De Maubeuge à "Woinic"

L'étang de Blangy

Parking 49.94157 - 4.08975

Niché au coeur de la forêt d'Hirson, entre Thiérache et Avesnois, sur le cours de l'Oise, le site de l'étang de Blangy et sa cascade, 49.94301 4.08987 agrémenté d'une base de loisirs, constitue un cadre de verdure agréable pour se ressourcer, s'oxygéner, se balader


08 - Rocroi

Aire municipale

Chemin de la CourtinE

 

GPS : N 49.923801,  E 4.516900

 

 

Prix des services : Eau 1€ Electricité 2€

Prix du stationnement : Gratis

Ouverture/Fermeture : Toute l'année

 

Aire municipale de Rocroi. ancien terrain de camping, vue sur les Remparts, borne paiement par CB pour vidange des eaux usées, eaux noires, branchements eau, électricité.

 

10 places de 6/9 mètres.

Sortie Rocroi direction Laon Hirson.


Du ciel, la ville de Rocroi est une étoile de pierre nichée dans un écrin de verdure. Située aux portes de la France, son histoire se perd avec celle des guerres qui ont agité les frontières au cours des siècles. Cette ville est intimement liée à ses fortifications. Rocroi sans rempart, le Grand Condé ne serait jamais venu provoquer les fameux Tercios espagnols de Philippe IV qui assiégeaient la cité.

Au moment où le Moyen-âge disparait et où l’Italie exporte ses architectes et ses urbanistes, François 1 er choisit Rocroi au milieu d’un plateau marécageux presque inaccessible pour défendre le Royaume.

Rocroi offre un remarquable exemple des plus anciennes fortifications de France, du type bastionné, les cinq bastions intérieurs remontent en effet au règne d'Henri II.  Suite aux progrès de l'artillerie, la place forte fut déclassée en 1889. Il n'y a plus d'activité militaire depuis cette époque.

Rocroy est une ville fortifiée unique. Conçue tout d'abord sous le règne d'Henri II, vers 1555, pour faire face à la forteresse de Charlemont construite par Charles Quint. Elle comprend une première enceinte fortifiée de défense avec cinq bastions, tous différents, une deuxième enceinte défensive et offensive avec des demi-lunes et les avancées des portes de Bourgogne et de France. Cette place Forte n'a donc pas été fortifiée par Vauban.

Rocroi "petite cité de caractère" de l'Ardenne est aujourd'hui un centre touristique connu pour sa fortification en forme d'étoile et est un lieu chargé d'histoire de par la bataille de Rocroi le 19 mai 1643, opposant Français et Espagnols.

Rocroi offre un remarquable exemple des plus anciennes fortifications de France, du type bastionné, les cinq bastions intérieurs remontent en effet au règne d'Henri II. Suite aux progrès de l'artillerie, la place forte fut déclassée en 1889. Il n'y a plus d'activité militaire depuis cette époque.

Petite cité de caractère fortifiée quasi unique en son genre, Rocroi est la seule ville européenne, avec la ville italienne Palma Nova, avoir conservé dans son état d’origine son urbanisme concentrique en forme "d’étoile de mer pétrifiée".

En flanant dans Rocroi, admirez le long de l'agréable sentier touristique faisant le tour des fortifications, les courtines, bastions, demi-lunes et contre-gardes de Rocroi. Découvrez également au coeur de la ville fortifiée, la place d'Armes, agrémentée d'une fontaine, d'où partent dix rues radio-concentriques menant aux remparts.

En raison des envahisseurs successifs, les habitants, les Rocroyens, recourent, pour protéger leurs biens, à un rempart de terre et à un large fossé rempli d'eau. Cette enceinte primitive comprenait les rues du Petit-Fort, Chuquet, Dauphine, du Pavillon, de Bourgogne et de Champagne. Les travaux de fortifications débutèrent au XVIe siècle sur les ordres de Henri II, à la même époque que Charlemont à Givet, en 1555.


08 - Revin

Aire de camping-car

5-9 Rue du Port

 

GPS : N 49.939700, E 4.638460

Aire de camping-car le long de la Meuse, derrière une zone commerciale et à proximité du centre ville (boulangerie, commerces proches).

12 emplacements au calme bien alignés accès faciles.

