De Comillas à O Vicedo

Comillas

10 Barrio Velecio

 

Bon endroit pour se garer et visiter cette belle ville, à 10 minutes de la plage à pied et à 10 minutes du centre. Nous avons passé une nuit tranquille, sans problème. Espace pour 8 camping-cars. Aucun service.

 

GPS : 43.388288, -4.293742

 

Comillas, 60 CA-131

 

Parking jour et nuit, j'ai passé une nuit tranquille sans bruit

 

GPS : 43.389343, -4.294047

 

Comillas, 25 Calle las Paserucas

 

Parking dans la rue (Paseo Manuel Noriega). Proche du centre et de la plage. Bruyant la nuit car les voitures passent.

 

GPS : 43.390184, -4.294526


À 50 km de Santander, se trouve Comillas, déclarée site historique et artistique. Entre ses rues pavées et ses petites places, se succèdent les manoirs, les tours et les édifices aux airs modernistes.

On peut y distinguer “El Capricho”, une construction d'Antoni Gaudí avec son portique caractéristique et ses murs aux décorations céramiques, ou encore le palais de Sobrellano - construction de style néogothique - et l'université pontificale, qui domine l'ensemble de la localité.

Comillas possède des plages de sables fins, qui sont idéales pour la pratique des sports nautiques. À proximité de la plage, se trouve le parc naturel d'Oyambre, une large frange littorale avec des dunes, des falaises, des marais et une ria de grande importance ornithologique. On ne manquera pas d'emprunter quelques-uns des sentiers qui traversent la localité.

El Capricho de Gaudí

 

Gaudí associe musique et architecture dans la conception de cet édifice.

Cette œuvre d’Antonio Gaudí date du XIXe siècle. Son style moderniste y expérimente la fusion entre la musique et l’architecture, pour un effet entièrement nouveau. La résidence mêle ainsi des éléments arabesques (azulejos, briques apparentes...) et néo-gothiques aux formes arborescentes. Sa tour cylindrique se distingue par sa décoration de céramique représentant des tournesols. Ses baies vitrées sont aussi remarquables par leur référence à la musique et à la nature (incarnées par des animaux jouant de divers instruments). Quant à l’ornementation, Gaudí innove ici via l’utilisation du fer.

Cimetière de Comillas

Quelques monuments exceptionnels construits vers la fin du XIXème siècle et premières années du XXème sous l'impulsion du premier Marquis de Comillas - Antonio López y López - donnèrent à l'endroit une personnalité spéciale. Quelques uns des monuments érigés à cette époque furent  chargés à des architectes et artistes catalans.

Les murs du cimetière avec ses pinacles et la porte principale sont un travail de Lluís Domènech i Montaner, qui fut chargé l'année 1893 de l'améliorer et l'agrandir. Ce cimetière fut construit sur les restes d'une ancienne église du XVème siècle  de laquelle on conserva quelques éléments comme des arcs et des murs qui servirent comme support d'une sculpture exceptionnelle, l'Ange de Josep Llimona i Bruguera. Quelques panthéons furent aussi dessinés par Domènech et sculptés par Llimona comme celui de la famille Piélagos. 

Le cimetière est situé sur un coteau prés de la mer, et constitue un élément qui rehausse la beauté du paysage de Comillas.

 

Palais de Sobrellano

Date: 1882-1888

Style: Neogótico

C’est de style néo-gothique-moderniste qui a commencé à être construit en 1881. L’œuvre a été commandée par l’architecte catalan Joan Martorell. Le monument est rectangulaire, totalement symétrique. Dans son intérieur nous trouvons des dépendances magnifiques dans lesquelles on peut souligner ses cheminées, les vitraux, les plafonds à caissons, etc… Mention spéciales à la Salle du Trône, par sa hauteur et sa décoration, où se trouvent des toiles qui relatent quatre étapes importantes de la vie du Marquis de Comillas. Le marquis, qui mourut le 16 janvier 18883, ne put achever son travail, puisqu’il se termine en 1888.


Playa de Guipiyuri

Naves, 109, rue Naves

 

Parking derrière le cimetière avec aire de jeux et barbecue. Très calme. À distance de marche de la plage. 

 

GPS : 43.441690, -4.885784

 

1.4 Km de la plage env 20 mn


GPS:+43.44756,-4.88613

Ce Monument naturel n'a pas de connexion visible avec la mer

C'est une plage intérieure, sans accès direct à la mer. Couverte de sable blanc elle s'emplit néanmoins d'eau de mer, car l'océan, situé à quelques mètres, se faufile sous les falaises. Elle mesure environ 40 mètres de long et la marée, en montant, recouvre tout son sable. Quand la marée commence à descendre, elle fait l'objet d'un phénomène comparable à une 'vidange'. Elle est classée Monument naturel.

Gulpiyuri n'est dotée d'aucun service car elle se trouve au fond des prairies qui l'encerclent. Le village le plus proche est Naves et l'accès se fait par un chemin agricole.

 

La plage de Gulpiyuri est une curiosité de la nature pas encore trop prisée des touristes du fait de son accès un poil compliqué. Considérée comme la plus petite plage du monde, elle se trouve entre les villages de Ribadesella et de Llanes dans les Asturies. Sa particularité est qu’elle ne se trouve pas directement au bord de l’eau mais un petit peu dans les terre. L’eau de l’océan passe par un trou dans les falaises pour se glisser jusqu’à cette petite et atypique plage. Je m’y suis rendu en matinée et je n’ai croisé que 2 personnes, des randonneurs qui passaient par là.

La plage n’est pas le seul intérêt de cette étape, il y a pas mal de petits chemins de randonnée dans la campagne et sur les falaises tout autour de Gulpiyuri.


Covadonga

Covadonga est une zone des Pics d’Europe, le massif le plus élevé de la cordillère Cantabrique. Les deux lieux les plus intéressants sont la Grotte de Covadonga, la Basilique perchée dans la montagne et les Lacs de Covadonga. Je ne veux pas trop t’en dire étant donné que je vais y dédier un article complet mais ce sont des lieux exceptionnels qui méritent qu’on y passe une journée.

