ESPAGNE

De Valladolid à Alès

Valladolid

(N° 7751)
Avda. de Ramón Pradera 6
Area San Lorenzo
47000 VALLADOLID (Castilla y León)
Latitude : (Nord) 41.65582°  

Longitude : (Ouest) -4.73742° 

Tarif : Gratuit
  

Services :

Centre historique et tous commerces à dix minutes

15 emplacements partiellement ombragés, sur un vaste parking goudronné et éclairé
Face au parc des expositions        

N’hésitez pas à aller vous promener dans la Plaza Mayor construite en 1561 après la destruction d’une bonne partie de la ville par un incendie.

L’Hôtel de ville s’y trouve et aussi le Théâtre Zorilla. 

La place de la fuente dorada (la fontaine dorée) est un autre point symbolique de la citée. C’est un lieu qui permet de comprendre mieux l’histoire de cette ville fascinante.

Cette ville possède encore d’autres théâtres et musées qui méritent votre visite entre autres vous avez le: Théâtre Calderón (néoclassique, de 1864). Le Musée de Valladolid (palais de Fabio Nelli), Le Musée des Sciences (centre de recherches avec un planétarium et plusieurs salles d’expositions), le Musée National de Sculpture. Musée incomparable de par ses sculptures religieuses rassemblées là après la confiscation des biens religieux. Ce musé occupe plusieurs bâtiments: El Colegio de San Gregorio, le Palais de Villena et la Casa del Sol.

Valladolid est riche de plusieurs palais, outre celui de Fabio Nelli, vous avez: le Palais Royal avec une cour très intéressante, Le Palais Pimentel, connu pour être le lieu de naissance de Philippe II (Centre actuel d’expositions), le palais des Marqueses de Valverde datant du XVIe siècle (des légendes y sont liées) et le Palais de Villena ( XVIe) qui fut le siège du Gouvernement Civil. Il y est gardée une crèche napolitaine magnifique de 600 pièces.

Près de la cathédrale se trouve l’Université dont la façade est du XVIIIe quoique l’originelle était gothique. Observez la façade plateresque du Collège de Santa Cruz (1483) et voyez aussi le Marché Val inspiré des Halles de Paris.

Si les églises vous intéressent il y en a de nombreuses à Valladolid: nous soulignons l’église de Santiago, celle du Salvador (XVIe), l’église de Santa Maria la Antigua (XIVe), La Vera Cruz (XVIe), le couvent de San Pablo (gothique), l’église de San Miguel (XVIe), Le monastère royal de San Benito (gothique, construit entre 1499 et 1515) qui est relié au Musée d´Art Contemporain Patio Herreriano, et enfin la cathédrale de Notre Dame de l’Asuncion (bien des fois refaite après son édification initiale au XVIe). Vous y pouvez voir maintenant le Musée du Diocèse et de la Cathédrale.

Académie de Cavalerie
Académie de Cavalerie
Mairie
Mairie

La Plaza Zorrilla

de Valladolid, d'où part l'artère principale de la ville, traverse Valladolid du nord au sud le long du Paseo de Zorrilla

La Plaza Zorrilla est située dans un cadre incomparable, entre l' Académie de Cavalerie , El Campo Grande ou la Casa Mantilla, faisant de cette Plaza un point de départ très spécial.

L'avenue principale de la ville part de là, en plus de la confluence des rues de Santiago , Miguel Íscar, María de Molina et Acera de Recoletos.

De la Plaza, on accède au parc principal de la ville El Campo Grande, à travers la soi-disant Puerta de Marte .

La Plaza de Zorrilla est un symbole de la ville de Valladolid entourée du Campo Grande et de l'Académie de cavalerie

Pendant des siècles, elle s'appelait Puerta del Campo et s'étendait de la place actuelle à presque tout le Campo Grande. Le nom de Puerta del Campo est dû à une porte située à la jonction des rues Santiago et Claudio Moyano, de la fin du XIIIe siècle au début du XVIIe siècle.

Diverses activités ont eu lieu à la Puerta del Campo, depuis le Moyen Âge, lorsqu'il y avait des duels d'honneur et des expositions militaires, constituant ainsi un espace de promenades, de divertissements et de jeux.

Dans ce lieu emblématique, ont eu lieu les exécutions des prisonniers de l'Inquisition, de la justice militaire et ordinaire.

Tout au long de l'année, différents événements sont organisés tels que les foires artisanales, la journée du sport ou la traditionnelle parade des drapeaux des pingouins.

À la fin du XVIIIe siècle, plusieurs rues avec des rangées d'ormes ont été créées qui longeaient le périmètre du Campo Grande et de l'Acera de Recoletos, convergeant dans l'extension actuelle de la Plaza de Zorrilla .

Avec la mort de José Zorrilla, le conseil municipal a donné son nom à l'actuel Paseo de Zorrilla. Au fil du temps, l'idée était de faire une place, à la fin du Paseo de Zorrilla et au début du Campo Grande , développant ainsi un projet pour l'actuelle Plaza et les promenades qui en partent.

Une fontaine cybernétique a été installée au-dessus d'un bassin, équipée de sources de lumière blanche, de jets d'eau et de jardins, intégrant une horloge à eau automatisée.

La Plaza est présidée par José Zorrilla, la partie inférieure du mémorial représente la poésie.

Avec cette réforme, la Plaza se voit attribuer un grand espace qui, situé à côté du Campo Grande , se démarque avec un charme particulier.

A proximité se trouve l'Acera de Recoletos, où déguster un café sur l'une de ses terrasses aux beaux jours devient un vrai plaisir.

Dans cette rue, nous trouverons également l'un des restaurants les plus renommés de la ville en matière de rôtis, le Figón de Recoletos.

Le Mercado del Val

Un marché chargé d'histoire

 

C'est le plus ancien marché de la ville qui est conservé.

Il a été construit entièrement en fer, avec un plan au sol de 112 mètres de long, entièrement rectangulaire.

Les plans ont été réalisés par l'architecte Ruiz Sierra. Il a été retouché en 1900, lors du démantèlement de son grand dôme central.

Il ne subira aucun changement dans son apparence jusqu'en 1981, date à laquelle il fut complètement restauré, acquérant son aspect actuel. Il s'inspire des Halles de Paris. Il a été construit entre 1878 et 1892.

Le Théâtre Zorrilla

est une salle de spectacle qui faisait déjà partie de la mémoire et de l'histoire culturelle et sociale de la ville de Valladolid avant l'intervention de réhabilitation qui a été réalisée. La mémoire historique de cet espace culturel, accumulée pendant 125 ans, justifiait à elle seule sa récupération.

Roberto Valle González, en tant qu'architecte de l'intervention réalisée, a envisagé, une fois les bâtiments et leur contexte historique analysés, la récupération de la pièce principale, considérant qu'il s'agissait de la pièce ayant la plus grande valeur architecturale de l'ensemble complexe; et dans le reste, totalement nouveau, l'adaptation aux nouveaux besoins qu'exige un théâtre du XXIe siècle.

Avant de fixer les critères d'une intervention dans un bâtiment de ces caractéristiques, il est nécessaire de connaître préalablement le bâtiment en profondeur, et à cet effet, les plans originaux qui ont servi de base à sa construction en 1884 ont été récupérés.

Le complexe du théâtre Zorrilla est composé de deux bâtiments, l'un avec accès depuis la Plaza Mayor, où se trouvait autrefois une auberge, et l'autre avec accès depuis la rue Constitución, qui correspond au théâtre. Dans le bâtiment Plaza Mayor, seule la façade a été conservée, le reste étant entièrement nouveau, et la profondeur de ce bâtiment a été réduite pour créer un nouveau hall d'entrée à la salle, avec l'ajout d'une partie du patio intérieur du bloc des bâtiments mitoyens.

Iglesia Santa Vera Cruz

Siège de la plus ancienne confrérie de la ville

C'est le siège de la plus ancienne confrérie pénitentielle de la Semaine Sainte de Valladolid , liée, à l'origine, aux soins des malades contagieux. Les frères ont commandé les travaux à Pedro de Mazuecos en 1581, obligés de respecter et de conserver l'arc qui existait au bout de la rue Platerías sur la façade. Ce n'est pas son aspect d'origine, car l'église a subi des interventions comme celle du prestigieux Diego de Praves, qui ajouta un balcon à la façade vers 1595, ou un agrandissement de la nef au XVIIe siècle.

L'église de Vera Cruz fut sur le point de disparaître à plusieurs reprises : en 1806, à cause d'un incendie ; en 1936, lorsque le conseil municipal a approuvé un projet de Gran Vía qui n'a jamais été réalisé, et en 1938, en raison d'un nouveau projet urbain qui a insisté sur sa disparition. Heureusement, aucune n'a été réalisée, car la vue qu'elle nous offre depuis l'entrée de la Calle de las Platerías complète un tableau digne d'être photographié.

Il abrite un ensemble très précieux de retables et de sculptures en bois, comme ceux réalisés par Gregorio Fernández ou un passage de La Borriquilla du XVIe siècle en bois et papier. Son symbole le plus emblématique est la Cruz de Mayo, avec une relique de la Croix , qui sort en procession tous les 3 mai.

La place centrale de Fuente Dorada

La place centrale de Fuente Dorada commença à prendre sa forme au XIII siècle, en même temps que la place du Marché (aujourd’hui Plaza Mayor). Les maisons avec des arcades recevaient des noms différents selon le métier qui s’y réalisait : « Lorigueros » parce qu’ils y vendaient les cottes de mailles (partie de l’armure), l’Armurerie, …

Depuis le XVII siècle, la place était connue sous le nom de Fuente Dorada comme en témoigne une des nouvelles de Miguel de Cervantes « la ilustre fregona » où est vantée la qualité de ses eaux. La première fontaine commença à être construite en 1616 sous la direction de Diego de Praves. Certains documents assurent qu’elle avait une boule avec une aiguille, des dauphins en pierre et une statue du printemps.

Sa dernière transformation date de 1997, où son dessin actuel fut élaboré, avec des sculptures et des inscriptions en relation avec les anciens corps de métier de Valladolid : les potiers, les lavandières, les porteuses d’eau, les fabricants de lances, les orfèvres… les figures alternent avec la représentation des saisons, le printemps est dirigé vers la rue de Teresa Gil et suivant le mouvement du soleil, viennent ensuite l’été, l’automne et l’hiver.

Le rêve de la cathédrale non achevée

Cathédrale de Valladolid

Pure et sobre, toute son architecture et sa décoration montre des influences du style roman. Elle ne recèle pas de pièces importantes, bien qu'à son époque elle possédait une peinture du Greco. Elle recèle aujourd'hui de riches archives musicales comprenant 6000 d’uvres, certains auteurs la définissant comme unique en Espagne ainsi qu'un retable de Juan de Juni du XVIe siècle.

L'histoire du bâtiment est liée au propre développement de la ville qui a conditionné sa construction à l'origine.

C'est la grande cathédrale inachevée, résultant d'un projet qui n'a pas pu se développer dans toute sa splendeur. La collégiale est rapidement devenue obsolète en raison des goûts de l'époque, le chapitre en ayant donc profité pour construire une cathédrale plus importante que les autres édifices similaires qui enorgueillissent les capitales voisines. Bien que fidèle au projet de Juan de Herrera, le bâtiment a connu de nombreux ajouts comme le haut de la façade principale, uvre de Churriguera.

 

L' église de Santa María de la Antigua 

est aujourd'hui située dans le cœur très urbain de la ville de Valladolid , derrière la cathédrale et les vestiges de l'ancienne collégiale de Santa María et dans un emplacement clair qui, si possible, exalte même plus son charme, sa monumentalité et sa photogénicité.

Cette situation centrale actuelle contraste avec la position qu'elle occupait dans l'ancien Valladolid médiéval, depuis lors l'église de La Antigua était située à l'extrémité nord du village, à l'extérieur de l'enceinte fortifiée primitive et au bord même de l'un des nombreux bras dans lesquels La rivière Esgueva, maintenant canalisée et déviée artificiellement, a été divisée avant son embouchure dans la Pisuerga.

L'église de Santa María de la Antigua, authentique icône monumentale de la ville, est l'un des rares témoignages romans conservés à Valladolid ; et c'est que, contrairement à beaucoup d'autres capitales castillanes dans lesquelles des dizaines de paroisses romanes ont survécu, la prospérité et la force dont la capitale castillane a toujours joui historiquement ont motivé ses temples à être successivement réformés ou reconstruits afin de s'adapter aux modes et aux goûts de chaque époque.