 

Vidange eaux grises et eaux noires gratuit.

Service eau et électricité 2€

 

Prix du stationnement : gratuit

Ouverture/Fermeture : A L'année


EGLISE DES DOMINICAINS ET SON COUVENT

 

construite entre 1703 et 1713, elle devint l’église paroissiale en 1792. Elle a conservé de très belles stalles et boiseries sculptées et d’autres éléments mobiliers remarquables - chaire et orgue - recensés à l’Inventaire des Monuments historiques. Le couvent n’est visible que de l’extérieur.

LE MONT MALGRÉ-TOUT

Pour rejoindre ce site qui inspira George Sand, vous emprunterez l’une des plus jolies routes des Ardennes. Au départ de Revin, on grimpe vers le monument des Manises, dédié aux résistants du maquis du même nom, et gardé jusqu’à leur disparition par deux sangliers illustrant la vaillance ardennaise.

Culminant à 450 m, le mont offre plusieurs points de vue : la Fagileotte, le monument du maquis et le Rocher des Minches.

Au point de vue de la Faligeotte, on balaie toute la vallée de la Meuse, la campagne et la ville de Revin. Lorsque l’on se trouve au point de vue même, on regrette que les barrières soient installées un peu trop près des bancs. Le plus impressionnant étant celui de la Falière d’où partent les parapentes. Des aires de pique-nique sont aménagées pour prolonger son passage sur le site.

Poursuivre la route à travers la forêt sauvage qui coupe sur un plateau pour rejoindre la D989 aux Hauts-Buttés, avant de redescendre sur Monthermé.

Vous trouverez une ferme-auberge, peu fléchée, mais fort connue pour sa qualité, après le café en venant de Revin.

LE MONUMENT DES MANISES

 

 

Le 13 juin 1944, au lieu-dit du Père des Chênes, les soldats allemands fusillent 106 maquisards du maquis des Manises, jeunes Ardennais. Ce monument a été érigé en leur mémoire.

LE PARC ROCHETEAU

Situé en bord de Meuse, ce parc municipal boisé et fleuri est le refuge bucolique pour qui veut se détendre.

Il ne contient pas d'espèces rares, mais des arbres de belle allure, dont un Ginkgo Biloba surnommé « l'arbre aux 40 écus ».

Initialement connu sous le nom de la Tamisière, propriété de la famille d'industriels Faure, le parc fut acquis par la ville de Revin en 1972. 

08 - Hierges

Parking 50.10507 - 4.74087


Hierges la féodale vous invite. Aux portes de la Belgique, marqué par l'histoire de son château, le village de Hierges est un voyage dans le temps.

Lieu plein de charme, lorsque l'on se promène dans l'artère principale pavée avec ses maisons en pierre bleue et ses toits d'ardoise, mais aussi la ruelle qui monte à l'église Saint Jean-Baptiste et enfin et surtout, les ruines romantiques du château qui semblent veiller en maître sur le village.

Là, plus de 1000 ans d'histoire s'offrent aux visiteurs.

Reconstruit au XVIe siècle, ce château, aujourd'hui propriété privée, témoigne encore de l'art militaire mosan.

L’histoire du village

Comme vous le savez maintenant, le village médiéval de Hierges renferme une certaine histoire.

D’ailleurs, entre les nombreuses guerres qui s’y sont déroulées, les nombreuses familles qui furent à la tête du village et les nombreux lieux retraçant le passé, vous ne pourrez pas manquer d’éléments historiques !

Par exemple, parlons un peu, ensemble de l’histoire de son église, qui est bien sur un élément important du village.

Tout d’abord, il faut savoir qu’auparavant, il n’y avait pas d’église dans le village. Il a donc fallu attendre l’arrivée de Gilles de Berlaimont à la tête de Hierges pour en construire une.

C’est ainsi qu’en 1579, le seigneur et son épouse Lamberte de Croy construisirent : l’église Saint Jean-Baptiste.

Le château du village

Evidemment, vous ne pouvez pas rater, en passant devant le village, le magnifique château de Hierges, dont les premières traces remontent au IX -ème siècle, lors des incursions vikings et normandes. Perché sur un éperon rocheux, il domine le village et offre une vision de loin, parfaite, pour anticiper les attaques ennemies.

