Lamotte Beuvron à Rambures


Ezy sur Eure

Camping municipal "Les Trillots" 48.86287 - 1.41558

Le château d'Anet

Le château de Diane de Poitiers

Considéré comme un joyau de la Renaissance française, le château d'Anet, situé dans la région Centre-Val de Loire, est construit en 1548 par le roi Henri II de France pour sa maîtresse Diane de Poitiers.

En visitant ce lieu historique, un guide touristique est à votre disposition pour vous faire découvrir la demeure et tous les objets ayant appartenu à Diane ainsi que la chapelle où elle repose.

Avant que Diane de Poitiers n’entreprenne de faire édifier le château actuel, Anet possédait déjà deux châteaux.

Le premier, bâti au XIIe siècle, était une forteresse féodale avec d'épaisses murailles, quatre tours et un gros donjon rond.

Philippe Auguste y fit plusieurs séjours et partit de là assaillir la Normandie dont la rivière d'Eure formait à cet endroit la frontière. Cette forteresse fut démantelée en 1378, par ordre du roi Charles V, à la suite de la révolte de Charles le Mauvais, roi de Navarre, comte d'Évreux et seigneur d'Anet.

Au XVII° siècle, le château appartint aux Ducs de Vendôme qui y apportèrent de profonds remaniements : l'escalier d'honneur fut construit par Claude Desgots en 1680 ainsi que le Pavillon du Gouvernement.

Au XVIII° siècle, la Duchesse du Maine, puis le Duc de Penthièvre y menèrent grand train.

La révolution et les années qui suivirent, faillirent amener l'anéantissement du château. Confisqué, vendu comme bien national, il fut d'abord mis à sac, puis les démolisseurs s'attaquèrent à l'édifice ; le corps du logis central et une partie de l'aile droite furent détruits.

À partir de 1840, commence l'ère des restaurations. Cinq générations de propriétaires appartenant à la même famille ont réussi avec goût et patience, à rendre à ce beau domaine, un des joyaux de l'architecture française, une part de sa splendeur d'autrefois.

Il n'en subsiste plus aujourd'hui que de rares vestiges : les fondations d'une tour, des emmarchements et des caves, dans les communs actuels, derrière les anciennes écuries.

 

 

Les horaires de visite du château d’Anet en Eure-et-Loir

Horaires d'ouverture et tarifs

Du 1er avril au 31 octobre tous les jours, sauf mardi de 14h à 18h.

(dernière entrée  une heure avant la fermeture du site) 

Du 1er au 30 novembre et du 1er février au 31 mars le week-end de 14h à 17h.

(dernière entrée  une heure avant la fermeture du site)

Tarifs Saison 2022

Fermeture du château Décembre et Janvier.

En visite guidée obligatoire.

Le parc du château est fermé à la visite sauf pendant les journées du patrimoine.

Adultes = 10 €


Beauvais

AIRE (N° 25919)

 

Rue Aldebert Bellier

60000 BEAUVAIS

Latitude : (Nord) 49.42427° Longitude : (Est) 2.08019° 

Tarif : Gratuit

Type de borne : AIRESERVICES

Services :

 



Autres informations :

Ouvert toute l'année

20 emplacements limités à 48 h

Tel : +33 344 794 000

 

SITE INTERNET


PARKING (N° 9201)

 

Rue Lucien Lainé

Parking Saint Quentin

60000 BEAUVAIS

Latitude : (Nord) 49.432° Longitude : (Est) 2.07149° 

Tarif : 2013

Stationnement gratuit

WC : 0,30 €

Services :

 

Proche centre-ville

Autres informations :

7 emplacements délimités

Parking vidéo surveillé

Stationnement limité 72 h


 la cathédrale de Beauvais

Visiter la cathédrale de Beauvais c’est découvrir une immense dame de pierre. La visite de ce monument historique est l’activité à faire, sans hésiter ! Majestueuse, gigantesque, les superlatifs me manquent pour décrire la Cathédrale Saint-Pierre de Beauvais. Comme à son habitude, Margot s’élance à toute jambe, impatiente d’explorer les secrets de ce site historique de Beauvais.

