Projet - Printemps 2020

Jeudi 16 - Vendredi 17 - Samedi 18 - Dimanche 19 - Lundi 20 Avril

Ouarzazate - Marrakech

213 km

4 h 05


Ait Ben Haddou

Camping n°1 à n°3 page 213

Ait Ben Haddou est situé à une trentaine de kilomètres de Ouarzazate au Maroc. C’est ce que l’on appelle un ksar.

Un ksar est un village fortifié, d’architecture berbère, que l’on retrouve dans différentes régions de l’Afrique du nord.

Au Maroc, ils sont assez présents dans le sud marocain. On retrouve également des ksar en Algérie ou en Tunisie. Un ksar est souvent construit sur le contrefort d’un mont et à proximité d’un oasis.  Ils s’apparent donc à des villages fortifiés qui contiennent un ou plusieurs greniers ainsi que des habitations.

Le mot ksar provient de l’arabe qasr qui veut dire chateau qui provient lui même du mot latin castrum signifiant place forte.

 

Aït Ben Haddou est l’un des ksar les plus connus du Maroc car il est impressionnant, plutôt bien conservé et parfaitement représentatif de ce qu’est un ksar. Il est aussi célèbre pour avoir été le lieu de tournage de plusieurs films, dont le célèbre Gladiator.

 

Aït Ben Haddou: Un Peu D’histoire Sur Le Ksar

Aït Ben Haddou est un ksar qui a été construit dans la vallée de l’Ounila. Cette vallée était un des points de passage entre Marrakech et le sud du Sahara pour les caravanes.

Les éléments les plus anciens d’Aït Ben Haddou remontent au XVIIème siècle. Le ksar d’Aït Ben Haddou a conservé son authenticité en terme d’organisation, de construction mais aussi de matériaux. Il utilise de la terre rouge, très courante dans le sud du Maroc.

Au sein du ksar (ou ksour) d’Aït Ben Haddou, on retrouve entre autre, une mosquée, deux cimetières (un cimetière musulman et un cimetière juif), une place publique, un grenier et d’autres éléments liés à la culture et récolte des céréales. Le grenier permettait de stocker les céréales récoltés en cas de sécheresse pour les années suivantes, phénomène courant dans cette région du Maroc. Le ksar d’Aït Ben Haddou possède également un caravansérail qui permettait d’héberger les caravaniers pendant leur longue traversée entre Marrakech et le sud du Sahara.

Le ksar d’Aït Ben Haddou est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est un exemple d’architecture sud marocaine mais aussi un modèle de la vie et de l’organisation dans cette région du Maroc à l’époque.

 

Visite D’Aït Ben Haddou, Le Plus Beau Ksar Du Maroc !

 

Le plus simple est de quitter la N9 à une trentaine de kilomètres de Ouarzazate. Vous pourrez prendre cette route goudronnée avec une voiture de tourisme classique ! Il y a environ dix kilomètres entre la N9 et Aït Ben Haddou. Un tout petit détour :)

 

Une fois arrivé à Aït Ben Haddou vous pouvez garer votre voiture dans le « nouveau » village d’Aït Ben Haddou, puis traverser ce village pour arriver au ksar d’Aït Ben Haddou. Un petit oued est à traverser en hiver mais en été il est totalement asséché. En hiver, vous pouvez le traverser en marchant (quelques centimètres d’eau et des sacs de sable sont disposés dans l’oued pour faire une sorte de chemin) ou alors sur un âne (moyennant quelques Dh, si disponible, ce business semble disparaître). Enfin, un pont permet également d’y accéder mais c’est moins charmant :-)

A de nombreuses entrées d’Aït Ben Haddou, une arnaque célèbre est toujours présente. L’entrée d’Aït Ben Haddou est normalement gratuite mais des personnes attendent à différentes entrées et vous demandent 10 Dh pour rentrer avec une fausse pancarte et tout ce qui va avec … Passez votre chemin, faites le tour du ksar d’Aït Ben Haddou et vous pourrez rentrer gratuitement à l’entrée principale.

Vous pourrez ensuite vous balader dans le ksar d’Aït Ben Haddou, dans ses petites ruelles entre les maisons faites en terre ocre, typique du sud marocain.

Vous avez également la possibilité de monter en haut du mont sur lequel est accolé le village d’Aït Ben Haddou.

Au sommet du ksar, au niveau des dernières habitations (avant la montée vers le sommet du rocher), une petite terrasse a été aménagé avec quelques tables pour pouvoir boire un verre de thé à la menthe, tout en admirant le panorama depuis les hauteurs d’Ait Ben Haddou !

 

Ou alors, en repartant, vous avez également la possibilité de vous arrêter dans l’un des restaurants pour déguster un thé à la menthe en admirant le ksar d’Aït Ben Haddou depuis le nouveau village, la vue est magnifique. Tous les restaurants situés du bon côté de la route disposent d’une terrasse avec vue sur le ksar.

