Retour par l'Espagne

Bilbao

(N° 8675)

 

Calle del Monte Cobetas

48002 BILBAO

Latitude : (Nord) 43.25955° Longitude : (Ouest) -2.9636° 

Tarif : 2021

Forfait Emplacement Service Et Plein Deau Et Electricite : 15.00 €

Type de borne : artisanale

Services :

Transport En Commun

Electricité : 5 ampères, 24h, 80 prises

Wifi gratuit : oui

Plein d'eau : >200 l

 

Autres informations :

Ouvert A l'année

80 emplacements

Durée maxi: 3 jour(s)

Moyen de payment : CarteBancaire

Tel: +34 688 80 93 99

transport en commun n°58 pour le centre ville

80 emplacements limités à 72 heures


Pampelune

Olite

Arguedas

(N° 23971)

 

Calle Val

31513 ARGUEDAS

 

Latitude : (Nord) 42.17356° Longitude : (Ouest) -1.59158°

 

Tarif : 2017

Stationnement gratuit

Eau : 2 €

Jetons à acheter au bar Plaza de los Fueros

Type de borne : EURO-RELAIS

 

Services :

Autres informations :

Ouvert toute l'année

16 emplacements délimitées au sol sur gravier

Stationnement limité 48 h

Face aux falaises et aux anciennes habitations troglodytes, à côté du cimetière


Ce gros bourg situé dans la Ribera de Navarre constitue l'une des portes d'entrée au Parc Naturel et Réserve de la Biosphère des Bardenas Reales. La commune accueille également le plus grand parc de loisirs en famille de la péninsule ibérique, le Parc d'aventure et de loisirs Sendaviva. Ne manquez pas non plus la visite des Grottes d'Arguedas, ces habitations troglodytes où ont vécu au XIXe et XXe siècle ceux qui ne pouvaient pas se permettre d'avoir une maison.

 

Dans le quartier historique, les monuments à voir sont

  • l'église San Esteban (XVIe - XVIIe s.),
  • la chapelle San Miguel (XVIe s.)
  • la basilique gothique-renaissance de Nuestra Señora del Yugo (XVIIe s.).

Et en ce qui concerne les monuments civils, n'oubliez pas

  • l'Hôtel de ville (XVIe - XVIIIe s.)
  • la Casa Muruzábal (XVIIIe s.).

Parc Naturel déclaré Réserve de Biosphère par l'UNESCO, le désert des Bardenas vous promet l'exotisme et l'émerveillement.

Un espace naturel sauvage, exotique et très étrange.

Auriez-vous imaginé trouver, sur le piémont des Pyrénées espagnoles, entre Pays Basque et Aragon, des paysages semblables à ceux que l’on trouve dans les déserts du Moyen-Orient ou d’Amérique du nord ?

Probablement pas, ... et pourtant.

Le visiteur qui découvre le désert des Bardenas pour la première fois a bien souvent le sentiment d’être pris d’hallucinations. Ravins, bad-lands, falaises vertigineuses, cheminées de fée, collines tabulaires, ici l’érosion des sols est poussée à l’extrême.

Nulle terre en Europe n’est à ce point torturée, décharnée et rabotée, ... C’est ce qui fait la notoriété de ce territoire : le caractère insolite et exotique de ses reliefs.

Les paysages n’en sont que plus spectaculaires !

Mais l’étrangeté ne s’arrête pas là.

La flore et la faune, par exemple, sont souvent typiques des régions arides d’Afrique du nord. Les plantes xérophiles et halophiles sont très répandues, principalement au cœur des Bardenas, tandis que dans le ciel tournoient d’impressionnants vautours fauves ainsi que d’inattendus percnoptères d’Egypte.

Désert espagnol de Bardenas

Où stationner votre camping-car ?

Lorsque l’on visite les Bardenas en camping-car, il arrive inévitablement un moment où l’on se pose cette question : Où allons-nous nous garer pour passer la nuit ?

Vu qu’il est interdit de stationner dans le Parc Naturel, il ne restait jusqu’à présent que l’option « stationnement sauvage » dans l’un des villages les plus proches.

Le maire d’Arguedas a apporté une solution à ce problème. Depuis l’année 2013, la commune met à disposition des camping-caristes une vaste aire de stationnement située au pied des falaises du village, là où se trouvent d’innombrables habitats troglodytes aujourd’hui à l’abandon.

Arguedas se situe à proximité du principal point d'entrée touristique des Bardenas (Aguilares).

A quelques kilomètres d'Arguedas, en prenant la route qui monte vers le Parc SendaViva, vous trouverez un vaste parking situé près de l'église isolée del Yugo. Le stationnement des camping-cars y est toléré (peu d'aménagements sur place, mais la vue sur les Bardenas justifie d'y passer la nuit).

Il y a aussi une tolérance pour le parking de SendaViva, bien que ce lieu soit beaucoup moins séduisant. Evitez d'y stationner durant les heures d'ouverture du Parc.

Notez que depuis juin 2018 le village de Carcastillo (nord des Bardenas) met une nouvelle aire de stationnement à la disposition des camping-caristes.

Carcastillo se situe à proximité du second point d'entrée touristique des Bardenas (El Paso).

Parc Naturel déclaré Réserve de Biosphère par l'UNESCO, le désert des Bardenas vous promet l'exotisme et l'émerveillement.

Un espace naturel sauvage, exotique et très étrange.

Auriez-vous imaginé trouver, sur le piémont des Pyrénées espagnoles, entre Pays Basque et Aragon, des paysages semblables à ceux que l’on trouve dans les déserts du Moyen-Orient ou d’Amérique du nord ?

Probablement pas, ... et pourtant.

Le visiteur qui découvre le désert des Bardenas pour la première fois a bien souvent le sentiment d’être pris d’hallucinations. Ravins, bad-lands, falaises vertigineuses, cheminées de fée, collines tabulaires, ici l’érosion des sols est poussée à l’extrême.

Nulle terre en Europe n’est à ce point torturée, décharnée et rabotée, ... C’est ce qui fait la notoriété de ce territoire : le caractère insolite et exotique de ses reliefs.

Les paysages n’en sont que plus spectaculaires !

Mais l’étrangeté ne s’arrête pas là.

La flore et la faune, par exemple, sont souvent typiques des régions arides d’Afrique du nord. Les plantes xérophiles et halophiles sont très répandues, principalement au cœur des Bardenas, tandis que dans le ciel tournoient d’impressionnants vautours fauves ainsi que d’inattendus percnoptères d’Egypte.

Les visiteurs en véhicules motorisés (automobiles, camping-cars, motos, etc) ne peuvent emprunter que les pistes qui leurs sont autorisées (bornes d'orientation à l'entrée de chaque piste). Le hors-piste est strictement interdit.

Sur l’ensemble du territoire, les conducteurs de véhicules motorisés disposent d’une bonne centaine de kilomètres de pistes.

ATTENTION !!! L'accès à la zone militaire de la Bardena Blanca est strictement interdit pour tous !


Tarragone

Port Aventura

 

Vous voulez faire plaisir à vos enfants ? À moins de quinze minutes de Tarragone, se trouve l’un des plus beaux parcs d’attraction d’Europe et le plus visité d’Espagne. Vous profiterez du parc d’attractions et de ses spectacles époustouflants, d’un parc aquatique et d’un espace réservé aux amateurs de Ferrari. Sur place, de nombreux restaurants et magasins sont à votre disposition. Un bon moment à passer en famille à proximité de Tarragone.

 


Barcelone

Arrêt : Palau Reial – Pavellons Güell

À partir de cet arrêt, vous pourrez contempler différentes œuvres de Gaudí : les Pavillons Güell riches en couleurs, l’impressionnant dragon en fer, posé sur la grille d’entrée, qui garde jalousement la propriété, ainsi que la Fontaine d’Hercule, une sculpture avec un buste du héros mythologique Hercule, qui repose dans les jardins du Palais Royal.

Un Palais royal jalousement gardé par un dragon de fer

L’Itinéraire Bleu du Barcelona Bus Turístic descend l’Avinguda de Pedralbes, passe devant le magnifique dragon qui garde jalousement les pavillons Güell et possède un arrêt Palau Reial – Pavellons Güell, à partir duquel vous pourrez visitez l’enceinte du palais avec ses pavillons et ses jardins, ainsi que le Parc de Cervantes.

Le palais, un bâtiment de quatre étages avec une façade noucentiste, fut rénové lorsque Eusebi Güell céda sa propriété afin qu’elle puisse servir de résidence royale à Barcelone. À l’intérieur, il est intéressant d’observer la décoration, le mobilier et la chambre utilisée par le roi Alphonse XIII, tandis qu’à l’extérieur, vous pourrez vous promener dans les vastes jardins conçus par Nicolau Maria Rubió i Turdurí, qui s’articulent autour d’une grande pièce d’eau centrale où trône une sculpture d’Eulàlia Fàbregas.

Toutefois, l’élément le plus original de l’ensemble est sans aucun doute la porte d’entrée latérale de l’enceinte, gardée par un splendide dragon de fer avec des yeux en verre, œuvre d’Antoni Gaudí. Les pavillons colorés à l’entrée et les écuries sont aussi du célèbre architecte moderniste.