Aujourd’hui il appartient à un propriétaire et est donc privé.

L'église Saint-Jean-Baptiste

a pris la suite d'une première chapelle fondée avec la bénédiction du pape Adrien VI (souverain pontife de 1522 à 1523). L'église actuelle fut construite en 1579 par les seigneurs de Hierges, Gilles de Berlaymont et son épouse Lamberte de Croy. C'est un remarquable exemple de Renaissance mosane, modèle des églises de Foisches et de Charlemont. Il est également possible d'admirer son beau portail aux armoiries martelées à la Révolution portant une plaque de dédicace avec cette inscription :

"Messire de Berlaimont et dame Lamberte de Croy ont fait édifier cette église en l'honneur de Dieu et de Saint Jean-Baptiste 1579". 

A l'intérieur, l'église possède un mobilier remarquable allant de la fin du moyen-âge au XVIIIème siècle.

Vous pourrez découvrir l'ensemble de cette richesse lors de votre visite.

Devant, l'église se trouve un tilleul qui fut planté vers 1800.

08 - Fromelennes

Aire de camping car gratuit

23 Rue Nichet

 

GPS : N 50.123075, E 4.863095

nombre de place(s) 6

Prix des services : €2/10 min. of water

Prix du stationnement : free of charge

Ouverture/Fermeture : all year

Aire de camping car gratuit côté du parking du cimetière, très calme, avec splendide vue sur Givet. 6 emplacements CC côté vue plus 4 emplacements voiture côté cimetière. Site des grottes du Nichet à 500m, avec parcours Vita dans les bois.


GROTTES DE NICHET

Rue de Nichet

Considérée comme la plus merveilleuse curiosité géologique des Ardennes, cette grotte creusée dans le calcaire de Givet constitue l’une des principales attractions touristiques de la région ouverte depuis… 1896.

Elle comprend 3 niveaux, dont 2 accessibles au public.

Les 9 salles ouvertes à la visite - salle des Nutons, du Squelette, du Théâtre, etc. - permettent d’observer de nombreuses concrétions - animaux ou personnages qui ressortent de la roche -, une roche suspendue comme par magie, et une colonne vieille de 3 millions d’années !

De nombreuses traces animales y ont été révélées : mammouth, aurochs et faisan de Nichet, qui a donné son nom aux grottes.

Il est également probable que ces grottes ont reçu une occupation humaine aux temps préhistoriques.

Il est recommandé de bien se couvrir pour la visite, puisque la température moyenne est de 6°C.

De la salle des Nutons - petits êtres aux pouvoirs magiques -, on accède à la salle du Gouffre, où l’on retrouve les premières traces d’occupation humaine, puis à la salle du Lion, qui doit son nom à la forme d’une concrétion, puis à la salle du Clair de Lune, la salle des Amoureux, où l’on distingue la silhouette dessinée d’un couple.

Tous les jours

Du 30 mars au 31 Mai           de 14h00 à 18h00

Du 1er juin  au 31 Août          de 10h00 à 19h00

Du 1er au 29 Septembre        de 14h00 à 18h00

La dernière visite s'effectue une heure avant la fermeture.

TARIFS Individuel adulte    6€

08 - Givet

Aire camping-car,

12 Quai Dervaux

 

GPS : N 50.137325, E 4.830823

 

Nombre de place(s)20

Prix des services :2 euros

Prix du stationnement :gratuit

 

Ouverture/Fermeture :Ouvert toute l'année

25 grandes places délimitées, goudronnées et gratuites, sur les bords de la Meuse. Services payants.


12-14 Rue Berthelot

GPS : N 50.143200, E 4.826170

 

sur le parking du stade. 100 l d'eau, 1h d'électricité : 3 €. Jetons disponibles à l'accueil du camping.


Grand parking très pratique au milieu du centre ville, pharmacie en face et cinéma à proximité. Pas de service.

 

15-16 Place Méhul

GPS : N 50.138401, E 4.822260

 


Au creux de la Vallée de la Meuse, posée à la pointe des Ardennes, Givet la Mosane, bordée par la Belgique, offre un cadre idyllique pour accueillir le chaland et le touriste, au cœur d’un milieu riche en nature et en architecture.