La paroisse de La Antigua, cependant, était une exception à cette fièvre de renouveau, principalement Renaissance, Herrerian et baroque, étant, avec les restes de la collégiale démantelée et sa tour jumelle de San Martín, le seul temple médiéval complètement conservé dans le ville de Valladolid. . Il a été déclaré monument national en 1897.

Érigés sur des vestiges romains, les premiers témoignages de "Sancte Marie Antique" remontent à la fin du XIe siècle, plus précisément à l'année 1088, donc avant même la fondation de la Collégiale de Santa María (année 1095), d'où probablement son surnom différenciateur de "La Antigua".

Le mandat de construction de l'église de Santa María de la Antigua est généralement attribué au premier colon et plus tard seigneur de la ville de Valladolid, Pedro Ansúrez, qui est connu pour avoir également construit son palais à l'extérieur des murs. La vérité est que, qu'il ait été ou non son promoteur direct, le comte Ansúrez, une fois la collégiale de Santa María la Mayor consacrée, il a pu utiliser la paroisse de La Antigua comme chapelle palatine.

Rien n'a subsisté de cette construction primitive de la fin du XIe siècle, et les seuls vestiges romans conservés et visibles aujourd'hui dans l'église (tour et galerie à portiques nord) correspondent à une extension postérieure qui tend à être encadrée, selon certains érudits, dans les dernières années du XIIe siècle, et selon d'autres déjà bien avant dans le XIIIe siècle.

 

Affecté presque dès ses origines par de graves problèmes de stabilité, probablement dus à l'humidité et à une fondation précaire en raison de son emplacement à côté du bras susmentionné de la rivière Esgueva; Déjà au milieu du XIVe siècle, à l'époque du roi Alphonse XI de Castille, une extension et une réforme des nefs et du chœur étaient nécessaires, pour lesquelles les modèles gothiques mis en pratique dans la cathédrale de Burgos ont été suivis.

Après de nouvelles interventions au XVe siècle (chœur élevé, portail), au milieu du XVIe siècle et face à une nouvelle menace d'effondrement, le célèbre architecte Rodrigo Gil de Hontañón se chargea de sa réforme, qui pour la stabiliser proposera de nouvelles des systèmes de poussées et de contreforts basés sur des contreforts et des pinacles.

De nouvelles réformes et ajouts au XVIIIe siècle, tels que la sacristie ou les chapelles de La Soledad et Las Ánimas, masqueront sa structure gothique alors sous-évaluée, cependant, ses problèmes de stabilité séculaire ne pourront jamais être résolus au point que, déjà au XXe siècle et après la présentation de plusieurs projets, l'architecte Adolfo Fernández Casanova a conclu que la seule solution pour sauver le temple était de démolir complètement le corps de nefs et de le reconstruire à la manière néo-gothique, en respectant presque à cent pour cent sa morphologie d'origine, des travaux qui durent jusqu'en 1952 lorsque l'église est rouverte au culte.

Ainsi, à titre indicatif, l'église de Santa María de la Antigua de Valladolid est constituée d'une première phase de construction romane dont les vestiges les plus évidents sont la tour de pied et la galerie à arcades nord. A partir du XIVe siècle ce serait l'ouvrage de tête à triple abside, et déjà néo-gothique, résultat de la reconstitution fidèle du XXe siècle, du corps de nefs et du transept.

le clocher

L'élément le plus caractéristique et le plus reconnaissable de l'ensemble de l'église est le clocher roman susmentionné, construit entre la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle au pied du temple. Il se compose d'un corps prismatique bas surmonté d'un espace voûté ouvert sur l'extérieur par une fenêtre en façade.

Trois autres corps supérieurs se dressent au-dessus de lui, séparés les uns des autres par des impostes à damiers et chacun d'eux s'ouvre sur ses quatre côtés au moyen de fenêtres ou de cloches semi-circulaires délimitées par des chambeadas de pointes de clous.

L'approche même des embrasures basées sur des travées jumelles dans le corps inférieur, une triple travée au milieu et une nouvelle travée jumelle avec une plus grande portée dans le corps supérieur, contribue à une plus grande sensation d'élancement, une caractéristique également renforcée par les colonnes angulaires de le cube et le sommet pyramidal de la flèche reposent sur des carreaux de céramique.

Ces types de tours peuvent également être vus dans d'autres temples de la région de Valladolid, comme l'église de San Martín dans la capitale elle-même ou l'église paroissiale de la ville voisine de Simancas, ainsi que dans les églises de la province voisine de Palencia ( Torremormojón, Paredes de Nava) ou encore Ségovie (San Esteban) ; Ils ont tendance à être liés aux modèles lombards de Catalogne en vertu des relations qui s'établiraient à la suite du mariage entre María Pérez, fille du comte Ansúrez, avec Armengol V d'Urgel, dont la lignée détenait pendant un temps la seigneurie de la ville de Valladolid jusqu'à son incorporation, finalement à la Couronne.

La galerie à arcades

L'autre grande structure romane conservée à Santa María de la Antigua est sa galerie à portiques nord, actuellement assez endommagée et érodée principalement par les effets de la pollution.

C'est une galerie de quatorze arcs en plein cintre divisés par des arcs-boutants cisterciens en trois sections ; deux à cinq arches et une autre à quatre. Ces arcs, bordés de chambranas en pointe de diamant, reposent sur des poutres de trois colonnes disposées en enfilade et culminant en chapiteaux végétaux, dont la plupart sont aujourd'hui très perdus. La corniche se termine par une série de corbeaux lisses. De par ses caractéristiques et son style, ce portique est plutôt lié au cloître du monastère voisin de Santa María de Valbuena.

Très frappant car atypique est l'emplacement de cette structure sur le côté nord du temple, puisque la plupart des galeries à portiques si caractéristiques de l'art roman castillan ont tendance à faire face au sud et, seulement dans des cas exceptionnels, remontaient le mur de pied pour continuer du côté nord.

La justification de sa présence dans le pignon nord de Santa María de la Antigua pourrait s'expliquer par le fait que, comme nous l'avons mentionné, une branche de la rivière Esgueva, maintenant artificiellement détournée, longeait le temple sur sa face nord, de sorte que ce portique aurait pu être conçu par un belvédère ou un belvédère sur le cours de la rivière.

Le reste du temple, légèrement dévié de l'axe logique d'origine qui déterminerait à la fois la tour et le cloître, comporte trois nefs à deux travées (la centrale étant plus large et plus haute), un transept non marqué en plan mais en élévation, et une triple abside polygonale sans déambulatoire. ; laissant tout le périmètre extérieur du temple couronné par les pinacles qui terminent les contreforts et par une très élégante balustrade ajourée ; autant d'éléments qui, en coexistence avec la tour déjà décrite, collaborent à nouveau pour renforcer l'élancement et la tendance à la verticalité de l'ensemble de la construction.

La porte principale, avec des archivoltes pointues, s'ouvre sur le côté sud du temple, avec de simples fenêtres géminées, également ogivales, disposées autour d'elle dans toute la nef principale. Le transept, cependant, est présidé par une élégante rosace et culmine dans sa partie supérieure par une galerie d'arcs trilobés aveugles, deux éléments qui semblent évoquer la cathédrale de Burgos.

A l'intérieur, les trois nefs sont séparées par des arcs en ogive qui reposent sur des piliers cylindriques élancés auxquels sont rattachées huit colonnettes. Quant aux ponts, ils sont de simples nervures dans les nefs et les transepts ; et nervurées en tête, chacune de ces nervures reposant sur des colonnes qui déterminent les panneaux absidaux, chacun d'eux s'ouvrant au moyen de grandes fenêtres en ogive. Dans le passé, un retable de Juan de Juni présidait le choeur, qui a été transféré à la cathédrale.

Siège central de la Diputación Provincial de Valladolid

Palais des Comtes de Rivadavia / Pimentel

Palais de style renaissance et construit au xvème siecle. Il a servi de residence a des familles nobles et a des monarques au long de son histoire. On notera que le roi Philippe II y est ne. Actuellement, c'est le siège central de la Diputación Provincial.

Ses premiers propriétaires furent les marquis d'Astorga et postérieurement les Pimentel et les comtes de Rivadavia, qui ont laissé leurs noms au Palais. Le vestibule: c’est un vestibule rectangulaire qui relie la rue au patio.Sur les murs, on a installé un soubassement d'azulejos qui représentent des épisodes historiques de la ville.

 

Une perle de la Renaissance

Palais de Villena

Le palais a appartenu à plusieurs propriétaires, au XVIIIe siècle ce fut la propriété de l’épouse du marquis de Villena et, après des ducs de Pastrana, Infants et marquis de Pombo et Alonso Pesquera. À présent, c’est un bâtiment annexe au Musée national de sculpture qui abrite la crèche napolitaine.

L’extérieur présente le socle, les recoins et le corps central travaillés en pierre et un grand arc d’entrée avec de grands voussoirs. Les donjons latéraux ont été réalisés au XIXe siècle.

L’intérieur est organisé autour d’un patio, avec deux étages d’arcature sur trois de ses côtés, avec des arcs de plein cintre soutenus sur les colonnes à chapiteau d’ordre ionique. L’escalier présente trois tronçons et il est recouvert de caissons primitifs.

Site Officiel de Tourisme. Junta de Castilla y León

 

Palais Royal

Fut construit par Don Francisco de los Cobos. La facade a ete transformee a la fin du XIXème siecle. Possede un escalier de type claustral, qui fut certainement realise par Ventura Rodríguez.

Le Palais Royal de Valladolid, a été la résidence officielle des Rois d'Espagne à Valladolid lorsque Valladolid fut le siège des Cortes (1601-1606). Il était habité par les monarques espagnols Carlos I, Felipe II et Felipe III et aussi par Napoléon Bonaparte pendant la Guerre d'indépendance. Le roi Felipe IV est né le 8 avril 1605 ici. Il est arrivé au présent avec nombreuses altérations structurales dans ses traces primitives, achevés vers 1528. Il est actuellement le siège de la IV Subinspección General de l'Armée de Terre.

En plus de l'escalier monumenal et d'un patio de style plateresque avec ses classiques médaillons sur les écoinçons, le patio principal renaissance et de décoration plateresque mérite une attention spéciale.

Église conventuelle Saint-Paul de Valladolid

Sur les restes de l'ancien alcazar...

Sur les restes de l'ancien alcazar d'Alphonse X Le Sage, l'enfant D. Juan Manuel a dressé l'actuel couvent de style gothico-mudéjar en 1324. Au XVIe siècle, son arrière petit-fils a construit la chapelle funéraire de la famille des Manuel, qui présente un style plateresque. Cette chapelle se caractérise par la grande abside de style gothique-mudéjar.

 

 

La Plaza Mayor, la place centrale de la ville. Suite à un incendie qui a détruit une partie du centre-ville en 1561, la Plaza Mayor est devenue le centre historique duquel partent les sept rues qui desservent la ville. Datant du XVIème siècle, la Plaza Mayor de Valladolid est la première régulière d'Espagne et a servi de modèle à plusieurs autres.

 

 

Un peu plus au nord, alors que vous traverserez la Plaza de la Rinconada, vous rencontrerez une église qui impressionne par sa taille. Il s'agit de l'église du monastère de San Benito el Real, de style gothique. Le monastère abrite le musée Patio Herreriano qui est un musée d'art contemporain espagnol.

 

 

 

Proche de ces palais se trouve la Plaza del Viejo Coso, les anciennes arènes de Valladolid, ainsi que l'ancien Convento de las Comendadoras de Santa Cruz qui date du XVème siècle et qui a été restauré et reconverti en un joli centre comercial moderne.

Collège de Santa Cruz

Fondé par le Cardinal Mendoza.