Ensuite, si vous voulez poursuivre la promenade, sachez qu’à la fin de l’Avinguda Diagonal, vous pourrez visiter le Parc de Cervantes, un vaste espace à la végétation luxuriante, où vous trouverez une immense roseraie avec des espèces provenant d’Amérique, d’Europe, d’Asie et du Moyen-Orient.

Le Palais Güell 

5 €

Première œuvre d’importance de Gaudí, pour laquelle il mit en pratique quelques-uns de éléments de construction les plus caractéristiques de son style. Commandé par son mécène, Eusebi Güell, le Palais Güell se distingue par son impressionnante façade, le déploiement de ses formes ornementales et par le caractère innovant de la conception de l’espace et de la lumière.

Pourquoi visiter le Palais Güell?

Le Palais Güell, situé dans le quartier du Raval, fut la première construction d’envergure d’Antoni Gaudí et l’une des premières collaborations avec le mécène qui lui demanda plus tard de construire le Park Güell : Eusebi Güell.

Ce palais de 7 étages, résidence familiale des Güell, fut construite entre 1886 et 1890. C’est l’un des plus grands exemples d’architecture moderniste adaptée à un usage domestique. Le premier élément qui attire l’attention est son imposante façade, percée de deux portes monumentales en forme d’arc parabolique ornementées d’une grande grille de fer forgé représentant la queue de deux serpents qui redescendent tout au long du périmètre de l’arc jusqu’au sol. Au centre, entre les deux portes, se trouve un écusson formé par la lettre « E » et la lettre « G » d’Eusebi Güell au milieu d’une lyre dessinée par des formes végétales.

Le bâtiment se caractérise par la richesse des espaces et un design qui suit les lignes de l’époque orientaliste de l’architecte, prédominé par les formes d’inspiration arabe, byzantine ou mudéjar, à l’extérieur comme à l’intérieur, ainsi que des plafonds ornés de bois et de fer. Du point de vue de la construction, Gaudí a pris un soin particulier à des aspects tels que l’éclairage, la ventilation ou l’isolement phonique de l’extérieur, en essayant des éléments et des procédés de construction nouveaux qu’il appliqua par la suite dans ses constructions.

Ainsi, le modelage des surfaces de transition entre les arcs paraboliques et les colonnes en marbre de la salle principale préfigure le travail des surfaces tordues des voûtes de la Colonie Güell et de la Sagrada Família. Sur le toit, se trouvent 20 cheminées conçues comme des sculptures, un type de traitement que l’on retrouve dans la Casa Vicens et la Finca Güell, et tout particulièrement à La Pedrera et à la Casa Batlló. C’est également au Palais Güell qu’Antoni Gaudí utilisa pour la première fois le trencadis, une mosaïque irrégulière, qui devint l’un de ses traits caractéristiques.

Le Palais Güell fut déclaré Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 1984.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? En plus d’être impressionnés par les impressionnantes colonnes fongiformes aux briques ondulées que vous trouverez au sous-sol du Palais Güell, regardez également les détails, car cet espace est un exemple du travail magistral de Gaudí. Lors de sa création, il tint compte des besoins de ventilation du bâtiment et le dota d’un système d’ouvertures donnant sur l’extérieur de la rue et dans la cour centrale

Conseil du Barcelonais: Le Palais Güell organise des parcours thématiques, comme par exemple le parcours des 20 cheminées au cours duquel un guide spécialisé vous expliquera en détail les aspects les plus importants du bâtiment.

Incontournable pour: S’aventurer dans l’œuvre de Gaudí et comprendre son évolution.

https://inici.palauguell.cat/

 Seul Gaudí est en mesure de transformer deux pavillons et une porte d’entrée en une authentique œuvre d’art, riche de détails mythologiques. Les pavillons Güell qui se trouvent à l’entrée de la propriété autrefois possédée par les Güell sur l’Avinguda de Pedralbes, décorées de spectaculaires éléments de style oriental, sont gardés par un dragon de fer aux yeux de cristal.

 

Pourquoi visiter les pavillons Güell?

La rénovation de la propriété que possédait le comte Eusebi Güell sur l’Avinguda de Pedralbes, fut la première commande de celui qui devint le mécène de l’architecte moderniste. Entre 1884 et 1887, Gaudí fit édifier deux pavillons d’entrée, destinées à accueillir la conciergerie et les écuries. La conciergerie est composée d’un bâtiment central de forme polygonale surmonté d’une coupole hyperbolique et de deux bâtiments plus petits, tous trois surmontés de ventilateurs en forme de cheminées, recouverts de céramique. Les murs, de brique apparente aux tonalités rouges et jaunes, sont recouverts de verre coloré. De son côté, les écuries sont édifiées sur une base rectangulaire, couverte d’une série de voûtes soutenues par des arcs caténaires, tandis que le manège à chevaux est édifié sur une base carrée, avec une coupole surmontée d’une lanterne.

L’élément-phare de l’ensemble est sans conteste la grille de la porte d’entrée, représentant un dragon de fer aux yeux de verre, en honneur du dragon issu de la mythologie qui gardait le jardin des Hespérides. La porte ouvrait sur les jardins des Hespérides d’après le poème "L’Atlantide", de Jacint Verdaguer, et formait une œuvre unique avec la "Fontaine d’Hercule" des Jardins de Pedralbes. Un oranger d’antimoine surmonte le dragon, en référence aux Hespérides de Verdaguer. Sur l’un des côtés de la porte, une tour surmontée de décorations végétales arbore un médaillon avec les initiales du nom du propriétaire des terrains.

En 1969, les pavillons furent déclarés monument historico-artistique à caractère national. Jusqu’en 2008, ils abritèrent le siège de la Chaire royale Gaudí rattachée à l’Université polytechnique de Catalogne.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? La forme de l’imposant dragon de la porte correspond à la constellation du Serpent, ce en quoi Ladon fut métamorphosé en châtiment pour avoir volé les oranges du célèbre jardin mythologique selon Verdaguer. La constellation d’Hercule, située juste en-dessous, correspond exactement aux cinq points définis par les griffes du dragon. C’est pourquoi l’on trouve des sphères à pointe, représentant les étoiles.

Conseil du Barcelonais: Pour arriver à l’arrêt Palau Reial – Pavellons Güell, l’itinéraire bleu du bus touristique descend par l’Avinguda de Pedralbes et passe devant la porte de fer en forme de dragon. Soyez attentifs !

Incontournable pour: Les passionnés d’architecture et de mythologie.

Salo del Tinell

Cette magnifique salle de colonnes (1359-1370), dans laquelle on dit qu'Isabel et Fernando ont reçu Christophe Colomb à son retour d'Amérique, est un exemple classique du gothique catalan. Construit sur ordre du Roi d'Aragon Pedro III par le maître bâtisseur Guillem Carbonell, il est l'un des trois bâtiments du palais royal majeur de Barcelone (les deux autres sont la chapelle Sainte-Agathe et le palais de Lloctinent). Le palais royal était l'ancienne résidence des comtes de Barcelone et plus tard des rois de la couronne d'Aragon. La salle Tinell, qui servait de salle de cérémonie de l'ancien palais royal, et la chapelle Sainte-Agathe appartiennent au Musée de l'histoire de Barcelone (MUHBA).

Actuellement, cet espace est loué par la ville de Barcelone pour la célébration d'événements. Il a une capacité maximale de 400 personnes.

Visiter le Saló del Tinell

le Saló del Tinell fait partie de la MUHBA. Pour visiter ce musée, il faut acheter l'entrée. Le MUHBA est un musée avec plusieurs endroits et dans chaque endroit, vous pouvez visiter de nombreuses salles. Le siège, où se trouve le Salon del Tinell, s'appelle MUHBA Plaça del Rei.

L'entrée permet de visiter tous les centres du musée d'histoire de Barcelone.

Horaire

Du mardi au samedi: de 10h00 à 19h00.

Le dimanche: de 10h00 à 20h00

Fermé: lundi, 1er janvier, 1er mai, 24 juin et 25 décembre.

Prix

Billet normal: 7 €

Billet à prix réduit: 5 € (étudiants de moins de 29 ans et personnes de plus de 65 ans).

Entrée gratuite: Enfants de moins de 16 ans,

le premier dimanche du mois toute la journée et le dimanche à partir de 15h00.

Capella de Santa Agata

elle se trouve à côté du Palacio Real mayor et fut construite en 1302.

Construite en 1302, elle abrite l'exceptionnel retable du connétable de Jaume Huguet (XVe siècle).

La chapelle Santa Ágata, également connue sous le nom de Capilla Real, fait partie de l'ensemble des édifices du Palacio Real mayor. Elle est encastrée dans les fortifications romaines et fut construite en 1302 sur ordre de Jaime II et de son épouse Blanche d'Anjou. La chapelle renferme le retable du connétable, un des chefs-d'œuvre de la peinture catalane du XVe siècle dû à Jaume Huguet. Un escalier part d'une petite salle à droite de l'autel et mène à la tour du XVIe siècle de Martin l'humain.

la Ciergerie Subirà ROUGE 

Passer ses portes, c’est entreprendre un voyage de 200 ans dans le temps, lors de fondation de la plus ancienne ciergerie de la ville dans le centre historique de Barcelone. La Ciergerie Subirà, commerce emblématique de Barcelone, a conservé la richesse de sa décoration d’origine.

 

Pourquoi visiter la Ciergerie Subirà?

