De St Etienne à Alès

Saint Etienne

L’ église Sainte-Marie

s’installe pour partie sur l'ancien monastère de la Visitation (datant de 1621), ordre fondé par François de Sales. Sa chapelle est devenue église paroissiale en 1808. Trop exigüe, elle fut agrandie à plusieurs reprises. Entre 1820 et 1825, l'architecte Dalgabio réalise une nouvelle église, remaniée à son tour par l'architecte voyer Etienne Boisson en 1859, dans un style néo-byzantin, tirant son inspiration de la Basilique Saint-Marc de Venise. Trois coupoles en cuivre couvrent l’édifice. A l’intérieur les peintures murales composent un hymne à la Vierge. Vitraux de Borie, Veyrat, Mauvernay, sculpture de Fabisch. L'abside abrite : - une «Descente de Croix» peinte en 1842 par Théodore Chasseriau, - une «Délivrance de Saint-Pierre» par Jean-Marie Faverjon. La chapelle du Magnificat : Le Reliquaire de la Sainte-Epine du Christ et du Parchemin de Saint-Louis.

Maison François 1er

Cette demeure Renaissance est la plus remarquable des maisons de l'époque encore conservée à Saint-Etienne. Construite pour le négociant Claude Chamoncel, propriétaire en 1582, elle témoigne de la forte prospérité artisanale et de commerciale de la ville.

La montée du Crêt de Roch

La montée du Crêt de Roch a été réalisée en 1890 et elle permet d'accéder à la colline qui porte le même nom. 

Sublimée par une rampe de style Art Nouveau dessinée par Joanny Morin, cette montée offre un beau panorama sur l'ouest stéphanois.

Eglise Saint-François-Régis

De 1910 à 1913, l'architecture Paul Noulin-Lespès réalise sur d'anciens terrains miniers la troisième église de France en béton armé. Elle est de style néo-byzantin et est dédiée à Saint Jean-François Régis du XVIIe siècle venu prêcher l'Evangile.

Eglise de Valbenoite

Son plan simple respecte la règle cistercienne. La décoration des chapiteaux est caractéristique de la période romane primitive. Son aspect extérieur est altéré au XIXe siècle : le style gréco-romain de la façade contraste avec l'intérieur romain.

Grand'Eglise - Eglise Saint-Etienne Saint-Laurent

Fondée entre 1450 et 1480 sous le vocable de deux martyrs, Saint-Etienne et Saint-Laurent cette église est la plus ancienne de la ville historique. La superficie de la paroisse expliquerait le surnom de Grand'Eglise.

Bourse du travail

La Bourse du Travail stéphanoise, créée en 1888, se situe tout d'abord place Marengo, dans un immeuble loué à un particulier. En 1892, Saint-Etienne est la troisième ville de France à se doter d'une telle structure. Le nom actuel est attribué en 1902.

Kiosque à musique

En 1870, l'architecte municipale Jules Mazerat conçoit un kiosque à musique installé au coeur du premier jardin public stéphanois: la place Marengo, actuellement place Jean Jaurès. Cet édifice s'inscrit dans une époque marquée par la musique locale.

Balade urbaine aux origines du design stéphanois

La balade se base à la fois sur la découverte d’anciens quartiers industriels en devenir, sur les oeuvres urbaines d’artistes connus ou reconnus disséminées dans la ville et sur des symboles forts de l’architecture du XXIème siècle.

Durant une journée partez à pied ou en tramway pour cette balade destinée aux plus curieux d’entre vous !

Télécharger
Balade urbaine aux origines du design st
Document Microsoft Word 255.4 KB

Saint Chamond

L'ancien Hôtel-Dieu

Jadis situé vers le pont Saint-Antoine, il fut transféré rue de la Charité vers 1670. La chapelle sera bâtie en 1674. Des lettres patentes datant de mai 1713 et signées du roi Louis XIV confirmèrent le dit établissement.

Transformé, agrandi, il devint un important hôpital accueillant en 1790 plus de 600 malades

En 1973, le conseil municipal confie à J.P. Jouve l'étude et la réalisation des travaux de restauration de l'Hôtel Dieu et son aménagement en centre social et culturel. en 1975, les façades et les toitures du bâtiment sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Avec le changement de municipalité en 1977, l'affectation future du bâtiment est modifiée : l'édifice réhabilité accueillera la Bourse du Travail, le Greffe d'Instance et le conseil des Prud'hommes, une petite salle de spectacles (salle gérard Philipe), des locaux pour les associations et les syndicats, puis l'antenne couramiaude de la Direction Départementale des Territoires.

A la fin des années 2000, les services de l'Etat quittent progressivement le bâtiment, remplacés peu à peu par des services municipaux : Direction des Affaires Culturelles en 2010 et Direction des Animations Sportives et Associatives en 2012.