Il faut simplement avoir conscience qu’il faut monter toute la montagne en voiture (ou à pied si tu es motivé) et que ce n’est pas forcément très accessible.

 

A voir :

  • Grotte de Covadonga
  • Basilique de Covadonga
  • Lacs de Covadonga
  • La beauté de la nature
APN = Parking toléré jour/nuit de :

CANGAS DE ONIS Covadonga

(N° 24140)

 

Parking sanctuaire de Covadonga

33589 CANGAS DE ONIS Covadonga (Asturias)

Latitude : (Nord) 43.30887° Longitude : (Ouest) -5.05604°

 

PARKING P3

43.31533 -5.06811

Tarif : Gratuit

Services :

Acces Handicapes

Autres informations :

 

SITE INTERNET

 

 les coordonnées indiquées nous amènent tout en haut, près du sanctuaire et non pas au parking P 4. Les coordonnées sont N 43° 18.784' et W -5°03. 695.


Sanctuaire de Covadonga

Le début de la Reconquête.

La bataille de Covadonga marque le début de la Reconquête menée par le roi Pélage, qui repose dans la grotte auprès de la Vierge de la Santina.

Covadonga se trouve aux portes du parc national des Pics d'Europe.

La basilique et la grotte où la représentation de la Santina est vénérée sont des lieux de culte et de pèlerinage pour tous les habitants des Asturies.

La basilique est une construction néo-romane, pourvue de deux hautes tours encadrant le portail principal.

Elle renferme des œuvres de grande valeur, dont une toile de Madrazo.

À l’extérieur, une statue du roi Pélage se dresse sur la place de la basilique. Une grotte accessible par un grand escalier abrite la représentation de la Santina, le tombeau du roi Pélage et celui du roi Alphonse Ier.

Une chute d’eau jaillit de la grotte formant à ses pieds une source à sept jets. Sur l’autel, un tableau d’or représente la bataille de Covadonga.


LIONS

Situés des deux côtés de la route et gardant l'entrée du sanctuaire, ces deux lions en marbre de Carrare sont arrivés à Covadonga vers 1964, lorsqu'ils ont été acquis pour cinq cent mille pesetas aux héritiers des frères García Naveira, de la ferme "El Pasatiempo", à Betanzos (La Corogne).

Ils sont une réplique de ceux qu'Antonio Cánova a sculptés pour la tombe ou le monument funéraire que le pape Clément XIII a dans la basilique Saint-Pierre au Vatican.

LE PARC DES PRINCES

Ce magnifique parc se trouve sous les sculptures des lions qui gardent l'entrée du Sanctuaire. Inconnu de beaucoup de monde, il croise un chemin entre une végétation luxuriante et de beaux ponts de bois qui rehaussent la beauté de l'environnement.

Il abrite des pièces architecturales uniques d'une grande valeur historique et artistique, parmi lesquelles les anciennes écoles et l'ancien Mesón de Peregrinos, construit par l'abbé Campomanes en 1763. Au milieu du s. XX, il a été réformé et son intérieur décoré de belles fresques de Paulino Vicente.

LA FONTAINE DU LION

C'est le nom de cette fontaine monumentale en pierre qui se situe sur l'esplanade supérieure du Sanctuaire, entre la basilique et la Sainte Grotte et au sein de ce qu'on appelle le Jardin du Prince. Comme sa propre inscription nous l'indique, il a été fabriqué en 1896.

Dans sa partie centrale est insérée la tête d'un lion de fer d'où sort de sa bouche un fin filet d'eau qui tombe sur un socle rectangulaire en pierre. Le lion et la pierre sont des symboles du Christ et de l'eau, de la Grâce sanctifiante.

LA CLOCHE

Peu avant d'entrer dans le tunnel de la Sainte Grotte, si nous levons les yeux et à notre droite, nous trouvons cette grande cloche monumentale qui n'a qu'une fonction décorative. Il a été fabriqué dans les hauts fourneaux asturiens de la société métallurgique Duro Felguera, à la fin du XIXe siècle.

Il pèse 5000 Kg. Il mesure 3 mètres de haut et c'est une donation au Sanctuaire d'un comte d'origine italienne (Arnaldo de Sizzo Norris) et D. Luis González Herrero. Dans sa catégorie, il a reçu le premier prix et une mention honorable à l'Exposition Universelle de Paris en 1900. Son décor est l'œuvre de Xaviero Sortini et représente des scènes de la Divine Comédie de Dante, parmi lesquelles se détachent celles du jugement dernier.

LA GROTTE SACRÉE

Sans aucun doute, la Sainte Grotte sera le premier et le plus important endroit à visiter. In it is trouve la Vierge de Covadonga ou la « Santina », un nom avec lequel les Asturiens la connaissent populairement et affectueusement.

Le nom de Covadonga vient de l’expression latine Cova Dominica (qui signifie Grotte de la Dame), qui a été transformée jusqu’à atteindre le mot actuel : Covadonga.

Primitivement, le creux de la Sainte Grotte était recouvert de bois et était connu comme « le miracle de Covadonga », car les poutres étaient encastrées dans la roche qu’il semblait un miracle qu’elles ne tombent pas. En 1777, a fire and eut lieu dans lequel l’image de la Vierge, les bijoux, les calices et tous les biens qui se trouvaient à l’intérieur furent perdus.

L’image actuelle date du XVIe siècle et a été donnée par le chapitre de la cathédrale d’Oviedo en 1778, en compensation de la perte de l’image originale.