La ciergerie la plus ancienne de Barcelone fut fondée en 1761 dans la rue dels Corders, avant de déménager en 1847, au numéro 7 de la Baixada de la Presó, aujourd’hui connue sous le nom de Baixada de la Llibreteria, tout près de la Plaça de Sant Jaume.

La Ciergerie Subirà fut déclarée commerce emblématique de Barcelone pour avoir conservé sa luxueuse décoration d’origine, qui se distingue par un double petit escalier présidé par deux représentations féminines, les Négresses, fabriquées en fer, ainsi que les armoires, présentoirs, caisses et portes polychromes d’origine. La boutique, qui passa par trois familles, appartient depuis 1939 à la saga Subirà et est le principal fournisseur de bougies de la Sagrada Família. Jordi Subirà, son propriétaire, est également le président du Col·legi de Cerers de Catalogne.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? Il ne reste que trois ciergeries historiques à Barcelone. Toutes se trouvent à Ciutat Vella. Il s’agit de la Ciergeries Gallissà, la Ciergerie Abella et la Ciergerie Subirà. Son principal client est la Sagrada Família, bien qu’elle se soit également adaptée à l’époque et produise également des designs contemporains.

Conseil du Barcelonais: Si vous vous promenez dans la zone, poussez la porte de la boutique. Vous pourrez parfois voir les fabricantes de cierges travailler!

Incontournable pour: Les amoureux des boutiques historiques. Cette ciergerie fait partie de l’itinéraire des établissements emblématiques de la ville.

Restaurant Can Culleretes 

Un restaurant à l’ambiance moderniste qui fonctionne de manière ininterrompue depuis plus de 200 ans. Can Culleretes, spécialisé dans la cuisine et les produits catalans, est le plus ancien restaurant de Barcelone.

Pourquoi visiter Can Culleretes?

Can Culleretes est le plus ancien restaurant de Barcelone et le deuxième restaurant le plus ancien d’Espagne. Il fut fondé avant la Révolution française, en 1786, comme établissement qui vendait des sucreries. Depuis, il n’a jamais fermé.

À la fin du XIXe siècle, il fut acheté par Tito Regàs, célèbre entrepreneur du secteur de la restauration à Barcelone, qui le transforma en restaurant. Il y installa de grandes lumières, trois grandes peintures murales qui représentaient des images de la ville et six panneaux de céramique catalane de l’artiste moderniste Xavier Nogués, qui sont actuellement exposées au Musée de la céramique de Barcelone.

Aujourd’hui, géré depuis la moitié du XXe siècle par la famille Agut Manubens, le restaurant s’est spécialisé en cuisine de marché et de produits catalans, servis dans une ambiance qui évoque l’époque moderniste, où vous pourrez également contempler des centaines de photographies de célébrités ayant déjeuné ou dîné au restaurant.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? La tradition raconte que le restaurant fut baptisé « Can Culleretes » parce que l’établissement ouvrit ses portes en servant du chocolat à la crème. Il était tellement fréquenté que les serveurs demandaient constamment des « petites cuillères ».

Conseil du Barcelonais: N’oubliez pas de commander des cannellonis, spécialité de la maison !

Incontournable pour: Découvrir la gastronomie catalane dans une ambiance familiale.

https://culleretes.com/

Galerie des Illusions

Soyez le protagoniste d’un des tableaux les plus amusants de la Galerie des Illusions, le premier espace consacré aux illusions d’optique en Europe, et faites des expériences avec des peintures, des personnages et des paysages célèbres, en prenant les photographies les plus hallucinantes.

Musée de l’érotisme

Vous voulez visiter un musée unique en Espagne? L’actrice Marilyn Monroe avec sa célèbre robe blanche vous attend au balcon du Musée de l’Érotisme pour un voyage au cœur de l’érotisme. Situé au milieu de La Rambla, il abrite une collection de plus de 800 pièces qui montrent comment différentes cultures et civilisations ont représenté, de manière implicite ou explicite, la sexualité humaine tout au long de l’histoire. Outre sa collection, le musée abrite également un jardin érotique dans lequel le visiteur peut se reposer au beau milieu d’une nature sensuelle, en plein cœur d’une ville aussi provocante que Barcelone.

 Il vous suffit de descendre La Rambla et, sur la gauche, juste devant le Marché de la Boqueria, vous apercevrez la statue de Marilyn au balcon du bâtiment, vous invitant à entrer.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? La collection comporte les courts-métrages que deux cinéastes pionniers du cinéma catalan, Ramón et Ricardo de Baños, ont tourné en 1926 pour le roi Alphonse XIII.

Conseil du Barcelonais: Outre les activités ponctuelles et mensuelles, le Musée de l’érotisme organise également des circuits à pied à travers les recoins les plus pimentés des quartiers de la ville.

Incontournable pour: Avoir un regard sur la sexualité d’un point de vue anthropologique.

http://www.erotica-museum.com/

la Coutellerie Roca  

Sur la place del Pi, se trouve l’un des plus anciens établissements de Barcelone, une coutellerie qui conserve ses étalages de style viennois. Ouverte en 1916, cette boutique qui commença à vendre des lames de rasage et des bistouris de qualité, intégra une partie de l’imagerie collective de l’une des places les plus riches d’histoire de Barcelone.

Pourquoi visiter la Coutellerie Roca?

La Coutellerie Roca, située sur la Plaça del Pi du Quartier Gothique, se trouve depuis plus de cent ans au rez-de-chaussée du bâtiment gothique datant de 1685 qui abritait la Confrérie des Tenders Revenedors de Barcelone, aujourd’hui Associació de Socors Mutus, dont l’une de ses façades conserve les plus anciens motifs graphiques de la ville.

La coutellerie est restée fidèle à sa décoration d’origine avec une grande pancarte et des étalages de style viennois qui conservent encore des traces des techniques du début du XXe siècle: l'enclume sur lequel on travaillait le métal et l’affiche Solingen Paris Barcelone, qui fait référence aux trois grands centres européens de fabrication d’outils de coupe de l’époque.

Ramon Roca étudia le métier en Catalogne, Allemagne et France et fonda l’entreprise avec son frère en 1911 sur une place voisine. En 1916, le local fut déménagé sur la Plaça del Pi et les frères se firent connaître pour leurs lames de rasoir et bistouris, puis pour introduire déjà les couverts en acier inoxydable suédois dans les années 30, qui ne furent fabriqués en catalogne qu’à partir des années 50. En 2000, la boutique cessa d’être gérée par la famille Roca et passa entre les mains d’un groupe de spécialistes formés par la maison. Aujourd’hui, outre l’artisanat et l’atelier de polissage et réparation, la boutique vend des ustensiles de haute cuisine et d'œnologie.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? La Coutellerie Roca possède son propre atelier de moulage et de réparation des pièces. Elle en fabrique également sur commande. En outre, elle a sa propre marque de couteaux.

Conseil du Barcelonais: La Coutellerie Roca est l’un des établissements emblématiques de Barcelone. La plupart de ces établissements appartiennent toujours à la même famille et se distinguent par la qualité de leur service client.

le Musée de cire de Barcelona

Situé dans un petit palais néoclassique datant de 1867, le Musée de cire de Barcelone abrite plus de 200 figures de personnages célèbres et historiques. Outre les personnages de cire, la visite vous donnera l’occasion de découvrir un bâtiment du XIXe siècle d’une grande valeur historique et artistique.

Pourquoi visiter le Musée de cire de Barcelona?

Le Musée de cire abrite une collection de personnages dans un bâtiment grandiose : un petit palais de style néoclassique édifié en 1867 qui fut le siège de la Banque de Barcelone. Imaginé par Elies Rogent, le bâtiment conserva longtemps les richesses de la bourgeoisie barcelonaise. Ce n’est qu’en 1973 qu’Enrique Alarcón décida de transformer le bâtiment en musée de cire.

Outre les personnages de cire, vous pourrez admirer différents éléments architecturaux propres au petit palais :

Escalier d’honneur, exemple majestueux de l’architecture de style XIXe siècle.

Salon du récital, qui conserve le mobilier, la décoration et les ornements d’origine.

La cour, couverte et dominée par une peinture à l’huile de Vilumara et Junyent (1908), qui représente de grands personnages historiques.

Salon gothique, de style néogothique catalan, inspiré du Salon du Tinell de Barcelone.

Chambre forte d’origine de l’établissement bancaire qui y avait établi son siège.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous ? Le troisième étage du bâtiment abrite l’atelier du musée qui répare les personnages. Ce sont les doigts des personnages qui sont le plus souvent l’objet de réparation car il arrive souvent que les visiteurs les arrachent en voulant s’assurer qu’il s’agisse bien de statues de cire.

Conseil du Barcelonais : Le Musée de cire de Barcelone abrite un bar très spécial : El Bosc de les Fades. Sa décoration vaut le détour.

Incontournable pour : Parcourir l’histoire à travers ses personnages les plus célèbres.

https://www.museocerabcn.com/ca/

Restaurant Los Caracoles 

Un restaurant riche de plus de 180 ans d’histoire, qui a servi ses escargots aux plus grandes personnalités du XXe siècle. À un angle du quartier gothique de Barcelone, vous pourrez voir un rôtisseur de poulets, et, juste à côté, la porte d’entrée de l’un des plus anciens restaurants de la ville. Dans  la rue d’Escudellers, où vous trouverez, outre Los Caracoles, un autre restaurant chargé d’histoire: Grill Room.

