2 jours

31 - Bagnères de Luchon


11 Rue Jean Mermoz

GPS : N 42.795200, E 0.598597

 

Parking payant près du stade, services payants pour eau et/ou électricité

 

Nombre de place(s) 50

Prix des services : 2,50 € par CB 10mn d eau ou 1h électricité

Prix du stationnement : 5€/24h ou 15€/72h à payer sur borne par CB

Ouverture/Fermeture : toute l'année

 


Eglise de Luchon

Place Joffre 

L'église de Luchon a été édifiée au milieu du XIXe siècle par l'architecte Loupot, à l'emplacement d'une ancienne collégiale. On peut y observer les belles fresques peintes par Romain Cazes.

On appréciera surtout le bel orgue installé au sein de l'édifice, construit par Aristide Cavaillé-Coll et classé monument historique.

Si le buffet date du XVIIIe siècle, l'instrument est bien romantique et permet de jouer du répertoire français du XIXe siècle et du XXe siècle de Widor à Louis Vierne.

L'arboretum de Jouéou

Route de l'Hospice de France 

Le professeur Henri Gaussen, géographe, bio-géographe et botaniste de renommée internationale, a fondé cet arboretum au lieu-dit Jouéou en 1928, afin de présenter une collection vivante la plus complète possible.

Il fait désormais partie de la collection scientifique de l'université Paul-Sabatier, à Toulouse.

À sa création, il comptait plus de mille spécimens dont il subsiste environ deux cent cinquante arbres, en provenance du monde entier.

La collection de Jouéou est présentée en deux sections :

  • le grand arboretum, avec majoritairement des conifères en provenance d'Amérique du Nord et d'Eurasie,
  • le "bizarretum", la section des races et des variétés. Elle présente côte-à-côte des arbres de la même espèce mais d'origines différentes que l'on peut donc comparer.

Une collection précieuse qui a été durant plusieurs années un lieu de découvertes botaniques majeures.

Cascade de Pech de Bayle

La Cascade de Pech de Bayle est située sur le bord de la route à Gouaux de Luchon. De Salles et Pratviel, située sur la D125, prendre la route D27A qui monte dans la forêt pendant environ 2km.

La Cascade est située sur le bord droit de la route.

Commentaire

Juste un filet d'eau qui glisse sur de la mousse. La Cascade de Pech de Bayle ne vaut pas le détour.


Cascade Sidonie

Belle cascade dans l'ascension du col du Portillon

A la sortie du village de St Mamet, sur la route du col de Portillon (3.5 Km de Luchon).

Altitude : 850 mètres

Chute : 40 mètres

La Cascade de Sidonie se situe en Haute Garonne proche de la ville de Saint Mamet. De Bangères de Luchon, prendre la direction sud vers Saint Mamet sur la D618A. Après environ 5km, vous pourrez vous garer et apercevoir les deux sauts de la Cascade de Sidonie située en bord de route.

Commentaire

Deux sauts visibles, en amont une chute de quelques mètres "tombe" à la vertical dans un petit bassin. En aval, visible en contre bas de la route, vous pourrez voir une deuxième chute, plus franche.

Conseils photo

En grand angle pour la première chute, format portrait si vous souhaitez avoir l'intégralité de la chute en photo. Pour la deuxième en aval, le zoom est conseiller afin d'éviter d'avoir le câble électrique dans votre composition.


La Cascade d’Enfer et son gouffre, la plus spectaculaire des cascades d’Occitanie

Cette cascade est située dans la vallée du Lys, dans la région de Luchon, à 1.149 mètres d’altutude. De loin, il semble que l’on ne voie qu’une immense colonne d’eau… Mais en fait, elle semble sortir de la faille, comme dans L’âge de Glace (j’assume mes références).

 

C’est une chute d’eau vertigineuse de 70m, sans doute la plus spectaculaire de toutes.

 

Cette cascade d’enfer est joignable à pied lors d’une petite promenade facile de 1 kilomètres de longueur, qui vous prendra environ 15 à 20 minutes aller-retour au parking.