C’est une jolie ville que Givet, propre, gracieuse, hospitalière,

située sur les deux rives de la Meuse, au pied d’une belle muraille

de rocher dont les lignes géométriques du Fort de Charlemont

gâtent un peu le sommet.

Victor HUGO

ÉGLISE SAINT-HILAIRE

Place Carnot 

Trônant sur la place Carnot, à deux pas de l’hôtel de ville, cette église de style classique, en pierre bleue du pays, est d’apparence très austère pour avoir été reconstruite dans un style très militaire à l’initiative de Vauban - dont le nom est inscrit sur le baldaquin du XVIIIe siècle de l’autel.

C'est peut-être justement pour cela qu'elle est intéressante ! Victor Hugo, passant à Givet en 1838, laissera d’ailleurs une description humoristique de son clocher.

Son intérieur, très lumineux, laisse une impression d’opulence.

A y découvrir : un buffet d’orgue Régence, le buste reliquaire de saint Hilaire et les magnifiques stèles de style Louis XIV. Curiosité : la rue de la Fausse Porte a la particularité de passer sous le chœur de l’édifice religieux par une belle voûte en pierre.

 

 

Curiosité : 

la rue de la Fausse Porte a la particularité de passer sous le chœur de l’édifice religieux par une belle voûte en pierre.

ÉGLISE NOTRE-DAME

Place Vauban 

Située place Vauban, sur l’autre rive, à deux pas de la place de la République, l’église Notre-Dame est le plus grand édifice de Givet - elle date du XVIIe siècle.

Son obscurité permet au visiteur de profiter au mieux de ses vitraux remarquables.

Cette église a la particularité d’avoir été reconstruite par retournement : le chœur actuel était en fait la nef dont l’entrée se faisait côté Meuse.

Elle abrite un tableau de 1620 sur la crucifixion du Seigneur, œuvre que l’on attribue tantôt à Rubbens, tantôt à Van Dyck.

TOUR VICTOIRE

Place Victoire 

Ancien donjon en briques et pierre bleue datant du XIVe siècle pour la partie basse, et du XVe pour la partie haute en brique.

Chaque étage possède sa pièce voûtée, celle du second étage étant la plus spacieuse et la mieux aménagée.

Son nom est lié à la conquête de Namur par Louis XIV. Il servit de péage aux barques qui descendaient la rivière puis de prison.

Il retrouva progressivement la vocation de musée qu’il avait avant la guerre.

À noter que l'intérieur de la tour n'est ouvert au public que pendant les Journées du Patrimoine.

CENTRE EUROPÉEN DES MÉTIERS D'ART ET DU LUXE

Définitivement fermé

10, quai des Fours

Crée en 1988, le Centre européen des métiers d'art et du luxe a pour vocation de promouvoir l'artisanat d'art.

Tout au long de l'année, le centre propose des expositions thématiques et des visites guidées.

Dans cet espace, vous pourrez admirer plus de 5 000 créations uniques, réalisées par une centaine d'artisans d'art européens et peut-être même en faire l'acquisition si le cœur vous en dit.

Les gourmets se laisseront volontiers tenter par des produits gastronomiques bien de chez nous comme la pipe de Givet, les gourmandises de Méhul ou encore les traditionnelles Ardoises bleues.

LE CAMP RETRANCHÉ DU MONT D'HAURS

Réserve naturelle de la Pointe de Givet

Les fortifications du mont d'Haurs sont partiellement incluses dans la réserve naturelle de la pointe de Givet. 

En 1697, Louis XIV demande à Vauban de renforcer les défenses de la cité. L'homme décide de faire du mont un camp retranché, en forme de couronne, pour protéger le fort de Charlemont.

Le camp représente un parfait exemple de l'architecture militaire dont Vauban avait le secret. 

N'hésitez pas à enfiler vos chaussures de randonnée et à suivre le chemin balisé pour arpenter les vestiges de ce géant de pierre, du bastion de l'Hulobiez aux écuries de Napoléon.

Du haut de la tour Grégoire, vous aurez une vue superbe sur Givet, Saint-Hilaire et Notre-Dame.

Charlemont, la citadelle

En avril 1555, Charles Quint fait acheter par sa sœur Marie de Hongrie, régente des Pays-Bas, le domaine d’Agimont.

