Projet mi Juin - mi Juillet

La route de la lavande

Castellane


(N° 949)

Ancienne route de Grasse

04120 CASTELLANE

Latitude : (Nord) 43.8463° Longitude : (Est) 6.51517° 

Tarif : 2021

Forfait Emplacement Service et eau : 9.00 €

Type de borne : plateforme

Services :

 

Informations Touristiques

Plein d'eau : >200 l

Autres informations :

Ouvert A l'année

50 emplacements

Durée maxi: 2 jour(s)

Moyen de paiement : Especes

Tel: +33 4 92 83 60 07

accueil@mairie-castellane.fr

http://www.mairie-castellane.fr/tourisme/aire_campingcar_castellane.html


(N° 23283)

Route de Digne

Aire de la Halte Napoléon

04120 CASTELLANE

Latitude : (Nord) 43.85461° Longitude : (Est) 6.50139° 

Tarif : 2019

Stationnement, services : 6,50 €

Type de borne : Autre

Services :

Autres informations :

Tél : +33 492 837 825

http://www.castellane-verdontourisme.com/hebergement/aire-d-accueil-et-de-service-pour-camping-cars-la-halte-napoleon-749380/


Lieux et monuments

Le plus ancien monument sur le territoire de la commune est le dolmen des Pierres Blanches, néolithique final-chalcolithique, inscrit.

Les musées Sirènes et fossiles et du Moyen Verdon fonctionnent en réseau avec les autres musées des gorges du Verdon, la maison de Pauline de Gréoux-les-Bains, l’écomusée de la Vie d’antan à Esparron-de-Verdon, la maison des gorges du Verdon à La Palud-sur-Verdon et le musée de la préhistoire des gorges du Verdon de Quinson.

Musée de la réserve géologique de Haute-Provence.

Le musée de la résistance regroupe de nombreux objets et documents authentiques retraçant l'histoire de la résistance, notamment dans les Alpes de Haute-Provence durant la Seconde Guerre mondiale.

Sites naturels

Le Roc qui domine la ville, s'élevant à 930 mètres (soit plus de 200 m au-dessus du Verdon), est un site naturel classé depuis 1933. Le Roc est une singularité naturelle qui se détache dans la vallée du Verdon, et qui est visible de loin ; il est également classé en raison de son histoire, puisque la cité de Castellane s'y est implanté au Haut Moyen Âge.

Situé juste au pied du Roc, le pont du Roc est un site inscrit depuis 1940 (ses abords qui rejoignent les abords du site du Roc sont également inscrits ou classés).

Enfin, le plus grand site classé du département, les gorges du Verdon (7600 ha protégés), sont classées à partir de la clue de Chasteuil depuis 1990. Les gorges sont citées dans la plupart des guides touristiques et présentent un paysage unique en France par son ampleur et la diversité des détails à observer.

Architecture civile

 

  • Le château du xviiie siècle à Éoulx est richement orné de gypseries, notamment les plafonds du premier étage, les panneaux surmontant les portes, la rosace en écailles du plafond du second étage175. Extérieurement, il est doté de deux tours engagées, ses ouvertures sont cintrées.
  • La mairie est installée dans l’ancien bâtiment de la Caisse d'épargne, semblable à une villa : balcons soutenus par des consoles volumineuses et aux balustres épais, façade ornée d’un fronton.
  • Rue nationale, deux portes ont des impostes ou chapiteaux ornés de volutes, et un linteau est orné de rinceaux.

Sur la commune, plusieurs cabanes, en pierre sèche le plus souvent, ont fait l’objet d’une notice de l’inventaire topographique de la DRAC. Certaines sont couvertes d’une dalle monolithe. L’une d’elles, à Rayaup, date du xviiie siècle (l’inscription 1586 est très récente).

  • Le pont du Roc, supportant la route Sisteron-Vence, date de la première décennie du xve siècle, et succède à plusieurs ponts de bois, dont le dernier jeté sur le Verdon vers 1300 fut détruit par Raymond de Turenne en 1390. Sa construction le rapproche des ponts de Nyons (construit en 1401, long de 42 m), Pont-de-Claix (construit en 1607-13, long de 45 m), Tournon (construit au xvie siècle, long de 49 m), Entrechaux (long de 24,5 m). Le pape Benoît XIII accorda des indulgences pour toute personne qui ferait une aumône pour financer sa construction.Il mesure 43 m de long, l’arche en dos-d’âne léger a 14,40 m de hauteur sous clef et 36 m de portée. Le tablier est large de 3,9 m hors-tout, les parapets laissent 3 m disponibles à la chaussée. La voûte segmentaire à double rouleau est de construction soignée en moyen appareil, et deux arcs de décharge le soutiennent rive droiteEn 1747, l’arrière-garde de l’armée austro-sarde y est accrochée par une sortie de la garnison.Les tympans ont été restaurés à plusieurs reprises. Des tirants métalliques sont posés en 1697-99. Le pont dans son ensemble est restauré en 2008 et fermé à la circulation automobile. Il est désaffecté en 1967 et déclassé en 1982. Le pont et ses abords sont un site inscrit depuis 1940.
  • La bibliothèque (catalogue en ligne [archive]) est installée dans l’ancien couvent de la Visitation fondé en 1644.
  • La fontaine la plus monumentale, sur la place principale, est ornée d’une pyramide sur laquelle sont sculptés un compas croisé sur une équerre, deux ciseaux, et un maillet, emblèmes des Compagnons du devoir et/ou des Francs-Maçons. Au sommet de la pyramide se trouve un piédouche, avec une boule.
  • Elle voisine avec un monument de bronze commémorant la visite du ministre des Travaux Publics Yves Guyot, en 1889.
  • La fontaine aux lions du xviie siècle.
  • La tuilerie de Brans date de la fin du xixe siècle : il ne subsiste qu’une partie du four.

Art religieux

Des cippes funéraires antiques sont conservés à la chapelle Saint-Victor.

Notre-Dame du Roc

La chapelle Notre-Dame du Roc (site du Haut Moyen Âge), sur le Roc qui domine la ville, appartient à l’ancien couvent de la Merci. Mais le mur et la façade sud seuls datent de la fin du xiie siècle, puisqu’elle a été à moitié abattue lors des guerres de religion, et reconstruite en 1590. Tombant en ruines en 1703, elle est à nouveau rebâtie au début du xviiie siècle et en 1860. Un chapiteau à feuillages et volutes date de la Renaissance.

Son mobilier contient :

une statue de la Vierge, en marbre, du xvie siècle (datation hypothétique, classée au titre objet;

deux tableaux représentant Saint Charles Borromée, et Saint François et sainte Jeanne de Chantal, classés pour les tableaux et pour les cadres dorés, portant les armoiries de l’évêque de Senez Duchaîne et datés du xviie siècle.

Elle a reçu de très nombreux ex-voto datant des XIXe et XXe siècles, dont :

  • les classiques plaques gravées (136 au total197) ;
  • des bouquets de mariée (21 au total198) ;
  • un tableau donné après un vœu fait à Notre-Dame, daté de 1757, et classé ;
  • un tableau donné après l’épidémie de choléra, en 1835, classé ;
  • un tableau donné par un prisonnier libéré, daté de 1875 (classé au titre objet ;
  • un tableau donné pour remerciement après une épidémie de petite vérole, daté de 1870, classé ;
  • un tableau, donné par une personne ayant échappé à un naufrage, en 1896, classé.
  • Un des ex-voto est une bouteille qui contient les instruments de la Passion du Christ : la croix portant le Christ, avec la lance, le marteau, les tenailles, la colonne ayant servi à flageller Jésus Christ, les dés, le fouet, ainsi que le coq, qui est ici le symbole du reniement de Pierre.