Toujours dans la grotte, nous pouvons trouver la tombe de D. Pelayo, qui est encastrée dans le mur latéral droit, avant d’atteindre l’image de la Vierge. Bien qu’il ait été à l’origine enterré dans une église voisine appelée Santa Eulalia de Abamia, ses restes, ainsi que ceux de sa femme Gaudiosa et de sa sœur, ont été transférés dans la Sainte Grotte à l’époque d’Alphonse X « le Sage », au XIIIe siècle. Plus loin, et un peu plus caché, se trouve la tombe de D. Alfonso I et de sa femme Hermesinda (fille de D. Pelayo).

La chapelle actuelle à l’intérieur est de style néo-roman et a été construite au début des années 1940, après la fin de la guerre civile espagnole, et est l’œuvre de l’architecte Luis Menéndez Pidal.

A noter également l’antipendium de l’autel, qui montre une représentation de la bataille de Covadonga. Il a été réalisé par Juan José García Talens pour la II Biennale de Barcelone. Une autre pièce qui attire l’attention est l’exèdre avec des reliefs des rois des Asturies derrière la Vierge, elle est basée sur l’art préroman asturien. Des deux côtés de l’image de la Vierge, des lampes de style wisigoth ont été placées qui reproduisent la couronne de Recesvinto, du trésor de Guarrazar.

LE PUITS

C'est ainsi que l'on appelle populairement l'étang situé sous la Sainte Grotte. Ses eaux proviennent de la rivière Las Mestas qui, après avoir traversé la Vega de Orandi, disparaît dans une grotte qui communique avec celle sous l'autel de la Vierge. Naturellement, et en période de pluie ou de dégel, il est courant d'y voir tomber un gros ruisseau ou une cascade, ce qui en fait l'une des principales attractions du Sanctuaire. De là, les eaux qui déversent son drainage, à travers ce qu'on appelle la "queue de cheval", rejoignent la rivière Reinazo quelques mètres plus bas, formant ainsi la rivière Covadonga.

LA TOUR

Cette tour de trois étages a été construite au début des années 1960. Construit en pierre rougeâtre, il a abrité pendant des années l'ancienne caserne de la Garde civile. Au sommet de sa façade principale, elle porte un blason d'Espagne tout à fait unique, étant donné que les quatre champs qui la composent sont divisés par une grande croix de Victoria. Cela était dû au fait qu'à cette époque, il y avait des propositions pour inclure le symbole des Asturies dans l'emblème national.

COLLÈGE DE SAN FERNANDO

 

Construite sous le pontificat de l’évêque D. Diego Aponte de Quiñones (1585-1599), la Collégiale de San Fernando est l’édifice le plus ancien du Sanctuaire. Il a un plan rectangulaire distribué autour d’un patio et une tour carrée dans l’un de ses angles. Elle se dresse à l’emplacement d’un premier monastère, comme le laissent entendre les tombeaux romans conservés dans son cloître, qui appartiennent à des sépultures abbatiales primitives du XIe siècle.

 

À l’intérieur de son église, qui possède une voûte d’ogives et un chœur, se trouve un retable baroque provenant du monastère de Santa María de Valdediós. Il contient une belle image en albâtre réalisée par José Capuz.

Son extérieur est également d’une grande beauté, rehaussé d’armoiries et d’une grande fontaine avec un canapé qui orne le patio d’entrée. La Grotte était accessible depuis le cloître de cet édifice avant la construction des soi-disant escaliers du pardon ou des promesses.

LA BASILIQUE

L’archéologue d’Oviedo D. Benito Sanz y Forés sera le promoteur de la construction d’un grand temple monumental qui donnera à Covadonga la splendeur d’autrefois. La construction a commencé en 1877 et a été achevée et inaugurée le 7 septembre 1901.

Le premier projeté ce conçu par Roberto Frassinelli, bien que le projet final soit dû à Federico Aparici.

Il est de style néo-roman et est fait de marbre rosâtre en pierre extraite des montagnes de Covadonga. Elle est composée d’une nef centrale et de trois absides en gradins, couvertes de bords, de nervures dans le transept, d’anti-presbytère, de quarts de sphères dans les absides et de deux hautes tours sur la façade ouest, dans appelées s’ouvre un portique à triple arc.

A l’intérieur, certaines oeuvres d’art se distinguent, comme un tableau de Luis de Madrazo représentant « Don Pelayo à Covadonga », un artiste de Vicente Carducho, ainsi qu’une scène de « L’Annonciation » et une belle image de Notre-Donne-moi, réalisé par le sculpteur Juan Samsó.

Après l’école, le visiteur peut contempler une réplique de la Croix de Victoria réalisée par Pedro Álvarez Miranda. Dans l’abside de droite se trouve une chapelle dédiée à la Vierge du Rosaire et San Pedro Poveda, dans celle de gauche une chapelle dédiée au Saint-Sacrement et, au-dessus de la porte de la sacristie, souligne Dans l’abside de droite se trouve une chapelle dédiée à la Moderne fabriqué par l’atelier Palencia d’Acitores en 2001, à l’occasion du premier centenaire de la basilique.

 

HORAIRE DES MESSES

du lundi au vendredi

9h00, 12h00, 13h30 et 18h00 (TOUS DANS LA BASILIQUE)

Samedis, dimanches et jours fériés

9h00 (LAUDES UNIQUEMENT), 11h00, 12h00, 13h30 et 18h00 (TOUS DANS LA BASILIQUE)

LA CRYPTE

Elle est née et consacrée le 15 septembre 1891. Exécutée selon le projet de l’Allemand Roberto Frassinelli dans son intérieur mettait en évidence une sculpture en bois polychrome du Sacré-Cœur de Jésus, réalisée en 1890 par l’artiste valencien Antonio Yerro Feltrer, et un autel en marbre blanc donné, en 1915, par Antonio Monasterio dans lequel il y a aujourd’hui une Vierge en ivoire.

MONUMENT AU ROI PELAYO

Il est situé sur l’un des côtés de l’esplanade devant la Basilique. La sculpture de D. Pelayo a été réalisée par le sculpteur Gerardo Zaragoza en 1965. Derrière lui se dresse une grande Croix de Victoria, emblème de la Principauté des Asturies, et avec sa main il semble indiquer où se trouve la Sainte Grotte, où il a trouvé le Divin protection.