 

Pourquoi visiter Los Caracoles?

En 1835, Agustí Bofarull et son épouse ouvrirent dans la rue Nou de Sant Francesc, la taverne Can Bofarull, qui commença par vendre des produits d’épicerie jusqu’à ce que leur fils, Felicià Bofarull, décida de servir des repas. Rapidement, l’établissement se distingua par la qualité de ses escargots, raison pour laquelle la clientèle rebaptisa le local «Los Caracoles» en 1915.

Le restaurant était si célèbre, qu’au début du XXe siècle, il déménagea au numéro 14 de la rue d’Escudellers, dans un local qui fait l’angle, où ils décidèrent d’installer un rôtisseur de poulets qui se transforma en rôtisserie à la mode. Dans les années 60, Antoni Bofarull devint l’un des personnages les plus populaires de la ville et l’établissement reçut la visite de célébrités telles qu'Ava Gardner, Pablo Picasso, Salvador Dalí, Burt Lancaster, John Wayne, Carmen Amaya, Errol Flynn ou Julio Iglesias. Même après la mort d’Antoni en 1973, l’emblématique restaurant continue d’attirer des acteurs comme Gérard Depardieu, Alain Delon, Catherine Deneuve ou Robert De Niro.

Plus de 180 ans plus tard, Los Caracoles, patrimoine gastronomique de la ville continue de recevoir ses fidèles clients dans la rue d’Escudellers.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? En 1936, Los Caracoles fut collectivisé par les anarchistes, bien que les Bofarull continuèrent de gérer l’établissement. Non seulement le restaurant resta ouvert pendant toute la durée du conflit, mais il avait tellement de clients qu’en 1937, il reçut une amende pour excès de lumières allumées.

Conseil du Barcelonais: Si vous allez au restaurant, vous devrez goûter les escargots auxquels il doit son nom.

Incontournable pour: Vous arrêter dans l’un des restaurant les plus traditionnels de la ville.

https://www.loscaracoles.es/index.php?lang=fr

le Grill Room

 Un restaurant en plein cœur de Ciutat Vella qui a conservé sa belle façade moderniste pendant plus d’un siècle. Situé dans un bâtiment datant de 1902, le Grill Room a conservé sa décoration officielle sur sa façade et à l’intérieur.

Pourquoi visiter le Grill Room?

Le Grill Room, situé dans un bâtiment protégé en tant que bien culturel d’intérêt national, a conservé son emblématique façade de style moderniste dans la rue d’Escudellers. L’entrée du restaurant, dessinée à l’origine par Ricard de Capmany, est formée de deux plafonds de bois en forme de colonnes et d’arcades ornées de moulures courbes et de décoration florale. Sous les arcades et autour de la porte de l’établissement, se trouvent des fermetures de verre et bois tandis que sur la partie supérieure, sur un fond bleu turquoise, se trouve le nom du restaurant. À l’intérieur, le restaurant a conservé sa décoration moderniste aux formes courbes et ses éléments de céramique sur les murs.

Le Grill Room ouvrit ses portes en 1902 sous le nom de Torino. Il appartenait à un entrepreneur italien, Flaminio Mezzalama, qui lui donna le nom de sa ville d’origine. Son succès entraîna l’inauguration d’un nouveau local, également baptisé Torino, sur le Passeig de Gràcia, un restaurant mythique aujourd’hui disparu. Il fut ensuite baptisé Petit Torino, jusqu’à ce qu’en 1916, la famille Bofarull, propriétaire de l’établissement voisin Los Caracoles, l’acheta et le baptisa Grill Room jusqu’en 2009. Le restaurant fut alors fermé et resta à l’abandon jusqu’à son rachat en 2011 par un groupe de restauration qui récupéra sa décoration d’origine.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? Le premier Martini de la péninsule fut servi dans ce restaurant. Son propriétaire, Flaminio Mezzalama, était le représentant en Espagne de la marque Martini & Rossi.

Conseil du Barcelonais: Ne vous laissez pas impressionner par la façade et entrez au Grill Room pour prendre un bon repas. Sa carte est centrée sur la cuisine méditerranéenne contemporaine.

Incontournable pour: Déjeuner ou dîner dans la Barcelone moderniste.

Hôtel la Fonda Espanya 

Œuvre de Domènech i Montaner, Ramón Casas et Eusebi Arnau, la Fonda Espanya, également baptisé Hôtel Espanya, est un véritable joyau Moderniste. En plus d’un repas servi dans la salle à manger de la Fonda Espanya, vous pouvez réserver une visite guidée organisée par l’hôtel qui vous permettra d’accéder à l’ensemble de l’établissement.

Pourquoi visiter la Fonda Espanya?

La Fonda Espanya se trouve dans le quartier du Raval, dans un bâtiment datant de 1850 à l’origine destiné à abriter des logements à louer, des boutiques et un établissement de bains. En janvier 1859, il fut transformé en établissement destiné à la restauration, la Fonda Espanya, et au début du XXe siècle, Lluís Domènech i Montaner entreprit des travaux qui furent récompensés en 1904 du Prix d’architecture et de décoration de la mairie de Barcelone.

Le projet décoratif des travaux, qui supposait la fermeture de plusieurs cours intérieures et l’installation d’un ascenseur à moteur électrique, compta sur la participation de plusieurs grands artistes de l’époque, comme Ramon Casas, qui dessina les motifs de la salle à manger (connue sous le nom de "La Peixera" baptisé aujourd’hui "Saló de les Sirenes") ou le sculpteur Eusebi Arnau, auteur de la cheminée d’albâtre de 5 mètres de hauteur du "Saló de Tertúlies".

Le résultat fut un véritable joyau Moderniste, qui fut entièrement rénové en 2010 et qui permet aujourd’hui de profiter d’une offre gastronomique centrée sur la cuisine d’auteur et d’effectuer une visite guidée de l’intérieur de l’hôtel.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? La « fonda » est le nom donné en Catalogne à un «relais» ou une « auberge », un établissement où l’on peut prendre un repas et trouver un hébergement. La Fonda Espanya ouvrit ses portes en tant que restaurant, avant que l’hôtel lui soit ajouté.

Conseil du Barcelonais: Si vous voulez prendre un repas d’exception, le restaurant de l’hôtel est dirigé par Martín Berasategui, le chef le plus étoilé d’Espagne au guide Michelin.

Incontournable pour: Profiter d’un bon repas dans un environnement privilégié.

https://www.hotelespanya.com/fr/

Musée Egyptien de Barcelone

La passion pour la culture pharaonienne de l’hôtelier et collectionneur Jordi Clos a donné naissance au premier musée d’Espagne consacré à la culture pharaonique. En 1992, environ soixante-dix pièces archéologiques furent exposées à l’Hôtel Claris de Barcelone. Le très bon accueil du public entraîna la création de la Fondation archéologique Clos, qui donna naissance en 1994, à la création du premier musée d’Espagne consacré à l’Égypte ancienne. Aujourd’hui, il abrite une collection de plus de 1 100 pièces.

Pourquoi visiter le Musée égyptien de Barcelone?

La visite du Musée égyptien permet de voir une exposition permanente et de consulter la bibliothèque, qui rassemble plus de 10 000 documents. L’exposition s’articule autour de plusieurs thèmes, comme la figure du pharaon, les dieux, les pratiques funéraires ou la culture du corps, qui nous transportent de l’Eixample barcelonais à l’Égypte ancienne. Plusieurs pièces se distinguent, telles que la statue de Ramsès III, certaines momies spectaculaires et des centaines d’objets, bijoux, stèles funéraires, objets du quotidien, portraits, etc.

Le musée développe également une mission éducative qui a pour objectif de diffuser la culture pharaonique auprès d’un large public de tout âge, à travers l’organisation d’ateliers, cours et visites sur des sites archéologiques. En outre, depuis 2000, le musée abrite l’École d’égyptologie, la toute première du pays.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? La Fondation archéologique Clos est spécialisée dans l’art égyptien, mais sa collection comprend également des pièces provenant d’autres civilisations. Elle abrite notamment des pièces provenant des civilisations précolombiennes dont vous pouvez voir une partie au Musée des cultures du monde.

Conseil du Barcelonais: Le musée organise également des visites guidées nocturnes et consacrées à l’art culinaire de l’Égypte ancienne qui s’achèvent sur une dégustation de produits typiques de la civilisation du pays du Nil.

Incontournable pour: Changer d’époque et voyager du Modernisme catalan à l’Égypte ancienne.

Conservatoire de musique 

Marche de la Concepcio

L’îlot de l’Eixample abrite deux bâtiments aux caractéristiques architecturales très différentes. Le plus ancien, le Marché de la Concepció, est couvert d’une imposante structure de fer, visible depuis la rue. Il fut construit en 1888, à l’apogée du Modernisme catalan. Tout près, se trouve le Conservatoire municipal de musique, conçu entre 1916 et 1927. Bien que le style noucentiste prédomine l’ensemble, on peut encore y déceler l’influence moderniste.

Pourquoi visiter le Conservatoire municipal de musique et le Marché de la Concepció?