2015 est l’année qui voit l’arrivée de l’Office de Tourisme et du Comité des fêtes dans les locaux de l’ex-conciergerie qui ont été rénovés avec l’accord de l’architecte des bâtiments de France. 

La Caisse d'Epargne

Ambitieux projet illustrant l’importance économique de la ville à la fin du XIXème siècle. L’architecture se réfère à l’architecture française du XVIIème siècle avec les volumes de toitures différenciés. Inaugurée en 1901.

Parc Nelson Mandela

En passant par l'entrée située vers la façade classée de l'Hôtel de Ville, on entre dans le parc par une première cour composée de nombreuses colonnes. Derrière, le parc invite a un instant de détente ou de jeux en famille au coeur de la ville.

En 2013, 5 totems (mélange de bois, de métal et d’argile) ont été réalisés par un céramiste local, Dominique BAJARD, et installés dans le parc Nelson Mandela : une stèle évoque le portrait de Nelson Mandela, modelé en haut relief et entouré d’une foule ; la seconde et la troisième évoquent la lutte, la réunification dans la paix ; la quatrième et la cinquième supportent des muraux sur lesquels sont inscrits des phrases et citations de Nelson Mandela

20 000 m², 11 massifs fleuris, 213 m² de massifs et près de 200 arbres. 

La place Saint Pierre

Du XVème siècle au début du XVIIème siècle, la place est celle de la chapelle Sainte-Barbe élevée vers 1480 par le riche marchant Mathieu Palerne. Sur l’emplacement de cette chapelle, démolie en 1753, se trouve le choeur de l’église Saint-Pierre actuelle.

Bâtie par Melchior Mitte de Chevrières, seigneur de Saint-Chamond, en prolongement de la chapelle Sainte-Barbe, l’église fut consacrée le 3 mai 1609.

Le clocher, commencé en 1617 et achevé en 1645, est recouvert de plaques de cuivre qui lui donnent un aspect bien particulier.

Le bâtiment est classé monument historique en totalité depuis 1983. L’orgue mérite un intérêt particulier, oeuvre de Callinet (1834), classé monument historique. - possède de très belles gravures épigraphiques

Eglise Saint-Pierre

Bâtie par Melchior Mitte de Chevrières, seigneur de Saint-Chamond, en prolongement de la chapelle Sainte-Barbe, elle fut consacrée le 3 mai 1609.

Eglise Notre Dame

Construite par Louis-Etienne JOURNOUDE au XIXème siècle, l'église est un compromis de style néo-gothique et néo-byzantin. Le perron, offert en 1889 par Mme Alamagny, fut orné en 1890 de deux lions monumentaux sculptés par Louis Martin. 

Le rond point des rencontres

Un rond point oeuvre d'art du sculpteur Pedro Diaz. 3 Rencontres, 3 expressions: la complicité, la joie et la passion

La Grand'Grange

Importante construction en pierres qui fut les grandes écuries du château.

Le Lycée Professionnel Privé la Grand’Grange occupe une partie de l’emplacement du château des Seigneurs de Saint-Chamond, château pillé et démoli pendant la Révolution.

Parc Novacieries

A deux pas du centre ville de Saint-Chamond, le Parc Novaciéries propose plusieurs espaces de loisirs intergénérationnels, accessibles à tous, sur une surface de 1.5 ha : un jeu de boules, une aire de pique-nique,...

Eglise Notre Dame

Construite par Louis-Etienne JOURNOUDE au XIXème siècle, l'église est un compromis de style néo-gothique et néo-byzantin. Le perron, offert en 1889 par Mme Alamagny, fut orné en 1890 de deux lions monumentaux sculptés par Louis Martin.

 

Place de l'Observatoire, Château de Saint-Ennemond

Reste du clocher de la collégiale Saint-Jean-Baptiste, ce clocher était construit au-dessous de l’église pour ne pas gêner la vue du Seigneur depuis la terrasse de son château

Eglise Saint Ennemond

Plusieurs fois saccagée, brûlée, rebâtie, elle reste la plus ancienne église de la ville. Son origine remonterait au VIIIème siècle.

L’église tire son nom de Saint-Ennemond, évêque de Lyon, personnage charitable, modeste et doux ; il est reconnu pour faire marcher les enfants.

Dans la niche du porche d’entrée est installée sa statue ; il est le patron de l’église et de la colline.

L’église préserve de belles peintures murales 

La maison de Ravachol

Ravachol, militant anarchiste, est né le 14 octobre 1859 à Saint-Chamond et mort guillotiné le 11 juillet 1892 à Montbrison. Il est né dans la chambre correspondant à la fenêtre tout en haut à gauche.