Sa façade est la première œuvre de style Renaissance en Espagne. Ce collège fut fondé par le Cardinal Mendoza au XVe siècle. À l'origine, le style devait être gothique, mais il évolua ensuite vers l'ornementation plateresque. De plus, il fut l'objet de réformes néoclassiques réalisées par Ventura Rodríguez au XVIIIe siècle. L'édifice comporte un patio de trois étages avec des arcades en plein cintre. Il possède une bibliothèque qui conserve le « Beato de Valcabado », peint en miniature par Obeco. La chapelle abrite une sculpture en bois œuvre de Gregorio Fernández : le « Christ de la Lumière ». Aujourd’hui résidence universitaire rattachée à l’université de Valladolid.

la Place de Colomb

C'est l'une des statues les plus importantes de la ville de Valladolid, située sur la Place de Colomb qui lui a donné son nom, à l'extrémité de la Promenade de Recoletos et près de la gare. Elle date de 1891 et est l'oeuvre du sculpteur Antonio Séville. Elle était initialement située sur la Place de la Cathédrale de La Havane et revint en Espagne après avoir perdu la colonie en 1898. La statue représente l'amiral, à genoux dans un bateau et portant la croix, sur un globe terrestre où apparait l'inscription "Non plus ultra" et gardé par les griffes d'un lion.


Palencia

(N° 29710)

 

Carretera de León

34005 Palencia

Latitude : (Nord) 42.0102° Longitude : (Ouest) -4.5453° 

 

Tarif : 2022

Electricite : 8 €

Type de borne : sanistation

Services :

 

 

Electricité : 10 ampères, 24h, 20 prises

Wifi gratuit : oui

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

 

Ouvert A l'année

20 emplacements

Durée maxi: 7 jour(s) ou plus

Moyen de payment : CarteBancaire

Tel: +34 665 04 52 24

SITE INTERNET

 


ZONE DE SERVICE DE SUANCES

Station-service complète et aire de camping-car

Aire caravane de la station-service Suances. Les services locaux sont gratuits en cas de ravitaillement. Sinon, le tarif est de 1 € et la carte est achetée à la station-service. Il dispose également d'une vente de bouteilles de gaz, d'un atelier et d'un bar. La zone dispose des services suivants:  

Terrain pavé

Éclairage

Surveillance 24 heures sur 24.

 


Paiement par carte

Poubelle

Vidange des eaux usées

Coulée chimique inodore

 

WiFi

Électricité

 

Électricité

Eau

Toilettes

Lave-linge - Sèche-linge

Douches

Aire de jeux pour enfants

Parc animalier

Deux terrains de pétanque



(N° 6721)

 

Avenida Ponce de León 12

Area Isla Dos Aguas

34000 PALENCIA (Castilla y León)

Latitude : (Nord) 42.00323°  Longitude : (Ouest) -4.53435° 

Tarif : Gratuit

Type de borne : Autre

Services :

Autres informations :

25 emplacements

Aire municipale goudronnée,

éclairée, sans ombre en pente

Voisin du grand Parque das Aguas


AIRE DE CAMPING-CAR ISLA DOS AGUAS

Espace public avec services pour camping-cars

Espace public gratuit de 23 places permettant une nuitée maximale de 48 / 72h. Parmi ses services, il a: eau potable, station-service, lave-auto, restaurants ou cafétérias à proximité, système de surveillance, supermarché, transports publics, égout, évacuation des eaux grises, aire de jeux pour enfants et aire de pique-nique.



(N° 25012)

 

Avda de Madrid

34000 PALENCIA (Castilla y León)

Latitude : (Nord) 41.98806° Longitude : (Ouest) -4.51798° 

Tarif : Gratuit

 

 

Services :

Proche bus

 

Autres informations :

30 emplacements

Stationnement limité à 72 h


STATIONNEMENT POUR CAMPING-CARS ZONA SUR

 

Parking camping-car à côté du campus universitaire

Parking public. Est libre. Il dispose de 30 emplacements pour camping-cars. Il est pavé et illuminé mais sans service de changement d'eau.



PALENCIA MONUMENTALE

Il est impossible de visiter la ville et d'éviter la présence imposante de son Cristo del Otero. Ses plus de 20 mètres - ce qui en fait le plus haut d'Espagne et l'un des plus hauts du monde avec celui de Rio de Janeiro - étonnent et fascinent le visiteur. Construit en 1931 sur une colline qui domine la ville, c'est un arrêt obligatoire pour quiconque vient profiter de la capitale castillane.

Palencia conserve également un riche héritage artistique dont la trace reflète le passage des siècles. Les traces de l'histoire ont façonné l'un de ses symboles les plus uniques, sa cathédrale, propriétaire d'une architecture bombastique et suggestive, ponctuée de détails gothiques ou Renaissance et de pièces incroyables d'El Greco, Berruguete et Zurbarán.

Il existe également de nombreux temples ou couvents qui, disséminés dans son centre historique, constituent un paysage monumental fascinant qui explique le pouvoir que l'église et ses ordres religieux avaient autrefois. L'église de San Miguel, avec son formidable aspect de tour défensive (et où la légende assure, El Cid marié), ou le Convento de las Claras, à l'intérieur duquel on peut admirer un formidable Christ couché, auquel plusieurs miracles sont attribués, en sont quelques-uns des exemples les plus remarquables d'une architecture religieuse qui ajoute d'autres échantillons intéressants, tels que le Couvent de San Francisco, ancien siège des Cortes de Castilla (Parlement).

Lieu de rencontre, de conversation et de promenade, la Rue Mayor est l'artère qui constitue l'épine dorsale de la ville. Marcher sur plus de 900 mètres de long (ce qui en fait l'un des plus grands de notre pays), entouré de hautes arcades et de près de deux cents colonnes, offre aux visiteurs un échantillon du meilleur patrimoine que la bourgeoisie palentine a promu au début du XXe siècle. . Flanquée de palais et de lieux surprenants, parmi lesquels se distinguent le Casino ou le moderniste Colegio Villandrando, cette route donne sur la Plaza Mayor et se retire pour se reposer dans le Parc Salón de Isabel II, un espace vert singulier connu sous le surnom de "El Salon".

Basilique cathédrale San Antonin

Temple gothique dont la richesse artistique et patrimoniale lui a valu le label de "La belle reconnue"

Le monument principal de la ville révèle à peine un iota de ce que son intérieur nous réserve, d'où son nom "La belle reconnue", une reconnaissance bien méritée de la richesse du patrimoine et de l'art qu'elle cache derrière ses portes, où vous pourrez admirez des œuvres surprenantes d'Alonso Berruguete, El Greco ou Zurbarán. Gothique, bien que rénové avec des détails baroques et Renaissance, le temple est déclaré monument historique national depuis 1929 et est, grâce à son volume et à sa hauteur considérable, la troisième plus grande cathédrale de notre pays.

Sous son sous-sol, il abrite un secret extraordinaire qui ne laisse jamais le visiteur indifférent. Il s'agit de la crypte de San Antolín, une construction primitive qui a ses racines au 7ème siècle. La tradition raconte que c'est le roi Wamba qui a apporté les reliques du martyr français Antolin de Narbonne à Palencia et, si ce point historique est vrai, certaines caractéristiques de l'architecture qui définissent le bâtiment seraient expliquées, car il faudrait supposer qu'il faisait partie d'un ancien martyrium similaire à l'art asturien ou paléochrétien. Aujourd'hui encore, une tradition profondément enracinée perdure parmi les habitants de Palencia. Et c'est cela coïncidant avec la fête du saint, de nombreux Palentinos s'approchent de la crypte pour boire les eaux du puits qui se trouve à l'intérieur, auxquelles sont attribuées des propriétés miraculeuses et curatives. car il faudrait supposer qu'il faisait partie d'un ancien martyrium similaire aux Asturies ou à l'art paléochrétien. 

Le Christ de l'Otéro

Une sculpture emblématique de Jésus-Christ haute de 21 mètres et qui est le symbole incontesté de la ville.

C'est sans aucun doute l'une des icônes les plus appréciées des habitants de Palencia, visible depuis de nombreux points de la ville.

Il pèse 392 tonnes et a été construit en seulement 8 mois. La première pierre a été posée le 15 juin 1930 et les travaux ont été achevés en février 1931. Par curiosité, la même année, le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro a été inauguré.

D'une hauteur exacte de 21 mètres, c'est le Christ le plus haut d'Espagne et l'un des plus hauts du monde, portant la signature du brillant sculpteur palentin Victorio Macho (1886-1966), qui après avoir reconnu son œuvre la plus importante, a été enterré à la crypte de l'ermitage de Santa María del Otero, creusée au pied de la sculpture.

Il possède certaines des influences culturelles les plus internationales de l'époque telles que l'Art déco ou le cubisme.Ne manquez pas les vues sur la ville depuis son belvédère !Vous pouvez également visiter le sanctuaire et le centre d'interprétation Victorio Macho dédié à ses projets artistiques.

Plaza Mayor et Mairie

Centre névralgique de la ville présidé par le bâtiment de l'Hôtel de Ville.

Situé au cœur de la ville, cet espace civique et commercial remonte au XVIIe siècle, lorsque, après une de ses visites à Palencia, Carlos I décida d'en promouvoir la création.

Il répond au style typique qui définit les places principales de la région, puisqu'il présente une forme rectangulaire et est soutenu sur trois de ses quatre côtés, le dernier étant occupé par le bâtiment de l'hôtel de ville, de style néoclassique et inauguré en 1878. À l'intérieur et présidant l'escalier principal, il y a une peinture murale du peintre palentino Germán Calvo, dans laquelle sont décrites l'histoire et les tribulations de la ville.

La Plaza Mayor est dominée par le monument à Alonso Berruguete, l'un des principaux groupes sculpturaux de Victorio Macho. Ses près de quatre mètres de haut et son contraste de blanc dans la pierre et de noir dans la statue de Berruguete lui permettent de dominer toute la place devant la mairie.

Palais Provincial

Magnifique œuvre de style moderniste signée par le maître Jerónimo Arroyo

Cet imposant bâtiment, siège du gouvernement provincial, est l'un des meilleurs représentants des profonds changements urbains que la ville a connus au cours des premières décennies du XXe siècle. Son auteur, Jerónimo Arroyo, a projeté un bâtiment non plateresque dans lequel des éléments néoclassiques et de la Renaissance coexistaient avec d'autres influences néo-baroques, des constructions archétypales d'avant-garde qui caractérisaient le design à cette époque d'expansion et de développement pour la capitale. Il a été inauguré le 19 octobre 1914 après cinq ans de travaux qui ont nécessité le transport d'une grande quantité de pierre Hontoria, qui, avec des matériaux tels que la brique, le fer ou le verre, constituent sa base. Sa façade principale présente une décoration abondante. Sur ses trois corps, séparés par des pilastres, se trouve une frise et un élégant balcon. A l'intérieur, le lobby à l'allure italienne est saisissant, ainsi que ses fresques et une charmante cour intérieure, qui accueille chaque été une série de concerts intitulée «Solidarity Stalls». Couchers de soleil dans la cour du Palais ». Sa salle d'assemblée, dont le vitrail au plafond représente la création de l'Université de Palencia, le bureau de la présidence et les salles de plénière et de commission sont d'autres des espaces les plus spéciaux du complexe.

Couvent des Augustinas Recoltas

Espace religieux formé par les dépendances conventuelles et l'église voisine

L'église et le couvent d'Agustinas Recoletas ont été construits au début du XVIIe siècle, en raison de leur fondation à Don Pedro Reinoso, monsieur et seigneur d'Autillo. Le couvent a été placé sous l'invocation de Notre-Dame de l'attente. En 1692, Andrés de la Sierra et Felipe Berrojo réalisèrent le projet du nouveau temple dont la première pierre serait posée l'année suivante. L'église, avec une seule nef, a un plan en croix latine, marquant son transept avec un dôme de lanterne. La voûte en berceau et le dôme sont décorés de bons plâtres dont la conception est due à Antonio de Canales. En 1696, les travaux ont été achevés et une image de San Agustín réalisée par Pedro del Hoyo a été placée sur sa façade principale. Le retable principal réalisé pour la nouvelle église se compose de deux corps et d'un banc horizontal, et trois rues séparées par des colonnes verticales. Le retable, chargé d'une décoration baroque caractéristique du XVIIIe siècle, est présidé par une peinture de Saint Augustin, située au centre du haut du corps.

Statue femme palentina

Cette sculpture urbaine a été réalisée par Indalecio López en 1998 et est un monument dédié aux femmes.

Appelé presque depuis son installation, affectueusement, comme "La Gorda" en raison de la volumétrie de la sculpture.

 Le volume n'était pas dû aux courbes de la femme, mais à sa posture, allongée et les bras croisés sur la poitrine, comme une indication de la force et du courage des femmes de Palencia, dont l'histoire elle-même a laissé des traces, avec des épisodes tels comme la défense de la ville menée par des femmes en mai 1388 contre l'armée anglaise du duc de Lancastre.