Autant vous prévenir, la cascade alimente aussi une centrale hydraulique d’EDF donc vous la verrez sur le chemin (ça gâche un peu le décor forestier).

Pour les plus courageux, traversez le torrent , puis en prenant le sentier de Maupas, vous commencez une boucle qui en 2 heures de temps et 340 m de dénivelé vous amènera au gouffre d’enfer.

Accès : se garer sur le parking (gratuit), prés de l’auberge “Ô Berges du Lys”, cascade à 1km du parking.

Le lac d’Ôo

réputé dans les Pyrénées, ce lac artificiel est un haut lieu des randonnées. En marchant, vous pouvez admirer le barrage d’Ôo, longer la rivière de la Neste d’Oô et contempler la belle cascade du lac d’Espingo.

En route pour les Granges d'Astau et le lac d'Oô (365 m de dénivelé)

Qui n’a jamais entendu parlé du Lac d’Oô ? Certainement pas les cruciverbistes !

Oô, c’est surtout un petit village qui a donné son nom à son célèbre lac, très fréquenté par les touristes car il est très accessible par une large piste. Il faut compter environ 1h30 de marche depuis les Granges d’Astau (parking pour laisser sa voiture), mais vous ne serez pas déçus par sa cascade grandiose. Mais qui dit accessible, ne dit pas plat…

réputé dans les Pyrénées, ce lac artificiel est un haut lieu des randonnées. En marchant, vous pouvez admirer le barrage d’Ôo, longer la rivière de la Neste d’Oô et contempler la belle cascade du lac d’Espingo.


Passerelle Péquerin

Un pont de singe qui enjambe la Pique et le gouffre Marie-Louise, qui remplace l'ancien ouvrage, détruit par les inondations de 2013. 

La passerelle enjambe la Pique, qui sort à cet endroit-là du gouffre Marie-Louise. Elle rejoint Castelvielh et emprunte un peu de domanial.

Prêt.e pour une balade dans les Pyrénées mémorable ? Osez emprunter la vertigineuse passerelle Péquerin à Saint-Mamet pour enjamber le gouffre Marie-Louise. Ambiance carte postale garantie avec ses abords colorés par l’automne et les sommets de l’Hospice de France en arrière-plan.



1 jour

31 - Saint Bertrand de Comminges

 

***52 Le Plan

 

GPS : N 43.028924, E 0.571838

 

Très grand parking dans un pré d'herbe.

stationnement autorisé, camping interdit donc nuit possible si c'est sans déballage, c'est un parking pas un camping, à respecter si on veut que ça continue comme ça. Nuit calme, sol plat beaucoup de voiture en journée

 


la cathédrale Sainte-Marie

131, place du Bout du Pont 

C’est elle que l’on aperçoit d’emblée, elle dont la fière silhouette se dresse sur son rocher...

C'est elle qui a inspiré aux lieux le surnom de "Mont-Saint-Michel des Pyrénées" : la cathédrale Sainte-Marie vous invite à remonter le temps.

Initialement cathédrale romane, datée de l’épiscopat de Bertrand de L’Isle (1083-1123), elle se caractérisait par l’importance des remplois romains ainsi que par son plan  : un grand vaisseau de trente-cinq mètres de long sur quinze mètres de large.

À partir du XIIe siècle, la cathédrale romane est réaménagée. Un puissant clocher donjon lui est ajouté, ainsi qu’un cloître dont il ne subsiste plus aujourd’hui que la galerie ouest.

Puis au XIIIe siècle, un cloître gothique est érigé. La forme actuelle de la cathédrale, avec sa nef rehaussée et ses chapelles rayonnantes, date de cette époque.

Les stalles réalisées entre 1525 et 1535 pour isoler les chanoines du flux des pèlerins sont absolument remarquables.

Le chœur oscille entre l’humanisme de la Renaissance et l’esprit classique. Le jubé a été conçu comme un arc de triomphe. À droite, se trouve l’arbre de Jessé, véritable dentelle sculptée retraçant la généalogie du Christ.

