De Lamotte Beuvron à Dijon

89 -Vézelay


Route de l’étang

Camping de l'Ermitage *

 

Latitude : (Nord) 47.45685° Longitude : (Est) 3.73733° 

Tarif : 2019

Emplacement C-C : 3 €

Personne + 10 ans : 4 €

Électricité : 3 €

Taxe de séjour : 0,22 €

Services C-C de passage : 3

Type de borne : Autre

Services :


Ouvert du 01/04 au 31/10

40 emplacements

Tél : +33 3 86 33 24 18

SITE INTERNET

@MAIL


Camping

Saint-Père, 325 Corvée du Maupas

GPS : 47.458698, 3.771530

camping car 3,00 €

Adulte : 2.30

Branchement électrique 2,50 €

Taxe de séjour (à partir de 18 ans) 0,20 €

Nombre de place(s) 20

 

Ouverture/Fermeture : Ouvert du 1/4 au 30/9

Camping communal calme, très ombragé, accueil très sympathique.


BASILIQUE SAINTE-MARIE-MADELEINE

Sur ce site classé au Patrimoine mondial de l’Unesco, des siècles vous contemplent, et même une grande partie de l'Histoire de France ! A l’origine, c'est dans la commune voisine de Saint-Père-sous-Vézelay qu'un couvent fut fondé, au IXe siècle. Des moines vinrent vite remplacer les religieuses, mais le nouveau monastère fut détruit lors des invasions normandes. Pour remplacer l'édifice, la colline de Vézelay (dont la position semblait beaucoup moins vulnérable) fut choisie : une nouvelle abbaye s'érigea alors qui, deux siècles plus tard, prit le nom de sainte Marie-Madeleine (en hommage à la pécheresse dont le monastère conservait les supposées reliques). Dès lors, la réputation de Vézelay ne cessa de grandir. Puissants, religieux et pèlerins y défilèrent… En 1146, en présence de Louis VII saint Bernard de Clairvaux y prêcha la deuxième croisade. Avant de partir pour la troisième croisade, le roi de France Philippe Auguste et celui d’Angleterre Richard Cœur de Lion s'y retrouvèrent. Plus tard, saint François d’Assise décida d’y fonder la première mission de ses frères mineurs, et Saint Louis s’y rendit en pèlerinage à quatre reprises. Ville étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, l’église carolingienne de Vézelay dut être agrandie tant elle attirait les foules. Jusqu'au destin qui, une nouvelle fois, s'acharna...

Un incendie détruisit entièrement la nef, qui fut reconstruite au début du XIIIe siècle. Hélas, peu de temps après, saint Maximin en Provence annonça la découverte des vraies reliques de sainte Marie-Madeleine, alors la basilique perdit soudainement son prestige. On la bouda, la déserta. Pillée et ravagée par les protestants en 1569, elle n’échappa pas non plus aux fureurs de la Révolution, quand elle fut en partie rasée.

C’est à Mérimée, inspecteur des Monuments historiques, que le bâtiment sur le point de s’écrouler dut sa splendide renaissance. En 1840, sous son impulsion Viollet-le-Duc se chargea de sa restauration et reconstruisit, entre autres, sa façade. Aujourd'hui, la basilique conserve toutefois son magnifique narthex roman du début du XIIe siècle, avec son tympan richement sculpté.

Lors de votre venue, n'hésitez pas à faire aussi un tour dans les jardins, tout à côté. Là, vous flânerez jusqu'à découvrir une vue époustouflante sur la colline éternelle. Les paysage colorés du Morvan se laisseront admirer sous vos yeux ébahis. A Vézelay, décidément tout, absolument tout pousse à l'émerveillement !

LA MAISON DU VISITEUR

Place Adolphe Guillon

Dans la montée qui conduit à la Basilique Sainte Marie-Madeleine, la Maison du Visiteur est une étape indispensable pour qui veut comprendre le monument, et son univers tout entier. En effet, nous ne possédons pas les clés de lecture de la grandeur de Vézelay et c'est en cela que la Maison du visiteur nous accompagnera.

