Cala Gonone - Orgosolo

65 km

1 h 35


La Vallée di Lanaittu

Partons à la découverte de lieux un peu moins touristiques.

La Vallée di Lanaittu en fait partie.

Pour rejoindre la vallée, vous devrez emprunter la route Oliena-Dorgali.

Après Oliena, prenez la route sur environ 10 km en suivant les panneaux pour Su Gologone puis ensuite pour la « Valle di Lanaittu ». 

Vous pouvez d’ailleurs vous arrêter d’abord pour aller voir Su Gologone, une source de montagne dont le débit peut atteindre pas moins de 10 000 litres par seconde en cas de fortes pluies. Comptez 2€ pour l’entrée. Ouvert de 9h à 19h.

C’est juste en face que se trouve l’entrée de la Vallée di Lanaittu. 

 

On peut s’y promener en voiture, à vélo ou à pied.

Longue de 7 km, avec ses montagnes et ses falaises, ses vignes et ses oliviers, la Vallée est l’occasion de faire de belles ballades en pleine nature dans le Supramonte.

Vous pourrez également visiter une grotte: la grotte de Sa Oche e Su Bentu. Ouverte uniquement d’Avril à Septembre, l’entrée coûte environ 5€.

Dans la Vallée, à proximité des grottes, vous trouverez aussi le village nuragique Sa Sedda e Sos Carros.

Construit en 1300 avant JC, il n’en reste aujourd’hui que des ruines et il faut un peu d’imagination pour se représenter ce que cela pouvait donner.

Une brochure en français est fournie pour la visite.

 

GPS N 40.27086 - E 9.50150

Orgosolo

Un petit parking a 200 m des rues les plus intéressantes (peintures) Il se situe tout pres du cimetière, les voisins ne sont donc pas bruyants, et il est a l'ombre au milieu de la journée.

GPS : N 40.206100 - E 9.356610

Adresse :

Via Cimitero

08027 Orgosolo

Ristorante Campeggio Supramonte *

Sarthu Thitthu

08027 ORGOSOLO (NU)

GPS  (Nord) 40.19234°  (Est) 9.34889° 

Tarif : 2015

2 personnes, électricité, douche : 15 €

Personne en + : 3 €

Wifi : 1 € / 1h - 2 € / 3h

Type de borne : Artisanale

Services :

Restaurant type Agritourismo - Pizzeria

Tél : +39 784 401015

@Mail

SITE INTERNET 


Situé à environ 1 heure de route de Cala Gonone, c’est le village de montagne le plus connu du Supramonte. C’est à Orgosolo que vous pourrez admirer des centaines de Murales, des fresques peintes directement sur les murs des maisons.

Elles font référence à des hommes politiques ou à des événements majeurs internationaux comme les attentats du World Trade Center ou la Seconde guerre mondiale.

Les premières fresques ont été réalisées dans le cadre d’un projet scolaire en 1975, pour fêter le 30 ème anniversaire de la libération de l’Italie. Depuis plusieurs générations et même des artistes connus ont contribué à faire d’Orogosolo une oeuvre d’art géante.

La majorité des murales d’Orogosolo sont visibles le long du Corso Repubblica, l’artère principale du village mais il y en a aussi dans les rues adjacentes.

Comme il n’y a aucune explication dans les rues, je vous conseille de vous procurer un audio guide (5€) pour visiter Orogosolo et ainsi en savoir plus sur l’histoire de chacune des murales. 

Une carte (3€) est également à disposition pour se repérer. 

L’endroit est assez touristique avec son lot de boutiques de souvenirs et de restaurants.

Orgosolo - Lac de Gusuna

36 km

0 h 45


Gavoi

 

 

Parking terre battue

vers le stade

GPS 40.16844 - 9.19508


 

 

Parking goudronné

vers le cimetière

GPS 40.15400 - 9.19361


Les hauteurs tout autour le protègent, le lac, les cours d'eau et les bois l'étreignent, Gavoi est un village enchanté de la Barbagia di Ollolai, au centre de la Sardaigne

Entouré des monts du Gennargentu et effleuré par des cours d'eau qui en font un spectacle de raretés faunistiques et d'arbres, Gavoi est un bourg « joyau » dans le cœur sauvage de la Sardaigne, auquel le Touring club a décerné la Bandiera arancione (Drapeau orange).