La Maison des Chanoines

Située au bord du Janon, au pied de la haute ville, la Maison des Chanoines semble avoir été érigée en partie au XVème siècle et remaniée au XVIème siècle à l’italienne.

Ainsi dénommée en souvenir du chapitre des chanoines crée par Melchior Mitte de Chevrières pour desservir sa Collégiale.

Le bâtiment, classé depuis 1983, accueille aujourd’hui un restaurant gastronomique

Le château du Jarez

Conçue par l’architecte Léon Lamaizière (1855-1941), cette maison est liée à la Compagnie des Hauts Fourneaux Forges et Aciéries de la Marine et des Chemins de fer et du directeur, Adrien de Montgolfier.

La rue de la République

De nombreuses demeures et anciens hôtels particuliers du XVIIIème siècle proposent un alignement architectural harmonieux et remarquable. Certaines maisons possèdent des cours intérieures avec grilles et rampes en fer forgé, puits et fontaines.

De nombreuses demeures et anciens hôtels particuliers du XVIIIème siècle proposent un alignement architectural harmonieux et remarquable. Certaines maisons possèdent des cours intérieures avec grilles et rampes en fer forgé, puits et fontaines.

Hôtel de Ville

L'Hôtel de ville est un ancien couvent des Minimes, fondé le 27 janvier 1628 par Gabrielle de Gadagne, épouse de Jacques Mitte de Chevrières, seigneur de Saint-Chamond.

Le Puy en Velay

(N° 27833)

Place du Maréchal Leclerc   43000 LE PUY EN VELAY

 

Latitude : (Nord) 45.04329° Longitude : (Est) 3.89249°

 

Tarif : 2017

Stationnement, services 24 h : 10,80 à 12 €  

5 € pour 5 h

Taxe de séjour C-C: 1,10 €

Type de borne : EURO-RELAIS

Services : 

Autres informations :

Ouvert toute l'année

27 emplacements

avec électricité 6 A

Tél : + 33 183 646 921contact@campingcarpark.comhttps://campingcarpark.com/shop/auvergne-rhone-alpes/43-haute-loire/le-puy-en-velay-aire-le-puy-en-velay/#tab-reviews


Le Puy-en-Velay est un joyau au coeur de la région Auvergne Rhône-Alpes. Retrouvez ici les incontournables, les visites pour profiter au mieux de votre séjour en Velay et découvrir le patrimoine exceptionnel de notre ville, capitale européenne des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

Le Puy-en-Velay est ville d’Art et d’Histoire. Le service Pays d’art et d’histoire de l’agglomération du Puy-en-Velay fait d’ailleurs connaître et partager les richesses du pays aux habitants, aux jeunes et aux touristes. 

la  Cathédrale Notre-Dame

Après une première église construite au Ve siècle, la Cathédrale a été édifiée sur le mont Anis. Au XIIe siècle, l’afflux des pèlerins conduit à asseoir quatre travées au-dessus d’un porche voûté, pour compenser la pente du mont Anis. L’entrée s’effectuait par un escalier qui débouchait au milieu de la nef centrale.

Au XIXe siècle, l’édifice a été considérablement transformé, mais les six coupoles et d’admirables décors peints ont été préservés. De 1994 à 1999, une restauration d’ensemble a permis la restitution de l’escalier central fermé au XVIIIe siècle, la réfection des parements intérieurs et le remontage de l’orgue avec son buffet à double face du XVIIe siècle.

Un nouvel autel a été placé à la croisée du transept, tandis que l’autel des «pèlerins», contre le mur, porte la «Vierge Noire» qui a remplacé la statue primitive, brûlée à la Révolution.

Bon plan : allez découvrir au fond de la cathédrale la chapelle des pénitents, magnifique. Sortez sur la place du For et jetez un d’oeil sur le panorama à 180° sur la ville, ses toits en brique et ses fenêtres à meneaux.

La  Statue Notre-Dame-de-France

La tête dans les étoiles… À quelques minutes à pied du centre-ville, la monumentale statue Notre-Dame de France constitue une prouesse technique étonnante. Érigée en 1860, elle a été créée avec le métal de 213 canons pris aux Russes lors de la Guerre de Crimée et offerts par Napoléon III.

oeuvre de J.M Bonnassieux, elle mesure 22,70m et pèse 835 tonnes. Un site extraordinaire : le rocher Corneille, ancienne citadelle, point culminant du bassin ponot offre un panorama unique sur la Cathédrale, la ville et la région aux horizons bleutés.

La montée, aménagée avec des panneaux d’interprétation et une table d’orientation, est aisément accessible à pied.