Église Saint-Victor

L’ancienne église paroissiale Saint-Victor date en partie du xiiie siècle ; elle est classée monument historique. Elle est construite de manière similaire et sur le même plan que l’église Saint-André, de l’ancienne ville située au-dessus de la ville actuelle. Elle a été le siège d’un prieuré de l’abbaye Saint-Victor de Marseille. L’abside est ornée de bandes lombardes, dont chaque arceau est monolithe. Exceptionnellement pour la région, elle possède un collatéral roman, revoûté au xviie siècle. La base du clocher date de 1445, mais le sommet est reconstruit au xviiie siècle. Ces travaux suivent les dégâts faits par les protestants en 1560.

Son autel date de 1724. Le chœur est orné de peintures, encadrées de boiseries, d’une Annonciation sculptée en haut-relief de bois doré (xviiie siècle, classée). Le mobilier de bois, les stalles, la chaire et le lutrin au pied hexagonal forment, au total, un ensemble intéressant des XVIIIe et XIXe siècles, dont certains éléments sont classés.

Son mobilier contient en outre un calice en argent du début du xviie siècle, dont le pied est polylobé, classé.

Autres édifices et lieux culturels

 

L’église du Sacré-Cœur, actuelle église paroissiale est construite en 1868-1873 par l’abbé Joseph Pougnet et consacrée à Notre-Dame. Elle est agrandie par des bas-côtés en 1896. La première travée est occupée par une tribune. L’intérieur est gothique, le clocher est construit contre la façade.

Son mobilier comporte quelques éléments classés :

  • deux custodes en argent, l’une datée des environs de 1650 et l’autre du xviiie siècle ;
  • une croix de bois doré du xviiie siècle;
  • un calice d’argent du xvie siècle

Dans le mobilier liturgique, se trouvent encore un voile huméral orné d’une colombe, datant du xixe siècle, symbole du Saint-Esprit et du Christ, ainsi qu’une chasuble blanche avec orfroi dessinant le contour de la croix, et un pélican se frappant le cœur, également du xixe siècle. Le pélican est lui aussi un symbole du Christ d’après une légende très ancienne, rappelant à la fois son sacrifice pour les humains et son amour pour les hommes ; il est également un symbole de charité

.

Autres bâtiments religieux à Castellane :

  • la chapelle Saint-Joseph est une partie de l’église des Augustins, reconstruite en remplacement de la chapelle des pénitents bleus. Elle a été démolie en partie pour élargir le boulevard Saint-Michel ;
  • le temple bouddhiste 
  • ruines de l’église Saint-André du xiiie siècle, en ruines depuis le xviiie siècle (site de Petra Castellana);
  • Chapelle Saint-Thyrse, à proximité de Robion
  • Ancienne église de Taulanne.

 

Monument aux morts237.

Cimetière Lieu-dit : Aire des Saints238,239.

Architecture militaire[modifier | modifier le code]

Petra Castallana

Tour pentagonale

Le tracé des murailles de Petra Castellana, ancienne ville au-dessus de l’actuelle, est encore bien visible ; elles dateraient du xiie siècle.

Elles étaient renforcées de quatorze tours, dont une nous est parvenue : le donjon pentagonal. Il était intégré à cette enceinte et date du xive siècle (classé monument historique avec une tour carrée).

L’enceinte du bourg bas est construite à partir de 1359, avec l’autorisation du comte de Provence.

Elle est encore visible dans des tours carrées, sur le front des maisons sur la place.

Des corbeaux, qui pouvaient soutenir des ouvrages de défense (bretèches, ou simple chemin de ronde à mâchicoulis) sont visibles sur leurs façades.

Deux des portes de cette enceinte subsistent :

  • celle des Pétardiers ou de l’Annonciade, encadrée de deux tours, haut-lieu de la résistance au siège de 1586.
  • celle de l’Horloge ou de Saint-Augustin, dans une tour carrée.

Le passage passe sous la tour par une voûte, ouverte par un arc brisé incurvé vers l’extérieur d’un côté, et par un arc en berceau à l’intérieur de la ville, lui aussi incurvé. La voûte entre les deux est en plein cintre.

La tour est classée monument historique.

Une des tours du quartier Saint-Michel abrite un pigeonnier depuis 1585.


Moustiers Ste Marie


(N° 5213)

 

Chemin de Quinson

04360 MOUSTIERS SAINTE MARIE

Latitude : (Nord) 43.8436° Longitude : (Est) 6.21869° 

Tarif : 2018

Stationnement de 20h à 8h : 8,60 €

Services : 2 €

Type de borne : URBAFLUX

Services :

Autres informations :

Ouvert d'avril à octobre

20 emplacements éclairés sur terre battue et gravier.



Valensole


(N° 28499)

 

Route de Puimoisson

Camping municipal les Lavandes

04210 VALENSOLE

Latitude : (Nord) 43.839314° Longitude : (Est) 5.998315° 

Tarif : 2016

C-C , 2 personnes : 11,50 à 15 €

Personne + 13 ans : 3 €

Enfant 2 à 13 ans : 2 €

Électricité : 2 €

Animal : 1 à 2 €

Eau : 2 à 3 €

Type de borne : Plateforme

Services :


A 1 km du village

Autres informations :

Ouvert du 29/04 au 18 /09

Tél. :+33 (0) 492 748 614

corine.berros@laposte.net


Parking

43.842184 - 5.981442


D6. Route de Riez. Ici s’étend le mythique territoire de la lavande.

Lieux et monuments

Une association de Valensole, "Les Drailles de Saint Mayeul", a pour objectif la sauvegarde du patrimoine local.

Sites

Deux jardins classés se trouvent à Valensole,

  • le Clos de Villeneuve, bastide dont les jardins possèdent le label jardin remarquable,
  • le château du Grand Jardin.

Architecture civile et militaire

  • La Grand rue
  • Maisons à encorbellement
  • Le château de Bars, construit en 1627, est disposé autour d’une tour ronde centrale

À Villedieu, se trouvent:

  • un ancien relais de poste
  • La chapelle Sainte-Madeleine, proche de Villedieu, est simple et rustique : nef plafonnée, abside en cul-de-four ; un portail sud existait (bouché) ; la façade occidentale est percée d’une petite baie. L’ensemble date du xie siècle
  • L'ancien château de Villedieu, restauré au xxe siècle, ancienne résidence de la famille seigneuriale de Salve de Villedieu.
  • Valensole compte plusieurs maisons à encorbellement, dont certaines du xviiie siècle et d’autres plus anciennes. La fontaine de la place Thiers porte la date de 1734 (mais la DRAC la date du siècle précédent) : elle comporte un bassin circulaire et un pilier central, qui porte les quatre rostres fournissant l’eau, l’ensemble étant classé monument historique. Le lavoir est assez imposant, avec cinq bassins, et daterait de 1681.
  • Sur la façade d’une maison privée de la place des Héros de la Résistance, un cadran solaire blanc et sans légende date de 1903
  • Les monuments commémoratifs.
  • La Grande Fontaine et son bassin
  • Les rostres de la Grande Fontaine
  • Le lavoir et sa fontaine

Patrimoine religieux[

Cour du doyenné et clocher de l'église

Chapelle du Tholonet à Valensole

L’église paroissiale Saint-Blaise, ancien prieuré de l’abbaye de Cluny fondé par saint Maïeul, domine le village. La nef, reconstruite en 1789-1790, forme une croix latine, et est comprise entre une façade occidentale romane et un chœur vaste et remarquable par son architecture gothique du xive siècle (selon Raymond Collier) ou des xie et xiiie siècles selon les Monuments historiques.

Les deux travées du chœur sont voûtées d’ogives.