Sur la colonne à sa base, on peut lire une inscription qui évoque les mots recueillis dans la chronique royale d’Alphonse III, dans laquelle il dit : « notre espérance est dans le Christ + cette petite montagne sera le salut de l’Espagne ».

SOURCE DES 7 BEC

Situé sur le côté gauche de l'étang sous la Sainte Grotte, on y accède par un chemin de pierre irrégulier parallèle audit étang. Il a la forme d'une coupe d'où tombent sept petits ruisseaux, qui peuvent faire référence aux sept sacrements.

Bien qu'elle soit populairement connue sous le nom de "fontaine du mariage", car selon un vieux couplet du folklore asturien, il est dit : "La Vierge de Covadonga a une source très claire, la fille qui y boit dans l'année se marie".

les lacs de Covadonga

En plein parc national des Pics d’Europe, à un peu plus de 20 kilomètres de la ville de Cangas de Onís, se trouvent les lacs de Covadonga. Leur proximité avec le merveilleux sanctuaire de Covadonga et leur présence tel un mirage au milieu d’un magnifique paysage de haute montagne en font un paradis pour les amoureux de nature. On peut y accéder facilement par la route et dans les environs, il existe plusieurs itinéraires à parcourir. Que vous soyez un amateur d’alpinisme ou simplement un voyageur en quête de panoramas inoubliables, c’est l’un de ces endroits de l’Espagne verte qu’il faut visiter au moins une fois dans sa vie.

 

Des lacs d’origine glaciaire

Enol et Ercina sont les deux grands lacs de Covadonga. D’origine glaciaire, ils s’élèvent à plus de 1 000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Pour les contempler dans toute leur splendeur, nous vous conseillons de suivre la route Lacs de Covadonga, un parcours circulaire de cinq kilomètres dans son environnement, très simple, qui débute sur le parking de la Buferrera et est entièrement balisé. 


Oviedo

(N° 28124)

 

Calle Daniel Moyano

Area de La Corredoria

33011 OVIEDO (Asturias)

Latitude : (Nord) 43.382716° Longitude(Ouest) -5.823898° 

Tarif : Gratuit

Type de borne : Plateforme

Services :

Arrêt Bus à 150 m

Autres informations :

16 emplacements

Stationnement limité 72 h

Située derrière le Centre sportif Corredoria Arena


Oviedo, en latin Ovetum, a toujours été très liée, depuis l'époque de sa fondation (au VIIIe siècle), avec la monarchie asturienne, devenant même la capitale du royaume. Ceci explique pourquoi la vieille ville garde cette ambiance médiévale. On peut visiter celle-ci sans problème grâce à son tracé urbain moderne et soigné.

Oviedo est idéalement placée pour découvrir les merveilles de l'art préroman, un art classé Patrimoine mondial, pour parcourir ensuite le littoral de la Costa Verde, puis pour s'évader dans la nature et pratiquer toute sorte de sports et pour, enfin, goûter à l'excellente cuisine régionale.

La vieille ville est piétonnière, ce qui facilite la promenade, de l'université à la cathédrale et du palais du marquis de San Félix à celui de Camposagrado. Durant cette promenade, nous seront amenés à observer de nombreuses statues qui nous parleront de l'histoire de chaque recoin de la ville. Les places et placettes invitent au repos, tout comme les chigres (bars à cidre).La tour de la cathédrale d'Oviedo est le point de départ de toute promenade dans les rues avoisinantes. Cette cathédrale fut exécutée en style gothique flamboyant. Sa tour, sa rosace et son portique d'entrée veillent sur les plus grands trésors des Asturies. La chapelle de San Miguel, ou Cámara Santa, garde le Coffre saint, la Croix de los Ángeles et la Croix de la Victoria, autant de reliques qui étaient déjà vénérées par les pèlerins se rendant à la ville sainte de Saint Jacques de Compostelle. Ces symboles sont présents sur les blasons d'Oviedo et de la Principauté des Asturies (titre honorifique accordé à la région).

Aux alentours de la cathédrale, nous pouvons visiter de superbes édifices : l'église de San Tirso, le musée des Beaux-Arts et le musée archéologique, ces deux musées étant établis dans l'ancien palais de Velarde et dans le couvent de San Vicente. Étant donné la difficulté de conserver les éléments architecturaux et sculpturaux de l'époque préromane (VIIIe - Xe s.) sur leurs lieux d'origine, à savoir les bourgades et les villages des montagnes et des vallées, ces morceaux d'église sont conservés au musée archéologique. On parcourra ainsi toute l'histoire de l'art asturien : de la préhistoire (Âge du bronze) au roman, en passant par les périodes romaine et wisigothe.

Le style préroman des Asturies, précurseur des styles roman et gothique, fait partie du patrimoine exclusif de cette région. Nous pouvons apprécier quelques-unes d'entre elles à Oviedo : les églises de Santa María del Naranco, San Miguel de Lillo et San Julián de los Prados, toutes classées monument national. Ces églises et palais, tout comme l'église de Santa Cristina de Lena, la Cámara Santa et la Foncalada (une fontaine médiévale) ont été classés Patrimoine mondial par l'UNESCO.

Oviedo se déploie autour de places qui sont autant de points de référence pour notre visite. La plaza de la Catedral nous mène à la plaza de Alfonso II el Casto, où se dressent les palais de Valdecarzana et de la Rúa. Dans le quartier de Cimadevilla, la partie la plus ancienne de la vieille ville, nous pouvons admirer la plaza de la Constitución et la curieuse plaza de Trascorrales, avec son ancienne halle. La plaza de la Constitución abrite la mairie et l'église San Isidoro, deux édifices du dix-huitième. À côté de là, nous nous dirigeons ensuite vers la plaza del Fontán, une place à arcades, sur laquelle se dresse la structure en fer et en verre de l'ancien marché couvert, qui porte le même nom que la place. Les maisons colorées qui se trouvent sur cette place donnent également sur la plaza de Daoíz y Velarde, une place très animée. De nombreux portiques nous conduisent vers ce quartier où les bars à cidre sont légion.