Nous découvrons l’histoire d’une cathédrale inachevée qui avait pour ambition d’être le symbole de Beauvais et de sa prospérité. A l’intérieur, ce décor minéral et gothique défie les lois de la gravité. Margot chuchote, avance à petit pas pour observer le chœur de la cathédrale de Beauvais. Savez-vous qu’il est le plus haut du monde ?! Quand je vous disais que les dimensions étaient folles… !

 


 

A l’intérieur de la cathédrale, l’autre monument à ne pas manquer lors de votre visite à Beauvais c’est l’horloge astronomique. C’est l’une des plus belles de France, 

Pas besoin de dépasser les frontières pour voir ce chef d’œuvre.

Avec les cadrans colorés, on observe les éclipses solaires, les marées comme une invitation au rêve. Et lorsque arrive le son et lumière de l’horloge astronomique de Beauvais, mécanismes et rouages se mettent en marche. Les regards des visiteurs s’éveillent, s’illuminent : tout n’est que magie !

Où et Comment visiter la Cathédrale de Beauvais ?

Cathédrale Saint-Pierre rue St-Pierre 60000 Beauvais

Entrée gratuite

Tarifs visite guidée de la cathédrale de Beauvais : Adultes 5€, enfants de 10 à 18 ans 3€, gratuit pour les enfants de moins de 10 ans

Horloge astronomique (à l’intérieur de la cathédrale de Beauvais)

Son et lumière tous les jours à 10h30-11h30-14h30-15h30-16h30 (durée : 35 min)

Tarifs

Adultes : 5€, 25 ans : 3€, enfants jusqu’à 16 ans : 1.50€

Le Mudo

Lors de votre visite de Beauvais, profitez-en pour aller au MUDO. Installé dans le Palais des évêques et comtes de Beauvais, le Musée de l’Oise est gratuit et bénéficie d’une belle collection d’artistes d’ici et d’ailleurs. Ici aussi, nous profitons d’une belle échappée culturelle avec une collection de toiles qui nous emmène à la découverte des paysages de l’Oise et du monde entier. C’est une activité sympa à faire en famille !

Un bouillon de culture dont vous ne devez pas vous priver, en plus c’est gratuit ! A l’extérieur n’hésitez pas à vous promener dans la cour du Palais épiscopal, l’architecture au style Renaissance y est somptueuse et classé monument historique. Avec son jardin à la française, la pause est un véritable enchantement.

Où et comment visiter le Musée de l’Oise ?

Le MUDO le Musée de l’Oise 1 Rue du Musée, 60000 Beauvais

Horaires d’ouverture : Ouvert de 10h à 13h et de 14h à 18h, fermé le mardi et certains jours fériés.

Entrée gratuite

Infos au 03 44 10 40 63

ADMIRER LES MAISONS À PANS DE BOIS DE BEAUVAIS

Au cœur du centre-ville, il est toujours possible de profiter d’une petite séance de shopping pour découvrir les jolies maisons à pans de bois de Beauvais. Plusieurs parcours proposés par l’Office de Tourisme de Beauvais permettent de sillonner la ville de Beauvais en découvrant les principaux sites historiques à voir. A côté de la cathédrale de Beauvais se trouve la plus ancienne des maisons à colombage, elle date de 1410.

Lors de votre visite de Beauvais, profitez-en pour rejoindre la rue Nicolas Pastour qui regroupe de très vieilles maisons avec une ossatures en bois comme on en faisait à l’époque. Dans cette rue pavée, nous observons le moindre petit détail de ces maisons à la forte personnalité. Direction la Place Jeanne Hachette, le cœur battant de Beauvais se trouve probablement ici. On aime s’y retrouver, monter à bord du carrousel et à en voir le regard espiègle de Margot courir sur le miroir d’eau (et revenir trempée !).

La Maladrerie Saint Lazare

UNE PÉPITE À VISITER À BEAUVAIS

C’est notre coup de cœur à Beauvais! Lors d’un week end à Beauvais, la Maladrerie Saint Lazare est un site historique à faire absolument lors d’une visite de Beauvais. Cela faisait un moment que j’avais entendu parler de la Maladrerie de Beauvais. Je n’imaginais pas trouve une telle pépite. Au Moyen-Age, la Maladrerie accueillait les malades et les exclus du monde. Ce monument historique est vraiment unique en son genre et classé Monument Historique. La visite se déroule sous forme d’une balade immersive et narrative à l’aide d’un parapluie sonore : le sonopluie.