Peuplé d'environ trois mille habitants, il grimpe à presque 800 mètres de haut, sur une position enviable, au centre d'un territoire de plus de trois mille hectares recouvert de deux tiers de bois de chênes verts, chênes pubescents, châtaigniers, houx, noix et cerisiers.

À deux kilomètres du village vous serez fasciné par le bleu intense, spécialement en automne et en hiver, du lac de Gusana, idéal pour des excursions en canoë et pour la pêche sportive.

C'est un bassin artificiel, formé entre 1959 et 1961, « encaissé » entre les monts Littederone et Nodu nos Arcos, recouverts de chênes pubescents et de maquis qui lui donnent un aspect immaculé : vous pourrez les explorer à cheval. Près de ses bords, vous trouverez des structures pour profiter d'un séjour avec tous les conforts à disposition.

Durant toute l'année vous serez fasciné par le contexte naturel de la zone : en hiver, par les monts enneigés qui servent de fond au printemps et, en été, par un climat frais et les couleurs vives de la nature.

Dans le bourg, constitué d'élégantes maisons en granit, vous jouirez de splendides vues panoramiques sur les vallées vertes.

Vous pourrez savourez les délices locales, comme le célèbre fromage de brebis, le pecorino fiore sardo dop – en raison duquel Gavoi est un centre slow food - pane' e fresa, des pommes de terre et des gâteaux typiques, et vous admirerez les excellences artisanales.

En marchant dans les rues du centre, vous vous laisserez transporter à la recherche de coins avec des balcons fleuris, d'où les écrivains, acteurs, musiciens et journalistes du monde entier se produisent au début juillet à l'occasion du festival L’Isola delle storie, le plus célèbre festival littéraire de la Sardaigne.

Si vous souhaitez approfondir la culture locale, ne manquez pas de visiter

le musée casa Porcu Satta 

qui contient les magnifiques vêtements de la tradition de Gavoi, des jouets d'autrefois (la splendide collection Jocos), des outils des anciens métiers et des instruments musicaux, comme su tumbarinu (tambour), joué par les Tumbarinos, qui ont contribué à la renommée du bourg.

L'église de sant’Antioco martyr est une étape intéressante à ne pas rater.

Sur les points les plus « hauts » du territoire, près des sources, vous pourrez visiter des menhirs, domus de Janas et nuraghes, symbole d'un territoire habité dès la préhistoire, notamment, les établissements de Castrulongu et le nuraghe Talaichè, avec la couverture à tholos (fausse coupole) encore intacte.

La roche de Lopène est très suggestive ; c'est l'endroit où, selon la légende, avait lieu le sacrifice des personnes de plus de 70 ans.

le lac de Gusana

Bel endroit sur le Lago di Gusana. Juste sur le lac avec la natation. Malheureusement, certaines personnes ont quitté les poubelles. Plusieurs endroits pour le camping-car ou les petits campeurs. Route temporairement non pavée mais facile à conduire.

GPS :

N 40.133352 - E 9.190455

Adresse :

località Conchedda

08020 Gavoi


 

Le lac de Gusana, creusé entre 1959 et 1961 sur le territoire de Gavoi, dans la Barbagia de Ollolai, interrompt le rio Gusana entre les montagnes Littederone et Nodu Nos Arcos. Ce lac, qui s'étend donc au pied du haut-plateau granitique de Fonni, s'inscrit parfaitement dans le paysage environnant . les rouvraies recouvrant les reliefs qui l'entourent lui donnent son aspect caractéristique.

Lac de Gusuna - Nuoro

109 km

1 h 47


Sorgogno

Sorgono a été le chef-lieu du Mandrolisai, et c'est encore aujourd'hui l'un de ses plus importants villages.

Il est situé dans une verte déclivité sur le côté ouest du Gennargentu, dominé par un paysage majestueux recouvert d'une végétation riche et dense, faite de chênes, de chênes liège, de châtaigniers et de noisetiers. La présence de l'homme dans le territoire remonte à l'époque prénuragique, comme le démontrent les trouvailles et les sites archéologiques qui parsèment la région.