Aït Ben Haddou est également célèbre car il a servi de décor à quelques films dont le célèbre film Gladiator. D’autres films très connus ont également choisis Aït Ben Haddou comme par exemple Babel avec Brad Pitt, Alexandre ou encore Lawrence d’Arabie.

Passer une demi-journée à Aït Ben Haddou est très agréable, entre balade dans le ksar ou autour du ksar d’Aït Ben Haddou.

Col du Tichka

route refaite, mais attention ce n’est pas une autoroute. Si vous y passez de janvier à mi-mars: se renseigner car possibilité d’enneigement.

Ce qu'on appele "le grand sud" n'est pas situé au sud du Maroc mais sur le versant est de la chaîne de montagnes Atlas, et jusqu'à la frontière avec l'Algérie. Frontière d'ailleurs pas très bien définie et matérialisée sur les cartes par des pointillés.

La route qui mène de Marrakech à l'autre côté de l'Atlas est la N9, de très bonne qualité.

La météo est différente de chaque coté de la montagne, l'Atlas culminant à 4167 m avec le djebel Toubkal (Haut Atlas).

La route Nationale 9.

L'Atlas sépare le Maroc Atlantique et Méditerranéen du Maroc saharien.

Le col du Tichka est le plus haut du Maroc, à 2260m, la route est enneigée en hiver et il vaut mieux bien s'équiper.

Dans le haut du col, des vendeurs nous attendent patiemment : poteries, pierres, et souvenirs divers. 

Marrakech

Parking et Camping Page 194

camping le Relais de Marrakech, en face du stade. Possibilité de réserver un taxi: 6 à 8 € pour six personnes, qui vous dépose où vous voulez en ville et vous reprend à l’heure que vous souhaitez. Sinon possibilité de se garer, même pour la nuit, au parking de la Koutoubia: vidange, eau, électricité possibles, à 5 mn de la place Jemaa-el-Fna (inaccessible aux grands camping-cars). Dans la rue piétonne Bab-Agnaou, face au souk, allez à la Pâtisserie des princes: pâtisseries marocaines. Rien qu’en les regardant on prend 500 g… Depuis des années, aussi bien sur la place que dans le souk, il n’y a plus de sollicitations de toutes sortes. Merci la police touristique…

Jour 1 : Découverte de la Médina de Marrakech

Le minaret de la mosquée Koutoubia à Marrakech

Pour cette première journée, direction le cœur historique de Marrakech : la médina. D’une superficie globale de 600 hectares, elle est la médina la plus peuplée d’Afrique du Nord. Véritable labyrinthe de ruelles sinueuses, ce quartier contient de nombreux riads, de nombreuses fontaines et jardins d’orangers. En plus d’être un quartier vivant et populaire, la médina abrite les principaux lieux célèbres de Marrakech comme la médersa Ben-Youssef, le musée de Marrakech, le palais de la Bahia, les tombeaux saadiens, Dar Si-Saïd, le minaret de la mosquée Koutoubia et la place Jemaa El Fna.

Bien évidement il n’est pas possible de les visiter tous le même jour. Je vous conseille de commencer par la visite de la médersa Ben-Youssef et par le musée de Marrakech (tous deux situés dans la partie nord de la médina).

La Koutoubia et ses jardins

Située juste à côté de la place Jemaâ el-Fna, la Mosquée de la Koutoubia est emblématique avec son grand minaret haut de plus de 70 mètres (77 m avec la flèche). Construite au XIIe, elle a inspirée l’architecture de la Giralda de Séville. L’accès à l’intérieur est interdit aux non-musulmans et il faut donc se contenter de l’architecture extérieure. Si l’ensemble est assez sobre, le minaret, surmonté d’un lanternon, a été sculpté avec finesse avec des arcs entrelacés (sebka), des merlons et des bandeaux en faïence bleue. Ses pierres dorées reçoivent le soleil au fil de la journée. À savoir également que chacune des quatre faces est ornée d’un motif différent. Les boules en cuivre de la flèche symboliseraient les trois mosquées de l’Islam Kaaba (La Mecque), Médine et Al Qods. La légende dit qu’elles avaient été fabriquées à l’origine avec l’or fondu des bijoux de l’épouse du calife parce qu’elle avait mangé le jour durant le ramadan.

Adjacentes de la Koutoubia, on peut découvrir au Nord les ruines de l’ancienne mosquée mises à jour lors de fouilles archéologiques. Celle-ci a été détruite et reconstruite à l’identique (Koutoubia actuelle) parce que le Mihrab (niche de prière) n’était pas parfaitement orienté en direction la Mecque. Si comme moi, vous ressentez à un moment donné le besoin de souffler un coup dans le tohu-bohu de la Médina, allez vous poser dans les jardins du Parc Lalla Hasna. Ici, les nerfs se détendent à la faveur du bruit de l’eau qui coule et de l’odeur des fleurs d’orangers qui embaument le parc.

