Les plus belles plages de la Costa Smeralda

Visiter la Costa Smeralda, c’est aussi se prélasser sur quelques unes des plus belles plages de Sardaigne.

Sélection des meilleurs plages de la Costa Smeralda :

  • La plage del Grande Pevero et celle del Piccolo Pevero, située juste à côté. Eau claire, sable fin et vue sur les îles Li Nibani en face, les 2 plages sont très réputées. Elles sont particulièrement adaptées pour les familles car l’eau y est peu profonde. Vous y trouverez un snack bar et pourrez louer des parasols et transats ou faire une balade en pédalos.
  • La plage Capriccioli : destination favorite si vous visitez la Costa Smeralda avec vos enfants, elle dispose d’un grand parking et est facilement accessible. Location de transat possible.
  • La fameuse plage del Principe, surnommée ainsi car elle aurait eu les préférences de l’Aga Khan. Cette plage, très jolie, est ultra populaire. Par contre je vous la déconseille si vous vous déplacez à la plage avec tout votre matériel pour les enfants ou pour pique-niquer, les 50 derniers mètres sont vraiment étroits et pentus, mieux vaut ne pas avoir trop de choses à trimballer.

  • La plage Romazzino : jolie plage aménagée avec eau turquoise et végétation épaisse pour avoir un peu d’ombre
  • La Cala di Volpe : magnifique plage à l’eau translucide. Location de parasols et transats.
  • Liscia Ruia : c’est la plus grande plage de la Costa Smeralda. Elle est bien aménagée et vous y trouverez pas mal de plages privées, en version haut de gamme! Si vous cherchez quelque chose de plus calme et plus naturel, n’hésitez pas à continuer un peu sur le chemin pour rejoindre la plage de Petra Ruja.
  • Rena Bianca : elle offre une très belle vue sur tout le Golfe de la Cugnana.
  • Cala Granu : elle est réputée pour la transparence de ses eaux et son sable fin
  • La plage de La Celvia : la plage la plus fréquentée par la jet set de la Costa Smeralda.

Olbia - Arzachena

90 km

1 h 49


Golfo Aranci

Golfo Aranci doit son nom à une mauvaise interprétation des cartographes militaires piémontais qui, vers la moitié du siècle dernier, établirent les premières cartes géographiques de l’île. Ainsi, « Gulfu di li Ranci », qui signifie « Golfe des crabes », est devenu « Golfe des oranges », agrumes qui, du reste, n’ont jamais été cultivés dans cette ville.

Ancien port romain, cette petite ville prit de l’importance à partir des années 60, en tant qu’importante escale maritime. Le centre habité, immergé au milieu des beautés des paysages de la Gallura, se situe le long d’une portion de littoral sur laquelle de petites et fascinantes étendues de plages succèdent à de hautes falaises tombant à pic dans la mer. Il s’agit d’une langue de terre qui prend fin à Capo Figari, habitat naturel d’espèces animales et végétales rares. Le promontoire offre une vue à couper le souffle sur les splendides petites criques du Golfe d’Olbia et sur l’île de Figarolo toute proche.

Partir à la découverte du Golfo Aranci et du territoire qui l’entoure, un réel musée naturel à ciel ouvert, reste une expérience inoubliable. Pour cela il existe de nombreux sentiers, de ceux conduisant au phare où Guglielmo Marconi inaugura le pont radio en 1928, à ceux qui vous amènent vers les criques spectaculaires telles que Cala Moresca, Cala Sabina, une plage solitaire accessible à pied en suivant le tracé de la voie ferrée, et Punta Marana, vers le Golfe de Marinella, un lieu riche en roches aux milles formes érodées par le vent, immergé dans un merveilleux miroir marin.

De nombreuses excursions en bateau partent de Golfo Aranci, et vous emmènent à la découverte de criques spectaculaires. Punta Filasca, Cala Greca et Cala del Sonno sont des lieux particulièrement fascinants pour les passionnés de plongée. Capables d’offrir des émotions à toutes les profondeurs, ces fonds marins abritent des pièces archéologiques antiques, un corail noir rare, ainsi qu’une incroyable crèche sous-marine composée de statues en trachyte. La rencontre avec des mérous, des sars, des langoustes et tant d’autres espèces marines, qui se cachent dans les recoins colorés du corail et des gorgones ou à l’intérieur des petites grottes immergées, est considérée comme une expérience des plus fascinantes à ne pas manquer.