 


Moment de pure magie auquel je ne m’attendais pas. Avec mon parapluie connectée, je déambule dans les allées en écoutant les sons, la musiques, les témoignages des habitants. Mes sens sont en éveil, je lâche prise et grâce à la géolocalisation, je me laisse guider. La belle histoire de la Maladrerie de Beauvais m’emmène loin, très loin, comme un voyage dans le temps. Je découvre la vie au XIIème siècle, le patrimoine architectural avec la grange et la chapelle romane.

En fin de parcours, mes pas me mènent jusqu’au jardin et ses plantes médicinales. Un peu plus loin, j’aperçois Sylvain qui pénètre dans le potager. Les arbres fruitiers qui explosent pendant cette période estivale sont une invitation à la gourmandise.

Où et Comment visiter la Maladrerie Saint Lazare de Beauvais ?

Maladrerie Saint Lazare de Beauvais 203 Rue de Paris, 60000 Beauvais

Accès au Jatdin et à la Boutique GRATUIT

Tarifs visites guidée Sonopluie : Adulte 5€, Etudiants et enfants plus de 10 ans 3€

durée sur place : 1h30


Amiens

AIRE (N° 28245)

 

11 avenue des Cygnes

80000 AMIENS

Latitude : (Nord) 49.9211° Longitude : (Est) 2.25973° 

Tarif : 2020

Forfait Emplacement Service Et Plein Deau Et Electricite : 6.00 €

Type de borne : artisanale

 

Services :

 

 

 

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

uvert du 15-04 au 30-10

5 emplacements

Durée maxi: 1 jour(s)

Moyen de payment : Jeton

Tel: +33 3 22 43 29 28

@MAIL

SITE INTERNET

Jeton disponible à l'accueil du camping


CAMPING (N° 7234)

 

Camping du Parc des Cygnes ****

11 avenue des Cygnes

80000 AMIENS

Latitude : (Nord) 49.921° Longitude : (Est) 2.25925° 

Tarif : 2021

Electricite : 4 €

Forfait Service Et Plein Deau : 6.00 €

Forfait Emplacement2 Adultes : 16.00 € à 20.00 €

Adulte : 5.00 €

Enfant : 3.00 €

Animal : 2.00 €

Taxe De Sejour Par Personne : 0.50 €

Type de borne : plateforme

Services :

 

Accessible Handicapes

Boulangerie Ou Depot

Alimentation

Transport En Commun

Electricité : 10 ampères, 24h, 80 prises

Wifi gratuit : oui

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert du 01-04 au 14-10

130 emplacements

Moyen de payment : CarteBancaire

Tel: +33 3 22 43 29 28

@MAIL

SITE INTERNET

 


La flèche de la cathédrale et la tour Perret veillent sur Amiens dans les Hauts-de-France

. Une ville-promenade, faite pour la marche à pied : on ne manque pas les hauts-lieux, de la cathédrale aux hortillonnages, en passant par le quartier de Saint-Leu, le zoo et les étapes gourmandes. On pourrait continuer : les rives de Somme, ruelles pavées et boulevards aérés cachent des trésors comme le beffroi, la citadelle, le Jardin

 des Plantes, le cimetière de la Madeleine ou encore le parc Saint-Pierre… Suivez-nous!

 La Cathédrale

 

 

2020 commémore les 800 ans des débuts de la construction de la cathédrale d’Amiens. La plus grande cathédrale de France est un chef d’œuvre de statuaire gothique - le spectacle Chroma illumine chaque soir jusqu’au 22 septembre les 765 statues de la façade. A l’intérieur, la chaire, les stalles, l’ orgue émerveillent. 150 marches, et on surgit sous la rosace du XIIIé s, avec vue sur le beffroi.

 

les hortillonnages d'Amiens

 

Entre-deux mondes unique, les hortillonnages d'Amiens déploient en pleine ville des centaines d’îles fertiles irriguées par 60 kilomètres de canaux –les rieux. Jusqu’au 31 octobre, des barques électriques se faufilent sous des voûtes de feuillage débusquant là un nid de foulques, là des berges fleuries, des carrés de légumes ou une maisonnette colorée. Marcher ou flotter, telle est la clé.