 

Célèbre centre de production de vin, Sorgono élabore le Mandrolisai, un vin composé de Cannonau, Monica et Bovale, appelé aussi Muristellu.

 

Ses points d'intérêt sont le cadre naturel où il se situe, mais aussi les extraordinaires sites archéologiques qui entourent le village.

Les pentes occidentales du Gennargentu sont en effet couvertes d'une végétation touffue faite de chênes, de chênes liège, de châtaigniers et de noisetiers, où vivent les mouflons, les renards, les sangliers, les lièvres, les belettes, l'aigle royal, le faucon crécerelle, le faucon pèlerin et la buse variable.

  

Dans le village, les restes de la Casa Carta, un palais du XVIIe siècle, et d'une fontaine d'origine pisane.

Mandrolisai

De retour au centre de l'ile, dans la région de Mandrolisai, village niché parmi les menhirs deux fois centenaires du parc de Sorgono et sous le charme du splendide spectacle donné par les 50 sources d'eau sortant du granit modelé par le temps et la nature. 

Santuario di San Mauro

GPS N 40.00859 - E 9.04029

 

Non loin du village se trouve l'un des sanctuaires de campagne les plus anciens de Sardaigne : l'église San Mauro, entourée du traditionnel enclos de cumbessias, c'est-à-dire les maisons pour le repos des pèlerins qui, au cours du temps, ont laissé sur les pierres de l'église des inscriptions rappelant leur visite.

 

Le style de l'église résulte d'une fusion harmonieuse entre l'âme populaire et les traits caractéristiques de l'architecture gothique aragonaise.

On accède à la façade de trachyte gris par un escalier bordé de deux statues de lion, tandis qu'en haut, s'ouvre l'une des rosaces les plus réussies de la Sardaigne des siècles gothiques.

L'intérieur de l'église est couvert d'une unique voûte et interrompu uniquement par l'arc qui donne accès au presbytère.

Il abrite un autel baroque.

Près du sanctuaire, on peut admirer la tombe de géants de Funtana Morta, et la grande salle couverte à l'intérieur du nuraghe Talei.


Nuoro

J'ai dormi merveilleusement ici. La police est passée et n'a rien dit. Parking normal, il n'y a aucune raison de ne pas rester ici. Les eaux grises peuvent être éliminées dans le parking en dessous de ce parking. 

GPS :

N 40.315304 -  E 9.326309

Adresse :

67 Via Eugenio Montale

08100 Nuoro

CENRE VILLE

Parking sur la Piazza Italia. Gratuit la nuit, vous payez de 7h à 15h, 1 € de l'heure.

GPS :

N 40.324153 - E  9.331318

16 Piazza Italia

Nombre de place(s) 100

Interdit > 2 t

 


Strada Provinciale 58

Area Comunale

08100 NUORO (NU)

 

Latitude : (Nord) 40.31433° 

Longitude : (Est) 9.32798° 

 

Tarif : Gratuit

Type de borne : Plateforme

Services :

Proche du centre ville

Autres informations :

30 emplacements

2 bornes de services

Il parait pas très accueillant pour y passer la nuit


Village isolé de montagne, Nuoro fut longtemps considérée comme une zone de criminalité, réputée pour abriter des bandits et des opposants au pouvoir central.

Aujourd’hui c’est de l’histoire ancienne et la ville connaît un regain de vitalité culturelle grâce notamment à son université et son musée ethnographique. 

Le musée présente une collection de bijoux, d’armes, de masques et de costumes traditionnels sardes. La visite est particulièrement intéressante pour découvrir le folklore et la culture sarde.

Tarif de 5€ par personne; fermé de 13h à 15h.

 - Musée de la vie et des traditions Sardes

Toujours à proximité de Santu Pedru, au cœur de Nuoro, vous pourrez visiter la place-monument dédiée à Sebastiano Satta, où se trouve la maison du poète. « Un bijou unique de signification mondiale » (comme la décrit l'historien de l'art Fred Licht), pensée par le sculpteur d'Orani, Costantino Nivola, un des plus grands artistes de la Sardaigne du XXème siècle.