Le grand luminaire en cuivre du musée de Marrakech

La médersa Ben Youssef est une ancienne école coranique fondée vers 1570 par les saadiens et qui a servi durant plusieurs siècles de foyer d’accueil à des étudiants. L’architecture de la médersa est de style arabo-andalouse et ressemble énormément au Palais Nasrides de l’Alhambra à Grenade (si vous ne connaissez pas, courrez-y, vous ne le regretterez pas !)

Quant au musée de Marrakech, le principal intérêt du lieu réside plus dans le lieu lui-même que dans les expositions d’art traditionnel (bijoux berbères, vêtements traditionnels …). Au cœur du musée, se trouve un grand et beau patio avec trois fontaines et un (très) grand luminaire en cuivre

La place Jemaa el fna de Marrakech

Ensuite direction la place centrale de Marrakech, la place Jemaa-el-Fna (qui est d’ailleurs dans mon classement des 5 plus belles places au monde…, rien que ça). Sur cette célèbre place, on trouve des vendeurs de rues, des musiciens, des porteurs d’eau, des charmeurs de serpents, des tatoueuses au hénné, … Bref pleins d’animation pour les touristes, ayez à l’esprit que chaque animation/photo nécessitera quelques dirhams. Le moment idéal pour découvrir cette place est clairement en fin de journée lorsqu’elle s’anime. Vers 17 heures, de nombreux restaurants ambulants s’installent et la place devient rapidement noire de monde avec une ambiance festive. Chaque restaurant ambulant porte un nom et un numéro comme Aicha 1 par exemple. Pour ce qui est de la nourriture, les prix sont plus élevés que dans le reste de la ville et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.

Jour 2 : Calme et tranquillité à Marrakech

Après une première journée riche en découverte, en bruit et en pollution, place à un peu de calme et de tranquillité pour cette deuxième journée. Au programme, le jardin Majorelle, Guéliz (le quartier moderne de Marrakech) et la ménara.

Le jardin Majorelle à Marrakech

Mais qui dit calme et tranquillité en voyage dit arriver tôt, je vous conseille d’aller dès l’ouverture (8h) au jardin Majorelle. Ce jardin botanique inspiré des jardins islamiques porte le nom de son fondateur, l’artiste peintre Jacques Majorelle. Avec ses couleurs vives, ses fontaines et ses nombreuses espèces de cactus, le jardin Majorelle est un lieu calme et paisible où il est possible de faire de belles photos. D’ailleurs nous avons dédié un article à ce jardin : Visiter le Jardin Majorelle à Marrakech.

Le jardin Majorelle est situé dans la ville nouvelle, dans le quartier Guéliz. Guéliz fut le premier quartier situé à l’extérieur des remparts, il était autrefois réservé aux défunts. Aujourd’hui, il concentre la majorité des agences de voyage, des administrations, des commerces de luxe et des banques de Marrakech. Il est relié à la médina par la longue avenue Mohammed V. C’est dans ce quartier que se trouve la gare principale de Marrakech,

Au bout de l’avenue Mohammed V (en direction de la médina), il y a le marché Ensemble Artisanal où les prix fixes sont affichés.

Ce marché au calme et à l’ombre est pratique pour se faire une idée des prix et ainsi éviter de trop se faire à voir lors des achats dans les souks notamment.

La ménara de Marrakech

Autre lieu calme et reposant à Marrakech, les jardins de la Ménara.

La Ménara est un vaste jardin (très bien entretenu) avec des oliviers, un grand bassin d’eau et sur l’arrière un pavillon. Quand il est fait beau, ce qui est très souvent le cas, il est possible de voir les montagnes de l’Atlas derrière le pavillon.

Cet oasis de verdure est situé à environ 45 min à pied de la place Jemaa-el-Fna ou sinon il y a le taxi. Pensez à toujours négocier. 

La Ménara est l’un des endroits préférés des Marrakchis qui apprécient le calme et le cadre romantique de ces jardins. Ils y viennent d’ailleurs très nombreux les dimanches après-midi.

Le Palais el-Badi

Une fois dedans, le parcours de ce palais en ruines commence par les anciennes prisons et raconte son histoire. Ensuite, on accède à l’immense cour (135 mètres de long et 110 de large) avec ses grands bassins et ses jardins qui respirent la fleur d’oranger (le plan aurait inspiré celui de l’Alhambra de Grenade). On imagine le faste que cela devait être à l’époque où il a été érigé au XVIe siècle mais là, c’est presque désolant. L’histoire raconte que son propriétaire, le Sultan Ahmed el-Mansour, avait recouvert le sol d’or, de cristaux etc… et que le palais fût pillé juste… 75 ans après. Vers 1696, le Sultan alaouite Moulay Ismaïl ordonna sa démolition (les matériaux auraient été réemployés à Meknès pour la construction de sa ville royale). Dorénavant, les résidents actuels sont… les cigognes ! On peut en voir plein qui nichent sur les tours et les murs en pisé.