Le Marché de la Concepció et le Conservatoire municipal de musique sont deux œuvres d’une grande richesse architecturale. Elles ont toutes deux été construites durant l’âge d’or de la ville, bien qu’il s’agisse de deux bâtiments aux styles très différents.

La structure métallique de trois nefs du Marché de la Concepció fut conçue en 1887 par l’architecte Antoni Rovira i Trias et restaurée entre 1996 et 1998 à partir d’un projet d’Albert de Pineda i Álvarez. Le bâtiment, composé de trois nefs, se distingue par ses dimensions – il occupe plus de 4 000 m² –, et par ses tuiles de céramique vernissée caractéristiques du Modernisme catalan. La nef centrale, plus large et haute, est éclairée sur les côtés par le plafond, et les façades principales reposent sur une base de pierre de Montjuïc surmontée d’une grille de fer forgé.

L’architecte du Marché de la Concepció, Rovira i Trias, conçut d’autres bâtiments importants de la ville, tels que le Marché de Sant Antoni, et imagina, entre autres, une place dans le quartier de Gràcia, qui porte son nom, ainsi que le passage de la Banca, où se trouve le Musée de Cire. En 1859, il remporta également le concours lancé par la mairie de Barcelone pour développer l’Eixample. En dépit de sa victoire, le projet fut mené par Ildefons Cerdà.

De son côté, le Conservatoire municipal de musique de Barcelone est situé dans un bâtiment qui figure au catalogue des bâtiments protégés de la ville et qui fut conçu par l’architecte municipal Antoni de Falguera, entre 1916 et 1927. Les deux tours de la façade principale se distinguent particulièrement car elles conjuguent les styles moderniste et noucentiste. On y retrouve également l’influence de Josep Puig i Cadafalch, maître de Falguera et architecte, entre autres, de la Casa de Les Punxes.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? Tout près du Marché de la Concepció se trouve l’une des églises les plus originales de Barcelone. Il s’agit de la basilique de la Puríssima Concepció i Assumpció de Nostra Senyora. L’église fut édifiée au XIIIe siècle sur des terrains qui furent ensuite expropriés pour ouvrir la Via Laietana. Entre 1871 et 1888, elle fut déménagée pierre par pierre vers son emplacement actuel. On y ajouta en outre un clocher gothique provenant d’une autre église également menacée de destruction, l’église de Sant Miquel.

Conseil du Barcelonais: Si vous souhaitez acheter des fleurs, vous devez savoir que les fleuristes du Marché de la Concepció sont ouverts 24 h / 24, tous les jours de l’année. Si vous êtes amateurs de musique, vous pourrez profiter des concerts gratuits des étudiants du Conservatoire de musique.

Incontournable pour: Voir la cohabitation entre différents styles d’architecture, et surtout, voir comment ils se mêlent sur un seul et même bâtiment.

MEAM - Musée Européen d'Art moderne

Un palais du XVIIIe siècle orné d’un portail moderniste abritant des œuvres figuratives et réalistes du XXIe siècle. Le Musée européen d’art moderne (MEAM), abritant une importante collection d’œuvres d’art provenant d’artistes vivants, se trouve dans l’ancien Palais Gomis, une construction néoclassique de 1 700 m².

 

Pourquoi visiter le MEAM ?

Le Musée européen d’art moderne (MEAM) se trouve dans un ancien palais édifié en 1792 par le marchand de tissus Gomis dans le quartier de la Ribera, tout près du Musée Picasso de Barcelone. Lorsque, au milieu du XIXe siècle, on ouvrit la rue Princesa pour relier le vieux quartier au château de la Ciutadella, le Palais Gomis fut coupé en deux, de chaque côté de la rue.

Au début du XXe siècle, des travaux de réaménagement des habitations furent réalisés et on construisit un nouveau portail moderniste, À l’aube du XXIe siècle, en 2000, le portail fut acheté par une artiste hollandaise. Le réaménagement et la restauration de l’étage principal du bâtiment reçurent le Prix FAD de design d’intérieur. En 2006, l’architecte et éditeur José Manuel Infiesta l’acheta pour y installer le Musée européen d’art moderne.

Le MEAM présente ses propres collections, principalement des œuvres figuratives et réalistes organisées en trois catégories : art contemporain du XXIe siècle, sculpture moderne du XXe siècle et sculpture catalane du XXe siècle, ainsi que des expositions temporaires. En outre, le musée organise des présentations d’artistes internationaux, des cycles de musique, des visites scolaires, des ateliers de peinture et de sculpture, ainsi que de nombreux autres évènements.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous ? Durant l’invasion napoléonienne, le Maréchal Lechi, qui commandait les troupes françaises, fit du Palais Gomis sa résidence habituelle.

Conseil du Barcelonais : La rue de la Barra de Ferro fait partie d’un noyau de petites rues pleines de boutiques d’artisanat. Cela vaut le détour d’y passer un moment.

Incontournable pour : Découvrir l’art réaliste actuel.

https://www.meam.es/

Le Musée Picasso 

Plus de 4 000 œuvres exposées dans cinq palais d’architecture gothique montrent l’étape de formation du peintre et sa relation privilégiée avec Barcelone. Différents palais gothiques de l’ensemble monumental historique et artistique de la rue Montcada abritent le Musée Picasso, créé sur la volonté expresse du génie du cubisme, qui vécut à Barcelone pendant sa jeunesse.

 

Le Musée Picasso est situé dans le quartier de la Ribera, aujourd’hui connu comme le quartier du Born, plus concrètement dans la magnifique rue Montcada, vestige de la Barcelone seigneuriale d’une autre époque et le plus important noyau d’architecture civile médiévale de la ville. Les près de 4 300 œuvres exposées dans la pinacothèque sont réparties dans 5 palais situés autour d’une cour centrale et d’un grand et noble escalier qui y donne accès.

C’est à la demande expresse de l’artiste et grâce à l’aide de son secrétaire et ami Jaume Sabartés, que Barcelone put accueillir de forme permanente un musée présentant les œuvres de jeunesse de l’artiste Malaguène. De fait, Picasso entretint une relation particulière avec la cité comtale depuis que, à partir du XIXe siècle, la famille Ruiz Picasso décida de s’installer à Barcelone, alors que le jeune Pablo était âgé de 14 ans. C’est ainsi que celui qui fut l’un des grands génies de la peinture du XXe siècle vécut ses premières années de formation dans la capitale catalane, fit ses études à l’École des Beaux-Arts de la Llotja et effectua ses premiers pas de peintre. À 18 ans, en pleine période de splendeur du modernisme catalan, Picasso assista à l’inauguration du café Quatre Gats, centre de la vie intellectuelle catalane où le jeune artiste exposa ses premières œuvres.

Le Musée Picasso de Barcelone, inauguré en 1963, fut le premier musée de Picasso dans le monde et le seul qui fut créé du vivant de l’artiste qui avait cédé à la ville, en 1919, l’une de ses œuvres majeures, "L’Arlequin". Le Palais Aguilar commença avec la collection privée de son ami Jaume Sabartés i Gual et d’autres collections d’œuvres de Picasso qui se trouvaient dans différents musées de la ville, telles que la collection Plandiura ou le legs de dessins de Lluís Garriga i Roig. Gala et Salvador Dalí cédèrent également des œuvres issues de leur collection.

Au fil des ans, la collection s’est élargie et, avec elle, le musée s’est agrandi en s’étendant sur les bâtiments voisins. La dernière donation reçue par le musée date de 2015 : Il s’agit des archives de Brigitte Baer, spécialiste de l’œuvre graphique du peintre. Ce fonds fait du Musée Picasso de Barcelone la référence mondiale pour l’étude des dessins et gravures de l’artiste.

Aujourd’hui, le Musée Picasso abrite la plus importante collection du génie Malaguène jusqu’à son époque bleue, dans un ensemble monumental d’architecture gothique catalane unique.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? Pendant sa jeunesse, Picasso fréquentait le café Quatre Gats. L’artiste peint les menus du café en échange de pouvoir y faire une exposition.

Conseil du Barcelonais: Si vous souhaitez découvrir une œuvre souvent inaperçue de Picasso, dirigez-vous vers le siège de l’Ordre des architectes de Catalogne, sur la Plaça Nova. Le bâtiment possède une fresque murale imaginée par Picasso et réalisée par Carl Nesjar.

Incontournable pour: Comprendre le génie de Picasso et sa relation avec Barcelone.

http://www.museupicasso.bcn.cat/

le passage de Sert

Caché en plein cœur du quartier de Sant Pere, cette ruelle passe inaperçue aux yeux de nombreux voyageurs, ce qui en fait l’un des secrets les mieux gardés de Barcelone. Le passage de Sert était le chemin traversé par l’une des plus importantes usines textiles de Barcelone qui appartenait à la famille Sert. L’un de ses membres devint l’un des architectes les plus influents du XXe siècle.

Pourquoi visiter le passage de Sert?

Le Passage de Sert relie la rue de Trafalgar à celle de Sant Pere Més Alt et marque la limite entre l’Eixample et Ciutat Vella. Ses origines remontent à 1753, année de la fondation de la fabrique d’indiennes Canaleta. Entre 1865 et 1867, la société Bonaventura Solà i Cia., puis Sert Hnos. y Solà fit l’acquisition du bâtiment. C’est la famille Sert qui fit détruire la propriété d’origine pour en faire une maison usine avec un passage intérieur. Ce passage est passé du statut de passage caché et dégradé à celui de petit recoin charmant à l’abri du brouhaha de la ville.

