ans. En 1961, les grottes ont été déclarées monument historique et artistique, puis culturel en 1985, et finalement zone archéologique de la culture en 2005.
  • Aqueduc d'alimentation en eau de la ville : travaux de génie civil du XIXe siècle construits pour transporter l'eau aux moulins de l'ancienne usine de sucre de San Joaquin de Maro. Il se compose de quatre étages de chevauchement d’arcs sur la pente raide du ravin Coladilla.
  • la Dorada, le bateau du pêcheur Chanquete dans la série télévisée Le Bel Été (Verano Azul)
  • Ermita de las Angustias: œuvre du style baroque du XVIIe siècle. On peut souligner son simple clocher et les fresques de la coupole attribuées à l'école de Grenade de la peinture par Alonso Cano.
  • Iglesia de El Salvador: œuvre aroque et mauresque du XVIIe siècle. L’église possède une tour carrée et un clocher orthogonal. À l’intérieur on retrouve des peintures murales de Francisco Hernández.
  • Iglesia de las Maravillas: petit temple d’architecture populaire, également du XVIIe siècle et situé dans la région de Maro.
  • Ingenio de San Antonio Abad: une des rares usines de sucre qui restent parmi les nombreuses qui s’étendaient sur la côte de Malaga.
  • Musée d’Histoire de Nerja : on y retrouve à l’intérieur un rappel de la préhistoire à nos jours. Le musée abrite un squelette entier nommé « Pepita » datant de 8 000 ans. Il dispose également d’ateliers éducatifs pour les plus jeunes avec des écrans tactiles. Le musée se situe à quelques minutes de marche du Balcon de l’Europe.

J 29 - J 30 - J 31

Nerja - Grenade

126 km - 1 h 36


(N° 27075)
Avenuda de Santa Maria de la Alambra
18000 GRANADA

Latitude : (Nord) 37.17185°  - Longitude : (Ouest) -3.57958° 

 

Tarif : 2015
Forfait : 30 à 50 €


(N° 16252)
Calle Torre de Tomarès
18001 GRANADA (Granada)(Andalucía)


Latitude : (Nord) 37.15132°  Longitude : (Ouest) -3.59531°

Tarif : 2012
Stationnement, services : 15 €

Services :

 

Proche du stade de foot Los Carmenes


(N° 26177)
Ctra. Granada 198
Camping Maria Eugénia
18015 GRANADA (Andalousia)


Latitude : (Nord) 37.19238°  Longitude : (Ouest) -3.6547°

Tarif : 2016
Emplacement, C-C : 10,60 €
Personne + 14 ans : 5,50 €
Enfant - 14 ans : 4,40 €
électricité 10 à 16 A : 4,10 à 4,90 €

Services :

Accès handicapés
Lave-linge
Sèche-linge
Ouvert toute l'année
Tél(+34) 958 200 606
campingmariaeugenia@gmail.com
http://campingmariaeugenia.com


(N° 2260)
Carretera Juan Pablo II, 23
Camping Sierra Nevada
18014 GRANADA (Andalucia)

Latitude : (Nord) 37.19825°  Longitude : (Ouest) -3.61169°
Tarif : 2015
Emplacement : 13,80 €
Adulte : 6 €
Enfant 3 à 10 ans : 5,10 €
électricité : 4,20 €

Services :

 

Supérette
Piscine
A proximité gare routière
Tel: +34 958 150 062
http://www.campingsierranevada.com/


Télécharger
GRENADE.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB

La ville de Grenade se divise en neuf quartiers très distincts qui ont chacun leur style et leur histoire.


Albaicin de Grenade.

L'Albaicín, colline située sur la rive droite du Darro, projette son visiteur dans un univers unique. Site de l'ancienne cité primitive d’Elvira, avant que les Maures Ziris ne la renomment Grenade, elle hébergeait les artistes qui montaient sur la colline lui faisant face pour édifier les palais de l'Alhambra, pendant les temps permettant son embellissement. Le quartier est aujourd'hui très prisé par les étudiants venus de toute l'Europe.

Le Realejo

Le Realejo était le quartier juif du temps de la Grenade nasride ; l'intégration du peuple juif était telle que Grenade était connue de par le Pays d'al-Andalûs sous le nom de Granada de los judios (en arabe Garnata al Jawud). Il ne reste de nos jours que quelques vestiges d'avant la reconquête dans le quartier: "las Torres Bermejas" qui se trouvent en dessous de l'Alhambra, ce sont deux tours d'origine romaine. "Realejo" doit son nom à la "royauté" ou "realeza", à qui appartenaient ces terrains à partir de l'expulsion des juifs dans le début du XVIºs. C'est de nos jours un vieux quartier dont les couvents et les églises se fondent avec une population jeune d'étudiants et de familles propriétaires depuis de nombreuses générations. Sont très caractéristiques du quartier "La calle Molinos" ou rue des moulins à eau qui longeaient le canal majeur, "acequia mayor", "Los hotelitos de Belén" qui sont un ensemble de grandes maisons ou villas "Cármenes", l'église de "Santo Domingo", le couvent "Comendadoras de Santiago", la "calle San Matías", et, surtout, la place "Campo del Príncipe", au bord de laquelle se trouve l'ancien hôpital militaire, aujourd'hui: "Faculté d'Architecture", et la vue spectaculaire de l'Hôtel monumental de luxe "Alhambra Palace".