Gravir le  Rocher Saint-Michel d’Aiguilhe

Le bassin du Puy-en-Velay se caractérise par la présence de brèches basaltiques, dont celle de Saint-Michel d’Aiguilhe est la plus spectaculaire. Ces formes de déchaussements portent le nom de “necks” dans le cas de dégagement d’anciennes cheminées de volcans, comme Saint-Michel, qui se sont formées sous l’eau du lac il y a environ 2,2 millions d’années.

Le rocher Saint-Michel d’Aiguilhe est l’un des sites, issus du volcanisme, les plus remarquables et étonnants de France. Le rocher, d’une hauteur de 82m, et la chapelle Saint-Michel d’Aiguilhe constituent un ensemble exceptionnel.

Prouesse technique et humaine, la chapelle édifiée en 961 a vu le jour grâce à l’évêque Gothescalk qui décida sa construction à son retour d’un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle. Découvert en 1955 pendant des travaux de réfection de l’autel, le trésor est constitué de reliques remontant aux origines de la construction. De remarquables fresques ont également été restaurées.

le  cloître et les trésors de la Cathédrale

Edifié au XIe et XIIe siècles, le cloître est l’un des plus beaux ensembles roman d’Europe.

Les arcades en plein cintre sont surmontées par une mosaïque de losanges blancs, rouges et noirs. La salle du chapitre est ornée d’une fresque de la Crucifixion.

Le cloître présente également une série remarquable de chapiteaux historiés du XIIe siècle : les quatre Évangélistes, course des centaures, un abbé et une abbesse se disputant la crosse. À découvrir avec le trésor de la Cathédrale, une collection exceptionnelle d’ornements liturgiques et de tableaux de dévotion brodés du XVe au XXe siècle, rassemblée pendant plus de trente ans.

L’Hôtel-Dieu

Lié au pèlerinage et au sanctuaire Marial, l’Hôtel -Dieu a été fondé au XIIe siècle pour accueillir les malades les plus démunis. Aujourd’hui, un vaste projet de réhabilitation confié à l’architecte Jean-Michel Wilmotte permet de redécouvrir ce lieu majeur de l’histoire de la ville. Maquettes tactiles, douches sonores, projections, énigmes, jeux sensoriels … Vous voyagez dans l’espace et dans le temps dans un monument classé au patrimoine mondial de l’Unesco au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

Ce musée interactif vous donne toutes les clés pour comprendre les patrimoines du Velay et de la Haute-Loire. Vous pourrez aussi découvrir la pharmacie hospitalière, témoignage exceptionnel de l’histoire du lieu.

Depuis 2014, une oeuvre monumentale “Le Coeur de l’Hôtel-Dieu” de Jean-Michel Othoniel est installée dans le jardin.

L’Hôtel du département

Entre histoire et modernisme , l’Hôtel du département de Haute-Loire réhabilité par l’architecte Jean-Michel Wilmotte est un espace privilégié pour l’organisation d’événements, congrès, séminaires et expositions. Au rez-de-chaussée du bâtiment, la salle de sessions bénéficie d’un exceptionnel panorama sur le rocher Saint-Michel d’Aiguilhe. La galerie d’exposition, ouverte toute l’année, offre aux visiteurs la possibilité de découvrir des oeuvres de qualité d’artistes locaux.

Sa cour intérieure, incontournable, accueille la chapelle Saint-Alexis qui fait partie intégrante du spectacle Puy de Lumières.

Le  Camino

Empruntez le chemin des étoiles et visualisez les étapes vers Saint-Jacques de Compostelle. À travers une scénographie très moderne, le visiteur est immédiatement immergé dans le chemin de Saint-Jacques. De son apparition au Moyen-Age à sa modernité actuelle toutes les dimensions du Camino sont présentées. Véritable invitation à l’expérience, lieu d’accueil, de conseil et de rencontre pour le marcheur, il est aussi un plus incontournable à la vie culturelle du Puy-en-Velay.

Le café des pèlerins et son magnifique jardin constituent une halte reposante au chevet de la Cathédrale.

Le  sanctuaire Saint-Joseph de Bon Espoir

À proximité du Puy-en-Velay, au coeur de la vallée de la Borne, la basilique Saint-Joseph de Bon-Espoir d’Espaly, achevée en 1918, occupe l’emplacement de l’ancienne chapelle d’un château fort. La monumentale statue mesure 22,40 mètres de haut et semble répondre à Notre-Dame de France située sur le rocher Corneille au Puy-en-Velay.

oeuvre du frère André Besqueut, la statue a été construite en béton armé. Sa réalisation fut approuvée par le pape Pie X. L’inauguration et la bénédiction eurent lieu le 11 avril 1910. Lors de votre passage, admirez la chapelle nichée dans la roche. Autour du sanctuaire, quelques rues étroites et pittoresques constituent le vieil Espaly.


Alès