Théatre principal

Espace scénique principal de la ville de Palencia construit au début du XIXe siècle

Conçu dans le style des théâtres italiens à la fin du XVIIe siècle, le Principal est l'épicentre de l'activité scénique de la ville. Il a été inauguré le 2 juillet 1837 après les importants travaux qui ont dû être effectués après l'incendie qui a détruit une grande partie de la propriété, à l'exception des murs. Son esthétique néoclassique se distingue par les éléments modernistes représentés sur la façade. Sa programmation stable s'ouvre aux spectacles des arts du spectacle (danse et théâtre), aux créations pour enfants et aux propositions musicales. Avec une capacité de 420 places, il a été le lieu - pendant plus de quatre décennies - du Festival de théâtre de la ville de Palencia, l'une des plus anciennes compétitions de notre pays.

Marché municipal

Marché de l'architecture traditionnelle en fer idéal pour découvrir la gastronomie locale

C'est en 1895 que le jeune architecte municipal Juan Agapito y Revilla rédige les plans de projection de ce marché central. Cette même année, le 4 septembre, la première pierre a été posée pour des travaux qui n'avaient pas encore attendu trois ans avant de s'ouvrir au public. Son architecture innovante, inspirée de l'utilisation de matériaux comme la fonte ou le verre, a été une véritable révolution pour la physionomie d'une ville comme Palencia. Cette place populaire, qui rassemble un total de soixante-dix stands, présente un plan d'étage rectangulaire et constitue une vitrine parfaite pour découvrir certains des produits les plus emblématiques de la gastronomie de la province. À l'extérieur, plusieurs séries de tuiles se détachent, représentant les métiers qui ont eu lieu historiquement sur la Plaza.

Produits en vente du Club de Qualité Alimentos de Palencia.

Chapelle de la solitude

Temple simple dans lequel la Vierge de la Solitude est vénérée

Ce temple du XVIIe siècle est rattaché à l'église de San Francisco, à quelques mètres de la Plaza Mayor de la capitale. Les plus remarquables sont ses voûtes en plâtre, le retable néoclassique et les peintures qui ornent ses parois latérales, datant du XVIIIe siècle. À l'intérieur se trouve l'image de la Virgen de la Soledad, sans aucun doute l'une des plus vénérées de la Semaine Sainte de Palencia.

Puente Mayor - Pont Majeur

Un imposant pont de pierre sur la rivière Carrión conçu au XVIe siècle.

Les imposantes pierres de taille de ce pont montrent l'importance et la puissance que la ville avait autrefois.

Il a été conçu au XVIe siècle, époque à laquelle la ville connut sa plus grande prospérité économique grâce à l'influence exercée par ses prélats.

Ce pont monumental traverse la rivière Carrión pour communiquer le centre historique de la ville avec le quartier d'Allende el Río et Monte El Viejo, situé au sud-ouest.

À l'origine, il se composait de sept arcs en plein cintre, séparés par des brise-lames prismatiques, et d'une petite tour avec un arc au milieu. Elle fut agrandie et réformée au XIXe siècle pour faciliter le passage du trafic routier jusqu'à ce qu'elle reçoive sa forme actuelle, avec des piliers semi-cylindriques et des brise-lames qui lui donnent un aspect fortifié.

Puentecillas

Le plus vieux pont de la ville

Puentecillas est, peut-être, l'un des endroits avec le plus de personnalité et de charme de la ville. Il est considéré comme le plus vieux pont de la capitale, car ses origines semblent remonter à l'époque romaine, probablement au 1er siècle avant JC. Cependant, les nombreuses réformes qu'il a subies depuis lors ont radicalement changé sa facture architecturale actuelle. De toutes ces transformations, la plus importante a été celle qui a vécu à la fin du Moyen Âge, autour du XVIe siècle, lorsque son apparence et sa disposition ont été adaptées à celles qu'elle expose aujourd'hui. C'était un lieu de passage pour les clercs qui se rendaient au Sotillo de los Canónigos et pour les jardiniers qui cultivaient les vergers situés au bord de la rivière. Il a été déclaré site d'intérêt culturel en 2008.

Eglise de San Juan Bautista

Petit ermitage de style roman qui abrite le point d'information roman

Ce petit temple roman rural archétypal, construit au 12ème siècle, a légué à la ville après la construction du réservoir Aguilar, dont les eaux ont inondé la ville de Villanueva del Río, où l'ermitage était à l'origine situé. Afin d'éviter sa disparition, une pierre a été démontée puis soigneusement déplacée à La Huerta de Guadián. Aujourd'hui, il est possible d'apprécier dans la tête de l'église la numérotation avec laquelle les conservateurs la reconstruisaient. Il a été déclaré monument national en 1981 et abrite le point d'information roman à l'intérieur.

Église San Miguel

Temple surprenant sur les rives de la rivière Carrión

Déclaré Bien d'intérêt culturel en 1992, il est un exemple de cette typologie de constructions religieuses qui atteste le mieux la transition entre le roman et le gothique naissant. Son élément le plus remarquable est sans doute la tour grossièrement ajourée située sur la façade principale, dont la hauteur (elle atteint 70 mètres) et l'aspect invitent le visiteur à imaginer un usage défensif ou militaire. Construite sur les vestiges d'une construction précédente, elle a été érigée au début du XIe siècle. La légende veut que Rodrigo Díaz de Vivar et sa femme Doña Jimena se soient mariés dans ce lieu. Le temple de San Miguel est, en outre, le théâtre chaque 1er janvier d'une des traditions qui définissent le mieux le patrimoine culturel de la ville. Il s'agit du "Baptême de l'enfant", une célébration curieuse et spéciale qui a le rang de Festival d'intérêt touristique national.

Rue Mayor

Artère principale de la ville soutenue par les 199 colonnes qui flanquent l'un de ses côtés

Avec ses plus de 900 mètres de long, il constitue l'épine dorsale de la capitale, un lieu de rencontre pour les habitants de Palencia et le site d'une grande partie du patrimoine civil qui chérissez la ville. Elle préserve l'esprit et l'architecture de la bourgeoisie des XIXe et XXe siècles et s'appuie sur l'un de ses côtés grâce aux 199 colonnes qui la flanquent. À son extrémité nord se trouve le bâtiment des postes et télégraphes, construit en 1916 par Jacobo Romero, qui a également prévu la construction de la Fédération catholique-agraire, le siège actuel de Caja Duero. Entre les deux endroits, se trouve un autre espace intéressant dont la façade exige notre attention. C'est le couvent des Agustinas Canónigas.

Nombreux et importants sont également les bâtiments que l'architecte Jerónimo Arroyo a conçus dans cette artère urbaine centrale. C'est le cas de l'édifice de García Germán (1912) ou du Colegio de Villandrando (1911), qui termine une fascinante frise en céramique émaillée. En face de la Bocaplaza, se trouve le siège du Conseil des comptes de la Junta de Castilla y León, où vous pouvez voir une image en bronze de l'architecte.

Au coin de la rue Valentín Calderón, se trouve un remarquable palais baroque du XVIIIe siècle transformé en centre culturel et d'exposition et surnommé Casa Junco par les citoyens. Un autre endroit que nous ne pouvons manquer d'admirer est le Casino de Palencia, la seule construction de son trottoir qui conserve l'arcade. Dédié aux bureaux municipaux, le Casino de Palencia a été réformé dans les années 1920 pour le siècle dernier. Cette route a reçu en son temps le début du tournage du film mythique «Calle Mayor», de Juan Antonio Bardem.

Quai du canal de Castilla

Le quai et les écluses constituent deux des vestiges les plus importants du canal de Castilla de la ville.

Ce qui est considéré comme l'un des travaux hydrauliques et de génie civil les plus importants de ceux réalisés dans notre pays entre le milieu du XVIIIe siècle et le premier tiers du XIXe laisse à Palencia des échantillons intéressants et saisissants. Le Canal de Castilla, le projet ambitieux et révolutionnaire promu par le Marqués de la Ensenada, surplombe la ville à divers points stratégiquement disposés, comme son quai ou les écluses 31 et 32 de Viñalta. Le Dock a été conçu comme une extension du canal du canal autour duquel toutes les activités industrielles et logistiques nécessaires pourraient être menées. Il a facilité la manœuvre des barges et a eu plusieurs navires à l'étranger qui fonctionnaient comme des entrepôts et des entrepôts. Les écluses, pour leur part, étaient également des points clés pour le commerce et l'activité du canal, agglomérer diverses constructions industrielles. Actuellement, le canal signifie une richesse culturelle comparable à ce qu'il avait autrefois sur le plan économique. Son exploitation environnementale, son utilisation récréative et de loisirs, ainsi que la valeur architecturale des bâtiments qu'elle conserve encore, représentent un nouvel horizon pour un travail essentiel pour comprendre l'histoire récente de la Castille. Géré par la Confédération hydrographique du Duero, c'est un site d'intérêt culturel.


Burgos

AIRE (N° 33369)

 

Calle Torres Sindicatos

09005 BURGOS

 

Latitude : (Nord) 42.35428° Longitude : (Ouest) -3.6733° 

Tarif : Gratuit

Type de borne : plateforme

Services :

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

22 emplacements

Durée maxi: 3 jour(s)

Tel: +34 947 28 88 74

SITE INTERNET


PARKING (N° 26347)

 

Calle Farmacéutico Obdulio Fernández

09006 BURGOS

 

Latitude : (Nord) 42.35102°  Longitude : (Ouest) -3.68052° 

 

Tarif : Gratuit

 

 

Autres informations :

 

Ouvert A l'année

30 emplacements

Durée maxi: 3 jour(s)

Tel: +34 947 28 88 74

CAMPING (N° 21272)

 

Ctra Fuentes Blancas Km 3

Camping Fuentés Blancas

09193 BURGOS

 

Latitude : (Nord) 42.34062°  Longitude : (Ouest) -3.65774° 

 

Tarif : 2022

Emplacement : 15 € à 18.2 €

Adulte : 4.35 € à 6.4 €

Enfant : 3.35 € à 4.4 €

Animal : 1.5 € à 3 €

Type de borne : plateforme

Services :

Campingcar8 M

 

Transport En Commun

 

Electricité : 10 ampères, 24h,

305 prises

Wifi gratuit : oui

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

305 emplacements

Moyen de payment : CarteBancaire Especes

Tel: +34 947 48 60 16

 

@MAIL

SSITE INTERNET

info@campingburgos.com

 

A l'accueil on parle français,anglais et italien


Burgos, une ville de Castille et Léon, est située sur le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Elle conserve d'importants vestiges de sa splendeur médiévale. Cette ville, qui fut la capitale du royaume unifié de Castille et Léon pendant cinq siècles, détient l'un des chefs-d'oeuvre du gothique espagnol : sa cathédrale, inscrite au Patrimoine mondial. Le voyageur pourra visiter le vieille ville de Burgos, mais aussi sa province en empruntant de beaux itinéraires longeant les rives des fleuves Duero et Arlanza. La cuisine régionale traditionnelle est riche et variée.

Non loin du site préhistorique d'Atapuerca, inscrit au Patrimoine mondial, se dresse la ville de Burgos, que traverse le fleuve Arlanzón. À l'origine, Burgos était une bourgade militaire qui devint peu à peu, au cours du Moyen Âge, une ville commerçante pourvu d'un grand pouvoir économique. Cette évolution est due en partie à sa qualité de capitale du royaume unifié de Castille et Léon (entre les Xe et XVe siècles), à son emplacement privilégié sur le Chemin de Saint-Jacques et à son monopole du commerce de la laine mérinos. La ville telle que nous la connaissons aujourd'hui est fortement imprégnée de cette splendeur passée.

L'ancien quartier médiéval se déploie au pied de la colline du château, une colline fortifiée qui offre de magnifiques vues sur la ville. Ce quartier abrite l'Arc de San Esteban, de style mudéjar, et l'église gothique du même nom, qui renferme le Musée du retable. L'église de San Nicolás est une autre construction d'intérêt, où nous pouvons contempler un retable en albâtre polychrome.

Burgos est une étape importante du chemin de Saint-Jacques, célèbre pour ses édifices historiques et religieux. L’importance de la ville de naissance du Cid, le célèbre héros espagnol, transparaît par ailleurs dans les sites d’intérêt majeurs de la vieille ville. La splendide cathédrale gothique et le château qui surplombe la ville lui confèrent ainsi une atmosphère hors du temps.