Des colonnes et colonnettes encastrées dans les murs, avec des chapiteaux ornés de feuilles d'acanthe et de figures fantastiques, soutiennent les arcs et les croisillons de la voûte.

Les bas-côtés sont ajoutés au xive siècle, des chapelles à la fin du XVIe et au début du XVIIe.

Le clocher est construit au-dessus du chœur.

Elle possédait un cloître, qui a disparu mais dont on retrouve les traces dans les maisons avoisinantes.

L’ensemble du bâtiment est inscrit avec la cour qui avoisine.

Elle possède, dans son mobilier, 48 stalles du xvie siècle ; la clôture des fonts baptismaux, qui est l’ancien jubé, haut de 2,4 m, date des environs de 1600, et a été classé monument historique au titre objet.

La bénédiction et inauguration du nouvel orgue de Valensole est intervenue le 28 août 2012.

La chapelle Saint-Mayeul, située au village, construite en 1743, est plafonnée. La tour du clocher est construite sur la façade occidentale.

L’église Sainte-Madeleine au Bars date, dans son état actuel, du xviie siècle.

L’autre église Sainte-Madeleine, proche de Villedieu, actuellement au rang de chapelle, date du xie siècle et est citée comme un beau bâtiment.

La petite chapelle de la Trinité (9,3 mètres sur 4), dans le ravin de la Forge près de Saint-Grégoire, date de 163126.

La chapelle Saint-Bonaventure du hameau des Maragonels (près de la Combe, à l’ouest du village), la chapelle Saint-Laurent des Villards, la chapelle Saint-Jean au sud-est de Valensole, la chapelle Notre-Dame des Blaches ou d’Aubanet entre les fermes de la Moutonne et de Lamary, sont toutes dans un état de ruines plus ou moins avancées26.

La chapelle Saint-Anne fait partie des édifices prophylactiques, destinés à protéger le village. Édifiée au nord du village26, elle est aujourd'hui convertie en maisons d'habitation. Il en existe cinq autres (Notre-Dame-des-Anges, Saint-Claude, Saint-Pierre, Saint-Roch, Saint-Barthélemy)26.

La porte ogivale de la rue de la juiverie, vestige du quartier juif jusqu’au xvie siècle109.


Geoux les Bains


(N° 5450)

Chemin de la Barque

04800 GRÉOUX LES BAINS

Latitude : (Nord) 43.75562° Longitude : (Est) 5.88862° 

Tarif : 2020

Stationnement, services, électricité 6A : 10,45 €

Taxe de séjour : 0,55 €

Type de borne : Plateforme
Services :

Accès interdit aux véhicules plus de 3.500 kg

Les remorques doivent rester à l'extérieur de l'aire sur un emplacement non sécurisé

Autres informations :

Ouvert toute l'année

79 emplacements

Tel : +33 492 780 986

Mobile : +33 622 902 731

accueil@mairie-greouxlesbains.fr

https://www.mairie-greouxlesbains.fr/aire-camping-cars/



Manosque


Parking jour et nuit

66 Traverse Françoise Dolto

Gratuit, un peu éloigné du centre. Idéal pour une nuit.

 

GPS : 43.829392, 5.804079

 


D6. Route de Manosque.

Adieu plateau, direction la ville de Valensole puis Allemagne-en-Provence par la D15.

Une tranche de plaisir cette petite route qui vire et tournicote dans une agréable chênaie.

Avant Mézel, au bord de la route, une Maison de Pays vante l’artisanat et les produits de terroir du Verdon.

Faîte ensuite un crochet et montez jusqu’au petit village de Thoard, en passant par Digne-les-Bains, où vous pourrez admirer les champs de lavandes.

Buvez un coup avant de poursuivre sur la D3, classée « Route du Temps » par la réserve géologique de Haute Provence, qui secoue un peu.

Ici, rien n’y laisse penser que nous sommes au XXIème siècle.

Descendez le col du Bonnet parmi les chênes et vous revoilà sur la N85 jusqu’à Châteauredon.

Visite de l'usine l'Occitane en Provence

 

DESCRIPTION

Une heure pour découvrir les coulisses de L’OCCITANE. La formulation de nos produits, notre engagement pour l’environnement et nos filières durables n’auront plus de secrets pour vous.

Depuis sa création en 1976, L’OCCITANE en Provence crée des soins aux huiles essentielles et des parfums naturels élaborés selon les principes de la phytothérapie et de l’aromathérapie. Inspirés de valeurs simples comme l’authenticité, le respect, la sensorialité et l’amélioration continue, chacun de nos gestes, chacun de nos choix est guidé par la double volonté de préserver et de transmettre. Les Laboratoires L’OCCITANE associent tradition, nature et expertise afin d’élaborer des cosmétiques naturelles et efficaces. Des textures aux fragrances, les soins L’OCCITANE s’inscrivent toujours dans un moment de bien-être, un geste sensoriel et gourmand.

Heures d'ouverture

Du 02/01 au 31/12/2019, tous les jours de 9h à 18h sauf les Jeudi de l'Ascension, 1er mai, 8 mai, 1er novembre, 11 novembre et 25 décembre. Ouvert 7 jours sur 7 du 29 avril au 31 octobre.

Chemin Saint-Maurice, Zone industrielle Saint-Maurice, 

04100 Manosque


Dauphin

Plein de charme, le village perché de Dauphin abrite une succession de pittoresques calades, de passages couverts et de jolies demeures en pierre. C'est un vrai plaisir que de flâner dans ce dédale de ruelles fleuries... Ne manquez pas, au sommet du village, la terrasse de l'ancien château qui offre un magnifique panorama sur le Pays de Forcalquier et le Luberon.


Forcalquier


(N° 30785)

Parking Espace Bonne Fontaine

04300 FORCALQUIER

Latitude : (Nord) 43.95752° Longitude : (Est) 5.79059° 

Tarif : Gratuit

Type de borne : Autre

Services :

Autres informations :

Grand parking plat

Aire CC stat. gratuit

 

Vaste aire gravillonnée et en terre battue, quatre allées séparées par des cyprès et éclairées et à 700 m du centre-ville.

GPS : 43.958401, 5.791440

 

Nombre de place(s) 20

Prix des services : gratuit

Prix du stationnement : gratuit

Ouverture/Fermeture : Ouvert toute l'année


Direction Simiane-la-Rotonde, en prenant les chemins de traverse vers Saint-Michel-l’Observatoire – la bien nommée, puisque s’y trouve centre d’astronomie. Deux kilomètres après Mane, vous apercevrez Forcalquier, fièrement dressée sur son python rocheux. Presque une grande ville, après tant de petits villages ! Au-delà, prenez gare aux radars (routiers) mobiles jusqu’à la D4, que nous avons préférée à la D4096 pour rallier Manosque. Cap à l’Est, toujours via une route dégagée et agréable. Voilà des amandiers, puis des champs de blé. Valensole et son plateau, haut lieu de la lavande, apparaissent. Laissez votre regard courir sur cette mer d’épis bleus ondulant sous le vent. Et humez leur parfum délicat jusqu’à vous en imprégner. Autour de vous, la lavande occupe quasiment tout l’espace.

Forcalquier est riche d’un passé de cité comtale.

Les rues du centre historique invitent à la flânerie. 

De ruelles en places, de fontaine gothique en belles demeures, de cathédrale en chapelle, le patrimoine se laisse découvrir dans une ambiance de village provençal.

Sachez-que le cinéma est situé dans la chapelle d’un ancien couvent des Visitandines ?

Si vous aimez les marchés, vous ne serez pas déçus le lundi matin à Forcalquier ! Il se dit que c’est le plus grand marché de la région. Il s’étale dans toutes les rues de la ville dans une ambiance incroyable.