La visite guidée en barque à cornet des hortillonnages est un des attraits de la ville d'Amiens. Elle est proposée par l'association pour la protection et la sauvegarde du site des Hortillonnages.

visitebarque

Visites guidées en barque traditionnelle

Les visites que proposent l'association se font dans des barques traditionnelles, qui ont la particularité d'avoir un fond plat pour pouvoir se déplacer au mieux dans les canaux peu profond des hortillonnages amiénois. On appelle ces barques des barques à cornets.

Dans un soucis de respect de l'environnement, les barques qui vous emmènent pour cette visite guidées sont électrique : silencieuses et non pollueuses, elle permettent de marier tourisme et préservation du site et de la nature, évitant notamment de produire de trop grosses vagues qui endommageraient les berges. Quelques 100000 personnes découvrent ainsi, chaque année, les hortillonnages !

Pour tout renseignement complémentaire sur la visite des hortillonnages en barque, vous pouvez contacter l'association pour la protection et la sauvegarde du site des Hortillonnages.

Attention – Les informations de tarifs et d'horaires données sur cette page ne sont pas contractuelles et vous sont fournies à titre informatif. Pour des explications détaillées, appelez le 03 22 92 12 18.

Embarcadère 9 €

Se présenter : 54, Boulevard Beauvillé – 80000 AMIENS.

Téléphone : 03 22 92 12 18

Fax : 03 22 80 92 12

Mail : contact@les-hortillonnages.fr

Rendre visite à Jules Verne

dans sa tour

 

Amoureux d’Honorine, une Amiénoise veuve et maman, Jules Verne vivra 18 ans dans une maison avec tour construite par un amateur d’astronomie. Sur quatre étages, on visite une quinzaine de pièces, sa bibliothèque ou le salon reconstitué de son éditeur, l’habile Hetzel. A quelques centaines de mètres, s’élève le cirque à son nom. On s’y rend en bus Nemo 100% électrique.

 

Maison Jules Verne (Lien externe)

 

le plus vieux quartier d’Amiens

Promenade au coeur de Saint-Leu et ses canaux

 

Vous aimez les ruelles pavées, chargées d’Histoire, avec de belles maisons à colombages colorées ? Alors vous allez craquer pour Saint-Leu ! Saint-Leu est l’un des plus vieux quartiers d’Amiens puisqu’il hébergeait des artisans au Moyen-Âge. L’autre point remarquable de Saint-Leu, ce sont ces ponts qui enjambent les canaux bordant des maisonnettes de caractère tout droit sorties d’un dessin animé Disney.

Amiens doit donc son surnom de petite Venise du Nord à Saint-Leu. Autrefois malfamé, Saint-Leu est depuis quelques années un des endroits préférés des Amiénois pour sortir le soir. Ainsi, les bars du pittoresque quai Bélu font du quartier l’un des hauts lieux de la vie estudiantine d’Amiens.


Naours

 

18 km au Nord d'Amiens

Les muches de Domqueur 

Les muches, qu’est-ce que c’est ? Ce sont des cachettes souterraines typiques de la Picardie. Enfouis à 9 mètres sous terre, ces réseaux taillés dans la craie s’étendent sur plusieurs dizaines de mètres. Les muches de Domqueur sont parmi les 70 et quelques muches du pays. Le terme muche vient du picard « se mucher » qui signife « se cacher ».

Les muches de Domqueur ont été découvertes en 2005 et on y accède désormais via une échelle installée à côté du bâtiment de l’accueil. L’entrée coûte 5€ et 3€ pour les moins de 12 ans.

 

Les muches de Domqueur ne sont pas aussi connues que la cité souterraine de Naours. Du coup, les visites se font en petit comité avec Nicolas, l’unique guide et un fin connaisseur des muches. Des lampes torches vous seront prêtées avant de descendre six pieds sous terre.

Les muches ont été creusées au cours des XVIème et XVIIème siècles pour permettre aux villageois de se protéger des envahisseurs lors des guerres franco-espagnoles. Ils emmenaient sous terre des vivres et leurs bêtes lors des sièges qui pouvaient durer de quelques heures à plusieurs jours.

Sous terre, la vie était organisée autour d’un couloir desservant plusieurs chambres. Les familles les plus riches possédaient jusqu’à 3 chambres en enfilade tandis que les pauvres s’entassaient dans une petite pièce.