L’Unesco a inscrit l’ensemble des églises du site de Saint-Bertrand-de-Comminges - Valcabrère au Patrimoine mondial de l’humanité, au titre de leur appartenance au chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le Macellum

Formé d’une cour au sol de mosaïques noires et blanches de 500 m2, ce marché couvert était l’un des plus grands de la Gaule romaine.

Entouré de vingt-six boutiques, il était le lieu d’approvisionnement en nourriture des habitants de Lugdunum dès le Ier siècle.

Le théâtre, aujourd’hui très dégradé, s’appuyait sur la pente de la colline. Il pouvait accueillir environ 2 000 spectateurs. La basilique paléochrétienne, construite au Ve siècle, est installée dans les jardins d’une domus du Haut-Empire.

De nombreux indices prouvent qu’elle aurait survécu au déplacement de la ville de la plaine vers la colline de Saint-Bertrand-de-Comminges.

Vingt-six sarcophages ont été découverts ici, ils sont été datés du Ve au VIIIe siècle.

Les Olivetains

Parvis de la cathédrale 

Cet ancien couvent accueillait les moines Olivetains qui arrivaient d'Italie.

C'est aujourd'hui un centre culturel et un bureau d'information touristique, qui pourra vous conseiller au mieux dans la découverte du site de Saint-Bertrand-de-Comminges - Valcabrère, que vous soyez seul, en famille ou en groupe.

Vous y trouverez également une librairie spécialisée, précieuse pour les amateurs d'ouvrages d'arts ou d'histoire, ainsi bien sûr que des guides de randonnées.

Des espaces d'expositions permettent de découvrir des artistes contemporains.

Le temple du forum

Le forum est organisé selon un plan tripartite (temple, place publique et basilica), mais seule une partie du sanctuaire en est visible.

Ce temple se compose d’un podium à six colonnes de façade.

Il est entouré d’une cour carrée bordée sur trois côtés d’un portique couvert. On pense qu’il était consacré à un culte impérial mais sa destination reste hypothétique.

Les Thermes

Des trois ensembles thermaux qui ont agrémenté la ville, deux seulement peuvent être visités. Les thermes du nord (3 000 m2) occupent depuis le milieu du Ier siècle l’espace d’un insula. Les thermes du forum (65-70 ans après J.C.), plus vastes encore, s’organisent sur un schéma très classique : caldarium (salle chaude et humide), sudatorium (étuve), frigidarium (salle froide) et natation (piscine à ciel ouvert).


Le monument à enceinte circulaire

Il fut édifié à l’emplacement d’un carrefour pré-augustéen, au début du Ier siècle.

La croisée des routes était alors un lieu sacré. Le croisement des voies qui reliaient Lugdunum Convenarum aux capitales des cités voisines marquait le carrefour de quatre voies romaines, en provenance d'Agen, de Dax, de Toulouse et d'Espagne.

Suite à la déviation de la via romana de Dax, ce croisement n'existe plus comme tel.

Aussi, pour ne pas offenser les dieux, ce monument à enceinte circulaire fut érigé à son emplacement.

Lannemezan

7 Km de Lannemezan
7 Km de Lannemezan

92 Rue Carnot (centre ville)

GPS : N 43.126301, E 0.383611

 

Grand parking calme sur une place, entre la rue Carnot et celle du château. Idéale pour une halte nocturne. Plusieurs restos à proximité, notamment "la table de max", modeste resto-pizzeria sympa et économique (menu enfants à 4,50 € !).

Plusieurs camping-cars présents le jour de notre passage (et aucune voiture).

 


PARKING LIDL

223-305 Boulevard Gén de Gaulle

65300 Lannemezan

GPS N 43.12134, E 0.38530

Parking du supermarché, calme et sol plat.

 


Entourée de bois, Lannemezan et ses 6 051 habitants se trouvent au croisement des vallées pyrénéennes et du piémont ondulant.

Elle est installée au centre d'un plateau où les rivières gasconnes prennent leur source.