Eveil des sens

Le Couvent des Cordeliers, quant à lui, abrite l’Université européenne des Senteurs et des Saveurs, un pôle de formation.

Dans ce couvent franciscain du XIIème siècle, qui possède notamment un cloître et de magnifiques jardins, vous pouvez éveiller vos sens et découvrir les usages et bienfaits des plantes lors d’ateliers sensoriels : atelier du parfumeur, de l’apéritif…

Panorama depuis la Citadelle

Un panorama à 360° vous attend en haut de la colline de la Citadelle. La vue se promène des toits de la ville jusqu’aux premiers sommets des Alpes à la vallée de la Durance et vers la montagne de Lure et le Luberon tout proches.

La Citadelle située à l’emplacement de l’ancien château des comtes de Forcalquier, est un ensemble de fortifications, surmonté par la chapelle Notre-Dame-de-Provence.

Carillon unique

Outre la vue, ce lieu va étonner vos oreilles ! En effet, à coté de la chapelle vous découvrirez l’un des rares carillons manuels de Provence qui se joue « à coup de poing ».

Le dimanche matin et les jours de fête vous pouvez entendre sa musicalité sur des airs traditionnels.

Côté musique, l’orgue de la Cathédrale Notre Dame du Bourguet est aussi remarquable.

Via Domitia

Des vestiges de la Via Domitia, ou voie Domitienne, sont présents non loin de Forcalquier. De cette grande voie romaine qui courrait de Rome au sud de l’Espagne demeurent relais routiers, ouvrages d’art, bornes milliaires, lieux de culte… qui font partie de notre passé.

C’est d’ailleurs ce chemin qu’empruntent encore de nos jours les pèlerins et randonneurs qui parcourent le chemin vers Saint Jacques de Compostelle et de Rome.

Lurs

Dominant un vaste panorama sur la vallée de la Durance, le charmant village perché de Lurs invite les flâneurs à découvrir ses ruelles fleuries, bordées de maisons en pierre restaurées avec goût, son église romane, sa tour de l'Horloge, son adorable petit théâtre de plein air ou encore son château qui accueillit autrefois les évêques de Sisteron. À ne pas manquer également, la promenade des Évêques, une belle allée jalonnée de quinze oratoires menant à la chapelle Notre-Dame de Vie. Depuis cette dernière, la vue sur la vallée de la Durance, le plateau de Valensole, la montagne de Lure et les Préalpes de Digne, est vraiment superbe !

Village perché sur un éperon rocheux au-dessus de la Durance, Lurs s'étend du nord au sud en pente douce à une altitude de 621 m. Le village est bordé au sud et à l'est par les oliviers dont certains centenaires donnent une huile d'une qualité exceptionnelle, verte et parfumée. A l'ouest il regarde le Pays de Forcalquier aux collines parfumées de thym, romarin et lavande.

Habité par les Celtes-Ligures, puis par les Romains qui occupèrent le site d'Alaunium, sur la Via Domitia qui reliait l'Italie à l'Espagne (au pied de Lurs), cette terre fut très tôt christianisée. Au moment des grandes invasions, poussés par les Vandales, les habitants se réfugièrent sur les hauteurs, où un évêque construisit le premier Castrum de Lurio. Consacrée Terre Episcopale et Principauté en 812, par Charlemagne, le village garda les privilèges accordés par l'Empereur jusqu'en 1562. Les évêques de Sisteron, princes de Lurs, vécurent dans le château situé à l'extrémité nord du village jusqu'en 1789.

À partir de 1836, une lente désertification s'amorça. Le village passa de 1044 habitants en 1836 à environ 300 un siècle plus tard. L'exode rural et les guerres avaient fait leur travail. Le village ne se relèvera qu'après la seconde guerre mondiale. Jean Giono et Maximilien Vox, typographe, créèrent les Rencontres de Lure (Arts graphiques), mettant le village sous les feux des projecteurs du monde entier.

Depuis, Lurs est un village connu, cosmopolite, ayant une vie culturelle intense, un patrimoine riche, un terroir propice à la culture de l'olivier et enfin un rythme de vie très agréable.

A VOIR

  • Eglise Invention de la Sainte-Croix (fin Xe siècle puis XVe, XVIIe et XIXe).
  • Petit Séminaire Saint-Charles de Borromée (XVIIe siècle).
  • Château des Evêques (XIIIe, XVIe et XXe siècle).
  • Chapelle Saint-Michel (XIIe siècle).
  • Chapelle Notre-Dame de Vie (XVIe siècle).
  • Chapelle Notre-Dame de Plan (XIIe siècle).
  • Eglise Notre-Dame des Anges (XIIe siècle).
  • Grand séminaire (XVIIIe siècle).
  • Promenade des évêques et ses 15 oratoires.
  • Amphithéâtre Marius (XXe siècle).
  • Chemin des écritures (histoire de l'écriture de la Préhistoire jusqu'à l'époque romaine).

Abbaye Notre Dame de Ganagobie

(43.99819 - 5.90776)

Surplombant la vallée de la Durance du haut de son plateau boisé, le monastère bénédictin Notre-Dame de Ganagobie, fondé au Xe siècle par l'évêque Jean II de Sisteron, est réputé pour ses mosaïques médiévales. Ces dernières, situées dans l'abside centrale de l'église, constituent un véritable joyau de l'art roman. Réalisées au XIIe siècle, ces remarquables mosaïques polychromes, d'influence orientale, sont ornées de motifs géométriques et d'animaux fantastiques. Autre merveille à découvrir, le magnifique portail de l'église, avec son tympan sculpté représentant le Christ en Majesté.

Le monastère de Ganagobie est situé sur un plateau dominant la Durance, entre Sisteron et Manosque. Il est occupé par des moines, la communauté bénédictine Sainte-Marie-Madeleine. L'église d'époque romane peut être visitée.

Mane

Au coeur des douces collines du Pays de Forcalquier, entre le Luberon et la montagne de Lure, se dresse le ravissant village de Mane. Cité de caractère, dominée par une citadelle médiévale du XIIe siècle, Mane charme le regard des promeneurs, avec ses pittoresques calades en pente, ses hôtels particuliers et ses belles demeures en pierre. À ces attraits s'ajoute un magnifique panorama, depuis les abords de la citadelle, sur les toits du village et les paysages provençaux environnants.

Mais son patrimoine ne s'arrête pas là ! En effet, à la sortie du village se nichent deux trésors architecturaux : le prieuré de Salagon et le château de Sauvan.

Classé monument historique, le prieuré Notre-Dame de Salagon, abrite le musée départemental ethnologique de Haute-Provence. La visite des lieux permet de découvrir l'église romane du XIIe siècle, les expositions permanentes et temporaires du musée dédiées à la Haute-Provence, ainsi que des jardins ethnobotaniques.

Non loin du prieuré se dévoile le château de Sauvan, "petit Trianon de Provence" datant du XVIIIe siècle, et son jardin à la française... À l'intérieur de ce superbe édifice de style classique, de magnifiques pièces meublées s'offrent au regard des visiteurs.

À VOIR, À FAIRE

  • Le prieuré de Salagon, son jardin, son musée, sa librairie.
  • Le pont roman. (43.92999 - 5.75641)
  • Le château de Sauvan. (43..92009 - 5.75968)
  • L'église.
  • Le vieux village et ses calades, ses murs en pierre, ses portes anciennes, ses fontaines et sa citadelle.
  • L'institut des huiles essentielles.
  • La maison des produits de pays.