C’est dans ce passage qu’est né en 1874 le peintre Josep Maria Sert, auteur des fresques murales de la cathédrale de Vic, de la mairie de Barcelone et de la salle à manger du Waldorf Astoria de New York. Il fut également l’oncle de l’un des architectes catalans les plus influents du XXe siècle : Josep Lluís Sert, refondateur de l’architecture catalane, précurseur du rationalisme, membre distingué du GATCPAC et auteur, entre autres, de la Fondation Miró et du Dispensaire antituberculeux.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? Entre le XVIIIe siècle et le début du XXe, Barcelone devint un important centre industriel. Pour la seule Ciutat Vella, pas moins de 130 bâtiments furent destinés à cet usage, dont la plupart étaient dédiés au textile. La maison usine offre l’un des meilleurs exemples de ce phénomène, mêlant logements et industrie dans un même espace. L’usine Sert, aujourd’hui transformée en logements de luxe, est l’un des plus beaux témoignages.

Conseil du Barcelonais: Si vous visitez le Palau de la Música, n’hésitez pas à faire un arrêt dans ce passage, où vous ne croiserez ni voitures ni vélos et où le silence est roi.

Incontournable pour: Découvrir le passé industriel de Barcelone. Le quartier de Sant Pere est l’un des quartiers qui concentre le plus d’anciennes usines, la plupart encore visibles.

Musée de la soie

Une maison avec plus de 300 ans d’histoire qui témoigne de l’importance des corporations professionnelles dans la Barcelone du XVIIIe siècle. La Maison de la soie, qui abritait la corporation des Velers (drapiers), fondée en 1533, est un monument artistique depuis 1919.

Pourquoi visiter la Maison de la soie?

La maison de la corporation des drapiers ou Maison de la soie, fut construite entre 1758 et 1763 pour accueillir le siège de la Confrérie des Tisserands de voiles de soie, sous la protection de la Vierge de Nostra Senyora dels Àngels. Il s’agit d’un bâtiment imaginé par Joan Garrido sur la Via Laietana, tout près du Palau de la Música, qui se distingue en raison des motifs originaux du XVIIIe siècle qui ornent ses façades. Les motifs de la troisième façade, qui donne sur l’ancienne petite place de Sant Francesc, datent du réaménagement du bâtiment en 1930.

Cette façade se distingue également en raison des balcons d’inspiration baroque et, à l’angle, d’une niche avec une représentation datant de 1760 de Nostra Senyora dels Àngels, sainte patronne et protectrice des drapiers, avec des anges en forme de demi-lune situés à ses pieds. La Maison de la soie est l’unique maison de corporation de Barcelone ouverte au public et aux visites.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? L’ouverture de la Via Laietana fut entamée en 1907, reprenant l’idée d’Ildefons Cerdà de percer plusieurs voies rapides pour relier l’Eixample au port. Des trois voies prévues, seule celle-ci fut réalisée avec quelques modifications notables. La disparition d’un important patrimoine provoquée par l’ouverture de la nouvelle rue fit s’élever de nombreuses protestations qui entrainèrent la modification postérieure de plusieurs tronçons, comme par exemple la déviation réalisée pour sauver la maison de la corporation des drapiers.

Conseil du Barcelonais: À côté de la maison de la corporation des drapiers, se trouve un bâtiment néogothique, construit en 1917 par Enric Sagnier i Villavecchia, pour accueillir le siège de la Caixa de Pensions. Il se distingue en raison de sa tour inspirée par les églises gothiques d’Europe centrale, l’arc en forme d’ogive avec ses vitraux polychromes et la sculpture de l’angle, œuvre de Manuel Fuxà, représentant une allégorie de l’épargne.

Incontournable pour: Découvrir une maison du XVIIIe siècle presque entièrement conservée dans son état d’origine.

https://www.casadelaseda.com/en/

Jardin botanique de Barcelone

Un jardin de plus de 1 300 espèces végétales provenant d’Australie, Californie, Chili, Afrique du sud et du pourtour méditerranéen. Le Jardin botanique de Barcelone, un espace de 14 hectares situé sur la montagne de Montjuïc, reproduit les écosystèmes de différentes régions du monde qui partagent des paysages similaires.

Que visiter au jardin botanique

Le jardin botanique montre la grande ressemblance des paysages californiens, chiliens, sud-africains et australiens avec ceux du pourtour méditerranéen, grâce à une importante représentation d’espèces végétales de climat méditerranéen. Le jardin est un espace en constante évolution. De nouvelles espèces, dont la capacité d’adaptation est mise à l’épreuve, y sont plantées chaque année. C’est pourquoi on ne retrouve jamais le même jardin d’une année sur l’autre.

Le jardin botanique fut inauguré en 1999 dans l’espace situé entre le Stade de Montjuïc, le Château de Montjuïc et le cimetière de Montjuïc, dans le but de contribuer à préserver la biodiversité de la végétation méditerranéenne. Il offre de magnifiques vues sur le delta du Llobregat et l’Anneau olympique, avec le massif du Garraf et les chaînes de Collserola et de Marina en toile de fond. Le jardin botanique fait partie du Musée de sciences naturelles de Barcelone.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? Le Jardin botanique conserve encore le Jardin botanique historique, dont la construction démarra en 1930. C’est un véritable petit trésor des jardins barcelonais situé derrière le parc de stationnement du MNAC.

Conseil du Barcelonais: L’Association des amis du Jardin botanique organise des visites guidées gratuites tous les samedi et dimanche de 10 h 45 à 12 h, pour découvrir la flore de cet immense espace vert.

Incontournable pour: Les amoureux de la nature et les personnes curieuses de découvrir les espèces végétales.

https://museuciencies.cat/

la Fondation Joan Miró

La réunion de deux génies, l’architecte Josep Lluís Sert et l’artiste Joan Miró, a donné naissance à une fondation unique. Située sur la montagne de Montjuïc, la Fondation Miró, entièrement intégrée au paysage en dépit d’une personnalité marquée, est un chef-d’œuvre de l’architecte rationaliste qui abrite 14 000 pièces de l’artiste catalan.

 

Pourquoi visiter la Fondation Joan Miró sur la montagne de Montjuïc?

La Fondation Miró, qui ouvrit ses portes en 1975, fut la première institution artistique de Barcelone conçue à partir d’un travail commun entre un artiste et un architecte, Joan Miró et Josep Lluís Sert, défenseur de la rationalité et de la pureté formelle architecturale, qui s’inspira des constructions populaires méditerranéennes pour imaginer un bâtiment de verre et béton blanc, d’architecture ouverte, avec de grandes terrasses et cours intérieures qui favorisent la circulation des visiteurs. En 1956, Sert avait déjà conçu l’atelier de l’artiste à Majorque.

Le musée est le fruit de la volonté de Miró d’ouvrir une fondation ayant pour ambition de dépasser la simple collection d’objets pour être un espace ouvert sur l’avenir, offrant un espace privilégié de découverte et de débat. Miró rencontra en Josep Lluís Sert, disciple de Le Corbusier et doyen de l’École de Design de l’Université de Harvard, son complice idéal : l’édifice conçu par Sert obtint le prix « Council of Europe Museum Prize » en 1977, le "Twenty five Year Award" en 2002. C’est la meilleure vitrine possible pour le travail de l’artiste.

L’ensemble de volumes blancs imaginés par Sert s’intègrent au paysage de Montjuïc et offre en même temps un écrin à la personnalité unique des plus de 14 000 pièces de Joan Miró, parmi lesquelles 8 000 dessins préparatoires de ses œuvres.

La Fondation Miró vous propose de parcourir l’ensemble de l’œuvre de l’artiste, en commençant avec ses premières peintures clairement influencées par l’impressionnisme, le fauvisme et le cubisme français, comme "l’Ermite de Sant Joan d’Horta" ou le "Portrait d’une jeune fille", en passant par sa période pleinement surréaliste ("La bouteille de vin") ou par ses collages, comme "l’Hommage à Prats".

En outre, la collection intègre également les œuvres réalisées sur la Guerre civile espagnole, "Homme et femme devant un tas d’excréments", et une des œuvres de la série "Constellations", peinte pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le fonds fut essentiellement constitué par une donation de Joan Miró et enrichi par des donations de la famille, amis et collectionneurs.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? Joan Miró offrit à la ville de Barcelone plusieurs œuvres destinées à accueillir les visiteurs. Pour les voyageurs aériens, Miró créa la fresque murale du terminal 2 de l’aéroport d’El Prat (1970); les voyageurs arrivant en train sont accueillis par la sculpture "Femme et oiseau" (1976), dans le Parc de l’abattoir, près de la gare de Sants ; tandis que les touristes débarquant en bateau peuvent admirer la mosaïque du Pla de l’Os sur La Rambla (1983).

Conseil du Barcelonais: Près de la Fondation Miró, se trouvent de petits jardinets qui constituèrent le premier parc public de la montagne de Montjuïc. Ce sont les Jardins de Laribal. N’hésitez pas à les visiter !