 

 

 

 

Cathédrale d'Oviedo

Le symbole du gothique espagnol.

La cathédrale d'Oviedo, principalement gothique, permet cependant aux visiteurs d'identifier nettement diverses manifestations du baroque ou Renaissance.

La cathédrale se dresse à l'emplacement d'une basilique édifiée par Fruela Ier en hommage au Saint Sauveur. Sa construction entreprise au XIIIe siècle ne s'acheva qu'à la seconde moitié du XVIe. La façade est un ouvrage de Juan de Badajoz et de Pedro de Buyeres. On remarquera la flèche ajourée élancée de la tour (XVe). Le temple est formé de trois nefs pourvues de chapelles latérales, d'un transept et d'un déambulatoire Renaissance. Divers motifs végétaux décorent les chapiteaux des hautes colonnes qui soutiennent la voûte de la cathédrale. Le grand retable, décoré de dais ajourés, relate la vie du Christ par le biais de ses compositions picturales de style gothique et d'influence flamande. La chapelle du roi Chaste abrite le panthéon royal, baroque, où se trouvent les tombeaux des rois des Asturies. La fresque de la voûte de la sacristie, baroque elle aussi, est signée de la main du peintre Martínez de Bustamante. Le cloître renferme le musée diocésain, qui expose d'importantes pièces archéologiques. La Cámara Santa, intégrée à la cathédrale et classée au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO, abrite un trésor dont les plus belles pièces sont la croix des Anges, la croix de la Victoire, le coffret aux agates et l'Arche Sainte.

Plaza de Alfonso II

Peut-être la plus représentative de toutes les places de la ville espagnole d' Oviedo . En elle se dresse la cathédrale de San Salvador .

De plan rectangulaire, elle est délimitée sur ses grands côtés par la Calle Eusebio González Abascal et la Calle San Tirso el Real , et sur ses petits côtés par la Calle de la Rúa et la Calle del Águila , qui passe devant la Cathédrale.

Il comprend le terrain autrefois occupé par la Huerta de Heredia et les places de Balesquida et la cathédrale. Au Moyen Âge et au début de l'ère moderne, les principales rues de la guilde d'Oviedo y convergeaient, telles que la défunte Calle de la Platería et la Calle de los Albergueros ,

ainsi appelées parce qu'il y avait plusieurs auberges pour les pèlerins.

La Plazuela de la Balesquida était un petit coin formé par la Huerta de Heredia , derrière les maisons, démolies lors de l'extension controversée de 1928, qui se trouvaient devant la cathédrale, et la Calle Sanz y Forés , juste en face de la chapelle. la Balesquida . Jusqu'au XIXe siècle, se trouvait ici une fontaine qui avait été installée dans la rue Cimadevilla à l'époque de Carlos IV. De son côté, la Plazuela de la Catedral, fusionné avec celui de Balesquida pour former l'actuelle Plaza dans la réforme susmentionnée de 1928, c'était un espace caractérisé par des arcs en portique similaires à ceux que l'on peut admirer dans le Fontán; Bien que très petite, cette place est née à la suite d'un agrandissement qui a eu lieu après l'incendie de 1522 (voir : Oviedo ), étant auparavant traversée par plusieurs ruelles tortueuses. Il est possible que la Calle San Tirso s'étende dans cette zone, en direction de l' hôpital de San Juan , traversant sûrement quelques ruelles de San Vicente à travers la zone où se trouvent aujourd'hui la Capilla del Rey Casto et le Jardín de los Reyes Caudillos ., devant l'église de Santa María, où se trouvaient peut-être les maisons de Chantría et celles de Santa Cruz (voir : Calle del Águila ). Nous avons des nouvelles du premier agrandissement à travers un document daté de 1526, qui interdisait la reconstruction des maisons de la Plazuela de la Catedral. Le dramatique incendie de 1591 a de nouveau affecté cette zone, faisant disparaître les vergers et les maisons qui avaient été sauvés du précédent, et la reconstruction lui a donné l'aspect qu'il avait en 1928.

Adjacent à la Plaza de Alfonso II, au début de la Calle del Águila se trouve le Jardín de los Reyes Caudillos, qui après la disparition, dans les incendies provoqués par la Révolution de 1934, de la rangée de maisons qui le délimitait en tant que rue , est arrivé à la Plaza sans solution de continuité. Le conseil municipal proposa en 1935 d'acquérir les lots pour embellir les abords de la cathédrale ; le projet a été réalisé après la guerre civile, en 1942. Ce qui est maintenant le jardin était à l'origine un coin, appelé le roi chaste, qui, comme la chapelle moderne du roi chaste, était composé de réformes pour réparer les dégâts du incendie de 1522; Il est possible qu'à l'origine le coin ait atteint la Calle San Vicente.

En 1275, la donation d'une maison sur la Calle Gascona est documentée, où elle fait référence à une enclave qui porte le nom du Roi Chaste et qui est sûrement celle qui occupait la Rinconada. En réalité, le nom 'rinconada' n'apparaît qu'en 1705, apparaissant dans un registre de la cathédrale où sont recueillies les plaintes d'un habitant de la Rinconada en raison des dommages causés par les travaux de reconstruction de la chapelle Notre-Dame du Roi. chaste.

Peut-être ressort-il clairement de ces notes historiques, et c'était effectivement le cas, que l'église primitive de San Salvador, celle de Santa María del Rey Casto et les monastères de San Pelayo et de San Vicente, occupaient des zones beaucoup plus petites qu'elles ne le font aujourd'hui.