Outre ces lieux emblématiques, Burgos abrite tout ce qui fait le charme de l’Espagne : une cuisine locale de qualité, de bons vins et une ambiance détendue, notamment en début d’après-midi, à l’heure de la sacro-sainte sieste.

La Plaza Mayor

Prendre le pouls de Burgos sur sa place la plus populaire

 

La Plaza Mayor est le point de rendez-vous le plus populaire à Burgos. De forme à peu près hexagonalee et couvrant environ 6 000 m², cette place est bordée de boutiques, de bars et de restaurants. Leurs terrasses sont parfaites pour observer les gens en sirotant un café matinal. La position centrale de la Plaza Mayor dans la vieille ville de Burgos en fait également un point de départ de choix à l’exploration du quartier historique.

Cathédrale de Burgos

L’un des plus beaux exemples de l’art gothique espagnol

Caractérisée par l’élégance et l’harmonie de ses lignes, c’est la seule cathédrale d’Espagne inscrite en soi au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO.

Même si le gothique y prédomine, la cathédrale montre d’autres styles artistiques, puisque sa construction s’est prolongée de 1221 à 1765. La façade principale est la porte du Pardon, avec une rosace en étoile et une frise ornée de statues des rois de Castille. De chaque côté, se dressent des tours de 84 mètres de haut, couronnées de magnifiques flèches ajourées du XVe siècle. 

Mais le plus bel ensemble sculptural est celui de la porte du Sarmental, avec l’image d’un Christ en majesté entouré des apôtres et évangélistes. À l'intérieur, mentionnons la lanterne de la nef centrale, couronné d’une magnifique voûte mudéjare, sous laquelle reposent les restes de Rodrigo Díaz de Vivar, le Cid, et son épouse Doña Jimena. Tout près, se trouve le magnifique escalier doré de Diego de Siloé, réalisé au XVIe siècle et inspiré de la Renaissance italienne. Sur les côtés, s’ouvrent 19 chapelles, dont celle du Connétable et celle de Santa Tecla. On peut également y admirer de précieuses œuvres d’art : une collection unique incluant, entre autres, des retables, des peintures, les stalles du coro, des tombes et des sculptures.

Le centre historique de Burgos

Promenade dans le plus vieux quartier de la capitale historique de Castille

 

Le centre historique de Burgos est un dédale de ruelles piétonnes sinueuses entrecoupées de places. Parsemé de petites boutiques et d’un vaste choix de bars à tapas et de restaurants, il regorge également de sites d’intérêt historiques, parmi lesquels la Casa del Cordón, le Paseo del Espolón et l’église San Nicolás. Les rues sont impeccables et l’atmosphère espagnole décontractée rend la vieille ville très agréable pour une balade.

L'Arc de Santa María

 est une des principales portes d'accès à la ville de Burgos. Elle se trouve en face du fleuve, sur le "Paseo del Espolón". C'est une oeuvre qui a été réalisée par Francisco de Colonia et Juan de Vallejo au XVIe siècle. Elle a été déclarée Monument Historique-Artistique et, selon l'histoire, aurait été érigée en l'honneur de Carlos V. C'est un monument vraiment impressionnant, riche en détails architecturaux, historiques et artistiques. Une vraie merveille.

Chartreuse de Miraflores

Avant d'être cédé aux moines chartreux, cet édifice était la résidence de plaisance du roi Henri III. Elle occupait une réserve de chasse du monarque quand celui-ci décida d’y construire un palais, restauré par la suite lors de l'accession au trône de son fils, le roi Jean II. Sa conception est signée Jean de Cologne, mais sa construction ne fut pas achevée pas avant le règne d’Isabelle la Catholique. Les meilleurs architectes, sculpteurs et peintres y participèrent, dont Simon de Cologne, Gil de Siloé et Pedro Berruguete. La chartreuse devint l'un des joyaux du gothique de la fin du XVe siècle.

Monastère

Santa María Real de las Huelgas

 

Le panthéon royal : silence et spiritualité.

Le couvent fut fondé par Alphonse VIII et son épouse Éléonore, pour servir de panthéon aux rois et de retraite spirituelle aux dames de la haute société et de la royauté.

L'ensemble est composé de l'église, du monastère et des dépendances de clôture des nonnes cisterciennes, avec une enceinte crénelée leur servant de protection. L'église possède un chevet à cinq absides, un transept et trois nefs. Le coro de clôture est situé dans la nef centrale, à côté du panthéon des rois et de leurs conjointes. La nef de l'Évangile était réservée au panthéon des Infants et celle de l'Épître, aux nonnes. La porte de la sacristie est à remarquer, pour la facture arabe de sa décoration. La salle capitulaire, austère (comme il appartient à l'ordre cistercien), expose la bannière des Navas.

Monastère San Juan de Ortega

Ce monastère, occupé par des moines de l’ordre des hiéronymites de 1432 au XIXe siècle, possède une église à trois absides du XIIe-XIIIe siècle. Restauré en 1964, il se distingue par les fenêtres de son abside centrale, ses voûtes, ses arcs principaux, ses chapiteaux, son mausolée gothique, son tombeau roman et ses deux cloîtres. Le baldaquin du XVe siècle, dont les six reliefs font allusion à la vie du saint, mérite une mention particulière.

 

Les ruines de ce monastère construit au XIèmé siècle et reconstruit dans les siècles suivants ont été déclarées monument historique en 1944. Il avait comme rôle celui d'hôpital pour les pèlerins et appartenait à l'ordre bénédictin. Des fragments de l'église du XVème siècle ont été conservés ainsi qu'une salle du XVIème siècle et un cloître de la Renaissance où a été installé un musée qui expose les oeuvres du peintre Marceliano Santamaría. Il se trouve juste en face de l'église de San Lesmes qui abrite le patron de Burgos. Sur la place Saint Jean on trouve la statue en l'honneur du fondateur de La ville,Diego Porcelos.

Casa del Cordón

Elle fut construite selon les souhaits des Connétables de Castille au XVe siècle. Simon de Cologne en fut l’auteur. Elle servit de lieu de rencontre entre les Rois Catholiques et Christophe Colomb au retour de son deuxième voyage aux Amériques. C’est aussi là que se célébrèrent les Cortes de 1515, à l’occasion desquelles fut approuvée l’union entre les royaumes de Navarre et de Castille. Ce fut un édifice emblématique pour la monarchie de l’époque. Tous les Habsbourg eurent l’occasion de se loger au moins une fois dans cette maison. Son nom fait allusion au cordon d’un franciscain qui encadre le portail principal.

Elle est aujourd’hui le siège de l’agence bancaire de la Caja de Burgos.

Le château de Burgos 

était un château et un alcázar , situé dans la ville de Burgos , dans la colline de San Miguel à 75 mètres  au-dessus de la ville et à 981 mètres  au-dessus de la mer. Cette colline a fait l'objet de prospections archéologiques par le général Centeno dans les années 1925 et 1926 pour tenter de retrouver des archives militaires napoléoniennes datant du moment où les Français dans leur retraite firent sauter la forteresse. Selon les résultats obtenus lors de cette fouille, l'origine du château remonte aux Wisigoths et ses parties les plus anciennes aux Romains .

Le château s'agrandit au fil des siècles, devenant une importante fortification et résidence des rois de Castille . Suite à l'avènement de la famille Habsbourg, le château perdit son importance en tant que résidence royale et, pendant l'occupation française, le 15 juin 1813, l'armée française décida de quitter le château de Burgos et le détruisit à l'explosif. L'explosion a entraîné la destruction presque totale de tous les terrains du château. Le château reste en ruines.

Église San Nicolás de Bari

 

 

C’est une église gothique dont le plus grand trésor est le retable majeur, une œuvre de l’atelier des Cologne (XVIe siècle). Il s’agit d’un retable-sépulcre qui fut réalisé pour Gonzalo Polanco, un marchand soucieux de mettre en évidence son statut et son pouvoir économique. Les images du retable se rapportent à la vie et aux miracles de San Nicolás et font également allusion à des passages bibliques.

La Casa Quintanilla

Une boutique vintage pittoresque où dénicher de délicieux mets locaux

 

Si vous souhaitez goûter des en-cas locaux, la Casa Quintanilla est le lieu qu’il vous faut. Établie depuis 1880 sur la Calle Paloma, à quelques pas de la Plaza Mayor, cette épicerie donne l’impression de remonter dans le temps dès qu’on y met les pieds. Le boudin noir de Burgos (morcilla) et le célèbre fromage frais de la ville sont disponibles ici, ainsi qu’un large éventail de vins, d’huiles et de viandes séchées produits localement. Le chocolat de Quintanilla est incontournable pour les amateurs de sucré.

Emplacement : Sur la Calle Paloma, à 60 m au nord-ouest de la Plaza Mayor

Heures d’ouverture : Du lundi au samedi de 5 h 00 à 20 h 30, le dimanche de 10 h 00 à 14 h 00

Le Mirador del Castillo

Un panorama à 270 degrés sur Burgos et de splendides couchers de soleil

 

Le Mirador de Castillo est un belvédère appartenant au château de Burgos. Construite sur le flanc de la colline sur laquelle se dresse le château, cette petite tour circulaire offre un panorama à couper le souffle sur Burgos et ses principaux monuments. Le site est facilement accessible à pied depuis la vieille ville, située à seulement 200 mètres. Une bonne idée est de s’y rendre au coucher du soleil et de prendre un verre à la Ciudadela, le restaurant adjacent au point de vue.

Emplacement : Juste à l’ouest du centre historique de Burgos, sur la route menant au château de Burgos


Vittoria Gasteiz

(N° 6409)

 

Portal de Foronda, 46

Parking Portal de Foronda - Luis Olariaga

01000 VITORIA GASTEIZ

Latitude : (Nord) 42.8653° Longitude : (Ouest) -2.68534° 

Tarif : Gratuit

Type de borne : plateforme

Services :

Campingcar8 M

 

Transport En Commun

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

50 emplacements

Durée maxi: 3 jour(s)

Tel: +34 945 16 15 98

SITE INTERNET

 

Déballage interdit

Marché mercredi matin, services impossibles


Fondée à la fin du XIIe siècle, Vitoria-Gasteiz est de nos jours une ville au tracé unique.

La capitale basque conserve une vieille ville médiévale parsemée d'endroits pittoresques, comme la plaza de la Virgen Blanca et des monuments historiques, comme la cathédrale de Santa María. En partant du centre historique, la ville se déploie harmonieusement dans le nouveau quartier à l'allure romantique et bordé de larges avenues, de jardins et d'édifices qui rappellent l'importance et l'élégance de cette ville.

En partant du centre historique, la ville se déploie harmonieusement dans le nouveau quartier à l'allure romantique et bordé de larges avenues, de jardins et d'édifices qui rappellent l'importance et l'élégance de cette ville.En outre, Vitoria jouit d'une vie culturelle très intense, comme le prouve tous les ans un de ses événements les plus célèbres, le Festival de Jazz. De même, les recettes traditionnelles, à base de produits du terroir et toujours accompagnées des merveilleux vins basques, ne décevra pas le visiteur.

L'actuelle Vitoria fut fondée en 1181 sur une petite colline par le roi de Navarre Sanche VI. Elle fut baptisée « Nueva Victoria » (Nouvelle Victoire). En 1200, le roi de Castille, Alphonse VIII, s'empara de cette plaza d'armes. Très tôt, elle manifesta une forte vocation artisanale. Au XVe siècle, Jean II de Castille octroya à Vitoria le titre de ville. C'est au cours des XVIIIe et XIXe siècles que débuta l'agrandissement de la ville.

La capitale basque renferme une vieille ville médiévale parsemée de charmants recoins, jardins et promenades plantées d'arbres. Ces espaces verts sont les poumons de la capitale d'Alava, dont on appréciera en outre un tracé urbain soigné où les rues médiévales se fondent harmonieusement avec les palais Renaissance et les églises néoclassiques. La plaza de la Virgen Blanca est le centre névralgique de la ville. Sur cette plaza, se dresse le monument commémorant la bataille de Vitoria. En ce même endroit, se trouve l'église de San Miguel, qui abrite l'image de la Vierge Blanche, patronne de la ville. On peut situer l'actuelle construction entre les XIVe et XVIe siècles, ce qui transparaît dans la fusion d'éléments gothiques et Renaissance. De plan rectangulaire, l'intérieur est divisé en trois nefs recouvertes de nervures de style gothique flamboyant. On appréciera le retable de Gregorio Fernández.