L’entrée des muches de Domqueur se situait sous l’église du village. La raison de ce choix est simple : en tant que lieu sacré, l’ennemi n’aurait pas idée de profaner l’église pour y déloger les habitants réfugiés sous terre.

Plus tard, les muches ont été utilisées lors de la Première guerre mondiale pour y stocker du matériel.


Port le Grand

7 Km d'Abbeville

16 km Abbaye de Saint Riquier

Abbaye de Saint Riquier 9 km d'Abbeville


CAMPING (N° 30123)

 

Rue de la Baie

Camping Chateau des Tilleuls***

80132 PORT LE GRAND

 

Latitude : (Nord) 50.14135° Longitude : (Est) 1.7631° 

Tarif : 2019

Emplacement, 2 personnes, 16 à 23 €

Electricité 10A : 4,50 €

Services C-C de passage : 5 €

Carte ACSI

Services :

 

Epicerie - Snack

Lave linge - Sèche linge

 

Autres informations :

nom aire : Camping Chateau des Tilleuls***

Ouvert 01/03 au 31/10

42 emplacements

Tél : +33 3 22 240 775

@MAIL

SITE INTERNET

 


Abbeville

Abbeville a adopté l'un des Pères Fondateurs de la Préhistoire, Jacques Boucher-de-Perthes. Le musée des beaux-arts, installé dans le beffroi porte son nom et présente de très belles collections archéologiques, mais présente aussi l’évolution des beaux-arts et des arts décoratifs du Moyen Age à l'époque contemporaine.

Abbeville est également la ville d'origine d'Alfred Manessier dont les œuvres sont à découvrir au Musée, mais aussi au sein de l'église du Saint-Sépulcre où 31 vitraux contemporains et d'une richesse chromatique exceptionnelle célèbrent le thème de la passion et de la résurrection.

Et bien sûr, ne quittons pas Abbeville sans avoir visité la collégiale Saint-Vulfran. Aux allures de cathédrale, elle est un chef d'œuvre de l'art gothique flamboyant. On aime son élégance, ses hautes tours vertigineuses, le dessin fin et délicat de sa rose.

La collégiale Saint-Vulfran 

est un édifice, de style gothique flamboyant, classé Monument Historique. La construction de la collégiale a débuté à la fin du XVe siècle, sur l’emplacement d’une église paroissiale. Elle s’est achevée au XVIIe siècle. La collégiale a subi des dégradations, en mai 1940, lors d’un bombardement allemand. En partie restaurée, on peut encore apercevoir, à l’arrière du bâtiment, des traces de ces destructions. 

Sa magnifique façade, en dentelle de pierre, est  encadrée par deux tours dotées de deux tourelles de guet de plus de 55 mètres de hauteur. Quant à son portail, il est de style renaissance. Victor Hugo n’a pas hésité à décrire ce pignon comme une «  vieille façade rongée par la bise et par la lune ». N’en déplaise à ce célèbre auteur, je trouve que cette majestueuse façade, ouvragée et patinée par les ans, donne à l’édifice une allure de cathédrale. 

Admirer les retables des chapelles latérales et les vitraux contemporains.

Attention, l’église ouvre ses portes à 14 h !

L’église du Saint-Sépulcre

(Place Saint-Sépulcre) est une collégiale, de style gothique flamboyant, classée Monument Historique, en 1907. Selon une légende, Guy de Ponthieu souhaitait participer à la première croisade, en 1095. Dans ce but, il aurait amené, à Abbeville, des chevaliers du Nord pour les faire passer en revue par Godefroy de Bouillon. Pour fêter cet évènement, une église aurait été bâtie à l’endroit de ce rassemblement. Mais, peu de traces ont été retrouvées quant à cette église. 

Quoiqu’il en soit, la construction de l’église actuelle a débuté au XVe siècle. Comme la plupart des édifices anciens, sa longue vie a été ponctuée de réparations. Endommagée par les bombardements de mai 1940, sa restauration n’a réellement débuté que dans les années 1970. 

En 1982, Alfred Manessier, peintre et enfant du pays, est chargé de créer de nouveaux vitraux. L’artiste choisit le thème de la victoire de la vie sur la mort et fait réaliser sa verrière  par l’atelier Lorin à  Chartres. Ces vitraux modernes, avec leurs nombreux verres colorés, baignent le bâtiment religieux dans une agréable symphonie chromatique favorable au recueillement.