Après la cathédrale, le bâtiment le plus remarquable de la place est la Casa de la Rúa , une construction gothique tardive austère, sans préjudice des ajouts baroques en forme de balcons, érigés par Alonso González de la Rúa , comptable des Rois Catholiques à la fin du siècle XV. C'est la plus ancienne maison noble d'Oviedo ; elle fut acquise par les marquis de Santa Cruz de Marcenado en 1690. Dans la même rangée, derrière quelques maisons retouchées dans une touche moderniste, se trouve la Casa de los Llanes , construite par Menendo de Llanes-Campomanes, chevalier de l'ordre de Santiago, en 1740 ; C'est une maison à deux étages décorée de moulures et caractérisée par sa porte monumentale, encadrée de piliers corinthiens et avec un grand bouclier avec la Croix de Santiago dans son tympan.

Le bloc est complété par la Capilla de la Balesquida , une chapelle baroque du XVIIe siècle, reconstruite par Pedro Muñiz Somonte en 1725, dédiée à la Virgen de la Esperanza et à la très célèbre Velasquita Giráldez , Doña Balesquida, une riche originaire d'Oviedo d'origine cantabrique qui légua diverses propriétés à la confrérie des tailleurs ou alfayates. C'est précisément lors des festivités de cette confrérie, la fête de Balesquida, que se célèbre la fête de Bollu, la plus représentative de tous les pèlerinages et célébrations d'Oviedo, dans laquelle ses voisins se rendent à Campo San Francisco et Naranco pour déguster des petits pains tomber enceinte et vin

Sur le côté nord de la place se dresse le Palacio de Valdecarzana , résidence des marquis de Ditto, et qui a ensuite été acquis par l'ancien maire d'Oviedo, Antonio He

redia . Il a servi de casino au début du siècle dernier, jusqu'en 1931, et est actuellement le siège de la Cour provinciale.

Palais de Camposagrado

 

Classé Monument Historique-Artistique en 1943, c'est le siège actuel de la Cour Supérieure de Justice des Asturies. Il s'agit d'un manoir construit au milieu du XVIIIe siècle par le troisième marquis de Camposagrado, Don José Manuel Bernaldo de Quirós. L'architecte Francisco de la Riba débuta les travaux de construction du manoir qu'il concevait comme un palais isolé et cubique. Pedro Antonio Menéndez les conclut en apportant à la construction une touche baroque. L'édifice compte deux façades monumentales : la principale est située face au palais de Valdecarzana, et la deuxième, de style rococo, donne sur la place de Porlier.

La Plaza de la Constitución

est, avec la Plaza de la Catedral, la plus centrale et la plus importante de la ville d'Oviedo, et c'est aussi le lieu où se trouve sa mairie.

Sur la place, le bâtiment de la mairie se distingue dans la partie nord, et l'église de San Isidoro El Real, située à l'extrémité ouest de la place.

C'est un carrefour important de la vieille ville : Calle Cimadevilla et Calle del Peso partent de cette place vers le nord, qui conserve encore des vestiges de l'ancienne muraille ; au sud se trouvent la Calle Magdalena et la Calle Fierro, qui mènent au célèbre Mercado del Fontán ; à l'est s'étend la Calle Sol, par laquelle vous pouvez également accéder à la Plaza Trascorrales.

La construction de la place a commencé en 1659; la conception était l'œuvre de l'architecte Marcos de Velasco Agüero.

Actuellement, son nom est Plaza de la Constitución, bien qu'au cours de son histoire, elle ait été appelée de différentes manières, en fonction de la situation politique de l'époque : Plaza de la Ciudad, Plaza Mayor, Plaza Real, Plaza de la República.

Sa valeur historique est également due, entre autres, au fait qu'elle a été un lieu de passage sur le Camino de Santiago pendant des siècles. Après avoir traversé la Calle de la Magdalena, vous entrez dans la ville par la Puerta de Cimadevilla, l'arc qui est aujourd'hui intégré au bâtiment de la mairie. 

Selon l'inscription sur le fronton qui s'élève au-dessus de l'arc de Cimadevilla, le bâtiment de la mairie a été construit en 1622 par Juan de Naveda, en utilisant un support de l'ancien mur et la porte de Cimadevilla.

Pendant la guerre civile espagnole, le bâtiment a subi de grands dommages. Une fois la guerre terminée, il fut reconstruit, modifiant lors de la reconstruction le dessin de la tour qui repose sur l'arc, et ajoutant en 1940 la tour de l'horloge, œuvre de Gabriel de la Torriente. 

L'église de San Isidoro el Real, de style classique avec des éléments baroques, est située sur un côté de la place, vers laquelle elle montre sa noble façade dans toute sa splendeur.

À ses débuts, c'était l'église du collège disparu de l'ordre des Jésuites de San Matías, démoli en 1873 pour construire le marché de Fontán, restant le seul témoin du complexe précédent. Elle a été consacrée en 1681 et, plus récemment, elle a été déclarée monument historique et artistique. 

Il n'est pas accessible, la porte d'entrée a un escalier.

Lieu incontournable, idéal pour prendre un café en terrasse et apprécier le bel ensemble qu'il présente, la Plaza de la Constitución abrite également l'un des offices de tourisme d'Oviedo.

La Foncalada

 

Il s’agit du seul exemple de construction civile reconnue d’utilité publique au Haut Moyen Âge.

Cette fontaine, qui fait partie des monuments d’Oviedo et du royaume des Asturies inscrits au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO, a été construite sous le règne d’Alphonse III le Grand (866-910) pour protéger une source d’eau potable qui jaillissait du sol. L’eau est ainsi recueillie dans une piscine abritée par une construction en pierres de taille, au plan rectangulaire, couverte d’un arc et d’une voûte en berceau surhaussée, et dont la toiture est à double versant.

Sur le fronton, un relief représente la croix de la Victoire, avec l’alpha et l’oméga suspendus à ses branches. L’arc semi-circulaire est surhaussé et divisé en grands claveaux. Certaines pierres sont en outre couvertes d’inscriptions pieuses.

Eglise San Tirso

 

L'église d'Alphonse II.