Banon


(N° 17808)

 

Avenue Dieudonné Collomp

04150 BANON

Latitude : (Nord) 44.03975°  Longitude : (Est) 5.62916° 

Tarif : 2018

Stationnement, services : 5 €

Type de borne : Artisanale

Services :


Commerces à 150 m

Autres informations :

Ouvert toute l'année

Pas de services en période de gel

10 emplacements calmes, tranquilles

situés sous la gendarmerie

A coté de la halte aux randonneurs



Ferrassières



Sault


(N° 2279)

 

Accès Route de Saint Trinit, D950

Parking P3

84390 SAULT

Latitude : (Nord) 44.09412° Longitude : (Est) 5.41315° 

Tarif : 2015

Stationnement gratuit

Eau ou 1 h d'électricité : 2 €

Type de borne : EURO-RELAIS

Services :

Supermarché à proximité

Centre ville à 500m

Autres informations :

Aire calme pour passer la nuit

http://www.saultenprovence.com

A coté du cimetière


La silhouette du Mont-Ventoux nous accompagne jusqu’à Sault, capitale de la lavande, où on peut encore admirer le Géant de Provence, en terrasse sur la promenade. Reprenons notre route, direction le plateau de l’Albion. Ici, très peu d’habitations, mais des chèvres, des producteurs de miel et des lavandes à foison, matures au début des vacances, avant qu’on ne les récolte entre mi-juillet et mi-août. Arrêtez-vous, asseyez-vous. Regardez autour de vous et respirez les senteurs enivrantes !

Situé sur le bord d'un vaste plateau boisé et planté de lavandes fines, Sault est une charmante et très agréable station climatique perché à 776 m d'altitude.

Vous y découvrirez une nature authentique ma-gni-fi-que !

Sault est une des étapes majeures de la Route de la Lavande (route de découverte touristique organisée autour des distilleries, champs de lavande et animations estivales liées à la lavande).

La fête de la lavande qui a lieu en son honneur le 15 Août est un grand moment où se mêlent défilés de groupes folkloriques et attelages fleuris, concours de coupe de lavande à la faucille et bien sûr expo-vente des produits locaux.

Les immenses champs bleus se répandent tout autour du village jusqu'à perte d'horizon en alternance avec champs de blé, le tableau d'ensemble est bien sûr superbe.

Sault offre à ses visiteurs une grande variété d'activités qui vous permettront d'apprécier l'environnement naturel : point de départ pour l'ascension du Mont Ventoux, relais équestres pour cavaliers en randonnée, gouffres et avens sont là aussi pour les spéléologues avertis...

Enfin ne quittez pas Sault sans avoir goûter ses nougats, macarons et miels de lavande tous garantis produit 100% naturel et 100% délicieux !

A voir, à visiter :

  • Eglise romane Notre Dame de la Tour.
  • Musée de Sault (collections préhistoriques gallo-romaines et médiévales).

LA DISTILLERIE VALLON À SAULT

Cette distillerie familiale se trouve dans le joli village de Sault. Ici on trouve des superbes huiles essentiels de lavande. C’est un endroit véritablement authentique et simple, ce qui change des  boutiques plus touristiques qui vendent tout ce qu’on peut imaginer au parfum de lavande.

Adresse : Le Vallon, Ancienne Route d'Aurel 84390-Sault.

Distillerie Aroma'Plantes

Distillerie · Vaucluse

DESCRIPTION

Découvrez les secrets de la lavande, sa culture, sa mise en valeur et autres plantes aromatiques et médicinales au travers de visites, du lavandoscope et des sentiers pédagogiques : ateliers, activités ludiques, aromatic'Bar, boutique.

Votre visite commence ici !

Sur un site d'exception, une expérience unique vous attend…immersion au cœur des champs de Lavande, visite de la distillerie, ateliers…

Découvrez les secrets de la Lavande et laissez vous guider au cœur de la distillerie pour découvrir l’univers des huiles essentielles : Assistez à la visite commentée et gratuite de la distillerie en français, anglais, espagnol ou allemand.

Poursuivez votre parcours dans la Plantothèque, le Lavandoscope (espace entièrement dédié à la Lavande) ou les sentiers découvertes…

Les plus curieux pourront participer aux Sorties Lavande pour devenir Lavandier d’un jour ou s’initier à un atelier savons et repartir avec le fruit de leur fabrication.

 

 

Visite guidée gratuite de la distillerie : Venez assister à la distillation lors des campagnes de récolte et découvrir son principe. 7 jours/7. Durée : environ 30 min

 

Visite guidée gratuite de la savonnerie : Pénétrez au cœur de notre laboratoire et découvrez les secrets de fabrication de nos savons par la technique ancestrale de la saponification à froid. Tous les deuxièmes lundis de chaque mois à 14 h 00. Durée : environ 30 min.

  

Heures d'ouverture

Du 01/01 au 31/12/2019, tous les jours. En journées continues de 10h00 à 19h00 de mai à septembre et de 10h00 à 18h00 d'octobre à avril. .

Prix: Gratuit.

Visite gratuite de la distillerie, de la savonnerie, de la plantothèque, du lavandoscope, et des sentiers découverte.

30% de réduction en boutique et une consommation offerte pour les chauffeurs et accompagnateurs guides.

 

Distillerie Aroma'Plantes

Ferme La Parente, Route du Mont Ventoux, 

84390 Sault

Téléphone04 90 64 14 73

E-mail info@aromaplantes.com


Simiane la Rotonde

Parking

Simiane-la-Rotonde, Les Clapiers de Bicasson

Parking gratuit un peu en pente avec une vue imprenable. En bord de route mais très calme. Pas de service.

GPS : 43.981559, 5.560331

 

Monuments et bâtiments remarquables de Simiane-la-Rotonde

 

Le village est bâti en demi-cercle étagé, Succession de maisons superposées et de jardins suspendus.

La Rotonde

La première vocation de la tour appelée Rotonde est un sujet de discorde entre les spécialistes.

Certains y voient un monument d’architecture civile de première importance. La Rotonde serait le plus ancien témoignage civil de l’art roman provençal. D’autres, plus nombreux, en font l’ancienne chapelle du Château des Simiane. La Rotonde est datée  du 12e s. Le bâtisseur présumé de la Rotonde serait Raymond d’Agoult, seigneur de Siminane à la fin du 12e s.

La famille Agoult-Simiane est à l’origine de la fondation de l‘abbaye cistercienne de Sénanque.

  • La Rotonde a eu une fonction de donjon du château médiéval avec  deux salles superposées.
  • La salle basse servait probablement de magasin d’armes, de grenier ou de cellier.
  • La salle d’étage, couverte d’une coupole nervurée, est bordée de 12 niches, de 9 masques humains sculptés et de colonnes.

La Rotonde se présente sous la forme d’un dodécagone irrégulier avec une lanterne centrale.

La Rotonde reçoit des visites, des expositions et des concerts.

Autres monuments

  • Hôtel particulier de l’écrivain Ponson du Terrail. La clef de voûte de l’arc en plein cintre est ornée d’une feuille d’acanthe et d’un fronton. 16e s. 
  •  Halles couvertes. Dans le village, avec une vue sur le plateau. 16e s. 
  • Portail Monument Historique.
  •  Hôtel de Pontevès.
  • Ancien Relais du Chapeau-Rouge.
  • Château de la Flachère.
  • Pigeonniers

Monuments chrétiens de Simiane-La-Rotonde

Eglise Sainte-Victoire. 1542. Construction. Classée aux Monuments Historiques.

L’église correspond à l’ancien Prieuré. L’intérêt de sa visite est majeur puisqu’elle est un des très rares édifices de style gothique flamboyant en Provence. Clocheton en fer forgé. Triple nef.

2018. L’église est pillée et plusieurs objets très précieux sont dérobés.

Chapelle Notre-Dame-de-Pitié. La chapelle contient les vestiges de la chapelle du château (13e s.) avec les restes d’une fresque.