Incontournable pour: Les admirateurs de Miró et de Sert, amoureux d’architecture aux formes épurées et du mariage de l’architecture et de l’art contemporain.

https://www.fmirobcn.org/en/

Le Tramvia Blau

Temporairement hors service

Le service du Tramvia Blau est temporairement suspendu pour des travaux d'amélioration des installations. La modernisation de l'infrastructure redonnera une nouvelle vie au moyen de transport le plus ancien de la ville.

 

Pourquoi monter à bord du Tramvia Blau?

Le Tramvia Blau est le plus vieux moyen de transport de Barcelone encore existant. Il traverse des rues bordées de maisons modernistes qui s’ouvrent sur la nature et de magnifiques vues sur Barcelone. C’est une manière très authentique d’accéder au pied du funiculaire du Tibidabo.

Le Tramvia Blau est un vestige des tramways publics de la Barcelone des années 1900. Il suit actuellement un parcours dans une zone de la ville qui abrite de nombreux bâtiments modernistes et noucentistes. Il arrive au pied du Tibidabo, d’où vous pourrez admirer de magnifiques vues sur Barcelone.

Le Tramvia Blau vous conduira au CosmoCaixa et au funiculaire du Tibidabo, qui vous conduira au sommet de la montagne, où vous trouverez le parc d’attractions, le Temple du Sacré Cœur, la Tour de Collserola et l’Observatoire Fabra. 

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? Du haut de ses cent ans d’histoire, le Tramvia Blau effectue encore un parcours de 1 276 mètres d’ascension jusqu’au pied du funiculaire du Tibidabo.

Conseil du Barcelonais: Le Tramvia Blau ne constitue pas seulement la première étape pour monter au sommet du Tibidabo. Vous pouvez également choisir de rester au pied de la montagne pour profiter des bars et restaurants qui vous offrent de magnifiques vues sur la ville de Barcelone.

Incontournable pour: Ceux qui veulent découvrir les moyens de transport du début du XXe siècle.

La Casa Vicens

16 €

Gaudí s’inspira des fleurs du jardin et de l’activité de l’usine du propriétaire pour créer une maison pleine de couleurs dans le quartier de Gràcia. La Casa Vicens fut le premier projet important d’Antoni Gaudí, sur commande d’un entrepreneur de la céramique, qui a donné naissance à un bâtiment moderniste de style oriental recouvert de tuiles à motifs.

Pourquoi visiter la Casa Vicens?

La Casa Vicens fut commandée en 1878 par Manuel Vicens i Montaner, propriétaire d’une usine de céramique, au jeune Antoni Gaudí, pour y établir une demeure de vacances dans ce qui était autrefois la municipalité indépendante de Gràcia. Il s’agit du premier projet d’importance de Gaudí, dans lequel l’architecte, encore dans sa première période, utilisa un langage architectural dans lequel la ligne droite prédomine la ligne courbe, tandis qu’il s’inspire déjà de la nature, comme il le fera dans son œuvre postérieure, pour concevoir quelques-unes des pièces de décoration les plus remarquables.

Profitant de l’activité des propriétaires, Gaudí utilisa la céramique comme élément décoratif prédominant et imagina des tuiles colorées en vert et jaune, en prenant pour modèle les œillets d’Inde qui poussaient dans l’usine. L’ornementation est un hommage à l’héritage mudéjar, également présent dans le traitement des angles du bâtiment, qui évitent la rigidité classique.

La maison comporte quatre niveaux, correspondant à un sous-sol pour le cellier, deux étages d’habitation et des combles destinées au service. Gaudí accola l’immeuble au milieu d’un couvent voisin ce qui lui permit de concevoir un jardin grand et spacieux, pour lequel il imagina une fontaine monumentale. Mais en 1925, l’architecte Joan Baptista Serra réalisa un agrandissement du bâtiment à l’image du travail de Gaudí et réduisit notablement le jardin. Puis, en 1946, une partie du terrain fut vendu et la fontaine détruite.

La Casa Vicens fut déclarée Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 2005.

Pour les plus curieux

Le saviez-vous? La Casa Vicens possède une magnifique grille de fer forgé aux motifs végétaux à l’extérieur. Pour la concevoir, Gaudí fit des modèles de terre des feuilles de palmier nain du jardin.

Conseil du Barcelonais: La Casa Vicens était la seule maison imaginée par Gaudí non ouverte aux visiteurs, car elle était habitée jusqu’en 2014. Le détour en vaut la peine et vous pourrez ainsi compléter la visite de tous les bâtiments de Gaudí à Barcelone.

Incontournable pour: Découvrir l’une des œuvres les moins connues de Gaudí, qui n’avait que 31 ans lorsqu’il reçut la commande.


Gérone

la vieille ville et le Call Jueu

(quartier juif)

Gérone est connue pour sa Ciutat Antiga (vieille ville) ou Barri Vell (vieux quartier), en particulier le quartier juif du 13ème siècle, le Call, considéré comme l’un des deux plus importants et mieux préservés en Espagne (l’autre étant à Tolède). Vous pouvez d’ailleurs y visiter un intéressant musée de l’histoire juive. Construite sur une colline, la vieille ville est également connue pour ses beaux escaliers, comme celui menant à l’Església de Sant Martí, ou encore l’Escalinata de 96 marches menant à la cathédrale de Gérone. La rivière Onyar sépare la vieille ville de la partie moderne, qui se trouve à l’ouest de la rivière. Rendez-vous sur la Rambla de la Libertat, une zone piétonne, qui est la rue principale de la vieille ville, bordée d’arcades, de boutiques et de cafés.

Pont d'en Gomez o de la princesa

41.98667 - 2.82407

Le pont d'en Gómez ou également connu sous le nom de pont de la Princesa, qui traverse la rivière Onyar, est formé d'une seule arche. Ce pont relie le Paseo Canalejas à la Pujada de Sant Félix et à la Calle Ballesteries, traversant les maisons de la rivière Onyar. La construction de ce pont remonte à 1916, lorsqu'une partie de la propriété de Miguel Gómez a été démolie pour construire le pont, c'est pourquoi on l'appelle le pont Gómez. Le pont a été construit par la société "Construcciones y Pavimentos", et il a coûté 13 500 pesetas.

Ce pont se distingue comme étant le plus romantique de Gérone, la faible lumière provenant des lampadaires rend la beauté du pont encore plus grande la nuit. Il y a quelques années, la tendance du film 3 mètres au-dessus du ciel a atteint ce pont, depuis, on peut toujours voir des cadenas avec des noms de couples sur ses barreaux. Cet acte a créé la controverse à l'époque, car beaucoup ont dit qu'il nuisait à la beauté du pont. C'est pourquoi la mairie enlève de temps en temps les écluses pour éviter les grosses accumulations.

Mais sans aucun doute l'un des grands moments vécus par ce pont s'est déroulé entre les mois d'octobre et de décembre 2011. Ensuite, une scène du film Tengo Ganas de Ti, l'adaptation cinématographique du roman de Moccia, a été enregistrée. C'est pourquoi il est devenu un lieu de culte pour les adeptes de cette saga, en plus, cela a augmenté le nombre de cadenas.

Enfin, une curiosité sur ce pont, et que beaucoup de gens ne connaissent pas. Si vous vous tenez au milieu du pont, là où il est le plus étroit et que vous sautez, vous remarquerez comment le pont bouge. Il n'y a jamais eu d'accident ou de peur, mais tous ceux qui osent peuvent s'amuser un moment sur ce pont magnifique et particulier.

bains Arabes

Monument à Gerone

41.98589 - 2.82361

La cathédrale Sainte Marie de Gérone

 41.98734 - 2.82546

La cathédrale monumentale de Gérone, célèbre pour sa nef, la plus large nef gothique dans le monde, est impressionnante au sommet d’un long escalier de pierre. La construction de cette superbe basilique a commencé en 1312 et a pris plus de quatre siècles pour être achevée. Plusieurs styles architecturaux, notamment de la Renaissance et du style roman, ont laissé leur empreinte dessus. L’entrée à la cathédrale comprend aussi l’accès à son cloître et au musée, avec une belle collection de trésors ecclésiastiques, dont des tapisseries médiévales et des manuscrits.

Musée d'Histoire des Juifs

41.98602 - 2.82523

Il rapporte l'histoire des communautés juives de Catalogne au Moyen Âge, en mettant l'accent sur celle de Gérone. Il possède une collection unique de stèles hébraïques médiévales provenant du cimetière juif de Montjuïc.

Place de l'Indépendance de Gerone

41.98615 - 2.82313

La Lieona

41.98798 - 2.82403

cul de lionne

Au pied de l'église de Sant Fèlix se trouve l' Âne de la lionne , une sculpture datant du XIIe siècle qui a fini par devenir l'un des monuments les plus populaires de la ville de Gérone . La légende dit que si vous voulez visiter à nouveau Gérone , vous devez embrasser le cul de la lionne.

La sculpture originale est exposée au Musée d'Art de Gérone .

Couvent des Capucines

MUSEU D'HISTÒRIA DE LA CIUTAT DE GIRONA

41.98820 - 2.82532

Carrer de la Força

Abrité dans l’ancien couvent de Capucines du XVIIIe siècle, Sant Antoni, ce musée retrace les grandes étapes historiques de la ville, depuis les premiers vestiges humains de la préhistoire jusqu’à nos jours. Le circuit s’effectue le long de 14 salles complétées par des espaces thématiques consacrés par exemple à la période industrielle de la ville, mais aussi à des danses comme la sardane ou la cobla. Le lieu accueille aussi des expositions temporaires.