Le portique gothique de San Miguel donne accès à l'ensemble des « Arquillos » (petits arcs), une promenade entourée d'arcades qui relie la vieille ville aux nouveaux quartiers du XIXe siècle. Nous nous trouvons à présent face à l'église de San Vicente et au palais de Villa Suso(XVIe siècle), situés sur la plaza del Machete, où, traditionnellement, les membres de la mairie étaient investis de leurs fonctions.

Dans la partie la plus haute de la ville, se dresse la cathédrale de Santa María ou « Vieille Cathédrale », un magnifique temple gothique dont la construction débuta au XIIIe siècle et dura un siècle. Les restaurations ultérieures furent réalisés à mesure que s'agrandissait la ville. En 1496, l'église devint collégiale jusqu'à ce que, en 1861, elle obtint définitivement le titre de cathédrale. L'édifice, classé monument historique-artistique, se caractérise par sa verticalité. Il possède un plan en croix latine recouvert de voûtes en croisée d'ogives et un déambulatoire. À l'extérieur, citons la somptueuse sculpture de ses portails du XIVe siècle. On remarquera surtout le portail central consacré à la Vierge, le portail de San Gil, à gauche, et celui représentant le Jugement Dernier et l'apôtre Saint-Jacques, à droite.

Autour de la cathédrale, se déploient les rues les plus anciennes de la ville, portant des noms des corps de métiers : Cuchillería (coutellerie), Herrería (forge), Correría, etc. Durant sa promenade, le visiteur découvrira quelques uns des palais Renaissance les plus intéressants de la capitale : la calle Herrería, le palais des Escoriaza-Esquibel, avec un magnifique patio plateresque et le palais d'Urbina Zárate ; la calle Correría, le Portalón, la maison de Maturana-Verástegui et la tour des Anda ; la calle Cuchillería, le palais de Bendaña (XVIe siècle) et la Casa del Cordón (« la maison du Cordon »), classée monument historique-artistique. Cette ancienne maison de commerce du bas Moyen Âge fut construite au XVe siècle et possède une façade gothique avec deux arcs ogivaux à l'extérieur. Avant de quitter la vieille ville, prenez le temps d'admirer le palais de la Diputación Foral d'Alava (siège du gouvernement provincial), du XIXe siècle et la tour aux formes élégantes de Doña Otxanda, siège actuel du Musée des sciences naturelles. Il s'agit d'une construction de défense bâtie au XVe siècle sur une autre, par ordre d'Andrés Martínez de Iruña et Catalina de Álava.

La ville médiévale de Vitoria

Les vieux quartiers de Vitoria sont parmi les plus importants et les mieux conservés du nord de l’Espagne. Ce sont aussi des endroits très animés, ça m’a frappé, à la différence de beaucoup d’autres villes.

Ainsi la longue rue Cuchilleria, qui traverse quasiment la ville médiévale de part en part, est sans aucun doute celle où se trouvent le plus de bars et de restaurants ! Inutile de dire qu’elle est particulièrement animée le soir.

Et c’est dans cette rue que j’ai pu admirer la maison du Cordon, une magnifique maison du XVe, qui a la particularité d’englober une tour encore plus ancienne, datant du XIIIe. C’est d’ailleurs là, dans cette demeure prestigieuse qu’ont séjourné, à leur passage à Vitoria, les rois d’Espagne jusqu’au XVIe.

Jusqu’à ce qu’un grand palais soit construit non loin de là. Car tout le quartier est un alignement de vieilles maisons et belles demeures, autour de grands édifices religieux.

Cathédrale Santa María

L'édifice, érigé sur les vestiges d'une construction antérieure datant du XIIIe siècle, possède un portique aux intéressantes sculptures.

La cathédrale Santa María puise ses origines dans un projet d'église-forteresse datant du début du XIIIe, mais sa construction, de style gothique, ne s'acheva qu'après plusieurs phases tout au long des XIVe et XVe siècles. L'édifice est supporté par de gigantesques colonnes bombées par le poids, et un superbe et fragile triforium. On peut aujourd'hui en faire une visite originale, puisque l'ensemble est « ouvert pour cause de travaux ». Grâce au plan de restauration, vous pouvez en effet assister en direct aux travaux de réhabilitation de la cathédrale, qui ont reçu le prix spécial Europa Nostra octroyé par l'Union européenne aux initiatives de conservation et d'amélioration du patrimoine culturel.

Les quartiers Art Déco

Vitoria présente la particularité d’avoir deux cathédrales. La seconde, la co-cathédrale Marie Immaculée, est bien plus récente et bien plus grande. Commencée en 1907, elle n’a été terminée qu’en… 1969. A cause des guerres, mondiales et civile, le chantier s’est éternisé. De plus, elle n’a jamais eu les grâces des paroissiens. Quasiment désaffectée, elle a trouvé une autre destination puisqu’elle abrite maintenant le musée d’art religieux. J’ai ainsi pu y admirer, entre autres, un superbe et immense retable du XVIIe.

Derrière cet imposant édifice commencent les quartiers Arts déco. Notamment de part et d’autre de la promenade de la Senda, là où les riches industriels de Vitoria ont fait construire, au début du siècle dernier, de magnifiques et imposantes villas. L’une abrite aujourd’hui la résidence du président de la province. Une autre, le palais Augustin Zulueta, est devenue un musée d’art. Il vaut le coup d’œil, autant pour admirer les lieux, avec leurs belles boiseries, que la collection de peintures.

Les Arcades et la place du Machete

 

Une solution architecturale devenue monument.

Ce bâtiment a été conçu pour relier la partie médiévale de la ville aux quartiers neufs.

Il date du XVIIIe siècle. Sa grande valeur architecturale tient au fait qu'il fut conçu comme une solution permettant de relier la partie ancienne de la ville à la partie neuve alors en pleine expansion. Par la même occasion, on pouvait ainsi passer par-dessus l'important dénivelé existant entre l'enceinte fortifiée et la ville basse. Ainsi, les rues médiévales ont été rendues accessibles depuis le nouveau quartier néoclassique. Même si une partie d'entre elles avaient été créées au XVIIIe siècle, leur date de construction semble remonter à 1787. Les Arquillos comptent deux parties. La première qui a reçu le nom de Arquillos del Juicio, est due à l'initiative de José de Segurola, qui souhaitait construire des logements à la fin du XVIIIe siècle. La seconde, connue sous le nom de Arquillos del Ala, fut levée par Díez de Güemes, à l'initiative de Justo A. de Olaguibel.

Marché alimentaire

C'est le principal marché de la ville, un espace plein d'activité avec des étals de produits frais. Il comprend également des gastrobars où vous pourrez déguster la cuisine et le vin locaux et une terrasse panoramique.

Essentiel

Parcourez les étals du marché , avec les produits de l'agriculture et de l'élevage locaux.

 

  • Gastrobars où vous pourrez déguster des pintxos et des vins d'Alava.
  • Visitez la terrasse polyvalente et les étals de produits bio au 2e étage.

Sanctuaire Nuestra Señora de Estíbaliz

 

Déclarée monument national en 1931.

Le sanctuaire est situé à 8 km de Vitoria-Gazteiz. Il s'agit d'une église romane à plan en croix latine et à nef unique, qui possède un large transept et trois chapelles dans le chevet. La nef est divisée en trois travées couvertes d'une voûte en berceau brisé. Le chevet compte trois absides et parmi elles, la centrale possède des colonnes adossées à mi-hauteur et des contreforts modernes pour supporter les murs de la travée droite. La façade méridionale fait partie des chefs-d'œuvre de l'art roman. L'édifice a connu de nombreuses modifications, mais il reste malgré tout l'un des monuments les plus importants de l'art roman d'Alava.


Monastere de Irache Kalea

Un mythe du chemin : la fuente de vino de Irache

Dans le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle rédigé au XIIe siècle par Aymeri Picaud, il est fait mention de « Stella, que pane bono et obtimo vino » (« Estella où le pain est bon et le vin excellent »). Estella est une ancienne cité romaine, « Estella la bella » comme l’appelaient les pèlerins du Moyen Âge, située en Navarre, sur le Camino francés, entre Puente la Reina et Logroño. Le vin y était excellent au XIIe siècle… et on en parle encore ! Car à trois kilomètres de là se situe l’ancien monastère d’Irache, qui fut le premier hospice de pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques. On y trouve aujourd’hui les caves Bodegas Irache, qui perpétuent la tradition médiévale de la production viticole, et aussi de la générosité envers les pèlerins…

Contre un mur qui longe le Camino, les Bodegas Irache ont construit en 1991, en pierres de taille, une fontaine qui offre ou bien de l’eau, ou bien du vin… Deux inscriptions sur la fontaine disent en espagnol : « À boire sans abus nous vous invitons avec plaisir. Pour pouvoir l’emporter, le vin doit être acheté » et « Pèlerin, si vous voulez arriver à Compostelle avec force et vigueur, de ce grand vin buvez une gorgée et trinquez pour le bonheur ».

L’étape par laquelle on rejoint Torres del Rio depuis Estella est longue et éprouvante en cas de grosse chaleur. Quand on arrive à Irache, on a marché seulement une demi heure, et il reste devant soi 27 kilomètres… or le vin d’Irache est fortement alcoolisé, même s’il se laisse boire facilement. Il faut donc bien penser à bien remplir sa gourde… en eau !

 

Et si vous êtes vous-même déjà passé par Irache, sans doute avez-vous gardé des souvenirs pittoresques de la fuente de vino…


Pampelune

(N° 29095)

 

Calle Biurdana

31071 PAMPELUNE

 

Latitude : (Nord) 42.82116° Longitude : (Ouest) -1.65683°

 

Tarif : 2022

Forfait Emplacement Service Et Plein Deau : 10.00 €

Type de borne : plateforme

Services :

Campingcar8 M

 

Electricité : 10 ampères, 24h, 33 prises

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

33 emplacements

Durée maxi: 2 jour(s)

Moyen de payment : CarteBancaire

Tel: +34 948 42 07 34

@MAIL

SITE INTERNET

comercioyturismo@pamplona.es

Pendant les Sanfermines, le tarif monte à 20 euros par jour (du 5 au 15 juillet, tous deux inclus)

Aire de pique-nique


Sur la plaine fertile s'étendant autour de l'Arga, se dresse Pampelune, une ville chargée d'histoire et de tradition. Les rues et les places de sa vieille ville sont bordées de constructions historiques, dont principalement des églises et des remparts d'origine médiévale.

La ville de Pampelune est un modèle parfait de cohabitation entre tradition et modernité. Fondée par le général romain Pompée en 75 av. J.-C., la ville ne prit de l’importance qu’au Xe siècle, sous le royaume de Pampelune. C’est sous le règne de Sanche III le Grand (XIe siècle) que fut organisé l’itinéraire actuel du chemin de Saint-Jacques en terres navarraises, un fait qui marquerait aussi bien la physionomie urbaine que l’avenir historique de la ville.

La visite de la capitale navarraise commence par la Pampelune des bourgs, un ensemble de quartiers d’origine médiévale qui constituent la source du noyau urbain actuel. Au centre, la place Consistorial est présidée par la façade baroque et seigneuriale de l’hôtel de ville. L’édifice, construit en 1572, remémore l’union des bourgs de San Cernín, San Nicolás et Navarrería.

Tout près se trouve l’église gothique San Saturnino ou San Cernín, construite au XIIIe siècle, dont les deux tours, autrefois couronnées de créneaux, trahissent l’ancien rôle défensif de l’édifice. À l’emplacement de son ancien cloître se dresse aujourd’hui la chapelle baroque de la Virgen del Camino, co-patronne de la ville.

A proximité, la Cámara de Comptos (XIIIe siècle), qui est le plus vieux bâtiment de la capitale régionale, fut le siège de la Cour des Comptes de Navarre du XIVe au XIXe siècle. La rue Mayor permet de rejoindre l’église San Lorenzo (XIXe), qui abrite la chapelle baroque San Fermín.

La visite se poursuit par la rue Cuesta de Santo Domingo, qui permet d’admirer d’autres édifices de la Pampelune d’autrefois : la façade plateresque de l’intéressant musée de Navarre, qui héberge une importante collection de pièces archéologiques et d’œuvres d’art, ou encore l’église gothique Santo Domingo, du XVIe siècle.