Parmi les destinations les plus fréquentées du territoire de Golfo Aranci l’on compte la « Parete del Mamuthone », une roche que l’on peut facilement atteindre et qui surplombe la mer. Elle est appelée ainsi en raison de la forme de la fissure, qui rappelle le masque de Mamoiada.Golfo Aranci doit son nom à une mauvaise interprétation des cartographes militaires piémontais qui, vers la moitié du siècle dernier, établirent les premières cartes géographiques de l’île. Ainsi, « Gulfu di li Ranci », qui signifie « Golfe des crabes », est devenu « Golfe des oranges », agrumes qui, du reste, n’ont jamais été cultivés dans cette ville.

Ancien port romain, cette petite ville prit de l’importance à partir des années 60, en tant qu’importante escale maritime. Le centre habité, immergé au milieu des beautés des paysages de la Gallura, se situe le long d’une portion de littoral sur laquelle de petites et fascinantes étendues de plages succèdent à de hautes falaises tombant à pic dans la mer. Il s’agit d’une langue de terre qui prend fin à Capo Figari, habitat naturel d’espèces animales et végétales rares. Le promontoire offre une vue à couper le souffle sur les splendides petites criques du Golfe d’Olbia et sur l’île de Figarolo toute proche.

Partir à la découverte du Golfo Aranci et du territoire qui l’entoure, un réel musée naturel à ciel ouvert, reste une expérience inoubliable. Pour cela il existe de nombreux sentiers, de ceux conduisant au phare où Guglielmo Marconi inaugura le pont radio en 1928, à ceux qui vous amènent vers les criques spectaculaires telles que Cala Moresca, Cala Sabina, une plage solitaire accessible à pied en suivant le tracé de la voie ferrée, et Punta Marana, vers le Golfe de Marinella, un lieu riche en roches aux milles formes érodées par le vent, immergé dans un merveilleux miroir marin.

De nombreuses excursions en bateau partent de Golfo Aranci, et vous emmènent à la découverte de criques spectaculaires. Punta Filasca, Cala Greca et Cala del Sonno sont des lieux particulièrement fascinants pour les passionnés de plongée. Capables d’offrir des émotions à toutes les profondeurs, ces fonds marins abritent des pièces archéologiques antiques, un corail noir rare, ainsi qu’une incroyable crèche sous-marine composée de statues en trachyte. La rencontre avec des mérous, des sars, des langoustes et tant d’autres espèces marines, qui se cachent dans les recoins colorés du corail et des gorgones ou à l’intérieur des petites grottes immergées, est considérée comme une expérience des plus fascinantes à ne pas manquer.

Parmi les destinations les plus fréquentées du territoire de Golfo Aranci l’on compte la « Parete del Mamuthone », une roche que l’on peut facilement atteindre et qui surplombe la mer. Elle est appelée ainsi en raison de la forme de la fissure, qui rappelle le masque de Mamoiada.


Porto Rotondo

Faire du tourisme sur la Costa Smeralda, c’est aussi passer par Porto Rotondo.

C’est l’une des destinations touristiques les plus populaires de la Côte et de la Sardaigne en général.

Deuxième marina la plus importante après Porto Cervo, Porto Rotondo attire également son lot de célébrités. Elle est notamment connue pour être le lieu de villégiature de Silvio Berlusconi, ce qui a pour conséquence d’y attirer les paparazzi du monde entier.

 

Pas de grande différence avec Porto Cervo, vous y trouverez aussi des hôtels et villas haut de gamme ainsi que des boutiques de luxe. Ici aussi, le village a été crée de toutes pièces pour une population très aisée.

 

Avec ses petits escaliers, ses ruelles pavées, ses ponts et sa place San Marco, Porto Rotondo est souvent comparée à une petite Venise.

 

Fleuri et bien entretenu, il faut reconnaître que le village est assez photogénique. L’été, vous pourrez également assister à l’un des spectacles se jouant dans l’amphithéâtre. 

 

Et bien sur, ne manquez pas de vous promener le long du front de mer et du port, pour observer les superbes bateaux.


San Pantaleo

Où aller sur la Costa Smeralda pour échapper au monde et à l’ambiance luxe ?

 

San Pantaleo est un village traditionnel rural et l’un des plus beaux beaux de Sardaigne

 

Vous pourrez vous promener sur sa charmante petite place, où se tient un marché tous les Jeudi

Admirer son église et arpenter les ruelles à la découverte des nombreuses petites boutiques artisanales.

L’ambiance y est authentique et chaleureuse !