 

C'est aujourd'hui un quartier comprenant de nombreuses villas andalouses avec jardins ouverts sur les rues, dénommées les Cármenes.

La Cartuja

Ce quartier héberge un édifice homonyme : La Cartuja, exacte traduction de la chartreuse en français : ancien monastère dans le style gothique flamboyant, dont les décorations intérieures restent inachevées.

Se trouvent dans ce quartier également les édifices du Campus des Humanités, la faculté de pharmacie, celle des sciences économiques, et celle de théologie, résultant de l'extension de l'Université de Grenade.

Bib-Rambla

De l'arabe "Bab el Ramla", qui signifie 'La Porte de sable', est une des portes principales de la vieille cité "Elvira", c'est depuis l'installation de la vieille ville chrétienne "Centro Sagrario" la place des marchands de fleurs. Anciennement partageaient les magasins de jouets pour les enfants le protagonisme commercial avec les fleuristes, de nos jours, pour son centrique emplacement, c'est un des accès principaux au centre historique de Grenade et grand "meeting-point" touristique. Le toponyme existait du temps des arabes ; aujourd'hui cette place est un haut-lieu de la gastronomie de la ville, surtout par ses terrasses de restaurants ouvertes dès les beaux jours. Le bazar issu des petites ruelles marchandes "Alcaicería" (dont l'architecture garde la forme du vieux bazar maghrebin) de la Grenade ancienne, devenu essentiellement touristique, serpente à partir de cette place, jusque le long de la cathédrale. La porte originale a été déplacée et se trouve actuellement dans la colline de la Sabika, en montant vers l'Alhambra.

Le Sacro-monto

Vieille ville gitane de Grenade, c'est le quartier de grottes (cuevas del Sacromonte) qui se trouve au-delà de la muraille de Don Gonzalo, la dernière bâtie avant le reconquête des rois catholiques au XVe siècle. Le début de la construction de ces grottes est inconnu. Bien qu'on le situe au XVIe par l'expulsion des juifs et des musulmans, certaines théories assurent qu'il s'agit d'une zone habitée depuis les temps romains. Les gitans, peut-être venus avec les troupes des rois catholiques, s'y sont installés à partir de 1492. Le quartier fut toujours une zone limitrophe de la ville mais au-delà des murailles, du contrôle religieux chrétien et hors de tout passage sauf par l'ancienne voie romaine qui arrivait à Guadix. Ce fait a configuré la vie de cette vallée, nommée Valparaiso, autour de la fête gitane et la zambra, qui est le nom d'un genre de flamenco et aussi la dénomination des grottes qui offrent des spectacles de cette musique pendant toute l'année (au début pour les riches, de nos jours pour les suivants de cet art).

Le Sacromonte se situe sur l'extension de la colline de l'Albaycin, en remontant le cours du Darro. S'y trouvent de nombreuses cavernes creusées et aménagées dans la roche (sédimentaire et la terre rouge de Valparaiso), peintes en blanc et en bleu clair pour chasser les moustiques (comme au Maroc).

Les gitans, peuple chassé (et installé) de toutes les parties d'Europe, s'y sont installés depuis les temps médiévaux de l'Andalousie. Ils y organisent la Zambra Gitana, danse andalouse provenant du Moyen-Orient, et qui est devenue le flamenco. L'origine de ce peuple nomade s'étend, selon les théories, depuis l'Égypte egiptien_giptien_gitan, et l'Inde par leur langue cale, qui garde une grande similitude avec l'ourdou.

L'environnement culturel propre à cette zone fait l'objet d'une protection, par l'intermédiaire du centro de interpretación del Sacromonte. Ce quartier conserve la structure originale, croisée par des sentiers ou vereas (transformation du nom espagnol vereda), celle du milieu verea de enmedio (dont les virages extérieurs sont de miradores ou places aux vues panoramiques, comme el mirador de la lomilla), la haute verea alta et la basse verea baja. Les grottes qui sont creusées dans cette terre à peine cristallisée, ont subi d'innombrables destructions, la plus importante dans les années 1945, ce qui mena à la vente des terrains et au renforcement intérieur de beaucoup d'entre elles par des voûtes et par des extensions, des grands murs, permettant ainsi l'apparition de balcons, de terrasses et de fenêtres...