Il décide de bâtir à la pointe Est d’une colline escarpée dominant Givet, un fort qui portera son nom.

Par le traité de Nimègue en 1678, Givet et Charlemont deviennent français. En 1680, Louis XIV visite ses acquisitions nouvelles et demande à Vauban un premier projet pour les fortifications de Givet. Charlemont est agrandi et gratifié d’une nouvelle enceinte.

Durant plusieurs décennies, différents conflits se déroulent en ce lieu.

LA TOUR GREGOIRE

Mont d'Haurs 

Cette ancienne tour de guet du camp retranché du Mont d'Haurs, qui aurait été érigée au XIe siècle, offre un des plus beaux panorama sur les deux Givets, Notre-Dame et Saint-Hilaire, Fromelennes, mais aussi quelques villages belges alentour, ainsi qu'une vue imprenable sur le fort de Charlemont.

Vous pourrez y accéder à pied depuis Notre-Dame en empruntant le chemin balisé.

La montée est rude, mais le joli point de vue qui s'offre à vous de là-haut mérite bien ce petit effort.

RÉSERVE NATURELLE DE LA POINTE DE GIVET

La réserve naturelle de la pointe de Givet est connue depuis le XIXe siècle, mais elle fut officiellement créée en 1999. Elle s'étend sur 354 ha, de la Roche à Wagne au Mont d'Haurs en passant par la Roche d'Avette et de Maurière, de belles balades vous attendent !

La Réserve présente une richesse incroyable de minéraux : schiste, grès, calcaire, et grottes s'y épanouissent.

La faune n'est pas en reste : on recense plus de 70 espèces d'oiseaux et 171 espèces d'insectes...

À ne pas manquer : le site de la Roche aux Chats qui abrite une pelouse à orchidées.

LA PORTE DE FRANCE

Route Nationale 51 

Ville fortifiée sous Louis XIV, Givet s'ouvrait sur six portes, toutes équipées de pont-levis et près desquelles se trouvait un garde de corps, abritant un soldat chargé du guet.

De nos jours, il n'en reste que trois : la Porte de France sur la RN51, la Porte de Rancennes à proximité du quai de Rancennes et la Porte Charbonnière au bout du quai Dervaux.

La Porte de France protégeait donc, jadis, l'accès à la ville, au sud, sur la rive gauche de la Meuse.

La pierre bleue

 

La ville compte de nombreux bâtiments en pierres bleues, de la carrière voisine.

Il s’agit du Fort de Charlemont, du Fort Condé, des anciens couvents des Récollets et des Récollectines, de l’ancien Manège Militaire, de la Chapelle de Walcourt et des deux églises.

 

Givet a vu naître Méhul, compositeur du

célèbre Chant du Départ,

 

dont le carillon de l'Hôtel de Ville égrène les notes.



08 - Monthermé

Super, les pieds dans l'eau.

Aire de services à 900 m.

 

Stationnement sur la pelouse interdit

 

5 Quai Aristide Briand

GPS : N 49.886501, E 4.735440

 

Nombre de place(s) 22

Prix des services : Elec. 2,80€

Prix du stationnement : 4€/24h 0,40€/pers.

Ouverture/Fermeture : all year


 

Aire de services avec borne Euro Relais. 

 

50 Rue du Général de Gaulle

GPS : N 49.881302, E 4.730200

 

Prix des services : 3 € (jetons)

Prix du stationnement : Gratuit

Ouverture/Fermeture : Toute l'année, sauf gel.

Les jetons sont disponibles à la mairie de Monthermé et à la capitainerie, juste en face de l'aire de service de Monthermé sur le bord de la Meuse.


L'origine du nom « Monthermé » se trouve écrite en latin dans les chartes du cartulaire de l'Abbaye de Laval Dieu. La plus ancienne conservée aux Archives départementales date de 1141, dans laquelle on peut lire « de Monte Hermeri ». En 1264 on trouve en vieux français « de Monthermeis ». Monthermé devient courant dès le XVIe siècle. L'étymologie de ce nom composé se trouve dans le latin antique sous les mots « mons, montis », un mont et « hermus ou heremus », qui signifie « des terres non cultivées et qui n'appartiennent à personne ». Monthermé vient de « Mont hermes », né de ce mélange de l’antique usage des druides avec le latin introduit par les romains. Le mot « hermes » est à prendre dans le sens donné vraisemblablement par les premiers habitants de culture celtique, débarqués sur la rive gauche de la Meuse, face au mont qui se trouve devant eux, des Écaillettes à Roma, qui n’était que forêt à l’origine « le mont de terres non cultivées et qui n’appartiennent à personne ».