Bon, il faut reconnaître que c’est tout petit et le tour est vite fait mais si vous passez par là, il mérite un arrêt.

Ne serait-ce que pour bénéficier d’un joli panorama sur les montagnes depuis la place du village.


Porto Cervo

 - Au départ de Porto Cervo: journée d’observation des dauphins et des baleines + snorkeling autour de la Maddalena

Le snorkeling ou la randonnée palmée ou l'exploration à la palme ou la randonnée subaquatique ou la nage PMT (avec palmes, masque et tuba) , est une activité de loisir aquatique d'observation des fonds et des espèces vivantes sous-marines.

Porto Cervo est le lieu  incontournable à voir sur la Costa Smeralda.

Considéré comme la capitale de cette partie de la Sardaigne, Porto Cervo a été crée de toutes pièces pour accueillir les milliardaires et les célébrités du monde entier.

Pour l’anecdote, c’est l’Aga Khan, qui en 1962, a eu le coup de foudre pour cet endroit de Sardaigne et a décidé de fonder un consortium afin de racheter une partie du littoral.

Le but avoué étant de créer des infrastructures de luxe pour développer le tourisme.

Pari réussi!

Aujourd’hui de grands noms de la finance, de la politique et de la jet-set disposent d’une villa sur la Côte d’Émeraude pour passer leur vacances à se prélasser.

Porto Cervo est un peu le lieu de rassemblement de tout ce beau monde. La marina, la mieux équipée de toute la Sardaigne, permet d’accueillir les plus grands yachts et voiliers des stars.

Et au cas où, ils leur manqueraient le dernier sac de luxe à la mode ou la parure de bijoux idéale pour sortir, Porto Cervo dispose aussi de plein de boutiques de luxe pour faire un peu de shopping.

 

Vous l’aurez compris, la ville est entièrement dédié au tourisme de luxe. Pour les simples citoyens que nous sommes, il faudra se contenter d’admirer les yachts et de faire un peu de lèche-vitrines sur les 2 principales rues commerçantes: la Sottopiazza et la Passeggiata.

 

Si vous cherchez à apercevoir des personnalités, rendez-vous sur la Piazzetta de Porto Cervo, une petite place située au centre de la ville, passage obligé pour prendre un verre ou rejoindre les boutiques.

 

Et si vous aimez faire la fête dans des clubs selects et des boîtes branchées, Porto Cervo est également fait pour vous. Cependant, il peut parfois être difficile d’entrer à moins d’avoir quelques connaissances ou d’être prêt à beacoup consommer !

 

A ne pas manquer également à Porto Cervo : 

la chiesa di Stella Maris

Cette petite église construite par un célèbre architecte est située au dessus du port et offre une jolie vue sur la ville.


Poltu Quatu

Cette petite station balnéaire située à 4 km de Porto Cervo est l’une des plus chics et huppés de la côte.

Avec ses nombreuses villas blanches aux toits recouverts de tuiles rouges et son port se trouvant au bout d’un fjord entouré de falaises, la ville est l’image même d’une carte postale.

Ici il n’y a pas grand chose à faire à part admirer les bateaux, faire un peu de shopping et profiter d’un bon repas sur l’une des terrasses de restaurants avec vue sur l’archipel de la Maddalena.

Des promenades en bateau pour observer les baleines et les dauphins sont également au programme.


Arzachena

 

Si vous vous demandez quoi voir sur la Costa Smeralda et que vous n’êtes pas vraiment fan de la jet-set et des paillettes, 

Je vous conseille de visiter les alentours d’Arzachena si vous vous intéressez à l’histoire de la Sardaigne et à l’archéologie.

On y trouve de nombreux vestiges de la période néolithique mais également les fameuses constructions typiques de l’île, les nuraghes et les tombes des géants.

 

Les sites historiques à visiter vers Arzachena :

  • Le nuraghe di Albucciu : comptez 3€ pour environ 1/2 heure de visite
  • Le nuraghe La Prisgonia : le plus important de la région
  • La tombe des géants di Coddu Ecchju
  • Le site archéologique de Li Muri contenant 4 tombes mégalithiques
  • La tombe des géants de Li Lolghi
  • Le temple di Malchittu

Un nuraghe est une tour ronde en forme de cône tronqué que l'on trouve principalement en Sardaigne. Cet édifice mégalithique est caractéristique de la culture nuragique, culture apparue en Sardaigne entre 1900 et 730 av. J.-C

 

Vous pouvez également vous arrêter faire un tour dans la ville d’Arzachena.