À quelques centaines de mètres de la cathédrale de Sainte-Marie de la Neige et l'église de Notre-Dame des Grâces

 

 

Stationnement

GPS N 40.32159 - E 9.36989

Nuoro - Olbia

107 km

1 h 30


Belvédère du Monte Ortobene

 

 

Stationnement

GPS 40.32159 - 9.36989


Depuis Nuoro, empruntez ensuite la route qui mène au Monte Ortobene.

Là haut, vous trouverez la version sarde du Christ Redempteur, une statue de bronze représentant le Christ écrasant la tête d’un démon. Vous pourrez également apprécier la magnifique vue qui s’offre à vous sur les montagnes et toute la vallée depuis le belvédère.

Le Monte Ortobene est très prisé pour les balades en forêt. Il y a également une aire de pique nique avec un café sur le parking avant d’arriver à la statue.

Il est faux que l'Ortobene puisse être comparé à d'autres montagnes - écrit Deledda - l'Ortobene est unique au monde ». L'arrêt sur le mont qui surplombe le chef-lieu de la province est un must, la fatigue de l'ascension sera récompensée par une vue à couper le souffle. Sur un de ses sommets, à une hauteur de 925 mètres, trône la statue en bronze du Christ, installée là depuis 1901 et en direction de laquelle, le dernier dimanche d'août, se dirige la procession de la grande fête de Nuoro, la Fête du Rédempteur. Tandis qu'au pied de la montagne se trouve l'église de la solitude, où reposent les restes de Grazia Deledda.

Posada

Parking camper et bus à Posada, petit village accroché à la colline. Une petite balade pour monter au Castello de la fava, 3€ l'entrée (gratuit pour les -12 ans) avec une belle vue à 360°

théoriquement interdit aux camping cars

GPS :

N 40.637310 - E 9.726466

Adresse :

Via Circonvallazione Nord

08020

Le parking est très grand et paisible. Très facile à trouver et très bien si vous voulez dormir dans la nuit. La plage à proximité est belle et venteuse pour le kitesurf et la planche à voile, le vent est très constant .

GPS :

N 40.630481 - E 9.740229

Adresse :

spiaggia su tiriarzu

08020 Posada

Strada Spiaggia Orville

Matta e Peru

08020 POSADA (NU)

GPS

N 40.65332° - E 9.74527° 

Tarif : 2014 Stationnement : 10 €

Autres informations :

Déballage interdit

en arrivent du côté de l'Agritourismo la route et belle tres peu de "piste" en terre

que l'on suis le gps et que l'on passe du mauvais coté

En prenant la direction Spiaggia avant le village c'est un boulevard


Borgo de la Baronia, dans la Sardaigne du nord-est, perché sur un rocher et dominé par un château, et à ses pieds une vallée verte qui se jette dans la mer turquoise

Il est perché sur une colline calcaire, surmonté par un château au sommet duquel vous observerez un panorama splendide. Posada, un village de trois mille habitants qui a reçu la Bandiera arancione (Drapeau Orange) du Touring club et fait partie du club des plus beaux bourgs d'Italie, est un des lieux les plus évocateurs de l'Ile pour son histoire, sa culture et ses paysages.

Aux pieds du bourg, la vallée du rio Posada, est idéale pour les amants de la nature et de l'archéologie.

Le barrage du fleuve crée le lac de Maccheronis : tout autour, des itinéraires pour les VTT et, sur le fond, le Montalbo. Nous nous trouvons dans le parc de Tepilora, une des plus grandes et belles zones vertes de l'Ile avec des sentiers qui s'insinuent entre les forêts, les sources, les lagunes et les dunes de sable, idéales pour des excursions de trekking, à vélo et à cheval.

Vous pourrez faire du birdwatching dans l'étang de San Giovanni, peuplés d'échasses blanches et de flamants roses ou, tout près, vous détendre sur la plage qui porte le même nom, la « perle » d'une partie de côte qui reçoit chaque année les Cinque Vele blu (prix décerné aux plages les belles en Italie). Les plages de su Tiriarzu, Iscraios et Orvile sont également à voir.

Surgie des cendres de la Feronia phénicienne (nom d'une déesse étrusque), Posada est l'un des plus anciens centres sardes : probablement ce fut une agglomération italico-étrusque (Ve-IVe siècle av. J.-C.).