Accueil chaleureux, qui nous place d'entrée face à une mystérieuse porte sur laquelle des clous forment une spirale (l'un des symboles que l'on retrouvera dans la Basilique). Une fois la porte franchie, chants, musiques, images... tout nous plonge dans l'histoire de ce site d'exception. Dans les sous-sols de la maison, on découvre comment les bâtisseurs du Moyen Âge ont orienté le bâtiment selon la course du soleil (le chevet toujours pointé vers l'Orient), comment ils ont réalisé la Basilique selon des proportions parfaites. Enfin, quelques reproductions des magnifiques chapiteaux de la Basilique nous offrent une lecture de ces livres de pierre. Des explications passionnantes et, à notre sens, indispensables pour voir le monument sous un autre jour. Enfin, la Maison du visiteur propose aussi des visites guidées, comme « La basilique dévoilée », « Bâtir avec la lumière » ou la diffusion d'un film sur le grand tympan.

Une mention spéciale pour les visites du solstice d'hiver qui ont lieu pendant les fêtes et vous font découvrir la basilique dans une lumière spectaculaire. La visite est sur réservation et dure 1h. On vous la conseille : une merveilleuse occasion d'apprécier la magie de la colline éternelle !

MUSEE DE L'OEUVRE VIOLLET-LE-DUC

FERME Ouvert de Pâques à la Toussaint

Place du Cloître

Avant de retrouver une bonne partie de sa splendeur, la Basilique Sainte Marie-Madeleine ne fut longtemps qu'un champ de ruines. Grâce à l'œuvre d'un jeune architecte, Viollet-le-Duc, ce monument de pierres fut restauré pour mieux reprendre vie. Dans le cloître, à droite de la Basilique, dans une salle qui abritait dortoirs et bibliothèque, se trouve le Musée de l'Œuvre. Un lieu très émouvant à visiter puisqu'il permet d'admirer à hauteur d'homme de nombreux chapiteaux provenant des décombres. Dans une salle splendide, un dialogue s'instaure avec la pierre blanche qui semble tout juste sortie de l'atelier du sculpteur.

Dessins et croquis de Viollet-le-Duc, moulages de sculptures disparues, on comprend mieux l'ampleur de la tâche entreprise en 1840. Une salle qui se prête aussi merveilleusement bien à l'accueil des groupes ou à des manifestations culturelles. Un lieu « sensible » qu'il ne faut surtout pas manquer de visiter lors d'un séjour à Vézelay.

PORTE NEUVE DE VEZELAY

Il ne reste plus grand-chose des imposantes fortifications qui ceinturaient la ville au Moyen Age.

L'afflux de pèlerins ayant amené la prospérité, des bandes armées convoitaient ses richesses. C'est pourquoi on fit construire une double ceinture de remparts entre les XIIe et XIVe siècles, protégeant les habitants comme les pèlerins. L'impressionnante Porte Neuve, flanquée de deux tours défensives et surmontée de la salle des Gardes permet de rentrer dans Vézelay en comprenant le cheminement des pèlerins trouvant refuge derrière les murs.

ÉGLISE FRANCISCAINE DE LA CORDELLE

Lieu-dit "La Cordelle" 

Au pied de la colline éternelle, le site de la Cordelle mérite toute notre attention, car il contient autant de beauté et de mystère que l'ensemble de Vézelay. Sur un chemin de campagne, on ne peut qu'être admiratif en voyant surgir ce qui est assurément la plus ancienne des implantations françaises de l'ordre franciscain.

La tradition veut que cet édifice ait été fondé par deux disciples de François d'Assise, Frère Pacifique et son compagnon Frère Louis, hors des murailles de la ville, près de la porte Sainte-Croix. Les Mineurs, ou Cordeliers, occupèrent le couvent du XIIIe siècle à la Révolution française.

Si les bâtiments furent en grande partie détruits, il reste une magnifique chapelle romane Sainte-Croix. Il règne en ces lieux une incroyable quiétude propice au recueillement et à la prière. Etape obligée des pèlerins.

Non loin de là, à flanc de coteau, une immense croix marque l'endroit où saint Bernard prêcha en 1146 la seconde croisade devant Louis VII, Aliénor d'Aquitaine et près de 100 000 personnes !

MAISON JULES ROY

Le Clos du Couvent, Rue de l'Ecole

Dans une élégante maison bourgeoise située au pied de la basilique Sainte Marie-Madeleine de Vézelay, on peut voir le bureau de l’écrivain Jules Roy (à qui l'on doit notamment « Les Chevaux du soleil ») tel qu’il était le jour de sa mort, le 15 juin 2000.

Aujourd'hui maison d'écrivains en résidence, lieu de manifestations culturelles et d'expositions, elle est aussi ouverte aux visites (libres et gratuites). 