Peu de bâtiments vous rappelleront qu'elle fut une bastide fondée en 1274 mais quelques places, dont celle du château et sa forme caractéristique, s'en font l'écho discret.

Site de marché par excellence, aux veaux, aux cochons ou encore aux volailles, les halles signent l'originalité de cette ville charmante.

Ville de passage depuis l'époque romaine, Lannemezan est desservie par l'A64 et le tunnel d'Aragnouet-Bielsa la relie à l'Espagne.

Patrimoine religieux

L’église Saint-Jean-Baptiste est une église gothique avec nef romane élargie (xixe s.), abside (xve s.), portail (xiiie s.), chapiteaux historiés, clocher (xixe s.) inachevé.

Le portail est inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis le 24 octobre 1945.

La chapelle des Bourtoulets.

Le bois du Culassou abrite une statue de la Vierge Marie.

 

Espaces publics

Place de la République.

Place des Droits-de-l'Homme-et-du-Citoyen.

Lannemezan compte de nombreuses places arborées. La place de l'Hôtel-de-Ville est, avec sa fontaine, des plus modestes. Un bureau de poste monumental surplombe la place de la République et son monument aux morts.

L'Office de tourisme longe une voie menant à un vaste kiosque sur la place des Droits-de-l'Homme-et-du-Citoyen.

La place du Château est un vaste parking à proximité des halles encore en activité.

La halle de la place de la Volaille a elle été transformée en salon de thé.

La ville a pour particularité de compter plusieurs monuments aux morts dont l'un, œuvre du russe Bernarovitch Feinberg, fut le malheureux Photos de Lannemezan en 1900 des époux Rothschild en 1921. Il heurta les fiertés locales et un nouveau monument le reléguant, fut érigé en 1925 peu après la défaite politique du baron. Il est l'œuvre du sculpteur de la Druidesse, Paul Ducuing.

 

Demeures remarquables

Le château Barbé, près du lieu-dit Peyrehicade et du canal de la Neste, fut construit par Benjamin Barbé (1818-1893), conseiller général des Hautes-Pyrénées (1875), professeur, écrivain et journaliste. Il est le fondateur en 1873 du journal l'Abeille paraissant à Tarbes tous les dimanches. Il décède au château Barbé en 1893.

Vestiges archéologiques

Les tumulus T1 et T2 situés au lieu-dit Puyo Pelat, propriété de la commune, datent de l'âge du fer 1 et de l'âge du bronze. Ce site archéologique a été inscrit monument historique le 6 janvier 1971.

Patrimoine environnemental et fleurissement

Lannemezan a obtenu en 2017 le titre de ville fleurie, en obtenant la première fleur du Concours des villes et villages fleuris

Ville la plus fleurie du département, six années consécutives (classement du conseil général pour les villes de plaine de plus de 5 000 habitants), Lannemezan compte de nombreux espaces verts sont présents dans la ville : en particulier le square de l'école Paul-Baratgin et le bois des Résistants (ou bois de la Plantade).

Le bois de la Plantade situé au lieu-dit le Guérissa, sur une superficie de huit hectares, longtemps laissé à l'abandon revit aujourd'hui grâce à un important programme de réhabilitation mené entre 2004 et 2006 par la ville avec le concours de l'ONF et des Pêcheurs du Plateau de Lannemezan.

Le parc de loisirs de la Demi-Lune

Rue Docteur-Henri-Ueberschlag 

Des parcs de loisirs, il est le plus original et c'est un univers féerique qui vous ouvre ses portes.

La réalité s'efface, laissant place à l'imaginaire au sein d'un parc naturel boisé déployé sur 12 ha, les très nombreuses activités sont idéales pour toute la famille.

Le temps s'arrête et vous plonge grâce aux décors grandeur nature dans les contes de Perrault, château, jeux de cartes géants, carrosse et maison de nains compris !

Un parcours d'accrobranches promet des sensations fortes surtout avec cette tyrolienne qui vous fait traverser et survoler le lac.