Il s'agit d'une œuvre de style roman, due au maître Tioda. Elle fut construite à l'époque d'Alphonse II.

Située à côté de la tour de la cathédrale, elle fait partie d'un ensemble d'édifices, servant de palais et de lieu de culte, que fit construire Alphonse II. Il ne reste, de l'église d'origine, qu'une fenêtre sur le chevet. Celle-ci est constituée de trois arcs reposant sur des colonnes de marbre, surmontés de jolis chapiteaux. Elle est bordée d'un « alfiz » (cadre de style arabe).

Place Trascorrales

est située dans le centre historique d'Oviedo. S'y rendre peut être un peu compliqué si on se perd dans les rues du centre. Cependant, l'attente en vaudra la peine.

C'est une ancienne place qui rappelle la valeur des laitières et de l'ancien marché El Fontán qui s'y trouvait. Autour d'elle, on trouve des bâtiments aux façades soignées qui sont encore en usage. 

Ancien marché couvert d'Oviedo

La Plaza Trascorrales est connue à Oviedo pour être la première place qui a abrité le célèbre Mercado del Fontán. Plus précisément, dans sa spécialité de poisson en 1866. Et ce fut là pendant de nombreuses années, car ce n'est qu'à la fin du XXe siècle que le marché de Fontán, situé sur la Plaza 19 de octubre, a été intégré au marché. 

Actuellement, ce bâtiment, qui occupe la majeure partie de la Plaza Trascorrales, est un centre culturel municipal qui sert de salle pour des expositions et divers événements. Quoi qu'il en soit, la Plaza Trascorrales mérite une visite sur votre chemin à travers Oviedo. De plus, c'est une place piétonne , ce qui la rend plus accessible et plus confortable pour s'y promener.

 

La statue de la laitière

La statue de la laitière est un symbole de la Plaza Trascorrales. C'est une statue en bronze de Manuel Linares qui rend hommage aux anciennes laitières. En raison de cette statue, la place est également connue sous le nom de Plaza de la burra, car la laitière est accompagnée d'un âne qui portait les laitières, une de chaque côté. 

Visualisez l'image, nous en avons tous vu une, même si c'est en photo. La laitière venait le matin et se promenait dans les rues d'Oviedo pour vendre le lait qu'elle venait de traire. 

Elle était accompagnée d'un âne qui, à travers un élément placé sur le dos de l'animal, généralement un bâton en bois, suspendait deux seaux remplis de lait, un de chaque côté. 

Sans aucun doute, cette statue et cette place rendent un grand hommage aux métiers du passé, en particulier à toutes ces femmes qui se consacraient à la traite et à la vente ultérieure du lait. 

Plaza de El Fontán

Louis Ferdinand

Plus que n'importe quel endroit à Oviedo, et cela...

Plus que n'importe quelle place d'Oviedo, et même s'il y en a de belles, elle est aussi sublime que celle d'EL FONTAN.

Place allongée et à arcades qui est née après l'assèchement d'une petite lagune existant à cet endroit. Sa construction a été conçue par l'architecte municipal Francisco Pruneda y Cañal par un décret du conseil municipal d'Oviedo du 11 juin 1792.

En raison de sa détérioration, le même conseil municipal en 1996 a décidé sa démolition et sa reconstruction ultérieure, en commençant les travaux le 29 octobre 1997 et la nouvelle place est inaugurée le 7 mai 1999.

 la Plaza Daoíz y Velarde

 

Aujourd'hui, dans le Fontán et sa place attenante, la Plaza Daoíz y Velarde, le marché traditionnel de Fontán se tient les jeudis et dimanches. Ce lieu caractéristique est un point de rencontre dans la ville, pour se promener dans la brocante ou le marché aux fleurs, ou pour prendre quelques tapas dans l'un des nombreux bars et terrasses qui s'étendent sous les arcades de la Plaza Daoiz et Velarde. 

Le marché s'étend dans les rues à l'extérieur de la place, s'agrandissant également avec le marché couvert.

Sur la Plaza Daoíz y Velarde, l'ancienne Casa de las Comedias, de style néoclassique, abrite actuellement la bibliothèque publique Pérez de Ayala, très bien approvisionnée, très fréquentée par les citoyens et accessible.

À côté de ce centre culturel, l'un des plus grands palais existants de la ville, le Palacio del Duque del Parque, se distingue par sa finition, un magnifique bâtiment de style baroque du XVIIe siècle.

Au centre de la place se dresse la sculpture des "Vendedoras del Fontán", œuvre d'Amado González Hevia, datée de 1996.

Cette place emblématique est sans aucun doute l'un des quartiers les plus attachants de la ville, l'un des endroits d'Oviedo à ne pas manquer.

Accessibilité:

La Plaza del Fontán et la Plaza Daoíz y Velarde permettent une visite sans obstacles particuliers, bien que les jours de marché, la circulation puisse être difficile, étant un endroit très fréquenté.

La communication entre les deux places s'effectue en passant sous le portique ; il n'y a pas de pentes pertinentes, les arcades ont également un accès sans marches.

Dans certaines zones, la rue a une pente non excessive. Le sol est homogène et compact.

Parc San Francisco

 

Le grand jardin public et principal poumon vert de la capitale des Asturies est le Campo de San Francisco, en plein centre d'Oviedo. Son tracé date du début du XIXe : Oviedo, alors en pleine expansion, transforma les terrains de l'ancien jardin potager du couvent de San Francisco en parc urbain. Sa superficie de 90 000 m2 est traversée par de vastes allées entre lesquelles s'intercalent des sentiers tortueux. Sa végétation se caractérise par de grands arbres, dont des châtaigniers, des platanes, des chênes et des ormes. Le parc contient plusieurs monuments. Parmi ceux-ci, celui dédié à l'écrivain Clarín et les ruines de la porte romane de l'ancienne église de San Isidoro, entre autres, méritent une mention particulière.

Église Santa María del Naranco

La structure architecturale de cette ancienne résidence du roi Ramire Ier, transformée plus tard en église, a servi de référence aux constructions romanes.