 

Si vous avez envie de faire une pause dans un café, vous en trouverez sur la place principale, la Piazza del Risorgimento

Et ne manquez pas non plus d’aller photographier le rocher en forme de champignon géant, une curiosité naturelle devenue symbole de la ville.

Le conseil Voyage Tips

Si vous voulez visiter tous ces sites, pensez à acheter un billet combiné, cela vous fera faire quelques économies.  


Giants' grave of coddu Vecchiu

GPS N 41.05048 - E 9.35591

 

Coddu Vecchiu est un monument funéraire nuragique, datant de l’âge du bronze. 

Le site se compose d’une stèle, mégalithes de pierre et une tombe galerie, et est l’une des plus grandes tombes des géants nuragiques sur l’île. 

Le Nuraghe La Prisgiona est situé à proximité.

Histoire

Le site a été fouillé en 1966 par Editta Castaldi. Parmi les artefacts récupérés se trouvaient des casseroles, des bols et des assiettes avec décoration de peigne, ainsi que des vases avec cou plié, et des fragments de vase de la première culture nuragique bonnanaro, suggérant que le monument a été construit au début de la période nuragique vers 1800-1600 avant JC.

Coddu Vecchiu semble avoir à l’origine constitué d’un cist, qui a été agrandi au cours de l’âge du bronze moyen vers 1800-1600 avant JC et recouvert d’une tombe galerie et la pierre portail de stèle ornée et mégalithes caractéristiques des tombes des géants.

L'avant cour en pierre se compose de onze pierres de granit disposées en demi-cercle et mesure environ 12 mètres de diamètre. 

On a émis l’hypothèse que l’agencement semi-circulaire des pierres pourrait avoir été une tentative d’exploiter le courant tellurique du granit à des fins rajeunissantes.

La stèle centrale mesure environ 4 mètres  de haut et contient l’entrée dans la tombe. 

La tombe de la galerie s’étend derrière le parvis, mesure environ 10 mètres de long, et a probablement été une fois couvert par un tumulus.

La partie supérieure de la stèle était autrefois prise par un fermier local et utilisée comme charrue, mais elle fut bientôt récupérée et restaurée à sa place dans le monument. 

Coddu Vecchiu est l’une des tombes les plus bien conservées des Géants, et continue d’être une attraction touristique populaire.

Arzachena - Palau

26 km

0 h 39


Cannigione

vous allez voir Cannigione, sur la rive Ouest du Golfe di Arzachena.

Ancien village de pêcheurs, à l’instar de Poltu Quatu et Baia Sardinia, c’est aujourd’hui une station balnéaire avec son lot d’hôtels, de campings, de restaurants et de boutiques de souvenirs.

Il est tout de même resté un peu plus sauvage et authentique que les autres lieux de la Costa Smeralda mais pour combien de temps ?

Proche de Cannigione, je vous recommande d’aller vous baigner à la plage de Tanca Manna.

 

Le capo d’Orso

Le Capo d’Orso est situé dans les environs de la Costa Smeralda, 

Le cap est surnommé ainsi car vous y trouverez le Roccia dell’Orso, un rocher sculpté par l’érosion et évoquant la forme d’un ours.

 

Pour aller le voir, garez-vous sur le parking payant (3€) GPS N 41.17245 - E 9.41627

puis montez par un sentier ( 10 à 15 minutes) jusqu’au rocher. Il faut encore rajouter 3€ d’entrée par personne pour y accéder.

 

Je trouve qu’au total, c’est un peu abusé pour un simple rocher mais vous vous rappelez qu’on se trouve dans les alentours de la Costa Smeralda et qu’ici, tout est un peu plus cher !

 

Vous serez toutefois récompensés par la superbe vue sur toute la côte et les îles de la Maddalena depuis le rocher de l’ours.