L'occasion d'admirer aussi la magnifique vue grâce à ses étages en terrasses.

Et de profiter d'un angle inédit sur la basilique.

MAISON DE LA GOULOTTE

La Goulotte

Située dans un hameau de Vézelay, cette belle bâtisse blanche construite par l'architecte Badovici, était la demeure du critique d'art Christian Zervos.

Aujourd'hui, et selon les volontés de ce dernier, le site est un lieu d'exposition qui met en avant l'art contemporain sous toutes ses formes, et accueille des conférences, des rencontres, des journées d'étude...

Ouverte seulement en période estivale, le public peut néanmoins s'y rendre tous les après-midis.


89 - Noyers sur Serein

Parking gratuit 

1-3 Rue Monnot

 

GPS : N 47.697399, e 3.993680

 

Parking gratuit de la salle polyvalente, plat, stabilisé et calme

Prix du stationnement : gratuit

Ouverture/Fermeture : Ouvert toute l'année


Découvrez cette petite bourgade nichée dans un méandre du Serein. Vous aurez l’impression de vous balader au cœur d’un décor de film. Chemin faisant, on comprend pourquoi ce village attire nombre de réalisateurs pour des tournages !

 

Le village : plongée dans un décor de film

Noyers-sur-Serein est un village à feuilleter comme un livre d’Histoire. Avec ses ruelles pavées, bordées de maisons à colombages sur arcades, on se croirait dans un décor de film historique. 

Un décor à ciel ouvert et à moins de 2h de Paris !

En effet, ici tout semble être resté en place depuis toujours : placettes, églises, remparts, chapiteaux sculptées, rives paisibles du Serein.

Une visite à pied suffit pour être transporté au cœur d’une ville commerçante médiévale remarquablement préservée.

Ajoutez quelques belles demeures Renaissance et vous obtenez un petit concentré d’architecture bourguignonne classée parmi « les plus beaux villages de France »

LA PORTE PEINTE

8, rue de la Porte-Peinte 

 

Située dans l'une des nombreuses et superbes maisons à colombages de Noyers, La Porte Peinte est un centre international dédié aux arts ainsi qu'une résidence d'artistes : peintres, sculpteurs, photographes, musiciens, écrivains.

Se voulant être un lieu propice à la création, la Porte Peinte propose aux artistes en résidence des espaces voués à la création.

Une galerie/boutique offre aux visiteurs un bel espace de découverte des œuvres réalisées sur place et ailleurs. Il y a aussi un café/salon de thé. Quand des chambres sont libres, on les loue aux touristes.

LE VIEUX CHÂTEAU

Ancienne propriété des seigneurs de Miles, ce vaste bâtiment fortifié fut détruit par Henri IV en 1599. Perché sur un éperon rocheux au-dessus de Noyers, ses deux tours et la courtine qui les relient sont visibles grâce à l’association « le Patrimoine oublié » qui fait revivre le site.

Chaque année, le Gargouillosium propose à des sculpteurs de faire naître dans la pierre, chimères, animaux mythiques ou créatures fantastiques.

Alors, un univers médiéval prend forme et le dernier jour, les œuvres sont vendus aux visiteurs. Magnifique !

MUSÉE DES ARTS NAIFS ET POPULAIRES DE NOYERS

25, rue de l'Eglise

Dans ce beau bâtiment du XVIIe siècle, vous avez rendez-vous avec l’enchantement ! Et pour cause : cet étonnant musée présente les curiosités d’un humaniste qui les offrit au XIXe siècle à sa ville natale, ainsi qu'une exceptionnelle collection d’œuvres d’art naïf venue du peintre Jacques Yankel.

D’autres objets d’art populaire venus d’Europe du Sud, d’Asie et d’Amérique latine sont aussi exposés.

Entre art brut et arts populaires, tout ici est matière à l'émerveillement !

MAISON DU SCHEMATISME

10, place de l'Hôtel-de-Ville 

Connue aussi sous le nom de maison Jaune, cette construction du XVe siècle est superbe.

A l’intérieur se tient un musée surprenant. Consacré au schématisme, courant artistique d’avant-garde né au début des années soixante, il s’inscrit dans les avancées technologiques et structuralistes de son époque.

Les lois du graphisme fonctionnel ou du visuel électronique sont détournées, les flèches, cadres, cartouches deviennent les objets d’un langage artistique à part entière.

Robert Estivals, acteur en la matière, se charge de le faire découvrir.