Ancienne abbaye cistercienne. A Valsaintes, au lieu-dit Boulinette, se situe l’ancienne abbaye. Porte romane, cloître, bâtiments conventuels, chapelle… Le site abrite un superbe centre de culture de la rose.

Valsaintes conserve également les vestiges d’un abbaye romane antérieure, dédiée à saint Marc, au lieu-dit l’Abbadié.

Eglise Saint-Vincent. Située à Carniol. L’église est dotée d’un beau portail roman (16e s.).


Abbaye de Sénanque


Apt


Camping

(N° 3695)

63 impasse de la Fantaisie

Camping les Cèdres **

84400 APT

Latitude : (Nord) 43.87759° Longitude : (Est) 5.40347° 

 

Tarif : 2020

Emplacement, 2 personnes, électricité 10A : 17,20 € à 18,50 €

Eau : 1,60 €/100 litres

Vidanges : 3,60 €

ACSI

Type de borne : Artisanale

Services :

Accès handicapés

Lave linge

Piscine

Epicerie de dépannage

Petite restauration

Autres informations :

Ouvert du 01/03 au 31/10

110 emplacements

Tél : +33 4 90 74 14 61

campinglescedres@oange.fr

https://www.escapade-vacances.com/fr/destinations/apt


Aire

Avenue des Argiles

Proche du plan d'eau d'Apt, aire avec 20 emplacements délimités sur graviers et éclairés, calme. Activités nautiques pendant la saison estivale. Borne flot bleu, distributeur de jetons pour eau et électricité.

 

GPS : 43.892101, 5.377200

 

Nombre de place(s) 20

Prix des services : 2€ (20min eau ou 4h élec)

Prix du stationnement : 10€/24h 1.18€ taxe de séjour

Ouverture/Fermeture : Ouvert toute l'année


La cité d'Apt fut fondée par les Romains sur la Via Domitia (RN100) en 45 av J.-C.

La cité était dotée d'un forum, d'un arc de triomphe, de temples, de thermes et d'un théâtre. Nombreux vestiges existent toujours dont le Pont Julien qui enjambe le Coulon en contrebas de la ville.

Le Haut Moyen Age a vu la construction de fortifications et l'implantation intra-muros de la cathédrale Sainte-Anne, bâtie en 1052 et plusieurs fois remaniée au cours des siècles. La cathédrale Sainte-Anne est l'une des plus anciennes églises de Provence et la plus ancienne d'Occident dédiée à la mère de la Vierge Marie. La cité se groupe autour de cette édifice. Le centre de la ville actuelle est très ancien avec des passages voûtés, de  petites rues étroites et sinueuses, des placettes arborées et des hôtels particuliers. Les anciens remparts ont pour le plupart cédé la place à des grands boulevards.

Occupant toute la vielle ville, le grand et célèbre marché provençal a lieu tous les samedis matins.

Aujourd'hui classé marché d'exception parmi 100 marchés de France pour son ambiance et son authenticité, déjà au Moyen Age sa notoriété dépassait le cadre local et même régional.

Lieu d'échanges et de rencontres, on y trouve sur les étals colorés toutes sortes de produits, du terroir et artisanaux, le tout dans l'ambiance chaleureuse typique de la Provence.

Parmi ses produits, le visiteur trouvera les fameux fruits confits d'Apt, gourmandises jadis offertes au papes d'Avignon au XIVe siècle.

Aujourd'hui mondialement connus et fleuron des vieilles traditions aptésiennes, ces fruits cristallisés, artisanalement ou par des méthodes plus industrielles, ont fait le renom d'Apt et lui ont valu d'être labellisé « Site Remarquable du Goût ».

La faïencerie a aussi permis à la ville de se développer.

Grâce à ses terres argileuses et ses ocres, le pays d'Apt a une longue tradition potière. Tout à commencé en 1728 lorsque Louis XIV demanda à sa noblesse de sacrifier sa vaisselle d'argent pour soutenir son effort de guerre. Les faïences d'Apt ont la spécificité de présenter cette « marbrure aptésienne ». L'industrie atteint son apogée au XVIIIe siècle et prend encore de l'ampleur avec la découverte de la terre flammée. Aujourd'hui, les artisans perpétuent encore cette tradition.   

A voir et visiter à Apt :

  • La Cathédrale Sainte-Anne, bien sûr.  Sa nef et son clocher roman datent du XIIe siècle et la nef centrale du XVIe et du XVIIe siècle. En 1660, à la naissance du futur Louis XIV, Anne d'Autriche est venue à Apt pour prier à la cathédrale et remercier la sainte. 
  • Ses cryptes :  la crypte inférieure est la plus ancienne tandis que la crypte supérieure contient des reliques dont le voile de Sainte-Anne (un étendard arabe) et un autel du Ve siècle. Parmi ses trésors on peut voir de l'orfèvrerie sacrée, objets de culte et ornements, manuscrits et une collection de coiffes de mariage ;
  • La Porte de Saignon et Tour de l'Hôpital : ce sont les seuls vestiges des anciennes fortifications de la cité romaine. Au XVIIIe siècles les pierres venant des ruines de la cathédrale paléochrétienne servaient a construire de nouvelles tours et renforcer les remparts ;
  • La Chapelle Sainte-Catherine avec sa façade du XVIIe siècle et sa fontaine, dans la rue Scudéry ;
  • L'ancien Couvent des Carmes, inscrit aux monuments historiques depuis 2011 ;
  • Le marché paysan d'Apt tous les mardis matin ;

Et n'oublions pas la lavande et le lavandin. La seule commune de Lagarde d'Apt concentre à  elle seule 20% de la production française de lavande fine. La floraison a lieu de juin à fin juillet, la récolte et distillation de mi-juillet à fin août.

 

La Maison du Fruit Confit à Apt

Depuis 2018, la Maison du Fruit Confit vous propose une boutique rénovée et agrandie composée d’un espace de 300m² dédié à la vente directe de fruits confits.

Une table de dégustation est mise à votre disposition vous permettant de découvrir nos produits.

De plus, grâce à notre espace muséographique doté d’un parcours olfactif, nous vous plongerons dans l’univers du fruit confit et ses secrets tout en stimulant vos cinq sens.

Pour se faire, nous vous proposons des visites guidées tous les mardis matin à 10h30 (5€ /personne) ou bien des visites libres (gratuit). 

  • Horaires d’été : Nous sommes ouverts du lundi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h30 (avril à septembre)
  • Horaires d’hiver : Nous sommes ouverts du lundi au samedi de 9h30 à 12h30 et et de 14h à 18h et les dimanches de décembre de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30 (octobre à mars)

Saint Saturnin les Apt


Roussillon

La localité est devenue durant la seconde moitié du XXe siècle le deuxième village le plus visité du Luberon, après Gordes, en raison notamment de son charme singulier que lui confère la couleur ocre de ses habitations.

Au Moyen Âge, Roussillon n'est cependant encore qu'un fief doté d'un petit château et dont l'église dépend de l'abbaye de Villeneuve-lès-Avignon. Mais dès l'Ancien régime, via l'exploitation de carrières et l'implantation d'usines, l'ocre de Roussillon devient la richesse première du territoire. La roche ferrique aux tons variant du jaune au rouge permet notamment de teindre les tissus et cette industrie emploie plus d'un millier d'ouvriers jusqu'au lendemain de la Première guerre.

La beauté des anciennes carrières désormais converties en lieux de promenade, le pittoresque du bourg et l'environnement verdoyant de la campagne environnante (collines boisées ou couvertes de vignes) permettent ensuite au tourisme de se développer.