LA VIEILLE VILLE

La vieille ville de Monthermé fut construite en amphithéâtre dans la boucle de la Meuse.

Sa mairie y est installée dans une ancienne école, non loin du lavoir, son petit campanile escarpant l’horizon.

Empruntez ruelles anciennes et grimpettes, en commençant par l’ancienne rue où logeaient les bateliers, la rue Paul-Doumer et ses lanternes à l’ancienne, rejoignez le barrage et longez le canal en jetant un coup d’œil à l’église Saint-Léger et à ses fresques, sans oublier l’école des filles.

La boucle de Monthermé

La célèbre « Boucle de la Meuse » de Monthermé : une des Perles de la Vallée, réputée au delà des frontières.  

Le surplomb Monthermé vous permettra et de dévoiler un paysage unique et des panoramas à vous époustoufler.

LA LONGUE ROCHE

Forêt domaniale de Château-Regnault 

Le plus célèbre des panoramas des Ardennes ! A 375 mètres, très beau point de vue sur la boucle de Monthermé, les Quatre Fils Aymon et l’immensité de la forêt.

Encore plus beau en empruntant le sentier des crêtes depuis la Roche à 7 heures.

L'intérêt majeur réside dans le méandre, considéré comme le plus spectaculaire de France.

Ce site fait partie d'un vaste ensemble géologique d'âge primaire.

A signaler : un sentier de randonnée de 12 kilomètres au départ du site.

SANCTUAIRE SAINT-ANTOINE DES HAUTS-BUTTÉS

Rue Justin Wimet, Les Hauts Buttés  *

En 1706, le roi Philippe V d'Espagne autorise la construction d'une chapelle aux Vieux-Moulins d'Hargnies dédiée à saint Antoine de Padoue. 

En 1769, les habitants demandent l'autorisation de construire un nouveau lieu de culte proche de leurs habitations. 

L’église actuelle est une pure création néogothique du XIXe siècle (1877) faisant suite à ces deux chapelles.

Elle est un lieu de pèlerinage extrêmement fréquenté depuis sa construction, particulièrement les 13 juin et 2 août.

On y dénombre environ 2 500 ex-votos.

De multiples plaques, témoignages de gratitudes, ornent également les murs de l'église, qui conserve par ailleurs une relique de saint Antoine de Padoue.

ABBAYE SAINT-RÉMI DE LAVAL-DIEU

Rue Remacle-Lissoir 

Située à la "Bouche de Semoy" au confluent de la Meuse et de la Semoy, l'église de Saint-Rémi de Laval-Dieu est l'une des plus anciennes abbayes des prémontrés. Fondée en 1128 par Wither, comte de Rethel et maintes fois détruite par les conquérants, l’église fut entièrement restaurée à la suite d’un incendie criminel à la fin du XVIIe siècle. Son cadre de verdure adoucit la rudesse des vestiges bombardés du logis abbatial qui formait l’aile ouest, dont subsistent l’entrée et cinq arcades. Dédiée à saint Rémi, elle renferme de belles boiseries du XVIIe siècle et des stalles remarquables. La façade de brique, de pur style baroque, présente des éléments décoratifs en pierre et un pignon à volutes décoré de pots à feu. C’est sur son buffet d’orgue de 1771 que le moine musicien allemand Hauser initia Etienne-Nicolas Méhul à la musique. La communauté des chanoines Prémontrés sera dissoute à la Révolution Française et leurs biens vendus.

Horaires :

Visite de l'abbaye possible en saison le mardi, jeudi et samedi après-midi

03 24 53 04 56

 

Consulter le site Internet

L'EGLISE ST LÉGER DE MONTHERMÉ

L’église Saint Léger de Monthermé fut construite vers la fin du XIIe siècle, en même temps que le début de l'exploitation ardoisière. Le bâtiment primitif fut pillé et incendié en 1445 par une horde de brigands à la solde d'Evrard de la Marck, seigneur de Rochefort et d'Agimont en guerre avec Philippe le Bon, duc de Bourgogne, prince des Pays-Bas Bourguignons pour une terre d'héritage qui revient à sa famille.