La place del Castillo, ombragée et entourée de superbes immeubles du dix-huitième siècle, occupe le cœur même de la ville. Le palais de Navarre, siège actuel du gouvernement navarrais, date du milieu du XIXe. Il est possible de le visiter, sur rendez-vous. Derrière sa façade néoclassique se cache la salle du Trône, de style baroque, le retable de la chapelle, ou encore un portrait de Philippe VII signé Goya.

Les rues avoisinantes permettent de descendre vers le quartier de la Navarrería, au centre duquel se dresse la cathédrale Santa María la Real. Sa construction commença au milieu du XIIIe sur les vestiges de l’ancienne cathédrale romane, mais les travaux ne s’achevèrent qu’au XVIe. Ce magnifique édifice est composé de trois nefs de facture gothique auxquelles ont été rajoutés des éléments néoclassiques. La nef centrale abrite le mausolée en albâtre du roi Charles III le Noble et de son épouse (XVe siècle), qui est l’un des plus beaux ensembles sculpturaux de Navarre. Le maître-autel est présidé par l’image de la Vierge Santa María la Real, devant laquelle prêtaient serment les monarques navarrais au cours des cérémonies de couronnement.

Le cloître gothique (XIIIe-XVe) et sa porte del Amparo, la chapelle Barbazana ou encore la porte Preciosa méritent une mention particulière. Le musée diocésain, quant à lui, rassemble une intéressante collection d’œuvres d’art sacré, dont un groupe de sculptures médiévales de la Vierge et plusieurs pièces d’orfèvrerie médiévale française.

À proximité de la cathédrale, se trouvent plusieurs demeures nobles comme celle des Itúrbide, datant du XVIIe et arborant toujours le blason d’armes de la famille, et le palais des Goyeneche, construit un siècle plus tard. Les quartiers modernes de la ville sont caractérisés par leurs vastes espaces verts : le parc de la Ciudadela, celui de la Taconera et les jardins de la Media Luna sont les témoins vivants d’une croissance urbaine exemplaire.

 

S’il y a des endroits qui se doivent d’être visités tranquillement, le centre historique de Pampelune est bien l’un d’entre eux. Arpentez les rues de ce quartier historique et découvrez les monuments les plus importants de la capitale de la Navarre. Situé au cœur de la ville sur un replat, voici un quartier médiéval aux rues étroites pleines de charme. Prenez note et découvrez tous les endroits incontournables de cette partie de la ville de Pampelune.

 

Plaza del Castillo

Cette place emblématique se trouve au sud de la vieille ville. Également surnommée « salon » par les habitants de Pampelune, elle est considérée comme le cœur de la ville et le noyau de la vie sociale des habitants. Visitez-la et asseyez-vous à l’une de ses nombreuses terrasses pour déguster un frito pamplonica (sorte de beignet salé) : un délice culinaire traditionnel de Navarre que vous allez adorer.

Calle Estafeta

Tout près de la Plaza del Castillo, vous trouverez la célèbre Calle Estafeta. Vous en avez probablement entendu parler : c’est en effet l’un des principaux endroits où se déroule le lâcher de taureaux pendant les fêtes de San Fermín. Cette rue étroite est bordée de boutiques et de bars tout à fait typiques de la ville. Venez-y un jeudi pour profiter du « juevintxo » : une activité au cours de laquelle de nombreux bars de la ville proposent un pintxo (amuse-gueule) et une boisson (vin ou bière) pour deux euros. Divertissement et plaisir gastronomique garantis !

L’hôtel de ville

Lorsque vous vous rendez dans une ville, une visite pour voir la façade de l’hôtel de ville s’impose. Celui de Pampelune date de 1423, bien que l’édifice actuel ait été reconstruit en 1951. Cet endroit est cher au cœur de tous les habitants de Pampelune, car c’est là que le Chupinazo (coup d’envoi) est lancé chaque 6 juillet pour annoncer le début de la San Fermín.

Cathédrale de Pampelune

La cathédrale de Santa María la Real fait également partie de la vieille ville. De style gothique et arborant une façade néoclassique, il s’agit de la cathédrale la plus complète encore conservée en Espagne, car elle possède encore des salles uniques comme le cellier, le réfectoire, la salle capitulaire et le dortoir. Chaque pièce ayant été construite à une époque différente, la visite des lieux devient un voyage historique extraordinaire.  est un passage obligé !

Plaza de toros

Visite de la Plaza de Toros de Pampelune

 

Vous avez sûrement gardé en mémoire cette image matinale des arènes de Pampelune, teintes en blanc et rouge en attendant l’arrivée de la course de taureaux de San Fermín. Vous pourrez voir des vidéos impressionnantes, des projections enveloppantes qui vous permettront de voir les taureaux de près, visiter les basse-cours, la chapelle ou les étables, et vous divertir avec le photocall ou faire des passes avec le capote sur le sol de l’arène.

Visite guidée à heures fixes prévues : 11h00, 12h00, 13h00 et l'après-midi 16h00, 17h00 et 18h00

Tarif unique 5 €


Olite

(N° 28378)

 

Paseo de Doña Leonor, 2

31390 OLITE

 

Latitude : (Nord) 42.48029° Longitude : (Ouest) -1.64721° 

Tarif : Gratuit

Type de borne : artisanale

Services :

 

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

10 emplacements

Durée maxi: 2 jour(s)

Tel: +34 948 74 01 75

 

SITE INTERNET


Château - palais d'Olite

Le château-palais d'Olite fut la résidence des rois de Navarre jusqu'à l'union du royaume avec la Castille, au XVIe siècle. Déclaré monument national en 1925. Aux XIIIe et XIVe siècles, il fut soumis à diverses transformations, mais les plus importantes se produisirent au temps du roi Charles III le Noble. La visite peut commencer par le Palacio Viejo ou ancien palais, qui héberge aujourd'hui un hôtel Parador de Turismo, l'église gothique Santa María et l'église romane San Pedro, qui possède un cloître et une tour gothique surmontée d'une flèche.

Église Santa María la Real

 

Cette église de style gothique se distingue par son impressionnant portail, une immense richesse iconographique. À l’intérieur, elle possède un grand retable Renaissance signé Pedro Aponte, surplombé d’un beau crucifix gothique. Les motifs sculpturaux de son portail datent du XVe siècle.

Eglise San Pedro Apóstol

Un clocher gothique tout en finesse, couronné par une élégante flèche et connu sous le nom de « Tour-aiguille », caractérise l’église San Pedro Apóstol d’Olite, qui se dresse à côté du Palais royal de la cité.

Ce bel édifice, dont la construction fut entreprise au XIIe siècle, conjugue harmonieusement les styles roman, gothique et baroque. Le cloître roman du milieu du XIIIe s., le Saint-Jacques gothique, un intéressant grand retable et, sur un sépulcre gothique, le bas-relief en albâtre polychrome représentant la Trinité, constituent les joyaux de la plus ancienne église de la ville.

L’église San Pedro préside la place du Fosal d’Olite, petite ville de la Zone Moyenne de Navarre qui offre l’un des ensembles monumentaux les plus remarquables de cette région. L’église, d’origine romane puis agrandie à l’époque baroque, est la plus ancienne de la cité. Son portail, son cloître et sa fine tour gothique méritent le détour.

Le Portail

Le portail roman, sobre et élégant, présente un arc rampant à six archivoltes lisses entre frises richement décorées de damiers et de rinceaux. A signaler les chapiteaux illustrés des combats de saint Georges contre le dragon et d’un centaure contre une harpie. Le tympan et le linteau sont des ajouts gothiques ; au tympan sont représentés saint Pierre, saint André et saint Jacques et, sur le linteau, des scènes de la vie de saint Pierre. La façade est complétée par une frise de feuillages et de scènes mythologiques ainsi que par une belle rosace.

Tour gothique

L’originale tour gothique de 52 mètres de haut attire le regard. Elle sert de plateforme à l’aiguille octogonale, du XIVe s., un modèle intéressant en son genre par le défi architectural qu’elle constitue et par la gracieuse courbure de ses arêtes. La tour-clocher était décorée de peintures murales gothiques du XIIIe s. aujourd’hui déposées au Musée de Navarre, à Pamplona, pour des raisons de sécurité et de conservation.

Le Cloître 

Adossé à l’édifice, du côté nord, s’ouvre un cloître exempt du milieu du XIIIe siècle sur plan carré. Il est formé d’arcades en plein cintre soutenues par des colonnes géminées. Sur ses chapiteaux, le visiteur distinguera clairement des formes végétales, des visages humains et des scènes de la Genèse centrées sur Adam et Ève.

À l’intérieur de l’église, de plan rectangulaire, la nef centrale et les collatéraux sont couverts de voûtes en croisée d’ogive et la croisée coiffée d’une coupole sur pendentifs. Les grandioses piliers gothiques, cruciformes, contribuent à accentuer l’impression monumentale transmise par l’église.

Le grand retable est une uvre baroque consacrée à saint Pierre, accompagnée par des toiles de Vicente Berdusán représentant les deux patrons de Navarre, saint Firmin et saint François-Xavier. La chapelle de la Vierge del Campanal, de facture proto-gothique, était décorée de peintures murales de la fin du XIIIe s., aujourd’hui visibles au Musée de Navarre, et considérées comme les ?uvres les plus remarquables de la peinture murale navarraise de l’époque.

L’église abrite également le sépulcre du notaire d’Olite, Enequo Pinel, qui en commanda la construction en 1432 au sculpteur préféré de Carlos III le Noble, Jean Lome de Tournay, le plus important artiste navarrais du XVe. Parmi ses chef-d’oeuvres, citons le sépulcre de Carlos III et de son épouse Léonore qui se trouve à la cathédrale de Pamplona.


Arguedas

(N° 23971)

 

Calle Val

31513 ARGUEDAS

 

Latitude : (Nord) 42.17356° Longitude : (Ouest) -1.59158°

 

Tarif : 2022

Eau : 2.00 €

Type de borne : eurosrelais

Services :

Campingcar8 M

 

Wifi gratuit : oui

Plein d'eau : 100 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

16 emplacements

Durée maxi: 2 jour(s)

Moyen de payment : Jeton

Tel: +34 948 83 00 05

SITE INTERNET

 

Jetons disponibles dans les commerces

16 emplacements délimitées au sol sur gravier

Stationnement gratuit limité 48 h

Face aux falaises et aux anciennes habitations troglodytes, à côté du cimetière


Arguedas est la porte d'entrée des Bardenas Reales, un paysage désertique unique qui est presque un incontournable lorsque vous arrivez en Navarre. Elle dispose de nombreux services d'accueil et d'hébergement pour les visiteurs du Parc Naturel et est une ville heureuse et ouverte avec une vie sociale animée.

Vous pouvez visiter les "habitations troglodytes", les grottes dans lesquelles vivaient nombre de ses voisins aux XIXe et XXe siècles,

la belle église paroissiale de San Esteban avec son haut clocher ou grimper jusqu'aux ruines de ce qui était un puissant château à l'époque Les médias et depuis le balcon du Maure, contemplent la vue sur la ville et les rives de l'Èbre.

Arguedas est la porte d'entrée des Bardenas Reales, un paysage désertique unique qui est presque un incontournable lorsque vous arrivez en Navarre. Elle dispose de nombreux services d'accueil et d'hébergement pour les visiteurs du Parc Naturel et est une ville heureuse et ouverte avec une vie sociale animée. Vous pouvez visiter les "habitations troglodytes", les grottes dans lesquelles vivaient nombre de ses voisins aux XIXe et XXe siècles, la belle église paroissiale de San Esteban avec son haut clocher ou grimper jusqu'aux ruines de ce qui était un puissant château à l'époque Les médias et depuis le balcon du Maure, contemplent la vue sur la ville et les rives de l'Èbre. 

Désert de Bardenas

La réserve naturelle des Bardenas Reales. Souvent décrite pour la partie dite “Blanca”, ou autrement dit “ le désert espagnol à 2h de route de l’Espagne”, cette réserve naturelle c’est bien plus que juste un désert.

La réserve est divisée en 3 régions principales :

El plano ou “le plateau” : situé plus en altitude, c’est une terrasse alluviale qui abrite de nombreuses terres cultivables et où l’on trouve un lac de barrage assez impressionnant de par sa taille et de par sa couleur.