Tout au long de l'année et en particulier l'été, des milliers de visiteurs apprécient chaque jour d'arpenter les ruelles de la commune qui a rejoint le cercle des Plus beaux villages de France et de contempler le spectaculaire paysage constitué par les carrières… Perle du Luberon, ce petit massif qui relie la vallée du Rhône aux Alpes provençales, Roussillon (environ 1300 habitants) est tout simplement un merveilleux "incontournable".

À VOIR, À FAIRE

Avant même le village, quand on arrive par le sud-est dans la commune, le site le site des anciennes carrières qui offre un paysage digne d'un western, est évidemment une première étape qui s'impose (un vaste parking étant aménagé à proximité, on pourra ensuite gagner le village lui-même).

Pour les visiteurs, un "sentier des ocres" a été conçu jalonné de panneaux didactiques qui expliquent l'origine de la roche, son exploitation, l'érosion qui a également joué un rôle dans le façonnement des chemins et reliefs, sans compter la flore qui réussit, dans ce cadre hors norme, à s'épanouir. Deux parcours sont proposés (longs de 30 ou 60 minutes) intégrant les points les plus remarquables ("aiguilles", "géants"). Attention : il est désormais interdit de ramasser la moindre parcelle de roche !

Un conservatoire des ocres et pigments abrité dans une ancienne usine peut compléter la visite, avec expositions, ateliers et conférences dédiés à la fabrication de l'ocre, sa géologie, les techniques utilisées par les peintres, artisans et autres tisseurs utilisant cette matière première étonnante. Ouvert tous les jours sauf en janvier. Entrée : 1,50 et 2,50 euros, 7,50 euros avec l'entrée au conservatoire. Renseignements au 04 90 05 66 69.

Direction ensuite le village, légèrement en relief, que traverse une rue centrale conduisant au sommet. Il est composé d'habitations aux façades colorées datant pour l'essentiel des XVIIe et XVIIIe siècles, et, si nombre de boutiques et galeries sont implantées, le développement du commerce n'a en rien affecté la beauté et le pittoresque des lieux.

Au fil de cette promenade, sont ainsi à voir successivement la place du Pasquier ayant fait office successivement de lieu de pâturage, de champ de foire, de cour d'école et désormais de parking puis la place de l'Abbé Avon où le four du boulanger était creusé dans une roche.

Élevé au niveau de l'ancienne porte de l'enceinte fortifiée médiévale, le beffroi remanié au XIXe siècle est devenu le clocher annexe de l'église. Sur la gauche, il est possible de rejoindre l'ancien chemin de ronde (d'où l'on profite de jolis points de vue sur le village et la campagne alentour). A voir ensuite, la place de la Forge qui fut au Xe siècle la première cour du château.

A proximité, l'église Saint-Michel aux bases médiévales a été fortement remaniée notamment à des fins de sécurisation, l'édifice jouxtant une falaise… On remarque la façade du XVIIe siècle, le chœur du XVIIIe, et à l'intérieur, des tableaux, une statue de saint Michel en bois, des fonts baptismaux encadrés par un baldaquin en pierre. A proximité immédiate, en bordure de la falaise (le site étant cependant sécurisé) une table d'orientation est implantée pour profiter du panorama formidable qui englobe les monts du Luberon.

Les maisons XVIIIe siècle de la place de la mairie, la fontaine à bétail de la place de la Poste et, en contrebas du village, la fontaine des Naïades complètent encore cet itinéraire.

Evidemment, outre les commerces de bouche, on peut tout à loisir effectuer des étapes : boutiques artisanales, galeries…


Cavaillon

(N° 30520)

 

495 avenue Boscodomini

84300 CAVAILLON

Latitude : (Nord) 43.82073° Longitude : (Est) 5.03735° 

 

Tarif : 2020

Stationnement, services : 9,30 à 13,30 €

Stationnement, services : 5 €/2h

Taxe de séjour : 1,30 €

Automate de paiement


Type de borne : AIRESERVICES

Services :

Réservation possible non obligatoire

Entrée commune avec le camping

Autres informations :

Ouvert toute l'année

22 emplacements larges, plats et stabilisés

17 prises électriques

Tél : +33 298 537 858

contact@aireparkreservation.com 

https://www.aireparkreservation.com/aires-camping-cars/provence-alpes-cote-azur/vaucluse/cavaillon-camping-de-la-durance


La ville est située dans la vallée de la Durance, à l'extrémité ouest de la montagne du Luberon. Ancien siège épiscopal, Cavaillon a fait partie du Comtat Venaissin de 1274 à 1791. Il s'agit aujourd'hui de la commune la plus peuplée du Parc naturel régional du Luberon et de la quatrième commune la plus peuplée du département de Vaucluse

Culture et patrimoine

Lieux et monuments

Patrimoine antique

Riche en vestiges archéologiques, la ville a livré l'entrée des anciens thermes romains dont on peut admirer les arcs d'intersection (du ier siècle, déplacés au XIXe et remontés sur la place du Clos). Ces arcs sont aujourd'hui connus et classés sous le nom d'arc antique de Cavaillon.

Patrimoine médiéval et baroque

  • La cathédrale Notre-Dame et Saint-Véran.
  • Parmi les édifices remarquables, il faut mentionner l'ancienne cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Véran, place Voltaire, du xie siècle, et ses orgues ensemble des 2 tribunes d'orgue, 2 buffets d'orgue et partie instrumentale de l'orgue. Le bâtiment semble très sobre à l'extérieur du fait des remaniements successifs mais très riche à l'intérieur. Un très riche mobilier baroque classé orne les murs de l'édifice : tableaux de Nicolas Mignard et Pierre Mignard, retables recouverts de feuille d'or de Barthélémy Grangier, sculptures de Jean-Ange Maucord, fresques reproduisant les décors médiévaux. C'est un site exceptionnel en cours de restauration pour la stabilisation de l'édifice et la redécouverte des décors se trouvant derrière les retables.
  • La chapelle d'ermitage (chapelle Saint-Jacques, chemin de l'Hermitage, du xiie siècle), érigée au sommet d'une colline du même nom fut une étape de la route de Saint Jacques de Compostelle50. Le lieu fut aussi un refuge pour ermite dont le plus connu est le bienheureux César de Bus, fondateur dans la cité-Etat d'Avignon de la congrégation des Prêtres de la doctrine chrétienne. D'autres chapelles sont visibles comme la chapelle Saint-Benoît de Cavaillon appelée aussi chapelle du Grand Couvent, qui fut depuis la Révolution jusqu'à 1997 la Bibliothèque municipale et actuellement un lieu d'exposition.
  • Le bâtiment abritant le musée archéologique date de 1755. Il s'agit en fait de la chapelle de l'Hôpital et de son corps d'entrée qui ont subi une canonnade lors de l'invasion de Cavaillon par les révolutionnaires français en janvier 1791. En témoigne un éclat de canon sur sa façade. Menacée de destruction au début du xxe siècle, la chapelle a été racheté par la famille Jouve, une famille Cavaillonnaise très fortunée et engagée en faveur du patrimoine et de la conservation des monuments de la ville. L'édifice a été transformé en musée archéologique.
  • La synagogue de Cavaillon, rue Hebraïque, ainsi que son Mikvé, fut construite au XVe, puis reconstruite xviiie siècle. C'est la deuxième synagogue la plus ancienne de France après la synagogue de Carpentras qui elle date du xive siècle. La synagogue de Cavaillon ne peut se dissocier de sa carrière, c'est-à-dire une rue dans laquelle se massait des juifs qui ne pouvait vivre ailleurs en raison des autorités comtadines qui toléraient les juifs dans le Comtat Venaissin, mais qui ne souhaitaient pas un mélange avec la population. La carrière de Cavaillon est le seul quartier juif à subsister, les autres quartier juif du Comtat (L'Isle-sur-la-Sorgue, Carpentras, Pernes-les-Fontaines) et d'Avignon, ont tous été détruits entre le XIXe et le XXe siècle.
  • L'Hôtel d'Agar est un hôtel particulier des XIIe, XVe et xviiie siècle, inscrit Monument Historique depuis 2011. Il rassemble une collection historique muséale privée. L'Hôtel d'Agar est ouvert au public lors d'expositions temporaires, en hiver et en été.