On ne s'y baigne pas mais, sous l’œil des cygnes, vous pourrez marcher au-dessus de l'eau à l'intérieur de bulles ou vous défier aux bateaux-tampons. 

La mini-ferme a un énorme succès, il faut dire que poneys, vaches et chèvres sont miniatures et très doux. 

Plus loin, les daims, les alpagas, les lapins ou encore les baudets du Poitou attendent aussi leurs caresses et la volière assure le spectacle.

Pour ne rien manquer, parcourez le parc avec le petit train qui passe sous des tunnels et tentez le baby-bobsleigh pour ressentir l'ivresse de la glisse.

Des promenades en poney mènent au mini-golf ou à l'immense structure de jeux gonflables où les petits s'éclatent en groupe. Ainsi les journées sont inoubliables !

En été, on adore les animations comme les spectacles pour enfants, le cirque, un magicien facétieux et une journée artisanale pour découvrir les métiers d'art. 

1 jour

Bagnères de Bigorre

****6 Km au sud de Bagnières de Bigorre
****6 Km au sud de Bagnières de Bigorre

La fontaine Sainte Blaise

Rue Saint-Blaise 65200 Bagnères-De-Bigorre

De beau et d'original, elle n'a pas grand-chose. Au premier abord, vous ne verrez qu'un simple point d'eau avec deux robinets... mais c'est sûrement le nombre de personnes qui attendent de remplir bouteilles et bidons sur le trottoir qui vous interpellera. Car sous ses aspects un brin basiques, il faut avouer une chose : l'eau qui s'en écoule toute l'année est non seulement potable mais elle présente un goût dont beaucoup vantent les vertus ! Passage obligé dans la cité thermale qui n'en finit décidément pas de vous faire plonger dans ses délices, la fontaine Saint-Blaise est presque un point de rencontre tant elle est courue. Celle qui vous attend aujourd'hui a été construite par le marbrier Rivière en 1905 et elle remplace l'ancien point d'eau du quartier des "cagots", parias des villages parqués dans des quartiers d'exclusion. La source était captée par un tronc de cône en bois entouré d’argile et l’eau conduite par une canalisation également en bois noyée dans l’argile. Lors de la rénovation du captage, la source se révéla d'une abondance considérable et, depuis, son succès ne se démord pas ! On ne sait pas si elle est magique mais elle est fraîche et savoureuse : à vos bouteilles !

Parc  du Vallon du Salut

Il est des balades dont seule Bagnères-de-Bigorre a le secret, et que dire de ce poumon vert qui culmine comme un Éden préservé sur les hauteurs de la ville !

En quelques pas, vous foulez un paysage non seulement splendide, mais aussi empli de souvenirs.

Il semble que chaque aulne veut s'en faire l'écho, l'âme du Vallon du Salut est tellement chargée d'histoires que l'on s'attend à croiser un prince et sa cour, des curistes en crinoline ou une artiste d'un siècle révolu.

Son aspect pittoresque et ses richesses naturelles lui ont valu d'être classé en 2007 et dès le porche qui signe son entrée, vous comprendrez pourquoi. C'est ici que trônaient les anciens Grands Thermes construits en 1828.

La petite rivière, l'Aygo Tébio, canalisée par des murs de pierres, attirait dès le XVIe siècle, les touristes de la France entière.

De cet ancien marécage restent une flore et une faune typiques et protégées. En continuant la promenade, vous arrivez à une grotte qui est un merveilleux théâtre de verdure que diverses manifestations animent.

Son aspect enchanteur ajoute au charme du site de 244 ha dont on aime les deux visages, verdoyant côté vallon et forestier en montant au massif du Bédat.

Courtaou de la lit

Vallée de Lesponne 65200 Bagnères-De-Bigorre

Il faut grimper un peu avant de voir apparaître le courtaou de la Lit mais ces 1 500 m d'altitude sont avant tout une balade à travers une des plus belles vallées des Pyrénées... autant dire un vrai plaisir !

Comme son nom l'indique, mais peut-être pas de façon limpide, courtaou est le terme qui désigne des cabanes destinées aux vachers qui gardaient les troupeaux en montagne.