Bardenas blanca ou “le désert blanc” : situé au centre de la réserve naturelle, cette zone se subdivise elle-même en deux parties 1- La Blanca Baja et 2- La Blanca Alta. C’est la première partie qui est la plus connue, car elle abrite le circuit classique de visite. La Blanca Alta est également visitable, cependant, elle est fermée une partie de l’année (généralement de mars à septembre) car c’est la zone de nidification de nombreux rapaces, dont les fameux vautours fauves.

Plana de La Negra ou “les plaines” : on y retrouve de grandes plaines côtoyant des forêts de pins d’Alep et de chênes.

 

Parc Naturel des Bardenas Reales

Loin de vouloir vous inonder avec une multitude d'informations, laissez-nous vous en toucher en 2-3 mots : ça peut vous intéresser.

On accède généralement au Parc Naturel par le village d’Arguedas, même s'il existe d’autres passages secondaires. Au sein du parc, vous observerez trois zones différentes :

- El Plano, il s'agit d'un vaste plateau horizontal situé sur les zones nord et ouest, réservé aux cultures

- La Negra, sur le flanc sud, formée par un ensemble de reliefs horizontaux recouverts de pins et de buissons

- La Blanca, partie la plus basse du désert, située entre les deux autres, où l'érosion est la plus importante. C'est également de la zone préférée des touristes : visitée de tous et présente sur les photos, on y retrouve les formations les plus spectaculaires, comme celles de Castildetierra et Pisquerra, que vous avez probablement déjà vu dans un film.

Pourquoi ce parc en particulier ? C'est simple, il a plusieurs cordes à son arc :

Reconnue Réserve de la Biosphère par l'UNESCO, les Bardenas Reales sont un Parc Naturel de 42 5000 hectares.

Attendez-vous à visiter un vaste espace à l'écosystème riche et divers où le développement durable est le maître-mot.

La faune et la flore du site sont plus caractéristiques de la nature du continent africain que du nord de la Péninsule Ibérique, autrefois paradis des crocodiles et autres tortues.

Aujourd’hui, les buissons, les brousses, les marais salants et les terrains de sparte abritent aigles, vautours, hiboux, outardes, renards, chats sauvages, genettes, amphibiens et autres reptibles. Imaginez une oasis au milieu du désert... Mais à l'envers.

De nombreuses routes et chemins tissent le désert, parmi lesquels se trouve la Cañada Real de los Roncaleses, en provenance directe des Pyrénées, qui vous offre la possibilité de faire de la randonnée et du vélo dans un environnement à perte de vue.

Si vous êtes plutôt branché moteur, pas de soucis : démarrez votre voiture, quad, segway ou buggie pour ne faire qu'un avec le chemin balisé.


Sarragosse

AIRE (N° 31582)

 

Calle Poeta Luciano Gracia

50018 ZARAGOZA

 

Latitude : (Nord) 41.68324° Longitude : (Ouest) -0.89025° 

Tarif : Gratuit

Type de borne : plateforme

Services :

Transport En Commun

 

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

36 emplacements

Durée maxi: 3 jour(s)

Tel: +34 976 20 12 00

SITE INTERNET

CAMPING (N° 6729)

 

Calle San Juan Bautista de la Salle

50012 ZARAGOZA

Latitude : (Nord) 41.63799° Longitude : (Ouest) -0.94324° 

Tarif : 2022

Electricite : 5.85 €

Campingcar : 10 € à 12.75 €

Adulte : 5.10 € à 6.85 €

Enfant : 4.5 € à 6 €

Animal : 3 € à 4 €

Type de borne : plateforme

Services :

Transport En Commun

 

Electricité : 10 ampères, 24h, 105 prises

Wifi gratuit : oui

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

105 emplacements

Moyen de payment : CarteBancaire

Tel: +34 876 24 14 95

@MAIL

SITE INTERNET

 


La ville de Saragosse a plus de 2000 ans d'histoire. Connue pour sa colossale Basílica del Pilar, sa fondation romaine, sa diversité culturelle et la proximité de ses habitants.

Mais ceux qui la visitent découvrent bien plus dans ses rues. Saragosse possède deux cathédrales majestueuses, un palais islamique fortifié dans le centre de la ville, des vestiges monumentaux de la Cesaraugusta romaine, des maisons-palais de style Renaissance, des trésors uniques de l'œuvre de Francisco de Goya, des emblèmes de l'architecture moderne et l'une des scènes gastronomiques les plus diverses d'Espagne. 

À la croisée des chemins

Saragosse, capitale de l'Aragon, est la cinquième ville espagnole en nombre d'habitants. Située au carrefour d'autres grandes villes espagnoles, la capitale de l'Èbre s'impose comme une destination idéale pour un city break. Grâce à son aéroport international, sa gare de train à grande vitesse et son réseau routier, elle se trouve à 2-3 heures des principales destinations du nord et du centre de l'Espagne, ainsi que du sud de la France. 

Une destination de surprises

Saragosse est une destination où se sent tout de suite très facilement à l'aise. La proximité de ses habitants, l'accessibilité de ses espaces et la fraîcheur de son ciel bleu sont le meilleur cadre pour une ville telle, dotée d'un riche patrimoine et caractérisée par sa diversité culturelle.

Saragosse possède également un centre historique piéton avec des monuments, de grands espaces verts au caractère unique, des kilomètres de pistes cyclables, des transports urbains durables, une grande variété de places, de belvédères, de terrasses, de recoins, de surprises, de palais, de musées et d'églises. Et à cela s'ajoute l'ambiance chaleureuse de ses rues, la variété gastronomique de ses restaurants, ses tapas et sa vie nocturne.

Et une ville monumentale

Saragosse possède un riche patrimoine historique et monumental. Ses rues portent l'héritage de quatre cultures ancestrales. Sa principale attraction, la basilique de Notre-Dame du Pilar, symbole de la ville, est la deuxième cathédrale de Saragosse. À l'intérieur, on trouve de magnifiques œuvres de Francisco de Goya et la sculpture vénérée de la Virgen del Pilar. Lorsqu'on visite la basilique, il est primordial de monter à la tour de guet de San Francisco de Borja.

À quelques pas de là se trouve la cathédrale d'El Salvador, principal temple historique de la ville et référence de l'art mudéjar aragonais, déclarée site du patrimoine mondial par l'UNESCO. À l'intérieur, on trouve également l'une des meilleures collections de tapisseries flamandes des XV-XVIIe siècles.

Le magnifique Palacio de la Aljafería est également incontournable, une forteresse islamique du XIe siècle, construite comme palais de plaisance pour les rois de la taïfa de Saraqusta. Le palais, dont l'art mudéjar a été déclaré site du patrimoine mondial en 2001, continue de surprendre ses visiteurs par la beauté inattendue de son style arabe, dans un palais construit tant au nord de l'Espagne. 

Palais de l’Alfafería

Un palais arabe au cœur de Saragosse.

Il fut construit pour servir de lieu de loisirs. Mais il eut aussi une fonction défensive.

C'est un château-palais arabe du XIe siècle. Il conserve des vestiges de son enceinte fortifiée. Ce palais est de plan quadrangulaire, avec de grosses tours rondes, hormis l'une d'elle, connue sous le nom de Grosse tour du Troubadour (Torreón del Trovador) dont le plan est rectangulaire. Les pièces se répartissent autour d'un patio à ciel ouvert. Leurs plafonds à caissons et les ornementations en stuc en font tout leur charme. Il est actuellement le siège du Parlement d'Aragon.


Le palais de l’Aljafería a été une enceinte fortifiée, une résidence royale aragonaise, un siège et une prison de l’Inquisition, un palais pour les Rois Catholiques, une caserne et, depuis 1987, un resplendissant siège des Cortes d’Aragon.

C’était une résidence de loisirs pour les rois musulmans. Elle reflète la splendeur atteinte par le royaume taïfa à son apogée politique et culturel.

Il a été construit au XIe siècle comme palais de loisirs des rois musulmans qui régnaient le taïfa de Sarakusta. Dix siècles plus tard, ce palais de la joie qui avait rêvé le monarque musulman Al-Muqtadir continue d’être, avec l’Alhambra de Grenade et la Mosquée de Cordoue, un des joyaux artistiques de la présence musulmane au sud de l’Europe.

En 2001, l’UNESCO déclare Patrimoine de l’Humanité l’art mudéjar d’Aragon, en soulignant que le palais de l’Aljafería est l’un des monuments le plus représentatifs du mudéjar, qui est devenu le symbole de l’architecture civile aragonaise et, probablement, une des références obligées de l’histoire et la culture espagnoles.

En accédant au monument vous trouverez les belles arcatures du palais islamique, qui contrastent avec l’imposante présence de la tour du Troubadour, mais également le palais médiéval des Rois d’Aragon.

L’Aljafería a vécu plusieurs aléas, changements et périodes. Ils sont nombreux les aragonais qui se rappellent encore sa condition en tant que caserne au XXe siècle. Aujourd’hui, en revanche, c’est un bâtiment vivant et ouvert, un exemple culturel qui montre sa longue histoire et accueille parmi ses murs l’institution qui représente tous les aragonais : les Cortes de Aragón.

 

Réservation de billets online

 

Informations de base

Ouverture: de lundi à dimanche.

 Visites guidées: indispensable de réserver à l'avance.

Les heures de visite sont, du 1er avril au 31 octobre, du lundi au dimanche les suivantes:

Matin: de 10h 00 à 14h 00. Après - Midi: de 16h 30 à 20h 00.

Prix: gratuit.

Téléphone: 976 28 96 85 / 976 28 96 83

Temple baroque de la Vierge du Pilar

C'est un joyau de l'art baroque. Il fut construit entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. A l'intérieur, il faut remarquer la Sainte-Chapelle, œuvre de Ventura Rodríguez, qui abrite l'image de la Vierge du Pilar.

Le grand retable en albâtre et le coro renaissance, sont également d'un grand intérêt. La basilique est classé Monument National. Avec la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, la basilique du Pilar est l'une des destinations spirituelles les plus importantes d'Espagne.

C’est aussi un centre artistique de tout premier ordre, rassemblant des œuvres de grande valeur et appartenant à différentes époques. Les fresques de Goya, dans le coreto (chœur) et la coupole « Regina Martyrum », sont dignes de mention.

La Seo ou cathédrale San Salvador

 

Le nombre et la variété de ses styles architecturaux reflètent les diverses transformations de ce monument.

Au Ier siècle av. J.-C., un temple se dressait déjà au même emplacement, appelé San Vicente à l’époque wisigothique. Une mosquée prit ensuite sa place. Mais c’est au XIIe siècle que le premier temple chrétien a été édifié sur les vestiges des constructions précédentes. On remarquera son orientation nord, et non est comme le voulait la tradition de l’époque, pour éviter de coïncider avec la direction des prières musulmanes vers La Mecque. Le temple a ensuite subi de nombreuses transformations. La Seo rassemble ainsi les styles gothique, mudéjar, Renaissance et baroque. La porte principale par exemple, datée du XVIIIe siècle, répond au style baroque. À l’intérieur, le trésor de la cathédrale, avec ses célèbres tapisseries, peut être visité.


La Seu d'Urgell

(N° 34194)

 

Avinguda del Camí Ral de Cerdanya

25700 la Seu d'Urgell

 

Latitude : (Nord) 42.358822° Longitude : (Est) 1.465465° 

Tarif : 2022

Forfait Service Et Plein Deau : 5 €

Forfait Emplacement Service Et Plein Deau Et Electricite : 11 €

Type de borne : plateforme

Services :

 

CAMPING CAR PARK

 

Informations Touristiques

Electricité : 8 ampères, 24h, 8 prises

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

29 emplacements

Durée maxi: 7 jour(s) ou plus

Moyen de payment : AutomatePayment

 

SITE INTERNET

 



Narbonne

(N° 30938)

 

Route de Gruissan

11100 NARBONNE

Latitude : (Nord) 43.1447° Longitude : (Est) 3.14531° 

Tarif : 2021

Electricite : 2.00 €

Emplacement : 10.00 €

Eau : 2.00 €

Taxe De Sejour Par Personne : 0.61 €

Type de borne : flotbleu

Services :

Campingcar8 M

Electricité : 10 ampères, 4h, 117 prises

Wifi gratuit : oui

Plein d'eau : 10 mn

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

117 emplacements

Durée maxi: 7 jour(s) ou plus

Moyen de payment : CarteBancaire

Tel: +33 4 68 49 83 65

Tel: +33 6 77 28 50 96

@MAIL

SITE INTERNET

 

2 points de vidange



Alès