L'église rebâtie est consacrée en 1452 par l'archevêque de Reims, Jean Juvenal des Ursins, comme l'indique la pierre de consécration à l'entrée Nord. Des trous pratiqués dans le mur reçoivent les poutres d'un plancher mobile où se plaçaient les arquebusiers. La population de Monthermé fut souvent victime d’attaques guerrières faites aussi de brigandages, ce qui explique la fortification de cet édifice utilisé comme refuge et défense pendant les guerres de religion (1562-1598).

À observer....Les fresques. Les premières fresques furent découvertes en 1925, sous un badigeon qui s'écaillait à cause de l'humidité. Des campagnes de travaux de mises à jour et de restauration eurent lieu entre 1961 et 1967. Ces fresques avaient pour but d'instruire le peuple en majorité illettré au XVIe siècle, elles coûtaient moins chères que les tapisseries qui étaient parfois causes d'incendie.

ROC-LA-TOUR

Route forestière de la Lyre 

Ce site protégé entouré de bouleaux offre une vue grandiose sur le massif forestier des Ardennes.

Culminant à 408 m, il est à la fois un site géologique, préhistorique, et l’un des principaux lieux de légendes.

La légende veut que cet empilement chaotique de pierres soit l’œuvre du diable qu’un jeune châtelain vint solliciter par amour pour sa belle.

En échange de son âme, le diable accepta de construire, en une seule nuit, un château gigantesque… mais échoua.

De rage, il envoya l’édifice voler en mille morceaux, formant un amoncellement en demi-cercle.

Renwez

L'EGLISE NOTRE-DAME DE RENWEZ

Construite au XIVème siècle, l'Eglise de Renwez ainsi que le village  furent détruits en 1478 par les troupes de Maximilien d’Autriche.

Suite à une courte invasion des Bourguignons ravageant une quarantaine de villages aupays d’Ardenne, le bourg fut incendié, son église brûlée avec les paysans du lieu qui avaient cru y trouver refuge.

Philippe de CROY, Seigneur de Montcornet et Renwez, fait reconstruire l’église à la fin du XVème et au début du XVIème siècle.

En 1917, les allemands enlèvent les tuyaux en argent, cuivre, étain de l’orgue.

Les bombardements de 1940 ne détruisent pas les vitraux qui ont été déposés en lieu sûr.

Plus récemment, l’église a fait l’objet de restaurations, notamment la toiture, le clocher,la façade ouest et le pignon sud.

De l’édifice détruit en 1478, il reste le portail et la première travée de l’ancienne nef.

Classée " Monument historique " en 1852,  l'église fut déclassée en 1887 puis reclassée le 6 mai 1913.

Saulces - Monclin

Woinic !


Woinic est une sculpture de sanglier géant réalisé par le sculpteur ardennais Éric Sléziak entre le 1er janvier 1983 et le 15 décembre 1993. Il s'agit d'une œuvre monumentale, représentant un sanglier, l'emblème du département français des Ardennes, et installée sur une aire d'autoroute.

La structure en tige d'acier est couverte de milliers de petites plaques soudées une à une. L’œuvre mesure 8,5 m de haut, 5 m de large et 14 m de long pour un poids de 50 tonnes. Elle a nécessité 11 ans de travail.

Origine du nom

Le nom « Woinic » est la contraction des prénoms des parents du sculpteur, Woidouche et Nicole.

Woinic a quitté l'atelier de Bogny-sur-Meuse de son créateur Éric Sléziak pour être implanté le 7 août 2008 à 21 h sur l'aire d'autoroute de l'A34, à 10 km au nord de Rethel et 30 km au sud de Charleville-Mézières, près du hameau de Saulces-aux-Tournelles dans la commune de Saulces-Monclin6. L'installation marquait le 8 août 2008, journée du département des Ardennes (8-8-8). Cette aire baptisée « Aire des Ardennes (Woinic) » symbolise la porte d'entrée de la région naturelle des Ardennes. Elle fut ouverte le 1er décembre 2009.