C'est donc un petit ensemble pastoral qui a gardé toute l'âme d'une pratique ancestrale qui vous attend.

Si l'architecture des maisonnettes en pierre semblent un vestige, elles sont désormais habitables puisqu'elles ont été restaurées en 2006. Cheminée, eau, baignoire et couchage : c'est un vrai refuge authentique comme seule la vallée en conserve !

Inutile pourtant d'y passer la nuit pour en apprécier le charme, le courtaou forme une étape très agréable, idéale pour un pique-nique ou un goûter hors du temps.

En effet, des tables faites de cailloux sont disposées sur le plateau, au cœur des fougères et entouré de sommets, la vue sur le Montaigu et ses cascades est simplement exceptionnelle.

Vous pourrez redescendre par le bois du Chiroulet pour varier les plaisirs d'une petite randonnée inoubliable.

Musée Salies

7, place des Thermes 65200 Bagnères-De-Bigorre

Le musée Salies est installé dans un beau bâtiment à la façade Art déco du début du XXe siècle. Il fut construit en 1931 par Justin Daléas, un drapier toulousain, qui en fit cadeau à la ville. Directement inspiré par l'exposition internationale des Arts Décoratifs qui s'était tenue à Paris en 1925, le bâtiment fut loin d'emporter l'adhésion lors de son inauguration. Il rassemble sous son toit deux espaces muséographiques : le musée des Beaux-Arts et le musée de la Vie Quotidienne dans les Pyrénées.

Le musée des Beaux-Arts : il met en lumière les peintures des salons parisiens de la première moitié du XIXe siècle, les peintures paysagistes de Daubigny, Dupré ou Jongkind, des faïences des XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi qu'une salle orientaliste. Un fonds de 1 030 objets dont des parures berbères, tableaux, poteries, instruments de musique et mobiliers d'Afrique du Nord apporte une touche d'exotisme à l'ensemble. Les aquarelles de Blanche Odin, enfant chérie de Bagnères, sont également exposées les années paires, et temporairement l'été.

Musée de la vie quotidienne dans les Pyrénées : installé au rez-de-chaussée, ce lieu d'exposition est dédié aux arts populaires et à la vie dans le Haut-Adour. Il rassemble une riche collection d'objets ruraux datant du milieu du XIXe jusqu'aux années 1950 : métiers à tisser, textiles, quenouilles à lin ou à laine... Ne ratez pas le burguet, un abri qui permettait au berger de dormir à l'abri de loups, ou cet impressionnant bac creusé dans un tronc et servant à laver la laine.

Cascade D’ Arizes

Un peu avant la station de ski de La Mongie, on peut se garer au bord de la route (quelques places) et marcher quelques minutes pour atteindre un promontoire qui permet d'avoir une belle vue sur la cascade.

La balade est très courte mais ça grimpe vraiment très raide. Faites bien attention surtout à la descente.

La Cascade d'Arizes est située à 20 km au sud de Bagnères de Bigorre dans les Hautes Pyrénées sur la fameuse route du Tourmalet. De Bagnères de Bigorre, prendre la direction sud sur la D935 jusqu'à Sainte Marie de Campan puis prendre à droite de 918 jusqu'au village d'Artigues. Après Artigues, au premier grand virage à gauche vous trouverez un petit parking (Coordonnées GPS du parking : 42.925922, 0.197089). Le chemin de randonnée commence ici dans la forêt. Pas réellement une randonnée, mais plutôt un chemin très court de quelques minutes qui monte 'raide' et qui vous permettra de rejoindre la cascade d'Arizes.

Commentaire

Une petite chute enclavée dans une gorge en plein milieu de la forêt. Si vous êtes sur la route du Tour Malet, passez y mais ne faites pas la déplacement juste pour la voir.

Conseil photo

Peu de points de vue possibles. Et faites attention en plein soleil, vous pourrez avoir des contrastes très forts, avec le filtrage partiel de la forêt sur la chute.