Le Palais Bahia

Cette vaste résidence (8 hectares) a été construite sur les ordres du Grand Vizir Ahmed Ben Moussa entre 1860 et 1874 pour y héberger ses 4 femmes et ses 24 concubines. Il était prévu pour accueillir du monde et, le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est encore bien le cas ! Tous les voyageurs venus faire du tourisme à Marrakech viennent ici. Les salles et les jardins sont noirs de monde, avec cette insatiable fâcheuse tendance à se prendre tout le temps en photo. Il faut être énormément patient si on veut choper un créneau où on n’aura pas de photo gâchée pour les narcissiques en voyage (oui, j’ai une vraie contrariété avec les « selfies » !). Toutefois, ça n’enlève rien à la beauté du lieu qui est absolument remarquable ! Les salles se succèdent avec la même splendeur. La marqueterie des portes, des plafonds et des linteaux sont sublimes avec leurs multiples motifs géométriques. On traverse plusieurs cours intérieures et jardins avec des fontaines, des plantes (orangers, bananiers) et des petites pièces confidentielles autour. En fait, le Palais est un ensemble de maisons et d’annexes, accolées les unes aux autres, sans aucun ordre pré-établi.

Jour 3 : fin de la visite de la médina et shopping

Après s’être bien reposé la veille, suite et fin de la visite de la médina avec la découverte des tombeaux Saâdiens et de ses nombreux occupants, du Palais de la Bahia et de Dar Si-Saïd. Sans oublier le passage obligatoire par les fameux souks.

Les tombeaux saadiens à Marrakech

Situé à 2 pas de la porte Bab Agnaou dans le quartier de la Kasbah, les tombeaux Saadiens abritent les corps d’une soixantaine de Saadiens. Ces tombeaux décorés avec soin sont le terrain de jeu des chats. Plus d’une dizaine de chats se baladent tranquillement dans l’enceinte. Les tombeaux Saadiens sont composés de deux mausolées séparés par un petit jardin. Juste en face des tombeaux, se trouve le Kasbah Cafe un restaurant qui sert de délicieuse pastilla au poulet 

A environ 1km des tombeaux Saadiens, se trouve le palais de la Bahia. Ce palais était la demeure d’un puissant vizir du Maroc. Le palais de la Bahia est constitué de maisons hétéroclites, mais magnifiquement décorées et de patios fleuris. Les plafonds en cèdre et les multiples pièces donnent une idée de la culture marocaine et du savoir-faire de ses artisans. Il est composé de plus de 150 pièces, de plusieurs patios et jardins islamiques ainsi que  d’orangers, de bananiers, d’hibiscus et de jasmin. Une partie du palais est occupé par le ministère marocain des Affaires culturelles et donc non visitable.

Un des patios du musée Dar Si-Saïd à Marrakech

Autre musée valant le coup d’œil, le musée des Arts marocains (Dar Si-Saïd). Ce musée est entièrement consacré à l’artisanat marocain du bois, il abrite des boiseries, des bijoux du sud, des poteries, des céramiques, des outils de tissage et quelques pièces archéologiques. Le musée a pris place dans l’ancienne demeure de Si Said, un ministre marocain du 19ème siècle. Et comme pour le musée de Marrakech, le musée Dar Si-Saïd est très bien entretenu avec un magnifique patio, des grandes portes en bois et des mosaïques.

Dernière visite de ces 3 jours de visite à Marrakech : les souks.

Autant vous le dire tout de suite, c’est le moment le plus épuisant physiquement et psychologiquement de ces 3 jours. Les souks sont une attraction à Marrakech, il est possible d’acheter tout et n’importe quoi et ce à n’importe quel prix (à condition de bien négocier). 

Les souks sont organisés par quartier et par métier, idéal pour s’orienter me direz-vous ? Mais non pas du tout, il est quasi impossible (sauf avec un guide) de ne pas se perde dans ces souks.

Parmi les souks les plus intéressants, il y a les souks des tanneurs et des teinturiers, le souk Tamis (lampes en fer forgé et lustres), le souk Smata (Babouches) et surtout le souk Kassabine pour les épices.

La règle d’or dans les souks est de toujours négocier les prix (et pas qu’un peu) avec le sourire (ça aide énormément). N’oubliez pas que si vous n’obtenez pas le prix souhaité, le vendeur suivant lui acceptera.