La porte de l’ancien couvent des Ursulines 

Le couvent des Ursulines (chaussée du Bois), construit au 17e siècle, a été l’un des plus beaux exemples de l’architecture du XVIIe siècle, à Abbeville. Les bâtiments claustraux et la chapelle du couvent ont été inscrits aux Monuments Historiques, en mai 1926.

L’établissement a connu diverses affectations au cours des siècles. Couvent à partir de 1642, devenu collège public ensuite, il a été réquisitionné, en 1939, pour abriter un hôpital militaire avant d’être bombardé, en mai 1940. 

Aujourd’hui, ne subsistent que le portail de la chapelle et une partie des façades du cloître. La façade de la chapelle a été, en partie, restaurée. J’ai découvert cet édifice en poursuivant ma balade au-delà de la place Max Lejeune. Quelle n’a pas été ma surprise de le voir aussi bien mis en valeur !

Le beffroi

Au Moyen Âge, les beffrois symbolisaient les libertés communales accordées par un suzerain et rythmaient la vie civile. Le beffroi d’Abbeville (24, rue Gontier Patin), construit en 1209, est l’un des plus anciens beffrois de France. Il est d’ailleurs classé, depuis 2007, au patrimoine mondial de l’UNESCO. 

Sa tour culmine à 27 mètres de hauteur et, à sa base, ses murs ont une épaisseur de 2,30 mètres. A l’intérieur de l’édifice, on peut découvrir une salle échevinale, des cachots et une salle du trésor. Cette dernière renfermait la charte communale, le trésor et le sceau de la commune. Des cloches, dans le sommet de la tour, avertissaient la population d’un danger.

Comme le restant de la ville, le beffroi a pas échappé aux bombardements de 194O. Presque entièrement détruit, d’importants travaux de restauration on été entrepris en respectant, au mieux, son apparence d’origine. Sa remise en état s’est achevée en 1986.

Le saviez-vous ? La région recèle des trésors d’archéologique et historiques. Jacques Boucher-de-Perthes, un archéologue local, a rassemblé une belle collection d’artefacts provenant de ses fouilles. Cette collection, couplée avec une collection de la ville, est présentée dans le beffroi sous le nom de musée de Boucher de Perthes. Dans ses salles, vous pourrez découvrir des peintures et des sculptures anciennes, de la céramique et des objets préhistoriques. Ce petit musée ludique est agréable à visiter.

Les bains-douches

Les bains publics existaient déjà dans les villes antiques. Mais, depuis l’Antiquité, l’hygiène a été quelque peu délaissée. Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour voir apparaître un puissant courant hygiéniste favorable au bien-être social et à la santé publique. 

C’est sont les Caisses d’Épargne qui vont financer la construction de bains-douches dans les villes françaises. Ces thermes seront tous bâtis de la même façon : un mélange de pierres meulières et de briques, un fronton en demi-cercle sur lequel on peut lire l’inscription « Fondés par la Caisse d’Épargne ».

Les Bains-Douches d’Abbeville ( 20, rue Jules Magnier ),ont été construits entre 1909 –1910. Ils ont été inscrits aux Monuments Historiques, en juillet 2003. Vendus par la mairie, en 2005, ils abritent depuis un salon de coiffure. Les baignoires, les cabines de douches ainsi que d’autres éléments d’origine ont été conservés.

À l’intérieur, des vitraux, de style Art Nouveau, sont encore visibles. Pour les admirer, il vous faudra l’autorisation du patron du salon de coiffure

La gare

La Gare actuelle (place de la gare) a été édifiée en 1855. Ce bâtiment, fait de briques rouges et de bois, a subi quelques modifications et un agrandissement, en 1912. 

L’architecture de la gare fait écho au style des villas de bord de mer. Il faut dire qu’à la Belle Époque, la côte picarde a connu un afflux de curistes parisiens en quête de bains de mer. Ces vacanciers de la première heure ont envahi des stations touristiques comme Saint-Valery-sur-Somme, Le Crotoy ou Mers-les-Bains. Les trains ont donc joué un rôle important en facilitant ces transhumances.