Palau - La Saline

Le Saline

Camping Capo d'Orso ****

07020 Palau (OT)

 

Latitude : (Nord) 41.16051° 

Longitude : (Est) 9.40145° 

 

Tarif : 2020

Emplacement, 2 personnes : 20,20 à 45 €

Électricité 3 à 6 A : 3,50 €

Type de borne : Artisanale

Services :

Bar

Restaurant

Alimentation

 

Tél : +39 789 702007

@ Mail

SITE INTERNET


Capo d'Orso - Parcheggio comunale

07020 LE SALINE (OT)

Latitude : (Nord) 41.16137°  - Longitude : (Est) 9.40717°  - Tarif : Gratuit

Palau

Via del Vecchio Marino

Villaggio Campeggio Baia Saraceno ***

Punta Neri

07020 PALAU (SS)

 

Latitude : (Nord) 41.17898° 

Longitude : (Est) 9.39289° 

 

Tarif : 2015

Emplacement, personne + 12 ans : 9 à 18 €

Enfant 4 à 12 ans : 6 à 12 €

Électricité : 3,50 €

Remorque : 4 €

Type de borne : Artisanale

Services :

Bar - Restaurant - Pizzéria - Supérette

Autres informations :

Ouvert du 01/03 au 31/10

Tel +39 789 709403

@Mail

SITE INTERNET


Punta Sardegna

Parcheggio di la Fortezza del Monte Altura

7020 PALAU (SS)

Latitude : (Nord) 41.18401°  - Longitude : (Est) 9.3643°  - Tarif : Gratuit

 

SITE INTERNET 

 

Vue panoramique sur Palau

Opera barrage

GPS  N 41.17034 - E 9.39077

Une citadelle militaire abandonnée effrayante et mystérieuse construite pour défendre la Sardaigne d’une invasion Française

Parmi les nombreuses structures militaires qui parsèment la Sardaigne, la forteresse de Baragge est sans aucun doute la plus mystérieuse et inquiétante. 

L’histoire de cet imposant bastion est inextricablement liée à la fondation des Palaos et à la batterie de Capo d’Orso, avec laquelle il partage l’origine et joue le rôle de défense contre une hypothétique invasion de l’île par les troupes étrangères, en particulier les Français. 

Une menace qui aujourd’hui peut vous faire sourire suggérant une paranoïa politique fantaisiste, mais qui, dans les turbulents XVIIIe et XIXe siècles, a été prise très au sérieux par les stratèges impétueux de l’Armée royale. 

Alors que Capo d’Orso était censé faire face à des assauts maritimes, le travail de Baragge était de se défendre contre les incursions de l’arrière-pays.

Les récits militaires de l’époque témoignent de la bonne défense et de l’équipement de Baragge : construit en 1893,il y avait 180 hommes stationnés, une trentaine de pièces d’artillerie lourde, des casernes, des dépôts de munitions, des entrepôts et même des prisons. 

Cependant, il a eu une courte vie que même ici a dû renoncer au progrès : seulement quelques décennies après sa naissance, il est devenu amèrement évident que tout avion récemment introduit pourrait détecter et attaquer la forteresse à haute altitude.

Entre la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale, la possibilité d’une invasion terrestre a été éliminée et un plus grand soutien défensif était nécessaire à la base navale de La Maddalena, Baragge a été progressivement désaffecté et remplacé par un réseau fragmenté et capillaire de petites batteries d’artillerie côtière mieux camouflées d’en haut. 

Au cours du dernier conflit, il a joué un rôle marginal en tant que couverture anti-aérienne.

Du sol, cependant, Baragge ne semble pas exister : bien intégrée au sommet de la colline homonyme, la forteresse est invisible même à un œil attentif. 

Les seuls signes de sa présence sont une grande porte et une clôture de barbelés clairsemée en grande partie corrodée par la rouille. 

Son nom est même indiqué par un panneau routier qui semble ne mener nulle part, sinon à un point de vue.

Mais il suffit d’escalader le remblai qui l’entoure pour le voir apparaître dans sa complexité : une citadelle militaire vaste et effrayante en ruines, bordée d’un fossé profond et dont émergent des dômes centraux, des passerelles, des passerelles, des tunnels, des arbres, des ronces, des bâtiments en ruine et les inévitables cages de Faraday déformées.

L’exploration de ses vestiges et surtout du vaste et labyrinthique réseau de tunnels souterrains transmet un sentiment d’agitation et de danger irrationnel, peut-être grâce au silence absolu et à l’avancée des ténèbres du soir. 

Ce fragment du XIXe siècle qui nous est presque intact sera également chronologiquement proche, mais il semble en fait provenir d’une époque et d’une civilisation très lointaines et inconnues : une montagne irréelle de folie, un cauchemar gris à un jet de pierre d’une mer de rêve bleue.

 

Palau est enchâssé dans l’un des endroits les plus protégés contre le vent du nord. Il est connu pour ses rochers sculptés qui le rendent unique au monde et pour son eau bleue et préservée.