Porte de la  Soubreportes

41.98764 - 2.82518

Situé du côté nord de la place de la cathédrale , le soi-disant Portal de Sobreportes, l'ancienne porte nord de la Gerunda romaine , au sommet du kardo maximus , l'actuelle Carrer de la For�a, est un vestige important. le passé de la ville.

Les serrures des tours de défense romaines, du IIIe siècle après JC, sur les côtés est et ouest, du couvent du Cor de Maria et de la Casa Pastors, en grès, facile à tailler mais moins résistant que la pierre calcaire de Gérone, sont encore visible.

Extérieurement, de très puissantes tours cylindriques, du XIIIe siècle, masquaient l'ensemble roman composé des deux tours quadrangulaires et de la porte d'entrée de la ville. A travers les fouilles de Serra-R�fols et les fouilles de Casa Pastors, il a été possible de proposer une restitution du portail, qui avait et conserve une largeur de 3,70 mètres, qui se composait de deux tours quadrangulaires qui faisaient saillie à l'extérieur. , et actuellement entouré par les deux tours cylindriques qui continuaient, renforcées, la même mission, et à l'intérieur, deux autres tours, jumelles des précédentes, et juxtaposées, qui venaient renforcer l'ensemble.

Avec l'expansion urbaine de Gérone et l'incorporation du bourg du secteur nord, ces éléments défensifs ont été intégrés au tissu urbain et ont perdu leur vocation défensive ; néanmoins, ils ont conservé leur aspect extérieur pendant des siècles.

Sepulcres Romanics

41.98776 - 2.82467

Les tombeaux comtaux de la cathédrale de Gérone sont deux œuvres sculpturales funéraires de style gothique réalisées au XIVe siècle par  l'artiste Guillem Morell pour les tombes de Ramon Berenguer II "El Cap d'Estopes" († 1082 ) et de son arrière-grand-mère Ermessenda de Carcassonne († 1058 ). Les travaux ont été exécutés à la demande du roi Pierre le Cérémonial lorsqu'il a ordonné l'enlèvement des tombes romanes originales qui se trouvaient dans la Galilée extérieure (atrium) de la cathédrale. En 1982 , à l'occasion du IXe siècle de la mort du Comte Ramon Berenguer II, les tombes gothiques ont été ouvertes et on a découvert que les tombes romanes originales avaient comme décoration extérieure des rayures verticales aux couleurs rouge et or peintes indéfiniment. Ces peintures ont été présentées comme de possibles emblèmes pré-héraldiques antérieurs à la plus ancienne preuve historique qui existe sur le Signal des Quatre Pals sur les armoiries de Ramon Berenguer IV sur un timbre validant un document daté du 2 septembre 1150 . Une hypothèse équivalente mais opposée est l' hypothèse lemnisque .

Monastère de Saint Daniel

41.98862 - 2.83365

Situé dans la vallée Sant Daniel, ce monastère est entouré de verdure et de fontaines. Fondé en 1071 tout comme Sant Pere de les Puel, il s'agit du seul couvent de nonnes qui a perduré. Même si l'abbaye bénédictine est fermée, l'église et le cloître peuvent être visités. L'église surprend par son plan en croix grecque et sa coupole décorée.

Au milieu de la vallée de Sant Daniel se trouve le monastère du même nom, entouré d’arbres et de fontaines, et fondé en 1017 par la comtesse Ermessende de Carcassonne. Avec Sant Pere de les Puelles, c’est l’unique monastère de religieuses qui continue d’exister après neuf siècles. L’abbaye bénédictine a beau avoir été fermée au public, il est possible de visiter l’église et le cloître.

L’église que nous voyons aujourd’hui date du XIe siècle et fut l’objet de nombreuses rénovations aux XVIIIe et XIXe siècles. L’une des curiosités est le plan en croix grecque, si peu courant dans les temples catalans de cette époque-là, et une lanterne octogonale décorée d’arcs lombards, qui orne la croisée. C’est l’un des rares exemples de coupole dorée en Catalogne.

On peut distinguer au sein de cet ensemble le cloître situé à l’est, autour duquel les dépendances monacales s’articulent. Il présente un plan rectangulaire et possède deux galeries. La galerie inférieure, composée d’arcades en plein cintre appuyées sur des colonnes coiffées de chapiteaux corinthiens, est une illustration du roman du début du XIIIe siècle. La galerie supérieure date du XVe siècle et, tout comme l’inférieure, elle est couverte de voûtes en berceau.

Autrefois, le temple vénérait les reliques de saint Daniel. De nos jours, elles sont conservées dans un tombeau de style gothique.

Chapelle Saint Nicolas de Gerone

41.98902 - 2.82616

Tout près de Saint-Pierre de Galligants se tient l’ancienne chapelle funéraire Saint-Nicolas. Les fouilles de 1943 réalisées lors de travaux de restauration ont permis de retrouver dans le sous-sol des restes funéraires paléochrétiens datant du IVe siècle.

Monastere de Saint Père de Galligants

41.98875 - 2.82651

est un ancien monastère bénédictin est un joyau de l’art roman ( XIIIeme siècle). On le visite pour son musée archéologique qui abrite des stèles trouvées dans l’ancien cimetière juif.

Basilique Saint Fellu

41.98807 - 2.82472

La première cathédrale de Gérone, rôle qu'elle a joué jusqu'au Xe siècle, est l'un des édifices gothiques les plus représentatifs de la ville, en raison surtout de son svelte clocher (XIVe-XVIe). Semblable à un château, le chevet roman se complète de nefs gothiques et d'une façade baroque (XIIIe-XVIIIe). L'intérieur abrite de remarquables œuvres d'art, tels les huit sarcophages païens et paléochrétiens (IVe) et le Christ gisant (XIVe) du maître Aloi.

Font de Sant Feliu

41.98723 - 2.82447

Le pont piétonnier de Sant Feliu est un pont piétonnier sur la rivière Onyar à Gérone, en Espagne. Construit en 1998, le pont relie le parc Devesa à la place Saint Feliu. La structure est située dans un environnement urbain, le vieux quartier de la ville, avec une forte personnalité.

Couvent de Sant Domenec

41.98508 - 2.82794

Ce couvent monacal compris entre la Tour Gironella et Sant Martí Sacosta a été fondé en 1253 et annonce l'église gothique. Il a été réaménagé ces dernières années afin de l'adapter aux fonctions de l'Universitat de Gérone, qui l'a accolé à l'édifice néo-roman de la Facultat de Lletres.

Situé sur le point culminant de la fortification, encadré par la tour Gironella et Sant Martí Sacosta, se dresse le couvent de Sant Domènec, un temple monacal fondé en 1253 par l’évêque Berenguer de Castellbisbal.

Le bâtiment du couvent domine l’église gothique, qui est dédiée à l’Annonciation. Pour découvrir ce qu’elle renferme, il est nécessaire de grimper les marches du perron en pierre qui mènent jusqu’à la fenêtre.

L’église possède une nef unique mais très spacieuse, avec des chapelles latérales entre les contreforts et sans croisée. Cette disposition est propre aux constructions du Haut Moyen Âge, à l’exception du triple chevet de l’abside. De l’autre côté, l’intérieur tout comme les chapelles sur les côtés ont été ornés de vestiges baroques, au XVIIIe siècle.

Le bâtiment abrite deux cloîtres : le premier est complètement gothique et possède deux arcs ; la galerie inférieure est fixée sur des colonnes géminées, tandis que celle du niveau supérieur a un air Renaissance (XVIe siècle). L’autre cloître, qui est roman et se trouve plus endommagé que le précédent, est situé dans le jardin extérieur du couvent. Dans le centre, une tonnelle fait encore tenir debout certains piliers, colonnes et arcs en plein cintre.

Parmi les religieux qui résidèrent dans le couvent de Sant Domènec, il convient de mentionner l’inquisiteur Nicolau Eimeric (1320-1399) et sant Dalmau Moner (1291-1341).

Le couvent, classé monument historique et artistique d’intérêt national, a été réhabilité au cours de ces dernières années et aménagé pour accueillir l’université de Gérone, qui l’a rattaché au bâtiment néo-roman de la faculté de lettres.

Passeig Arqueològic

41.98806  2.82677

A partir de la cathédrale, un sentier archéologique balisé vous guide vers tous les sites importants de la vieille ville. Cela vous conduit notamment à travers le Portal de Sobreportes puis vous amène aux Bains Arabes, qui existent depuis le 12ème siècle.

Une promenade le long des remparts médiévaux de Gérone est une merveilleuse façon d’apprécier le paysage de la ville d’en haut. Il existe plusieurs points d’accès, dont le plus populaire se fait à travers la rue des Banys Àrabs (bains arabes), dont les marches mènent dans des jardins célestes où la ville et les plantes se fondent dans un chef-d’œuvre organique. La partie la plus méridionale du mur se termine juste à côté de la Plaça de Catalunya.

Tour d'Alfons XII

41.98169 - 2.83031

Plongeons dans l'atmosphère de Braavos et de Port-Réal et promenons-nous dans les ruelles pavées étroites du quartier juif et médiéval de Gérone.

 

 

Découvrons les lieux de tournage de la saison 6 de Game of Thrones et l'histoire de cette vieille ville.



Narbonne plage


Alès