« Au cœur de Cavaillon, l’hôtel d’Agar est bâti, comme la cathédrale Saint-Véran toute proche, sur les ruines de la ville romaine qui s’était développée au bas de la colline Saint Jacques.

Les premiers éléments de ce qui sera l’hôtel d’Agar datent du xiie siècle. Tel qu’il apparaît aujourd’hui, l’hôtel d’Agar comprend nombre d’éléments remarquables : tour gothique octogonale avec son escalier à vis et ses gargouilles, salles seizième et dix-septième ornées de plafonds peints – peut-être à l’occasion de la visite de François Ier dans la ville en 1537 – et de cheminées à décors de gypses, petite façade Louis XIV donnant sur la place Cabassole.

En outre, l’hôtel dispose d’un merveilleux jardin, riche de multiples trésors, l’un des rares intra muros de Cavaillon.

Et l’un des plus anciens puisqu’on relève des traces de jardin depuis au moins deux millénaires. Les archéologues sont donc à la fête : restes d’un temple hellénistique avec ses enduits peints, d’un temple de Mithra et, surtout, le fameux « trésor de Cavaillon », plus de 300 deniers d’argent en parfait état. Ce trésor a été découvert en 2010 et constitue le plus important découvert dans le Vaucluse. »

À l'extérieur de la ville,

  • Le pont aqueduc de la Canaù témoigne des nombreux aménagements réalisés au cours de siècles pour favoriser l'irrigation des terres arables et permettre le développement de l'agriculture}. Ce pont-aqueduc fait partie d'un ouvrage plus vaste, le canal Saint-Julien, creusé au xiie siècle.

Patrimoine contemporain

  • L'Hôpital de Cavaillon est un vaste complexe de santé situé au pied de la colline Saint-Jacques. Il succède à l'ancien hôtel-dieu datant de la fin du Moyen-Âge et fut inauguré en grande pompe le 4 septembre 1907 par l'ancien président de la République Émile Loubet, le président de la Chambre des Députés Henri Brisson et le vice-président du Sénat Gustave Robinet. Vaste et moderne, l'hôpital de Cavaillon est typique de l'architecture républicaine du début du XXe siècle : esthétique et fonctionnel, il arbore sur le fronton de son pavillon central la mention « République Française » en gros caractère à gauche et la devise républicaine à droite. Le centre étant occupé par une horloge. L'hôpital est doté d'une architecture éclectique. Plusieurs styles se mélangent comme le néoclassique, mais aussi le style mauresque mais aussi à certains endroits une touche néogothique. Les matériaux sont aussi particuliers. S'il y a bien de la pierre de taille des carrières alentour, l'édifice est aussi construit avec de la brique visible sur les clés de voûte des fenêtres. Les architectes n'ont pas tenu compte des éléments architecturaux locaux (pierre, tuiles). Il semble que l'édifice soit une commande des autorités locales (mairie, conseil général du Vaucluse et préfet) et qu'il soit conforme à un aménagement standard d'établissement public de ce début de siècle, mais ô combien sensible au regard. Ce bâtiment d'une grande majesté a été classé à l'inventaire du patrimoine. On trouve des exemples de ce type d'architecture ailleurs dans le Vaucluse comme l'école publique Saint-Ruf à Avignon ou encore l'école primaire Henri Bosco d'Apt.
  • Le Monument de l'Étoile est un monument situé sur la place Léon-Gambetta à Cavaillon de 1959 à 2013 et sur le carrefour Bellevue depuis 2013.

L'Étoile, comme la désigne les Cavaillonnais, est une sculpture d'art contemporain en bronze sur socle représentant un polyèdre étoilé de Pythagore d'une hauteur de 3 mètres et dont le poids varie entre 1,5 et 1,8 tonnes. Il s'agissait à l'origine d'un giratoire de type rond-point qui fut mis en place par la municipalité socialiste de l'époque sous la houlette du maire Fleury Mitifiot. Il remplace alors un monument dédié à Léon Gambetta érigé en 1907 et dont certains éléments en bronze ont été fondu en 1943 par les Allemands pour en faire des obus.

Le polyèdre se trouvait sur un socle en béton armé circulaire qui se trouvait lui-même au centre d'un bassin lui aussi circulaire duquel jaillissaient des jets d'eau droits et inclinés.

Autour de cette grande fontaine, un espace circulaire servait de jardinière.

Autour de cette jardinière circulaire, une calade circulaire représentait des vagues avec deux formes de couleurs: des galets gris (pour représenter les vagues) et des galets blancs pour représenter le fond.

Dans le projet de Philippe Guidoni, le polyèdre devait être conçu en verre trempé, mais en raison du coût et de la difficulté de création, il fut réalisé par Eugène Roure, un fondeur marseillais qui l'a réalisé en bronze et l'a installé sur place en 1959.

Le monument symbolisait la pureté, l'harmonie, l'équilibre, l'absolu de la juste mesure.

C'était à la fois un lieu de rendez-vous pour les Cavaillonnais et un symbole de la ville: il est d'ailleurs autant représenté sur les cartes postales que le fameux melon. Le monument marquait même d'ailleurs par le nom de sa sculpture la place, qui est devenue communément la « place de l'Etoile ».

En 2010, il est incorporé dans le projet du plan FISAC et l'atelier Ville et Paysage dans le cadre de la requalification du cœur de ville. Le projet prévoit alors de supprimer la jardinière et la calade afin de permettre une meilleure appropriation de la fontaine et de créer des brumisateurs autour du monument afin de faire un effet mystère. Pourtant, le 3 février 2013 le monument est démoli dans la nuit, en catimini par la Ville qui propose un nouveau plan de rénovation mais devant les nombreuses protestations des Cavaillonnais elle propose un vote pour replacer le polyèdre sur un autre rond-point58. On a parlé alors de la « place de l'Étoile sans l'Étoile » ou encore « L'Étoile a filé ! », expression qui parut à la Une des journaux locaux tel que La Provence.

Il fut replacé sur le carrefour Bellevue le 27 septembre 2013 après une sérieuse rénovation, 200 mètres en aval de la place Gambetta. Le polyèdre est placé sur un nouveau socle en pierre de taille et illuminé la nuit avec des variantes de couleurs. Il aura orné la place Gambetta durant plus d'un demi-siècle.

Quant à la place Gambetta, elle est depuis ornée d'une illustration de l'Étoile posée sur le nouveau rond-point afin que les Cavaillonnais continuent à l'appeler « Place de l'Étoile », une illustration réalisée avec de la peinture blanche pour route.

Patrimoine religieux

  • Chapelle du Grand Couvent, Grand Rue.
  • Chapelle de l'Hôtel Dieu, Grand Rue.
  • Chapelle Notre-Dame des Vignères, de Vignières.
  • Église Notre-Dame des Vignères, de Vignières.
  • Temple réformé, route du Pertuis.
  • Église protestante évangélique, avenue Yvon Daries.

L'isle sur la Sorgue


157A Cours Emile Zola

Parking de la gare. À 10 minutes à pied de la vieille ville. Spacieux. Des passages de train parfois un peu bruyant mais commode.

GPS : 43.917917, 5.045673

 

Nombre de place(s) 12

Prix des services : pas de service

Ouverture/Fermeture : toute l'année

 


Alès