La gare a échappé aux outrages des ans et aux bombardements de 1940 pour nous parvenir intacte ou presque. En décembre 1984, elle  a été honorée par une inscription au titre des Monuments Historiques. 

Hôtel d'Emonville et son jardin

(26, place Clemenceau)  : Ce jardin, datant du XIXe siècle et de style anglo-chinois, à une superficie de 1,5 hectares. Il est le lieu idéal pour la promenade et la détente. L’hôtel attenant date de 1860.

Classé jardin remarquable, ce parc du centre-ville doit son charme à un très bel aménagement paysager et à de magnifiques arbres comme le cyprès chauve ou le cèdre du Liban ainsi qu'à des arbres centenaires comme un magnolia de boulange. Son attrait réside également dans son bassin et son bel hôtel particulier. Ce dernier abrite aujourd'hui une bibliothèque et les archives municipales avec 160 000 volumes. N'hésitez pas à explorer ce poumon vert urbain !

Que voir d’autre à Abbeville ?

  •  Le théâtre municipal (Boulevard Vauban) : Il a été construit au début du XXe siècle. La première grande représentation d’après guerre, en 1919, fut La Traviata. L’édifice  possède l’une des rares salles à l’italienne du nord de la France.
  • Le Carmel (34 – 36 rue des Capucins) : L’ancien monastère des Carmélites est devenu un lieu culturel. On y organise des concerts, des expositions et des visites commentées des espaces historiques. Il possède aussi un beau jardin entouré de hauts murs.
  • L’Église Saint-Gilles (Rue Saint-Gilles) : L’église a été bâtie entre 1485 et 1528. Dégradée lors de la Révolution française et de la Seconde Guerre Mondiale, elle sera restaurée dans un style contemporain.
  • Le Château de Bagatelle (131-133 route de Paris) : Le château, de style baroque,  date du XVIIIe siècle. Il possède un parc compose d’un jardin à la française datant du XVIIIe siècle, d’un jardin à l’anglaise conçu de 1810 à 1847, d’un arboretum et d’un potager.

Rambures

Château de Rambures

A 30 minutes au sud d’Abbeville et à quelques pas de la frontière avec la Seine-Maritime, la commune de Rambures est célèbre pour son château-fort.

Lorsqu’on l’a vu pour la première fois, on a tout de suite été frappés par son allure particulière. Il nous a rappelés les châteaux des contes de fées avec ses tours cylindriques. Son histoire qui remonte au XVème siècle est moins féerique puisque c’était avant tout un château au rôle militaire, le seul de ce type dans la Somme. Les chevaliers de Rambures ont toujours été fidèles au roi de France. Charles de Rambures sauva même Henri IV à la bataille d’Ivry en 1590. Ce dernier séjourna plusieurs fois au château de Rambures.

On pénètre à l’intérieur en le visitant avec un guide qui livre mille anecdotes. Par exemple, les murs du château sont si épais (de 2 à 7 mètres d’épaisseur) qu’aucun boulet de canon n’est parvenu à les traverser. Le terrain sur lequel il est bâti n’a pas été choisi au hasard : étant semi-enterré, les ennemis des seigneurs de Rambures ne pouvaient pas le voir de loin mais le guet lui pouvait très bien les observer, de quoi riposter en ayant une longueur d’avance. Un autre avantage stratégique que l’on doit à l’architecte du château, ce sont les mâchicoulis. Ils sont situés dans les tours et permettaient de lancer des projectiles sur les ennemis qui passaient sous les trous. Le mélange jeté sur l’ennemi était concocté à base de résine et de goudron de bois. On l’appelait la poix et son but était de coller au corps du malchanceux envahisseur. Si la poix vous évoque quelque chose, c’est normal puisque c’est de là que vient l’expression avoir la poisse 

Bref, vous l’aurez compris, le château de Rambures vaut le détour car il regorge d’anecdotes aussi  étonnantes que savoureuses. Dommage que l’on ne puisse pas prendre de photos à l’intérieur et que l’on soit trop nombreux par groupe, ce qui rend la visite parfois pénible…

En plus de la visite guidée du château, le billet d’entrée (8€) comprend l’accès au jardin à l’anglaise de 10 hectares ainsi qu’à la roseraie qui compte plus de 450 variétés différentes. La meilleure période pour s’y rendre est de la mi-juin à la fin juin.