La principale pièce de l'époque est une petite statue d'Hercule.

Durant la période romaine, tout tournait autour du portus Liquidonis, l'actuel San Giovanni di Posada, une bourgade maritime dominée par une tour aragonaise.

Le toponyme latin Pausata en incarne le destin : ce fut un relais de poste et un lieu de frontière.

Le Pape Urbain II, en premier, cita Posada dans des documents officiels en 1095, à l'époque des Judicats : le centre était à l’apogée de son histoire, la limite entre les Judicats de Gallura et d’Arborea, qui se disputèrent longuement sa possession, avec des incursions aragonaises. Le château della Fava domine le bourg, depuis le XIIIe siècle, c'était probablement une résidence touristique ante litteram des juges, y compris Eleonora d’Arborea.

Vous pourrez visiter la forteresse en montant la colline : vous admirerez la tour et les ruines de l'enceinte. Il doit son nom à une légende qui parle du siège d'une flotte turque et du piège « imaginé » par les habitants qui firent manger la dernière poignée de fèves à un pigeon induisant les envahisseurs à surestimer leurs ressources.

La réalité ne s'éloigne pas : à partir du XIVe siècle, Posada fut « victime » d'incursions des pirates sarrasins qui la repérèrent depuis la mer comme un trésor.

Aujourd'hui il conserve un charme médiéval : c'est un « labyrinthe en pierre » avec des ruelles raides, des escaliers, des arcs et de petites places inattendues qui ont un goût de fuites et de représailles.

Au centre, l'église de sant’Antonio Abate se détache, elle a été reconstruite au XVIIe siècle sur un plan de 1324 : les célébrations en l'honneur du saint-patron se déroulent à la mi-janvier, parmi d'énormes feux de joie, des processions et des dégustations de gâteaux (cogoneddos et aranzada).

Les célébrations auxquelles les habitants sont les plus attachés sont pour la Madonna del soccorso, (Notre Dame du bon Secours) le premier dimanche après Pâques.

Castello della Fava

 Adresse: via Eleonora d'Arborea, snc - 08020 Posada

Cell. + 39 347 4801421 Organisme de gestion

Le château est accessible depuis la ville.

Heures:

octobre-avril LU-SU 09: 00-13: 00 et 15: 00-18: 00

mai- Septembre LUN-DIM 09h00 jusqu'à une heure avant le coucher du soleil

Billet:

Plein - 2,50 € -

@Mail - SITE INTERNET

Le contexte environnemental

Posada se dresse sur les pentes d'une colline calcaire au sommet de laquelle se trouve la tour appelée "Casteddu de sa Fae" ou Castello della Fava. 

De là, vous pouvez profiter d'une belle vue sur la plaine en contrebas, traversée par le Rio Posada. 

Il reste quelques ruines du château. 

Le centre historique de la ville est remarquable, sur les pentes de la colline, où sont préservés des bâtiments aux structures médiévales.

Description

Située à la frontière entre le royaume de Gallura et celui d'Arborea, la ville de Posada et son château ont été au centre d'événements historiques complexes. 

Bien qu'il n'y ait pas de données certaines sur la période de construction de la fortification, on peut supposer qu'au XIIIe siècle le château avait déjà été érigé et le centre habité fortifié. Posada était le siège des rois de Gallura ainsi que d'Eleonora d'Arborea, mais s'est retrouvé entre les mains des Aragonais vers 1380, puis est revenu au groupe insulaire sous le commandement de Brancaleone Doria. 

Avec la chute du Giudicato d'Arborea, Posada fut inféodée à la famille Carròs et élevée au rang de baronnie.

La dénomination particulière du château, `` della fava '', vient d'une légende selon laquelle vers 1300 une flotte de Turcs débarquerait sur les côtes de l'île et plaça Posada en état de siège afin de la conquérir par la famine. Pour tenter de tromper les assiégeants, les habitants de Posada ont fait manger à un pigeon la dernière poignée de haricots qui restait, le blessant légèrement; pendant le vol, cela tomba dans le camp turc, révélant un estomac plein de haricots et incitant les assiégeants à surestimer les ressources alimentaires des insulaires. C'est ainsi que les Turcs, convaincus de n'avoir aucun espoir, levèrent le siège et quittèrent les côtes de l'île.