La vie tourne autour du tourisme et du port, une localité d’amarrage qui relie l’île à l’archipel de La Maddalena.

Un centre où la vie nocturne n’a plus besoin d’être présentée, le village est animé par les établissements et la jeunesse, par les lumières et les manifestations qui enflamment les nuits d’été.

Porto Rafael dévoile le caractère élitaire et suggestif de l’île, avec ses villas basses et son port de plaisance encerclé par des oliviers, des myrtes et de la lavande. Non loin de là, on peut apercevoir le promontoire de Capo d'Orso, où se trouve la célèbre colline de granit que l’érosion a transformée en ours de pierre.

Profitez des merveilles de la mer : les plages de Punta Sardegna, d’une beauté incomparable, et Cala Trana, aux traits exotiques, sont quelques-uns des endroits que vous ne serez pas prêts d’oublier. Laissez-vous émerveiller par l’atmosphère nordique de Porto Faro.

Si vous souhaitez ajouter une touche de culture et d’histoire à votre séjour, nous vous conseillons de visiter les tombes des Géants de Li Mizzani et celles de Sajacciu, près de l’église de San Giorgio.

Parmi les fêtes du village, signalons celle dédiée à Santa Maria delle Grazie et qui se déroule lors de la première semaine de septembre, et la fête champêtre de San Giorgio, qui a lieu le premier mai.

La Commune de Palau organise chaque année un célèbre carnaval avec des chars allégoriques et des groupes masqués qui défilent dans le village. Une raison de plus pour venir séjourner à Palau, même en hiver.

Forteresse de Monte Altura

GPS N 41.18465 - 9.36362

 

À la fin des années 1800, la côte nord de la Sardaigne surplombant l’archipel de La Maddalena était occupée par une série de structures militaires fortifiées qui, avec celles situées sur les îles, devaient être décisives à la fois dans la fonction anti-Français et dans l’échiquier plus large de la Méditerranée occidentale.

Dans les années connues sous le nom de celles des Grandes Fortifications, il y a trois grandes batteries militaires sur le territoire des Palaos : Monte Altura, Capo d’Orso et Baragge. La batterie Monte Altura, situéeau nord-ouest de Palau, dans un emplacement extrêmement pittoresque,est facilement accessible par la route menant à Porto Rafael et a dû battre le plan d’eau à l’ouest. D’en haut, la vue s’étend sur les îles environnantes jusqu’en Corse.

L’œuvre, en excellent état, est ouverte aux visites guidées; pendant la saison estivale, il accueille des concerts et des événements culturels.

La batterie de Capo d’Orso devait battre le plan d’eau à l’est au-dessus du golfe d’Arzachena et de l’île de Caprera. Il est toujours la propriété de l’État, comme la batterie Baragge, situé sur la colline homonyme avec la fonction de protéger la côte contre toute attaque de l’intérieur. Depuis la batterie du Capo d’Orso et le Baragge Belvédère, le regard s’étend sur les belles vues sur l’archipel de La Maddalena et les collines de l’intérieur.

La forteresse de Monte Altura est située sur une pente granitique au-dessus des Palaos, dans une position splendide surplombant l’archipel de Maddalena et la Corse. C’est l’un des forts construits au 19ème siècle pour protéger la côte nord de la Sardaigne, une zone considérée comme d’une grande importance stratégique. Construit en 1887-1889 avec le granit du Monte Altura, il avait alors le titre de la plus belle forteresse d’Europe. Après la Seconde Guerre mondiale, il est resté inutilisé pendant une longue période, jusqu’en 1990, une époque à partir de laquelle, avec la transition vers la Superintendance, son amélioration a commencé dans une clé culturelle. Entourée de murs puissants, c’est une structure d’un intérêt considérable d’un point de vue architectural et environnemental : témoignage significatif de la technique du mur et de l’architecture militaire du XIXe siècle, sa forme s’insère naturellement dans la roche, prenant également sa couleur, consolant un heureux exemple de fusion entre l’architecture et l’environnement environnant.

Les nombreux bâtiments que nous trouvons à l’intérieur, étaient autrefois qualifiés dans le logement officiel, sous-officiers, dortoirs pour l’armée.

Mais aussi des écuries, des envois de fonds, des ateliers et des entrepôts. Il y avait aussi des potagers cultivés et des jardins.

Bref, une véritable citadelle militaire située sur une grande colline de pierre très dure, pour former l’un des plus grands forts construits au XIXe siècle.

pour info: contacter Lugori - Forteresse de Monte Altura .