Monument de style préroman situé sur un versant du mont Naranco, il appartient à l’ensemble des monuments d’Oviedo et du royaume des Asturies classés au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO. Le roi Ramire Ier, qui ordonna sa construction en l’an 848, l’utilisait comme palais royal ; il sera ensuite converti en église. L’édifice, au plan rectangulaire, possède deux étages, chacun avec un corps central et deux latéraux plus courts. L’ensemble du monument est surmonté d’une voûte en plein cintre, sauf les salles latérales de l’étage inférieur, recouvertes de bois. L’autel, à l’extérieur du temple, conserve toujours une inscription du 23 juin de l’an 848. La crypte à voûte en berceau, divisée en cinq branches par des arcs-doubleaux, est particulièrement remarquable, tout comme le salon voûté, ouvert à l’extérieur grâce à ses miradors en forme d’arc.


Ribadeo

Ribadeo, LU-P-0610

 

Parking en herbe permettant de visiter les "Cathédrales". Situé près de la côte avec de belles vues. De temps en temps un petit train régional passe, mais ce n'est pas gênant. La Garde civile fait des passages de temps en temps pour surveiller la zone. REMARQUE : À marée basse, le parking se remplit rapidement de visiteurs, puis il se vide à nouveau et la nuit, il n'y a pas de problèmes de stationnement.

 

GPS : 43.552116, -7.150575


La Plage des Cathédrales

près de Ribadeo, cette plage tient son nom des roches au style « gothique » crées par l’érosion littorale à travers les âges. Vous pouvez admirer la vue depuis le haut de la falaise ou vous perdre dans les crottes maritimes. Il vaut mieux s’y rendre pendant la marée basse, car l’étendue de sable y est plus accessible. Lors de la Sainte Semaine ou en été, un laissez-passer (disponible ici) est nécessaire pour s’y rendre, notamment à cause de la foule. Vous pouvez y accéder en bus depuis l’office du tourisme de Ribadeo ou à pied depuis la gare de Esteiro.


O Vicedo

(N° 32978)

 

Rua Maria Angeles Navarro

27860 O VICEDO

Latitude : (Nord) 43.73861° Longitude : (Ouest) -7.675° 

Tarif : 2021

Eau : 5.00 €

Type de borne : artisanale

Services :

Restaurant

 

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

3 emplacements

Durée maxi: 1 jour(s)

Moyen de payment : Especes

Tel: +34 603 76 41 43

SITE INERNET

 

Eau à payer au restaurant, gratuite si client


Cabo Estaca de Bares

Piquet de barres

Entrant dans la mer pour séparer les eaux de l'Atlantique de celles du golfe de Gascogne, Estaca de Bares est le point le plus septentrional de toute la péninsule ibérique.

C'est à 250 miles au nord de New York, mais le Gulf Stream chaud passe de ce côté de l'Atlantique. Donc ces eaux ne gèlent pas... mais elles vivent dans une agitation constante, car à Estaca de Bares la mer est le fils du vent.

Ouvrir la carte interactive

De ce promontoire gris, vert et imposant, une vue spectaculaire est commandée. Estaca de Bares est l'un des meilleurs sites d'observation des oiseaux en Europe , en fait, il possède une station ornithologique permanente. Des milliers et des milliers d'oiseaux passent ici chaque année, surtout de septembre à décembre, donc pour les spécialistes et les amateurs du monde entier, c'est le paradis.

Latitude 43º 47′ 23,6″ N, longitude 7º 41′ 17,9″O.

 

Dans la lettre d'accompagnement de Punta Estaca de Bares , ses coordonnées sont toujours incluses comme le point le plus au nord de la péninsule ibérique et, en plus, comme la séparation géographique entre l'océan Atlantique et la mer Cantabrique . Cette enclave avait déjà été déclarée Site Naturel d'Intérêt National à l'époque de la Seconde République.

Elle doit une grande partie de sa renommée internationale à cet emplacement stratégique, passage obligé pour des centaines de milliers d'oiseaux . Plusieurs routes migratoires d'espèces marines et terrestres de l'Atlantique, de la Méditerranée et de l'Arctique mènent à ce point. Les bilans les plus optimistes atteignent des chiffres qui dépassent les deux millions et demi d'exemplaires volant à l'ouest ceux qui passent par ici. C'est l'endroit idéal pour observer non seulement des oiseaux comme le fou de Bassan , mais aussi des cétacés dans les eaux voisines.

 

En plus du phare, il y a un belvédère à l'ancien feu tricolore de la Marina, aujourd'hui transformé en hôtel nature . De là, on peut voir les vestiges de la base de contrôle maritime sur les falaises à côté desquelles une succession de moulins s'accroche vertigineusement formant un ensemble qui nous apporte des images de terre plus au nord. Cependant, la plus ancienne intervention humaine est le quai pré-romain de Bares (Mañón). La zone protégée couvre également la côte de Loiba(Ortigueira) dont les falaises géantes protègent certaines des plages les plus solitaires de Galice en raison de son accès difficile. La force de la mer explique le curieux système d'amarrage des bateaux qui dans cette zone sont soutenus sur les pentes par des poulies pour éviter qu'ils ne soient emportés par la marée haute.

Très proche de la zone protégée, il vaut la peine d'approcher le village de pêcheurs de Porto do Barqueiro et l'image idyllique de la rivière Sor à son embouchure.

Falaises de Loiba 

faisant partie de la municipalité de San Julián de Loiba, ces falaises se tiennent entre le port de Espasante et le cap Estaca de Bares. Promenez-vous le long de la côte pour admirer l’océan et son paysage accidenté. En 2009, un homme a installé un banc au bord d’une des falaises. Aujourd’hui surnommé le « meilleur banc du monde », il attire des milliers de touristes. En contrebas des falaises, se trouvent des mottes de sable émergeant de la marée haute et des petites crottes appelées « As Furnas ».