Le château de Posada, construit avec des pierres de taille mal travaillées de pierre mélangée, est divisé en un mur quadrangulaire non régulier dans lequel se trouve une tour de plan carré, avec un couronnement crénelé, et une série de citernes.

Olbia

Grand parking gratuit directement sur le port. Super pour visiter la ville ou pour la première / dernière nuit.

 

GPS : 40.923250, 9.506768

Adresse :

Piazzale Benedetto Brin

07026 Olbia

 Italy

Parking calme gratuit. Près du centre d'une part et d'un grand parc de l'autre.

 

GPS : 40.927778, 9.500461

Adresse :

24 Piazzale Francesco De Rosa

07026 Olbia

 Italy


Appelée Olbìa « heureuse » par les grecs, elle constitue le pôle d'accès à l'île et le moteur économique de la Gallura.

Des vestiges du passé sont visibles à plusieurs endroits de la ville.

De nombreux objets trouvés durant les fouilles, y compris un trésor de près de 900 pièces d'or, sont conservés au Musée archéologique situé sur l'îlot de Peddone.

La nécropole punico-romaine (plus tard chrétienne), comprenant 450 tombes, conflue avec le Musée de la nécropole, situé au pied de l'autel de la pittoresque Basilique de Saint-Simplice. Construite entre la fin du XIème et le début du XIIème siècle, il s'agit du plus important édifice religieux du Nord-Est, ainsi que le plus ancien témoignage chrétien de l'île. 

Le saint patron est célébré à la mi-mai avec la pittoresque Fête de Saint-Simplice : cortège costumé accompagnant la procession. Le palio della Stella fait partie des célébrations. Vous apprécierez également l'église baroque de San Paolo avec son dôme irisé en majoliques.

Les premiers témoignages de l'homme remontent à 4 000 - 3 500 avant J.-C. : dolmens, menhirs et cercles mégalithiques. Environ 50 des établissements nuragiques remontent à l'âge de Bronze, parmi lesquels la tombe des Géants de su Monte de s'Aba, le nuraghe riu Mulinu, le village de Belveghile et le puits sacré de sa Testa.

À partir du VIIème avant J.-C., le territoire fut tout d'abord habité par les phéniciens, puis par les grecs.

La première colonie permanente fut punique (V-IV siècle avant J.-C.).

Les carthaginois encerclèrent la ville de tours et de murs : certains sont encore visibles Via Torino.

Sous la domination romaine, la ville est devenue le principal centre de la côte orientale. L'Olbia romaine avait des rues pavées, des thermes, un forum, dont des traces subsistent près de la mairie, Palazzo communal, et aqueduc, dans la localité de Tilibbas (I-II siècle après J.-C.). Puis il y a les ruines de la villa s'Imbalconadu (Ier siècle avant J.-C.). En 1999, 24 épaves réapparurent dans le vieux ports, en partie coulées par le siège des vandales.

 

La ville donnent sur une baie spectaculaire, qui protège l'aire marine de Tavolara et permet d'accéder à la prestigieuse Côte d'Émeraude. Sur l'immense côte d'Olbia, la myriade de criques turquoises ne vous laissera que l'embarras du choix : c'est là que se trouvent les quatre magnifiques baies de Porto Istana, appartenant à la zone protégée, et le Lido de Pittulongu, avec en particulier La Playa, plage préférée des habitants de la ville.

 

À côté, dans l’ordre, vous trouverez la plage du Squalo, le Pellicano, et plus au Nord, mer et rochers avec Bados (bordant le Golfe Aranci).

Au Nord, vous trouverez une autre longue étendue côtière : découvrez une plage de sable blanc (ou de petits cailloux) et une mer cristalline à Porto Rotondo, Marina di Cugnana et Portisco, avec en particulier sa Rena Bianca.

Au Sud, en direction de San Teodoro, vous pourrez vous rendre sur les plages jaune-ocre du Lido del Sole, Le Saline, Bunthe, Li Cuncheddi et Punta Corallina.

À la mer et à l'archéologie, vous pourrez ajouter les plaisirs du palais.

Ne manquez pas de déguster les moules d’Olbia, avec un bon verre de Vermentino.